S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Diarrhées, somnifères et pains dans la gueule

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°51 à 100 » Défis n°61 à 70 » Défi n°61
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
La Plume du Chakal
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 25 Sep 2013
Messages: 405
Localisation: Arkham Asylum

MessagePosté le: Dim 9 Nov - 12:51 (2014)    Sujet du message: Diarrhées, somnifères et pains dans la gueule Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?

 
  
Quand je me réveille ce matin-là, il est passé midi depuis sept heures environ et j’entends Charly gueuler à travers ma vieille baraque du 1009 que l’apéro est servi. J’me décolle lentement les paupières, me lève sur les coudes et zieute un peu la nuit de fin d’automne qui arrive par la vitreuse. Je me sens encore vaseux, déphasé par les somnifères et le quart de bourbon que je me suis envoyé en guise de sept heures, un p’tit déj’ plus tôt. Ou le contraire. Merde, ça tape vraiment fort ces pilules à la con. Tant mieux. J’ai envie de dormir depuis que j’suis sorti de ce putain de coma. C’est pas de la déprime ou un blues désaccordé en bémol, simplement j’suis pas vraiment pressé de revivre. Quand je vis, je pense à Sara, son départ précipité à travers le pare-brise, et ça m’donne soif. Et puis ça m’donne envie de dormir. Alors je dors mais faut pas s’biler, j’arrêterai de pioncer bien assez tôt. Je dors comme je bois, baise, lis ou écris, d’façon chronique, en discontinue comme une dentition d’égoïne. D’ailleurs, je m’rendors sans prêter plus d’attention à la mélodie stridente jouée par la sonnette de l’entrée. J’me pose pas la question d’savoir qui c’est, j’en ai très franchement rien à péter en cet instant précis. J’me rendors. Et me réveille à nouveau, gêné par une odeur très prononcée de…merde ? Et puis après l’odeur de merde suivent les beuglements aigus et caractéristiques d’une gonzesse qui flippe. Je me redresse sur mon pajot pour voir une blonde dans l’embrasure de ma porte, à poil, ou presque, et un paquet d’excréments lui dégoulinant du haut du crâne, venant recouvrir ses seins (qu’elle a superbes d’ailleurs, bien que souillés pour le moment). Elle gueule fort, très fort, je hurle plus fort encore qu’elle devrait fermer sa grande gueule, qu’elle peut utiliser ma salle de bain. Elle traverse ma chambre en deux enjambées, sans s’arrêter de piailler. Je la laisse se décrasser peinard, je me tire hors du paddock, enfile un t-shirt pas trop sale et un vieux jean, et descend au salon pour essayer d’piger le pourquoi du comment. Là, j’retrouve Charly et Jon  en train de s’envoyer des boites de bière en écoutant le Beggars Banquet des Stones.  
  
            « Franch’ment, j’adore ce groupe mais putain, Jagger sait pas chanter ! » 
            « Hé ho ! Heuu, tu vas pas r’mettre ça hein ?! » 
  
Je les interromps tout de suite avant qu’ils partent en débat foireux, leur demandant quelques explications quant à cette blondinette présentement occupée à nettoyer des excréments sous ma douche.  
  
            « Ouais heu, t’biles pas pour ça mec, viens, prends une mousse. » 
            « C’est la gonz’ de Jérôme. » 
  
Jérôme ? Bon dieu de sacré con, c’est qui ça Jérôme ?! 
  
            « C’est un copain, il est vachement sympa, tu verras. » 
            « On l’a rencontré à la gare. » 
  
J’ai comme une impression de déjà-entendu, et c’est à ce moment que le dit-Jérôme fait son arrivée, jaillissant hors de la cuisine du haut d’au moins deux putain de mètres, avec une cuisse de poulet en pogne, pas la moindre fringue sur lui et une queue déroutante. Elle est pas spécialement imposante mais je n’ai jamais vu un prépuce pendre aussi bas, il lui arrive quasiment aux rotules. Il me tend une main en s’marrant et cache sa bite et une partie de son bout de peau démesuré de l’autre. Jon m’explique que Nancy taillait une pipe à Jérôme, dressé dans toute sa démesure, et qu’il lui a chié sur la tignasse alors qu’il jouissait. Cela explique l’odeur de foutre frais et la tâche saumâtre, immense et dégueulasse sur mon putain de tapis.  
  
« Désolé pour Nancy, elle fait un cirque pas possible, je sais qu’elle est plutôt du genre bruyante quand elle est pas jouasse, mais tu verras, une fois nettoyée c’est une fille super. Ah, et ouais, désolé pour ton tapis, vieux. On va t’nettoyer ça tout de suite.» 
  
On ?! Comment ça, « on » ?! Et sacré foutu putain d’chierie, pourquoi tout le monde se marre alors que mon tapis est couvert de la merde et du foutre d’un empaffé de géant ?! Il gueule après sa gonzesse, qui s’radine sapée dans une chemise à moi en s’excusant, qu’elle pouvait pas remettre ses fringues couvert d’excréments. J’ose pas lui demander où elle les a jetés. Jérôme attrape Nancy par le bras en lui intimant de la fermer sous peine de ramasser une baffe et la jette littéralement dans la cuisine pour qu’elle récupère de quoi nettoyer mon tapis. Foutu con d’enfoiré ! J’allais enguirlander Jon pour avoir amené ces deux mètres de connerie pure chez moi quand la sonnette de la porte vient à nouveau me vriller les étagères. J’pensais envoyer mon poing dans la gueule du salopard qui s’trouverait derrière mais c’est Burton alors je m’abstiens. Je l’invite à rejoindre le salon dans lequel Nancy s’affaire maintenant à décrasser mon tapis. Charly s’occupe du mange-disque, il vire les Stones et nous passe le Blueprint de Rory Gallagher. Jon se sauve dans la cuisine en marmonnant un truc dans sa barbe de treize jours. J’pige rien et, là maintenant, tout de suite, je m’en tape pas mal. J’me laisse tomber sur le canapé et envoie une boite de bière à Burton. Il se présente à Jérôme et Nancy, leur demande comment on s’est connu. Ils expliquent avoir croisé Jon à la gare, qu’ils avaient du temps et des cachetons en trop alors ils ont rappliqués tous les trois ici pour s’payer une petite fête. Putain d’enfoirés de sans-gêne. Et puis qu’est-ce qu’ils foutaient à la gare ? Je dis rien, je fume sur le thé que me tend Charly, j’regarde Nancy frotter mon tapis, le lessiver et le rincer pendant que son dégénéré de copain la mate en s’marrant et en sifflant mes bières. Gros con. Charly lui demande ce qu’il fait dans la vie pendant que j’file un coup de patte pour le nettoyage. J’sais pas, ça m’emmerde de mater cette môme nettoyer les saloperies de l’autre taré.  
  
« J’suis acteur. Ouais les gars, vous rêvez pas, j’suis un putain d’acteur et bientôt avec Nancy on va s’tirer en Californie pour que ma carrière puisse décoller pour de bon. » 
  
Nancy et moi avons fini de nettoyer mon tapis et elle va ranger le matos dans la cuisine. Pendant ce temps, Jérôme nous explique qu’il a joué deux pièces de théâtre, mais que ça l’fatiguait parce qu’eux ne pigeaient pas son génie et lui pigeait pas les textes qu’on lui demandait de réciter. Après ça, il a eu des rôles dans différentes productions porno. Il nous assure qu’il est une vraie bête de sexe. Moi j’crois plutôt qu’avec son prépuce en gueule d’excroissance, il tient plus de la vraie bête de foire. Il gueule après Nancy, elle réponds pas, il se lève pour aller la chercher dans la cuisine mais Burton le fait rester en lui tendant le thé et lui demande si lui et Nancy sont ensemble depuis longtemps. C’est bien mon pote, j’ai pas vraiment pas envie que cet enfoiré s’balade dans ma baraque en balançant son prépuce contre le mobilier.  
             
« Pas vraiment non, deux ou trois semaines, je crois. Au début j’voulais sa sœur mais leur père a dit qu’elle était trop jeune alors j’ai invité Nancy à sortir et depuis on n’se quitte plus. » 
« Et ça t’prends souvent d’chier sur la gueule de ta nana au beau milieu du salon du type chez qui tu t’invite ? » 
« Bon dieu, p’tite lopette, écoute bien, on est p’tet chez toi, mais t’as plutôt pas intérêt à jouer au con avec moi, tu piges ? » 
  
Là-dessus, il se lève de toute sa masse et me surplombe de ses deux mètres de bidoches musculeuses, me fixe de ses p’tits yeux de fouines décérébrées et me menace de sa paluche énorme. Merde, une claque de ce type et c’est bonne nuit les petits, un cave dans mon genre se retrouve expédié au plumard aussi sec. Charly et Burton l’invitent à se rassoir et à reprendre son calme, lui disant que je pensais pas à mal, qu’il faut m’comprendre, que ça surprendrait n’importe qui de se réveiller et de découvrir un grammage plutôt conséquent de merde et de foutre au milieu de son salon. Jérôme prend deux secondes pour y réfléchir. Enfin je crois qu’il réfléchit. 
  
« Hum, ouais, vous avez pas tord les gars, écoutes mec, j’suis désolé pour Nancy, si elle avait fait les choses comme il faut, ce serait pas arrivé. Dites, ça vous emmerde si j’change la musique ? Les lopettes à guitare et cheveux longs, c’est pas vraiment mon truc.»   
  
Il se dirige vers le mange-disque et fouille mes cartons de vinyles sans se soucier de les laisser en ordre. Je suis trop crevé et trop abruti par les médocs et la picole pour m’occuper de cet enfoiré. Depuis l’accident, j’ai de plus en plus de mal à encaisser la bibine. Mais je divague. Je me penche vers Charly, 
  
« Dis, faut qu’on l’foute dehors ce con-là, mais j’sais pas bien comment amener la chose… »  
« J’te comprends, moi c’est sa nana que j’aimerais me baiser, mais j’sais pas non plus comment lui en parler…J’ai l’impression d’avoir à nouveau 14-15 ans, t’as une p’tite gonzesse et t’as envie qu’elle joue avec ta queue, mais t’es encore timide, t’oses pas demander…Bah là c’est pareil ! » 
  
Je suggère à Charly d’aller se taper une branlette aux gogues ou sous la douche, j’lui dis que si Jérôme les surprends ensemble, il pourrait bien les envoyer tout les deux récupérer ma place à l’hosto, dans l’aile des comateux. Il m’réponds que j’ai p’tet pas tord et s’barre à la cuisine rejoindre Jon et Nancy. Jérôme continue à foutre le bordel dans mes disques.  
  
            « Et merde, y’a que des daubes là-dedans ! Où est Nancy ?! NANCY !!! » 
  
Pas de réponse, Jérôme coupe le mange-disque et même sans tendre l’esgourde on peut entendre des gémissements et des bruits de déglutitions plutôt prononcés. On bondit tous les trois dans la cuisine pour retrouver Nancy avec les queues de Jon et Charly en bouche. Jérôme attrape la donzelle par la tignasse et la soulève du sol, la pauvre touche plus terre pendant deux ou trois secondes, le temps que la dite-tignasse se décroche de son crâne. Elle hurle de douleur et le grand con lui colle une tarte. Bon, y’en a marre, je me jette sur son dos et lui enserre le cou mais cet enfoiré me fait valdinguer par-dessus son épaule et je me retrouve le cul dans l’évier, écrasant quelques verres sales au passage. Jon, Charly et Burton bondissent à trois sur lui et arrivent tant bien que mal à le maitriser, mais Jérôme est costaud, putain d’enfoiré de géant, il distribue les mandales et tout le monde se retrouve rapidement la gueule en sang, des cocards et des hématomes naissant par-ci par-mi, à mesure que ses poings enragés leurs tombent dessus. Je m’extirpe de l’évier en résine blanc pas propre, faisant tomber au passage le vaisselier. J’arme mon bras avec dans l’idée de lui coller une baigne suffisamment balèze pour lui péter le nose, mais le salopard sait se battre. Pas moi. Il esquive et m’envoie un uppercut dans la mâchoire qui me laisse sur le cul. Il me domine de toute sa masse, attrape une poêle au sol et annonce qu’il va nous briser le crâne, un par un. Il lève son arme de fortune par-dessus ma gueule déconfite que j’imagine déjà écrasée par la fonte, j’imagine déjà cinq nouveaux mois de coma, j’me demande si la fonte fait aussi mal qu’un pare-brise, j’ferme les glozzes, j’crois même que je prie…Mais rien. J’ouvre timidement un œil et trouve Jérôme complètement immobile, bloqué dans son geste, le bras toujours en l’air, une expression ressemblant à de la surprise et de l’incompréhension dans ses yeux vides d’autre chose. Son énorme paluche relâche la poêle de fonte qui tombe avec fracas sur le carrelage de la cuisine. Un filet de sang coule depuis le creux de ses lèvres. Il tombe à genoux, et puis de tout son long, un couteau de cuisine enfoncé entre les omoplates, et Nancy, debout dans ma chemise pas propre, tremblante, blanche, suffocante, les mains couvertes de sang.  
Et merde, tu parles d’une soirée à la con.  

_________________
http://laplumeduchakal.wordpress.com/

"Un blog qu'il est bien pour le lire"

https://www.facebook.com/laplumeduchakal
Dim 9 Nov - 12:51 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Dim 9 Nov - 13:34 (2014)    Sujet du message: Diarrhées, somnifères et pains dans la gueule Répondre en citant

Ah ben dis donc, quelle brochette !!! Mr. Green

J'ai bien rigolé, à un moment je me suis dit "la pauvre Nancy quand même" pis finalement elle s'en sort plutôt bien la petite

J'ai un peu trop visualisé je crois, des fois, mais c'était bien fun
_________________
Rafistoleuse
Dim 9 Nov - 13:34 (2014)
Auteur Message
El.
Mega Coup de Coeur
Mega Coup de Coeur

Inscrit le: 05 Oct 2014
Messages: 429

MessagePosté le: Dim 9 Nov - 21:32 (2014)    Sujet du message: Diarrhées, somnifères et pains dans la gueule Répondre en citant

Ah nan mais tous là mais quelle bande de dingues sans déconner, j'ai pas eu le temps de reprendre mon souffle, le jet se lit d'un bloc, on lâche rien, j'le trouve super le type, comment il cogite les trucz entre sa sortie d'coma, et l'délire de sa vie là...génial, vraiment extra, bravo man
_________________
El.

http://aubordeldesrev.eklablog.com/
Dim 9 Nov - 21:32 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Fanylill
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 27 Oct 2014
Messages: 228
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Lun 10 Nov - 23:16 (2014)    Sujet du message: Diarrhées, somnifères et pains dans la gueule Répondre en citant

Bien aimé le rythme et les mots choisis. étonnant bref ....bravo
_________________
"si le ridicule tuait ça ferait longtemps que je serais mort tu sais"
Lun 10 Nov - 23:16 (2014)
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Mar 11 Nov - 10:08 (2014)    Sujet du message: Diarrhées, somnifères et pains dans la gueule Répondre en citant

Ca y est, on a le texte de la déposition de Nabila ! Et c'est le Chakal qui en fait l'adaptation


Quel jeu de massacre ! C'est gore, c'est jouissif, le genre Tontons Flingueurs trash.


Avec un style les enfants !


Un sens du rythme, des trouvailles à la pelle.


Je pense qu'il faudrait créer un dico Chakal. 


Tu as une langue, une patte, un truc singulier.


Je suis incapable de la singer correctement.


Mais pour le lecteur que je suis, c'est toujours un putain de voyage, et un pied immense de te lire
Mar 11 Nov - 10:08 (2014)
AIM MSN Skype
Auteur Message
isa belle
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 27 Aoû 2014
Messages: 24
Localisation: bretigny sur orge

MessagePosté le: Mar 11 Nov - 12:03 (2014)    Sujet du message: Diarrhées, somnifères et pains dans la gueule Répondre en citant

j'ai adoré, on vis la scène ,,,,,,,,  Okay
_________________
un début d'abus
Mar 11 Nov - 12:03 (2014)
Auteur Message
La Plume du Chakal
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 25 Sep 2013
Messages: 405
Localisation: Arkham Asylum

MessagePosté le: Mar 11 Nov - 12:43 (2014)    Sujet du message: Diarrhées, somnifères et pains dans la gueule Répondre en citant

Wourf,


merci tous 




"Ca y est, on a le texte de la déposition de Nabila !"


Ah ouais tiens, pas fais gaffe ^^
_________________
http://laplumeduchakal.wordpress.com/

"Un blog qu'il est bien pour le lire"

https://www.facebook.com/laplumeduchakal
Mar 11 Nov - 12:43 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Qualsevol Nit
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 26 Oct 2014
Messages: 65
Localisation: Gers

MessagePosté le: Mar 11 Nov - 14:48 (2014)    Sujet du message: Diarrhées, somnifères et pains dans la gueule Répondre en citant

j'ai une collègue qui s'appelle Nancy, je vais peut-être pas lui faire lire...
Oh, et puis si, tiens.
Mar 11 Nov - 14:48 (2014)
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 835

MessagePosté le: Mar 11 Nov - 16:38 (2014)    Sujet du message: Diarrhées, somnifères et pains dans la gueule Répondre en citant

C'est fun, et puis bien sûr c'est truculent, y a de l'imagination. Mais ton écriture ne vaut pas uniquement pour l'argot. Mine de rien elle est vraiment riche et maîtrisée.
Et tout ça offre un cocktail détonant. 
Bravo
Mar 11 Nov - 16:38 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Le zèbre
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 574
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 12 Nov - 04:41 (2014)    Sujet du message: Défi n° ????? 61 c'est con mais j'ai failli oublier Répondre en citant

J'étais encore dans les temps pour te dire que tu fais du bon Audiard, truculent à souhait mais jamais gratuitement. Et... oui il y a un style personnel une maîtrise et des suggestions d'images parce que tu trouves le moyen subliminal de planter le décor. Sympa et travaillé. Une chouette lecture
_________________
Le zèbre

Les artistes, aimez-les vivants

https://stephanmarylezebre.wordpress.com/
Mer 12 Nov - 04:41 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:11 (2016)    Sujet du message: Diarrhées, somnifères et pains dans la gueule

Aujourd’hui à 10:11 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°61

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield