S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
LE DRUIDE

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°51 à 100 » Défis n°71 à 80 » Défi n°75
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Dim 29 Mar - 12:26 (2015)    Sujet du message: LE DRUIDE Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
LE DRUIDE

Je le voyais derrière son chevalet croquer le monde et déployer son fusain sur une feuille. Il était vieux. Il ressemblait à un druide venu du fond des temps. Si l’on avait pu donner son âge à la longueur de sa barbe blanche, il aurait eu des siècles de vie passée.
Sa peau tissée de rides se plissait presque. Ses yeux d’un vert translucide parlaient un double langage, celui de la mélancolie et de l’enthousiasme.
Il tournait le dos à la route. Il ne portait son attention que sur moi. Moi un platane. Un parmi tant d’autres, noyé dans la masse.
Nous étions les uns derrière les autres et formions une ligne allant à l’infini, longeant l’asphalte, sentant la chaleur des pneus, leur érosion sur le bitume et l’approche de la mort quand par moments, un véhicule venait à prendre un risque inconsidéré.
Parfois je sentais le frôlement d’une aile, d’un pare choc arrière, le frisson d’une collision possible. J’aurais préféré la paume d’un homme, le dos d’une femme. Que j’aurais aimé jouer ce tuteur de l’amour ou se frottait parfois la fleur du désir.
Seulement j’étais trop près de la départementale, trop près de la mort. Là-bas, dans la forêt, je voyais au loin ces corps courir, se rejoindre, s’aimer, s’abandonner dans une clairière, se promettre tant de choses impossible à tenir.
Le vieux dessinateur me disait souvent : « la vie c’est comme la couleur, ça tient jamais longtemps »
Depuis qu’il avait vu le bleu horizon, le vert de l’espoir, le rouge de la passion quitter les façades de Notre Dame de Paris, mon druide s’était promis de ne plus toucher le moindre pigment.
Alors, il s’était mis au noir et blanc, à ce « duochrome » si riche, fort d’un dégradé allant de virginité au néant.
Il revenait aux origines, à la fraicheur du trait, celui qui excitait sans doute l’homme de cro magnon dans sa grotte.
Et mon croqueur de poursuivre avec ses mots : « tu sais on touche la vérité avec les nuances des gris, on ne triche plus. »
Je doutais de son opinion. Mais à force de le voir, creuser son sillon, venir chaque jour étudier mes courbes, observer le vent démêlant mes feuilles, disséquer les secondes fragiles où la transpiration de ma sève marquait ma renaissance, je changeais d’avis.
Qu’importait l’aspect du ciel, de sombre à mixte en passant par dégagé, mon portraitiste était fidèle.
Et quand la nuit venait, il me montrait en tremblant le résultat de son ouvrage.
Sous la lumière d’un briquet, je me redécouvrais un corps sans âge avec la vague impression d’une éternité.
A défaut de toutes les teintes, j’avais enfin le temps. C’était étrange, jouissif, inespéré. J’étais au bord de la route, au ralenti.
Les deux et quatre roues, eux, filaient avec leur arc en ciel fugace. J’avais envie de leur crier : « ne courez pas si vite, ça ne sert à rien. On se lasse et la couleur passe. Elle se délave et on l’oublie »
Comment leur faire comprendre, alors qu’ils ne s’arrêtaient jamais à mes racines, si ce n’était pour cesser de vivre.
Comment leur dire ? Me replanter plus loin, en lisière de ces nappes à carreaux, en voisinage de ces femmes qui se remaquillaient avant de gober un sandwich ?
Peut-être… Peut-être pas. C’était triste de les regarder, triste de constater qu’année après année, la couche de blush s’épaississait, le rouge des lèvres prenait du relief, la peau du visage reluisait. Pour quel résultat ? La pente inexorable de la décrépitude.
Le druide acquiesçait avec ce mot terrible : « la couleur ne pardonne rien, elle souligne les laideurs. Le noir et blanc c’est l’élégance, le lien heureux entre l’enfance et la vieillesse. »
J’aimais être un croquis par la douceur de ses mains, et me croire plus fort que tout.
Je redoutais le jour de son départ, le jour du dernier trait.
Lui me rassurait avec cette maxime : « un artiste n’est jamais satisfait de son œuvre, il n’en voit que les défauts. C’est pourquoi il rechigne toujours à y mettre le point final. ».
Aussi aurais-je la certitude de voir mon druide jusqu’à son dernier souffle.
Dim 29 Mar - 12:26 (2015)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Lun 30 Mar - 10:51 (2015)    Sujet du message: LE DRUIDE Répondre en citant

Eh bien, mon cher Hector tu as fais de la contrainte, le thème même de ton texte, mais pour le coup, tu n'as pas respecté la contrainte En fait, je me suis peut-être mal exprimée dan l'intitulé, je voulais dire par là que vous ne pouviez as utiliser de couleurs dans votre texte Embarassed

Et pourtant, ton druide y a renoncé, lui

Outre la contrainte que tu as sans doute mal interprété, ton texte est vraiment très agréable à lire. Tu t'es mis dans la peau d'un arbre et tu lui as donné des émotions, des envies, des rêves et des espoirs.
Et c'est beau, et sensible. J'aime l'idée d'inverser les rôles, le fait que le platane soit l'observateur de la vie qui court de ce druide qui l'esquisse.

Ce que j'aime aussi, c'est ce plaisir, le fait que ce renoncement aux couleurs, soit quelque chose de beau, de vivant. Tu donnes à cette musique, une dimension qui prend le contre-pied..

Vraiment c'est très bien amené !
_________________
Rafistoleuse
Lun 30 Mar - 10:51 (2015)
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 835

MessagePosté le: Mar 31 Mar - 12:33 (2015)    Sujet du message: LE DRUIDE Répondre en citant

Un bien joli texte. J'aime ce face à face improbable et poétique entre un Léonard du bitume, et un platane philosophe. C'est sensible, et bien écrit, une gourmandise. Bien joué !
Mar 31 Mar - 12:33 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Jeu 2 Avr - 13:10 (2015)    Sujet du message: LE DRUIDE Répondre en citant

Joli texte, un platane mélancolique un peinture à la mine triste.J’ai bien aimé 
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Jeu 2 Avr - 13:10 (2015)
Auteur Message
Linelea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 19 Sep 2013
Messages: 938

MessagePosté le: Mer 8 Avr - 13:14 (2015)    Sujet du message: LE DRUIDE Répondre en citant

c'est un très joli jet que tu nous as fait. Même si tu n'as visiblement pas joué correctement avec la contrainte ^^

bravo
Mer 8 Avr - 13:14 (2015)
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:58 (2016)    Sujet du message: LE DRUIDE

Aujourd’hui à 23:58 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°75

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield