S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Black scale

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°51 à 100 » Défis n°61 à 70 » Défi n°67
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Lun 26 Jan - 16:45 (2015)    Sujet du message: Black scale Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Le ciel est si bleu.
Si bleu… 
Si limpide, que je pourrais sans doute me noyer dedans.
J’aimerais m’y perdre. 
Oublier.


Ce serait si facile, tellement simple.


Mais rien n’est simple.
La dureté et la froideur de la vie, m’écorchent chaque jour.
Me rappellent qu’il n’a plus de rêves, ni d’espoirs.




Je sens les pierres s’incruster dans ma chair sous le poids de mon propre corps. 
Mais cela n’a plus d’importance, la douleur.
Pourtant, ressentir, c’est la preuve que je suis encore vivante, encore moi. 
Enfin, je crois.


Tout autour je ne vois que de la désolation, de la tristesse qui suinte des murs, des cris étouffés dans le creux des pierres, la mort squelettique trainant à chaque coin de rue.
Et je suis au milieu de tout ça, incapable de faire un pas de plus.


Attendant, inéluctablement, de faire partie du décors, comme les autres.




Il y a juste le ciel qui continue à être lui-même.




Tout ce chaos. 
Tant de morts. 
Pourquoi?
Tout cela à cause des hommes qui se pensaient si intelligents, au-dessus de tout, même des lois de la nature. 
Quelle arrogance! 
A force de vouloir prolonger leur vie au-delà de toute limite, ils ont crée LE vaccin miracle qui devait nous permettre de vivre 200 ans avec toujours  notre corps de 20 ans.
Ah les premiers essais étaient au-delà de tout leurs espoirs, cela s’arrachait à prix d’or. 
Comment résister? 
Frôler l’immortalité du doigt, quelle tentation.
A la fin, riches, pauvres, tous ont reçu leur injection.
Ils étaient tous, si, euphoriques.
Les imbéciles.


Puis….
Cela a commencé, sournoisement.


Des morts foudroyantes par milliers. 
L’explication, allergie au vaccin.


Ensuite beaucoup se sont  simplement figés, comme suspendus hors du temps. Ils ne bougeaient plus, ne mangeaient plus. Ils restaient debout face à un mur et semblaient regarder, l’infini ou l‘absence. 
Le temps s’était arrêté pour eux. 
Ils finissaient inévitablement par mourir, en s’effondrant comme des marionnettes sur le sol.
L’explication, un esprit trop fragile.


Pourtant le plus terrible n’avait pas encore fait surface.


On a commencé à voir apparaitre des écailles noires sur le visages des gens, dessinant de arabesques funestes, enracinant une douleur insupportable.
A chaque nouvelle écaille, une nouvelle douleur plus terrible naissait, les entrainant vers la folie.
Quand elles recouvraient une grande partie du visage, c’était la fin, ou un nouveau commencement.
La folie, dans tout ce qu’elle avait de plus noire, de plus lugubre, émergeait de ces êtres autres fois humains.
Les atrocités ont commencé, les meurtres, les violences, les suicides aussi
On aurait dit qu’ils n’avaient qu’une idée en tête, nous exterminer.
L’explication, aucune.


Quand le nombre des morts a dépassé celui des vivants.
Que les cadavres étaient laissés à pourrir dans les rues.
Que  les animaux ont commencé à les dévorer en provocant une réaction en chaine.
Ce qui nous avait affecté, les touchait à leur tour.
Le monde a cessé d’être.




Aujourd’hui, je ne suis même pas certaine qu’il y a encore des êtres “normaux” qui errent sur cette terre.
Je suis peut être la dernière.
Mais plus pour très longtemps.




Je marche sans discontinuer le jour.
La nuit, je me terre.
Je vis dans le silence. 
Je ne rappelle pas la dernière fois ou j’ai entendu un oiseau chanter. Encore moins quand j’ai parler avec quelqu’un, c’était il y a si longtemps.


Dans les maisons éventrées et saccagées, je fouille pour survivre.
Je trouve des boites de conserves, des vêtements et des livres.
Mais c’est de plus en plus difficile de trouver quoi que ce soit surtout de l’eau en bouteille, voir impossible.


Hier c’était mon anniversaire j’ai eut la tristesse d’avoir 105 ans dans mon corps de 20 ans et l’horreur de voir ma première écaille noire, sur ma joue droite.
C’est comme une brulure, un gout amer qui reste dans le fond de la bouche, cette marque qui scelle mon avenir.


Mais j’ai continuer à avancer, à chercher pour grappiller des morceaux de survie. Je ne voulais pas croire ce qui m’arrivait, l’accepter était inconcevable.


Pourtant aujourd’hui, au milieu de cette route, je me suis effondrée, pleurant, hurlant, maudissant les hommes et leur avidité.


Je voulais survivre, me battre contre cette ironie.
Mais je ne suis qu’une conne.
Me battre pour quoi, un jour de plus.
Une boite de conserve de petits pois.
Un pull bien chaud quand les nuits sont fraiches.
De pouvoir finir le livre que j’ai commencé.
De trouver quelqu’un, de parler…
Mais il me reste quoi à la fin, de la solitude, un brin de démence de croire que peut être…
Je suis seule, depuis si longtemps.
Je suis fatiguée de me battre, de survivre.
Par ce qu’il n’y a pas de lendemain, ni de jours après ça.




Je regarde le ciel, sa beauté, sa douceur et en même temps je sens les écailles qui creusent sous ma peau.
Cette folie insidieuse qui me dévore et qui grandit chaque jour.


Je dois arrêter tout ça avant de ne plus avoir de choix.


Le ciel est si bleu, si limpide.
Je voudrais m’y noyer.










_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Lun 26 Jan - 16:45 (2015)
Auteur Message
Odepluie
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 381

MessagePosté le: Mer 28 Jan - 14:33 (2015)    Sujet du message: Black scale Répondre en citant

Approche du thème :
Ah toujours la jolie poésie de Christine =) Bon là on est bien dans le thème aussi, aucun doute. On sent toute la mélancolie, la nostalgie, l'amertume aussi de ce personnage. C'est tout dans l'introspection, et c'est vrai que le thème s'y prêtait bien. Ce "je suis le dernier humain de la terre" me renvoie à une chanson que j'adore vraiment (Plus Rien des Cowboys Fringants). Bref une lecture vraiment très agréable, un très beau texte !

Respect de la contrainte :
J'aime bien l'origine du mal que tu nous proposes ! Les hommes responsables de leur perte, pour la recherche d'une jeunesse éternelle, c'est original et loin d'être absurde. En tout cas, on comprend bien ce qui s'est passé en amont et comment le personnage en est arrivée là.

Ma phrase préférée :
"Me battre pour quoi, un jour de plus.
Une boite de conserve de petits pois."
Mer 28 Jan - 14:33 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 01:32 (2015)    Sujet du message: Black scale Répondre en citant

Il ne reste que quelques minutes à ma vie
Tout au plus quelques heures je sens que je faiblis
Mon frère est mort hier au milieu du désert
Je suis maint'nant le dernier humain de la Terre

Pouaaah j'adore cette chanson !!! Et ton texte m'y a beaucoup fait penser aussi. Après, hum... J'ai pas trop trop accroché. Justement, j'ai trouvé qu'il avait manqué de ta poésie, qui aurait fait un truc de dingue dans un monde post-apo. D'un point de vue tout à fait personnel, j'ai pas trop aimé le choix de la première personne. J'ai pas trouvé ça adapté. Puis j'ai trouvé l'explication trop mécanique, pas assez ancré dans une véritable démarche narrative. Bouarf, bref... j'ai pas accroché quoi. Désolée désolée désolée >_<
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Sam 31 Jan - 01:32 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Linelea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 19 Sep 2013
Messages: 938

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 01:47 (2015)    Sujet du message: Black scale Répondre en citant

Tu nous dépeint une vue terriblement noire d'un monde futur...
J'aime l'histoire sous-jacente, le vaccin contre la mort... L'espoir d'avoir contourné l'inéluctable, mais l'homme est trop sur de lui...
Et tout s'effondre^^
Je trouve juste que dans ta façon de la raconter, on a pas assez d'élément, tu as opté pour des phrases très courtes et il m'en manque, enfin j'en aurais aimé plus

Bravo ^^
Sam 31 Jan - 01:47 (2015)
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 01:50 (2015)    Sujet du message: Black scale Répondre en citant

J'ai pensé au texte "Plus Rien" des Cowboys. Et avec lectures des autres commentaires : je vois que je ne suis pas la seule. Il résonne vraiment de cette façon, sans espoir. C'est la fin... Et vu avec une histoire intéressante sur la perversion de l'homme, son désir de supériorité qui le bouffe. Le tue.


Mais voilà, il m'a manqué un peu de ta patte dans ce texte. Il n'est pas assez imprégné de ta poésie à mon goût. 
_________________
ATea.
Sam 31 Jan - 01:50 (2015)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 03:10 (2015)    Sujet du message: Black scale Répondre en citant

Je pense que la structure de ton texte nous fait s'attendre à quelque chose d'autre... Moi je l'ai lu sans pauses, sans blancs, et je l'ai apprécié différemment. Je comprends bien là où tu as voulu aller, et ce sentiment que tu esquisse... On en ressent pas complètement l'onde de violence... Mais on imagine bien !
_________________
Rafistoleuse
Sam 31 Jan - 03:10 (2015)
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Dim 1 Fév - 11:39 (2015)    Sujet du message: Black scale Répondre en citant

Tu maîtrises cette poésie de l'organique et de la chair. Et on sent dans ton texte ce mélange de mélancolie et de noirceur avec en arrière plan cette rengaine de l'inéluctable. Oui ta narratrice va vers la mort et elle aimerait se noyer dans le ciel bleu. 
Dim 1 Fév - 11:39 (2015)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 835

MessagePosté le: Sam 7 Fév - 15:25 (2015)    Sujet du message: Black scale Répondre en citant

Je retrouve ta patte dans ce texte fort. La fin en écho à l'intro achève puissamment cette histoire désespérée.
Pour moi il ne manque pas de poésie. Peut-être d'un peu d'action, pour nous plonger totalement au cœur du désastre. Tu nous tiens à distance, et offre une vue générale, mais c'est aussi l'état d'esprit de ton personnage.
Bravo
Sam 7 Fév - 15:25 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:58 (2016)    Sujet du message: Black scale

Aujourd’hui à 23:58 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°67

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield