S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Faits Divers, ou la vie étalée de Pauvres Gens.

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°51 à 100 » Défis n°61 à 70 » Défi n°64
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Mer 3 Déc - 07:13 (2014)    Sujet du message: Faits Divers, ou la vie étalée de Pauvres Gens. Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
  
 
 
 
Il s'agissait de raconter en 1500 signes maximum, une anecdote à partir de l'un des cinq titres ci-dessous, issus de nos journaux quotidiens, à l'occasion de la sortie du livre d'Adrien GINGOLD, "Tout Va Bien" dans lequel il a recueilli tous les titres loufoques qu'il pouvait trouver. 
 

 
 
 
 

 
Et moi, j'en ai fait qu'à ma tête, j'ai écrit avec les 5 titres juste pour le plaisir!   
 
A la lecture maintenant !  

 
 
 


*** 
 





La journée était ensoleillée, éblouissante, radieuse. La journée idéale pour participer à un combat de caniches. Lidgong avait eu la chance d’en organiser un dans le passé. Il s’était proposé pour faire une promenade de santé aux animaux de compagnie, mais les prétendants étaient aussi vieux et décharnés que leurs maîtres. Il les avaient pourtant menés au delà du champ, derrière la maison de retraite et avait accroché un os sur le dos de l’un d’entre eux. De façon tout à fait étrange, le combat tourna au drame. Ils s’endormirent tous, repus qu’ils étaient du repas frugal dont ils venaient de bénéficier. Lidgong se dit qu’il faudrait retenter l’expérience. Et ce jour était parfait.  
 
  
 
Malheureusement, il y avait en ce dimanche somptueux, un événement autrement bien plus important qu’un combat canin, en tout cas aux yeux des gens de ce monde. Un mariage. Le sien en fait. Voilà ce qui avait été prévu par Myrtle, sa chère et tendre moitié. Mais, au fond, il ne pouvait lui en vouloir. C’était la conséquence d’un enchaînement, aussi hasardeux que malheureux il faut bien le dire, de faits, tous plus insensés les uns que les autres.  
 
  
 
Elle n’avait eu de cesse de relancer cette promesse, faite par Lidgong à Wilibald, son beau-père, peu de temps avant que ce dernier ne meure dans d’affreuses circonstances. Soit dit en passant, il s’agit d’une mort stupide, mais vous jugerez en votre âme et conscience. Mais, entre nous, là où réside le comique de la situation, c’est qu’il s’agit encore là d’un fait dont le gendre était absolument et entièrement responsable. Le destin possède un de ces humours parfois, vous en conviendrez... 
 
  
 
Beau-père et gendre partageaient le même engouement pour les montées d’adrénaline. Ils voulaient s’offrir un grand saut. Ils avaient tout choisi. Un pont assez haut avec une rambarde fraîchement peinte par les agents municipaux et un équipement sommaire qui résidait en un élastique acheté bon marché. Et une bonne dose de courage. Ou de bêtise, oui. Le beau-père voulait sauter en premier, privilège de l’âge avança-t-il. Le gendre, par blague, se plaça dans le dos de beau-papa et tira l’élastique du slip. Ce dernier, pensant recevoir le signal, s’élança en criant Bonsaï !, bien que l’on dise Banzai ! mais Wilibald, en bon patriote, n’accordait guère d’importance à la prononciation japonaise. Il aurait surement souri en apprenant que les kamikazes hurlaient cela lors des attaques suicides. En tout cas, Lidgong lui, ne s’empêcha point de sourire. Il est vrai que la situation était cocasse. Lorsqu’il vit le corps de son beau-père, broyé sur les rochers en contrebas, il se demanda quel était le véritable bruit des os qu’on casse.  
 
  
 
Revenu à la réalité, il se dit que cela aurait pu être un beau saut de l’ange, si seulement son beau-père avait été un ange. Or, la fornication était formellement interdite par la religion, aussi, il ne pouvait décemment pas placer Wilibald au rang d’ange, l’entendant culbuter Belle-maman du matin au soir, à plus de soixante ans passés. Quel compagnon vigoureux en tout point qu’il venait de perdre là ! Il ressentit une pointe de tristesse. Plus personne ne pourrait partager ses traits d’esprit. Nulle autre oreille ne recevrait, avec autant d’intelligence, ses flots incessants de paroles sensées, de calembours et autres jeux de mots, hautement réfléchis.  
 
  
 
Mais, Lidgong fut d’autant plus affligé lorsque sa compagne lui reprocha son imprudence, et que celui-ci avait agi de la sorte uniquement pour repousser le Mariage. Funeste jour qui sonnerait le glas de son célibat administratif. Il se défendit corps et âme, de cette accusation. « Ma précieuse, lui susurra-t-il, lorsque le mystère du son de canard au milieu de l’océan antarctique aura trouvé réponse, nous convolerons alors en noces », lui avait-il dit pour se ménager un peu de temps. « Autant me dire que l’on se mariera lorsque les poules auront des dents ! » Lidgong fut peiné. Son beau-père n’était plus là pour réprimander sa fille, lui rappelant pour la énième fois que ce dicton était mort depuis ce jour où un article savant titrait Les Poules ont enfin des dents. Des scientifiques avaient réussi, annihilant à jamais ce dicton. Beau-Papa et lui avait donc passé des jours entiers à trouver ce qu’ils auraient pu exprimer en un seul mot : Jamais.  
 
  
 
Des mois passèrent ainsi. Rholda, la belle-maman, se perdait dans les souvenirs de nuits follement agitées et Myrtle se noyait dans le désespoir de ne pas être agitée à son tour car Wilibald s’était fait un point d’honneur à ce que sa fille respecte les lois de l’abstinence pré-nuptiale. « Fais ce que je dis, pas ce que je fais. Et ce que je fais à ta mère, mon enfant, tu t'en réjouiras bien assez vite ! » Le bien vite s’étirait en longueur mais, Lidgong vivait plutôt bien cette situation. C’est qu’elle n’était pas très ragoutante, la Myrtle. Gentille, serviable, pour autant ce n’est pas ça qui fait lever le drapeau.   
 
  
 
Bref, il vivait plutôt bien. Jusqu’à ce jour mémorable.  
 
  
 
Après une séance de coiffure et de verbiages dans le salon le plus proche, la chère et tendre revint les cheveux décoiffés par le vent fou, c’était bien la peine d’avoir mis trois heures à se faire crêper le chignon pour un prix déraisonnable. Ainsi donc, elle arriva dans le garage où Lidgong s’adonnait à une activité peu reluisante. Découper des coupures de journaux et se moquer des malheurs des autres, un passe-temps qu’il affectionnait par dessus tout depuis la mort de Wilibald. Dix secondes avant le drame, il scrutait la photo d’un homme aux cheveux hirsutes, sales, qui s’était perdu en forêt durant deux semaines. Il souriait, étalant ses dents jaunies où étaient coincés moucherons et restes de mouches. Deux secondes avant, Lidgong pensa que l’homme aurait quand même pu se laver les dents avant de poser pour la photo.  
 
  
 
Puis, vint le choc.  
 
  
 
« Le petit rorqual de l’antarctique ! Le petit rorqual de l’antarctique ! » 
 
  
 
Lidgong se releva brusquement, faisant valser sa boîte en cartons, décorée par ses soins.  
 
  
 
« Que t’arrive-t-il ? Pourquoi t’emportes-tu ?  
 
-    Le mystère … du son du…  ca…nard… au milieu de… l’océan… de l’antarctique… résolu ! 
 
-    Quoi ? Quel est ce charabia ? Et puis, on dit l’océan antarctique, et pas l’océan DE l’antarctique. Ah si ton père était là… 
 
-   C’est… le… petit… pffff. (Myrtle était essoufflée, c’est pas souvent qu’elle courrait plus de dix mètres, qu’elle courrait tout court d’ailleurs !) rorqual… de l’antarctique !  
 
-    Diantre…, lâcha un Lidgong perturbé par la trouvaille scientifique. 
 
-    Le destin veut que je sois tienne. Epouse-moi ! 
 
-    Diantre !, lâcha un Lidgong atterré de comprendre les conséquences de cette trouvaille. Il maudit un temps les savants qui auraient mieux fait de se consacrer à l’éradication des moustiques de la surface de la terre. 
 
-    Que dis-tu... de... la date anniversaire... de la mort de Papa,... en hommage ? 
 
-    Mais oui, mais c’est bien sûr… » 
 
  
 
Myrtle poussa un cri de joie et s’enfuit. Elle ne pouvait savoir que venait d’émerger dans la tête de son futur époux, une idée soufflée par le fantôme de Wilibald lui-même. 
 
  
 
La journée était ensoleillée, éblouissante, radieuse, vous le savez déjà. Lidgong se dirigeait donc sur ce même pont dont la peinture avait bien séché depuis le temps, accrocha un élastique similaire mais dont la qualité avait encore pris un coup, la faute à la délocalisation en Chine et à la perte du savoir faire traditionnel, si bien qu’il put le déchirer de ses maigres bras. Il détacha un mannequin de chiffon de son vélo et l’appuya sur le garde-corps. La marionnette était habillée de son costume de marié, taillé sur mesure et l’entoura de l’élastique assassin. Il positionna et colla des cheveux sur la tête qu’il s’était arraché lui-même, provoquant par la même occasion, une diminution notable du nombre d’habitant sur son caillou ainsi que de ridicules tics nerveux. Il s’entailla le doigt avec une feuille de papier, versa une larme, et mit deux gouttes de son sang sur le doigt du mannequin, au cas où une analyse de son ADN serait demandée. Il pria pour que son double de tissu ne subisse pas trop de dommages et le projeta par-dessus la balustrade. Lorsqu’il vit le corps se désarticuler, il ne put regarder le spectacle. Passa un appel anonyme, veillant à masquer sa voix, donna rendez-vous à la police au Pont Cho, enfourcha son vélo et s’enfuit vers de nouveaux horizons. 
 
  
 
Pourtant, une question subsista dans l’esprit de notre bienheureux : Que faisait donc cet homme dans cette forêt durant ces deux semaines ? A la réflexion, il s’exclama « Quel bien piètre chasseur de mouche ! Des mouches, il y en a plein la ville, suffit d’accrocher des tortillons de colle au plafond ! » 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

_________________
ATea.
Mer 3 Déc - 07:13 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Mat Matheo
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 09 Nov 2014
Messages: 57

MessagePosté le: Mer 3 Déc - 17:52 (2014)    Sujet du message: hum. Répondre en citant

Alors, par où commencer?
Tout d'abord les répétitions au niveau du 1er et du dernier paragraphe est agréable, les mots sont très bien choisis, c'est un texte très agréable à lire.
Mais.
Wouah. C'est surement une des plus grosses claques verbales que j'ai du prendre depuis un moment. On ne lit pas, on VIT. La chaleur du texte émane du soleil que tu as créer;
Merci.
_________________
"Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette aux fraises de nos illusions"
Mer 3 Déc - 17:52 (2014)
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Jeu 4 Déc - 03:12 (2014)    Sujet du message: Faits Divers, ou la vie étalée de Pauvres Gens. Répondre en citant

Hum, pour ma part, je ne suis pas totalement convaincue. Alors, t'as dit que c'était un test. En quoi exactement ? L'humour ?

J'y ai vu le côté un peu absurde des textes d'Hector, mais sans la patte humoristique qui fait toute la qualité des textes d'Hector. Je pense qu'il manque d'un brin de subtilité pour que les passages humoristiques soient vraiment drôles. J'ai trouvé le style un brin trop sérieux, presque ampoulé, qui alourdit un genre qui devrait être si léger !

Je crois que je préfère la Atéa qui fait du polar
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Jeu 4 Déc - 03:12 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Jeu 4 Déc - 18:39 (2014)    Sujet du message: Faits Divers, ou la vie étalée de Pauvres Gens. Répondre en citant

Le style change de d'habitude c'est certain, et il manquait peut-être un peu de rythme dans la façon de raconter, je ne sais pas... Les actions relèvent du gag de répétition, du comique de situation, mais ton choix de phrasé, ralentit un peu et détourne l'attention portée au rire.
Après c'est glauque mais ça m'a fait rire, pas tant la chute, étrangement.

En tout cas y a du boulot derrière !
_________________
Rafistoleuse
Jeu 4 Déc - 18:39 (2014)
Auteur Message
Fanylill
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 27 Oct 2014
Messages: 228
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Jeu 4 Déc - 19:10 (2014)    Sujet du message: Faits Divers, ou la vie étalée de Pauvres Gens. Répondre en citant

Et bien moi j'ai adoré ! Je découvre l'écriture Atea et je n'ai pas tes écris passés en tête... J'y ai trouve un humour décale ... A la japonaise ...un air de "taste of tea" ... Étrangement naturel.... Une lenteur nous laissant sans épée été temp, un truc qui passe de scène en scène qui donne l'impression qu'il n'y a pas de temps ... Bon ok je suis malade alors j'ai du mal à expliquer ! Mais j'ai adoré vraiment ! J'ai vu les scène du film, une a une, l'ambiance et tout, ca m'a fait rire vraiment mais pas d'un éclat de rire non un rire en douce comme je les affectionne ! Mais maintenant je veux la suite ! 


Juste un truc ... Je n'ai pas su trouver le "dans la peau de...." Mais encore une fois j'ai l'esprit embrumé alors ne m'en veux pas !!!
_________________
"si le ridicule tuait ça ferait longtemps que je serais mort tu sais"
Jeu 4 Déc - 19:10 (2014)
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Ven 5 Déc - 14:23 (2014)    Sujet du message: Faits Divers, ou la vie étalée de Pauvres Gens. Répondre en citant

Alors, ton texte, ma cocotte, en le relisant, j'y ai vu des défauts, des lenteurs et des lourdeurs... Donc je rejoins Octobell sur son avis. ^^ 

Trêve de plaisanterie. 


Y'a juste une chose, c'est que j'aime bien essayer et j'pense bien que j'tenterais encore, un autre mode ou pas, je sais pas encore, mais je prendrais en considération chacun des avis qui ont été émis, et d'ailleurs, je vous remercie pour votre lecture ! 


Fany, ce texte je l'ai pensé dans le sens "Dans la peau des ... Héros des faits divers." D'ailleurs, j'aime à savoir que tu as pu décomposer les scènes visuellement et y trouver un plaisir.
Rafi, je n'ai pas l'habitude de travailler sur ce genre, donc c'est pas étonnant que j'ai un problème de rythme. Et le côté glauque, c'est peut-être mon goût pour les sales histoires qui ressort malgré tout ^^
Mat, merci pour ton enthousiasme même si je ne le partage pas ^^
_________________
ATea.
Ven 5 Déc - 14:23 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 837

MessagePosté le: Mer 10 Déc - 16:58 (2014)    Sujet du message: Faits Divers, ou la vie étalée de Pauvres Gens. Répondre en citant

Je vois vers quoi tu as voulu tendre. Le ton est là, et l'esprit absurde se devine vraiment. Ton écriture est parfois un peu empruntée. Et je sens vraiment que tu as voulu lui donner une certaine agilité. Je rejoins Mo, en fait.
Pour les passages humoristiques, par moment ça marche (le saut du beau-père) mais tu aurais pu carrément pousser plus loin dans l'absurde en amenant plus de détachement pour rendre l'ensemble totalement surréaliste. Lâcher prise complètement.
Mer 10 Déc - 16:58 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Asparanc
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 88
Localisation: Libourne

MessagePosté le: Mer 10 Déc - 19:51 (2014)    Sujet du message: Faits Divers, ou la vie étalée de Pauvres Gens. Répondre en citant

ATea, comme d'habitude, c'est un super texte !
_________________
« L'écriture n'est pas un loisir, c'est un art »
Mer 10 Déc - 19:51 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Jeu 11 Déc - 09:25 (2014)    Sujet du message: Faits Divers, ou la vie étalée de Pauvres Gens. Répondre en citant

Yannick Darbellay a écrit:
Je vois vers quoi tu as voulu tendre. Le ton est là, et l'esprit absurde se devine vraiment. Ton écriture est parfois un peu empruntée. Et je sens vraiment que tu as voulu lui donner une certaine agilité. Je rejoins Mo, en fait.
Pour les passages humoristiques, par moment ça marche (le saut du beau-père) mais tu aurais pu carrément pousser plus loin dans l'absurde en amenant plus de détachement pour rendre l'ensemble totalement surréaliste. Lâcher prise complètement.



Ah le lâcher prise, j'y travaille. J'y travaille ^^
Merci Nick pour ton commentaire et ta lecture, ou l'inverse, en tout cas, pour le temps que tu as pris
_________________
ATea.
Jeu 11 Déc - 09:25 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:06 (2016)    Sujet du message: Faits Divers, ou la vie étalée de Pauvres Gens.

Aujourd’hui à 08:06 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°64

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield