S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Au soleil...

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°51 à 100 » Défis n°61 à 70 » Défi n°67
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Wilou
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Oct 2013
Messages: 719
Localisation: Fraserburgh, Ecosse

MessagePosté le: Mer 28 Jan - 20:27 (2015)    Sujet du message: Au soleil... Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Alors on vit chaque jour comme le dernier palapapa... Les vieilles chansons avaient désormais un goût amer. A l'époque, on pouvait profiter de la vie, s'éclater chaque jour en sachant que de toute manière, la vie était assez longue pour ne pas s'en faire. Il faisait beau régulièrement, la démocratie leur donnait la joie d'être libre de penser, parler, faire ce qu'ils voulaient, peu ou prou. Mais ces dernières années, le dernier jour pouvait en effet être le dernier. La fin du monde approchait. Elle avait déjà eu lieu, en fait. Il ne restait que des ruines, des amas encore fumants qui crevaient à petit feu. Avant l'extinction finale.

Ce qui restait avait engendré une violence inouïe, un degré zéro de l'humanité, une zone de danger permanent. Il n'y avait plus de loi, plus de gouvernements. Les gens d'en haut avaient été évincés, de manière rapide et efficace, par décapitation et autres procédés de cet acabit. Ceux qui avaient pris leur place n'avaient pas duré longtemps eux non plus.

Le monde avait du sang sur les mains, du sang dans les yeux. Le goût du fer indélébile marqué sur la langue. Quand on sortait, c'était en groupe, entre alliés, et jamais sans ses armes. Ceux qui avaient la chance d'avoir trouvé un ancien dépôt de munitions avaient l'avantage sur les autres, qui se contentaient d'armes blanches parfois bricolées à partir de rien.

L'orient comme l'occident, le nord comme le sud, tout avait péri. Et parmi les survivants qui s'étaient terrés dans leurs villes anti-atomiques, il y avait ceux qui savaient lire.

A quoi bon enseigner l'histoire, se disait Murray. Il n'y a plus d'espoir. Il avait lu toute la bibliothèque. Il avait en tête ces romans de science-fiction où les hommes avaient colonisé l'espace. Ce doux rêve resté à l'état de fiction. La science n'avait jamais été assez loin. Elle n'avait jamais permis le voyage interstellaire. Elle n'avait jamais autorisé d'aller à la vitesse de la lumière, ni de survivre aux radiations. Elle avait cloué les hommes sur terre. Et comme les apôtres d'une religion millénariste, les physiciens, mathématiciens, biologiques, astronomes n'avaient que pu prévenir de la fin. Et quand les premiers effets de la mort précoce du soleil s'étaient fait sentir, il y avait eu plusieurs vagues de suicides collectifs.

La fin du monde! La fin du monde!

Ces mots ne résonnaient plus entre ces murs depuis longtemps. La terre était une rôtissoire, et seule la nuit permettait de sortir un peu. Ça tournait, ça tournait. Le processus était lent. La température avait d'abord commencé à monter, les plantes à dépérir, les eaux à envahir le littoral puis les territoires reculés, et les rivières à se dessécher, petit à petit. Et trois générations plus tard, tout ce que la science pouvait faire, c'était produire des denrées alimentaires pour subvenir aux besoins d'une partie de la population.

Et puis ça continuait. Et la science ne pouvait plus rien. Murray sortait le soir, discrètement, une fois les gangs partis un peu plus loin, pour regarder les étoiles. Dans sa petite cité souterraine, il n'y avait plus que deux enfants. Leo et Amelia. Leo ne savait pas lire. Il avait quinze ans, et partait régulièrement avec un des gangs à la recherche de vivres. Il maniait les couteaux mieux que les mots. Il avait tué régulièrement depuis ses dix ans. Pour sa survie, et parce que les autres menaçaient son gang et sa cité. Amelia avait un an de moins, et était celle qui passait le plus de temps avec Murray.

Les gens avaient cessé de se reproduire. Pas par manque de temps ou d'envie. Par manque de ressources, par incapacité, par maladie. Il n'y avait plus de quoi soigner beaucoup de monde, et quand un enfant venait au monde, il n'était pas rare qu'il meure dans l'année. Et depuis Amelia, plus personne n'avait passé dix ans. Les autres enfants avaient péri. La faim, le danger, les épidémies.

Murray avait passé ses connaissances à Amelia. Leo n'en voyait pas le but. Tout le monde savait qu'ils étaient la dernière génération. Amelia et Leo passaient parfois des nuits ensemble. Ils étaient jeunes mais s'en moquaient. Ça passait le temps. Entre connaissances et violence. Et Murray regardait les étoiles en pensant à Asimov, Dick, Baxter, et tous ces grands auteurs qui avaient su étendre l'humanité à l'infini... Il regardait les étoiles en se disant que rien ne sauverait Amelia et Leo. Peut-être auraient-ils un enfant. Mais il avait passé sa vie ici. Et il savait que les prochaines vagues solaires détruiraient ce qu'il restait de leur planète. Alors il voyait Leo et Amelia, en rêve... agneaux sacrifiés par l'incapacité de l'homme à faire mieux et par la fatalité de la réalité. Un vieux dicton. L'homme est fait pour vivre sur terre.

Il entendit quelques explosions au loin. Il scruta l'horizon et vit de la fumée. Quelques cris. Des hurlements. Et des rires. La folie des hommes. Le cœur serré, il savait que le petit Leo était là-bas, à commettre il ne savait quelle exaction contre la cité voisine. L'adolescent avait le sourire d'un ange et le regard d'un démon. C'était ça, la fatalité, l'humanité dans toute sa splendeur.
_________________
Hopla!
Mer 28 Jan - 20:27 (2015)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Ven 30 Jan - 18:08 (2015)    Sujet du message: Au soleil... Répondre en citant

En fait il y a deux apocalypses à l'intérieur de ton texte, celle visible, dévastatrice, meurtrière. Et puis il y a celle moins perceptible mais plus terrifiante. celle qui ne se termine pas, celle qui ronge l'intérieur. Celle de Léo, celle de Murray..

Bref, j'aime ! Je retrouve ce monde blessé qui ne se remet pas. Pas d'espoir en effet.
_________________
Rafistoleuse
Ven 30 Jan - 18:08 (2015)
Auteur Message
Odepluie
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 381

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 00:03 (2015)    Sujet du message: Au soleil... Répondre en citant

Approche du thème :
C'est vrai que c'est un monde blessé que tu nous dépeins là Wilou ! Le thème est là, c'est sûr, on sait/on sent l'humanité au bord du gouffre. A la fois par sa propre décadence, et ces éruptions solaires qui condamne la planète ! C'est bien amené, avec cette jeunesse à la fois innocente et cruelle. Bref un texte fort et piquant ! J'ai vraiment beaucoup aimé aussi ! A la 2e lecture encore plus qu'à la 1ère =) Bravo !

Respect de la contrainte :
Un monde à l'agonie, au même titre que ses habitants. Comme une fatalité pour les deux. Rien à dire, c'est l'apocalypse, le chaos =)

Ma phrase préférée :
"Le monde avait du sang sur les mains, du sang dans les yeux. Le goût du fer indélébile marqué sur la langue. "
Sam 31 Jan - 00:03 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 02:23 (2015)    Sujet du message: Au soleil... Répondre en citant

Ce que j'ai aimé, avec le dernier paragraphe, c'est qu'il a l'air de dire que l'homme reste un homme, quelle que soit la situation... C'est là qu'y'a aucun espoir. A quoi ça sert de faire survivre l'humanité quand elle n'est de toute façon que destruction ? Triste constat.

Cela dit, globalement, j'ai trouvé ça un poil rapide. J'aurais aimé que tout soit un peu plus développé. J'ai l'impression que tu restes un peu en surface de ton idée, qui est pourtant excellente, la double échelle apocalyptique.
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Sam 31 Jan - 02:23 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Linelea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 19 Sep 2013
Messages: 938

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 02:29 (2015)    Sujet du message: Au soleil... Répondre en citant

Quelle tristesse de ne plus croire en aucun espoir en la jeunesse en la relève...

C'est un tableau sans espoir aucun et pire ou ils baissent les bras et vont jusqu'à s'en foutre..

Triste tout ça très triste, mais bien retranscrit
Sam 31 Jan - 02:29 (2015)
Auteur Message
Wilou
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Oct 2013
Messages: 719
Localisation: Fraserburgh, Ecosse

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 02:44 (2015)    Sujet du message: Au soleil... Répondre en citant

Merci les plumis!

Octo: normal... ça a écrit rapidement. J'ai pas des masses de temps ces jours ci... (et puis tout le monde sait que j'aime pas prendre mon temps quand j'écris xd)

Line: de toute façon, ils sont tous condamnés. Le soleil va rôtir la terre (et a déjà commencé à le faire) et plus rien ne vivra sur ce caillou... La relève ne sert à rien, elle est tout aussi condamnée que les autres. Ne reste que la survie immédiate.
_________________
Hopla!
Sam 31 Jan - 02:44 (2015)
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Dim 1 Fév - 11:50 (2015)    Sujet du message: Au soleil... Répondre en citant

Une autre vision toute aussi noire. J'aime beaucoup. Il y a quelques pépites poétiques et un soin constant de caresser l'oreille du lecteur. Ta musique est agréable à entendre.


Bien que le monde soit devenu une rôtissoire et l'homme un être décidément irrécupérable 
Dim 1 Fév - 11:50 (2015)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 837

MessagePosté le: Sam 7 Fév - 16:54 (2015)    Sujet du message: Au soleil... Répondre en citant

Tu dépeins avec une certaine amplitude cet univers agonisant, tu le scrutes, on te suit. Après j'ai été surpris de voir arriver la fin aussi vite. ça démarrait comme le début d'une aventure plus large et puis ça se termine déjà. En même temps, ça colle à l'esprit du texte. Pas de retournement possible. 
Bien joué
Sam 7 Fév - 16:54 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:21 (2016)    Sujet du message: Au soleil...

Aujourd’hui à 22:21 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°67

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield