S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Défi 76

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°51 à 100 » Défis n°71 à 80 » Défi n°76
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
JEFFJOUBERT
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 05 Avr 2015
Messages: 23
Localisation: Brest

MessagePosté le: Dim 5 Avr - 14:20 (2015)    Sujet du message: Défi 76 Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
[b]Lettre couleur d'iode[/b]




Ma belle Rose. Le vent de tes caprices dérive vers cette plage, en un souffle le sept se lève, des souhaits se dessinent pour notre terre, unité, fraternité, sans port d’âme bleu séant. Maître du temps, de l’espace, le six tonne et sort de l’enfer, une lettre de misère, un long silence de désarroi, qui laisse parfois amer le cinq couler en mer, dans son cortège de sortilèges. Vingt, dix vins, Jeff à des secrets de familles, il rêve d’un chiffre câlin, identique au quatre et ses arrières pensées sauvages : pleure, rage, nage sous le pli de l’ennui, respire…

Puis le trois, la source, deux frères, une flamme et plus un seul mystère. Une croisière, de la danse sur les flots, lointaine descente vers ce bras de fer, juste un creux, une vague, des étoiles plein la tête, une larme sur l’œil-cœur. Un visage sur cette plage, le tien, la marée l’efface Rose, un long songe sans menace.
La nuit offre cette distance confuse, celle qui entre dans les pores de ma peau, cette mémoire presque morte où résistent quelques images de sirènes, des fruits de nos vacances disparues au fond de l’eau.
Le sable réfléchit, l’Ô delà s’élève, la douce silhouette de ton esprit, une valse qui rend belle quand elle étonne la nuit et donne ce plaisir de t’apercevoir souriante sans nuage, heureuse, dans cette pluie de miroirs qui sommeillent...


Rose ! J’aimerais être une fleur que tu caresses du regard, puis devenir ton parfum. Des nuances de seringa qui se colleraient à ton cou, je te suivrais partout sur cette mer de Chine où tu jetterais ton ancre. Ton corps serait mon nid, et sur ta peau je serais cette goutte que tu respires. Une perle du sud qui s’écoule comme le temps sur tes reins. Dans le noir, je t’imagine brûlante. Tu es l’ampoule de ma mémoire refusant de descendre de ce nuage amer. Ensemble, nous croiserions des étoiles filantes qui tireraient leurs derniers traits citron et animeraient le ciel du feu de notre passion. Un sourire éternel masquerait l’abandon du fruit de nos raisons.
Là, et seulement là, dans l’essence du réel, unis.




Lueur d’aquarelle sur cette huile, une brume de quiétude, personne ne bougeait sur ce bateau aux voiles ferlées. Le vent absent était totalement atone, et derrière ce silence, la mer se plaisait à mimer le lac. Espace miroir aux effets trompeurs de l’apparence, aucun signe du lendemain, de cette tempête qui allait creuser les reins de l’Atlantique Nord. Rien.
Cet élément maîtrise le double jeu et sa silhouette assassine, aussi insidieuse que les sirènes. Dans ce matin aux gris rosés, les vents n’avaient point de refrains. L’ombre de basse mer se projetait en privé et provoquait un mirage sur et sous l’eau. L’air était faux, l’air était fou, la mort patientait, elle attendait son quart d’heure, ailleurs.
La nature vivait à l’ombre de ses couleurs. Tout sommeillait, sauf les araignées qui, sereines, glissaient sous l’eau, guettant, tristes fossoyeuses impatientes et grinçantes, leur butin.
Écoutez leurs appels, à ces femmes Océan !
Entendez leurs appels, le chant dévastateur de ces dangereuses six reines, légendes de nos mers, oasis de plaisirs. L’Océan est leur voix, leur domaine, et il rugit de désirs en s’effaçant face à leurs corps, méfiance.
Ne soyez pas stupide, n’écoutez pas les complaintes de ces femmes-poissons. C’est votre corps qu’elles fiancent !
Si vous étiez éveillé ce jour-là, ou si vous étiez né, peut-être auriez-vous pris peur du son de l’absence.
Fragiles et innocents, des poissons jouaient. Ils guettaient, paisibles, la présence d’une main, triste aumône du marin poète à ses heures, glissant des vers sur son hameçon. Le fond de la faim, ce gouffre entre vie et mort… Si le poisson souffre, c’est qu’il aura eu le tort, goinfre, d’ouvrir la bouche.
Silence, et force du calme. La mer dort.
Peut-être ?





Rose ! Tu es une araignée muette dans l’arène de mars à décembre, un trait d’inconscience dans le silence de la mer, un plongeon dans le noir des phosphorescences, la lumière des abysses et la bise d’une fée. Le dé de la chance coule comme le murmure vague d’une raie. Depuis que, dans sa vie, cet homme a perdu les clefs du secret, le soleil s’absente... Pourtant, à l’est, les jours se lèvent. Dans sa nuit, la lave rouge transpire de cendre, brûle les arbres et transcende. Lui, il nage dans l’oubli, danse en folie, et pense aux chats qui s’amusent sous la pluie. L’île respire l’essence du lendemain, des fleurs mauves au parfum sauvage et l’espoir de croiser un oiseau-dauphin.
Voler vers un nuage de soie, enfin dormir dans ses bras, croire aux baisers de feu du dragon.
Aussi léger que peut l’être une plume, sortir de la misère, d’une solitude assassine.
Rire.




Un petit port tranquille et ses bateaux qui se rangent au gré des courants, des lunes et des soleils qui s’aiment, s’attirent et se délaissent. Les voiles sont bleues, vertes, mauves ou rangées. La mer, elle, est silencieuse si le vent ne se fait point remarquer. J’aime l’abri du petit coude né de la rivière qui se jette à la mer, et le charme suranné des corps morts éparpillés. Ce sont de bien curieuses bouées qui ne retiennent pas les marées, mais les navires qui s’y amarrent. La nature nous promène dans son spectacle permanent, ses bruits, ses sources, et les délices de ses couleurs. Des nuages turbulents se baignent dans le ciel, éclaboussant le bleu de gris arrosés. Étrange impression de ce lieu aérien où il pleut des idées de rentrer auprès d’une cheminée, le regard allumé face aux flammes rouge cendré qui projettent leur chaleur. Les dos des bateaux agitent leurs mats secoués par les mouvements des flots, la musique des drisses et des chants d’oiseaux enchante ma pensée.

Je rigole et je m’affole de cette illusion de paix, de ce lieu miroir où la guerre s’est effacée. Des souvenirs de peines qui ont existé bien avant que je sois né affleurent. Curieuse idée que de penser aux bombes qui, sans secret, déchiraient le ciel, crevaient les nuages, laissaient couler la colère rouge du pas de veines, transformaient les rues en artère de sang ou en arc-en-ciel de douleur. Jeff. Sans fortune, sans navire, mais « capitaine » au sang d'iode, abandonné sur la toile de ses souvenirs...
Les triangles de mon bermuda ne tournent plus rond, tant mes bleues, non violet, son ce sac à terre...

_________________
Sans fortune, sans navire, mais "capitaine" à sec de toile...
Dim 5 Avr - 14:20 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 7 Avr - 05:16 (2015)    Sujet du message: Défi 76 Répondre en citant

Tiens tiens, Rose... Ce prénom m'est familier... J'étais allée jeter un œil sur ton site, du coup en lisant ça m'a interpellé L'univers marin , ça collait pile-poil n'est-ce pas ?

Ta plume est très agréable à lire, c'est fluide, et très imagé. Beaucoup de poésie, parfois tellement de poésie sue j'en perd le sens de la phrase Embarassed
Mais on sent bien qu'il nous manque des éléments, les personnages ont un avant et un après... En tout cas, ça reste une très belle déclaration.. Mais je ne suis pas sûre de voir le premier tableau, la notion de dyptique ne m'est pas apparue clairement, mais je relirai.

En tout cas, très beau texte.
_________________
Rafistoleuse
Mar 7 Avr - 05:16 (2015)
Auteur Message
JEFFJOUBERT
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 05 Avr 2015
Messages: 23
Localisation: Brest

MessagePosté le: Mar 7 Avr - 08:35 (2015)    Sujet du message: le dyptique Répondre en citant

La curiosité est un vilain défaut, je rigole, merci pour ses lectures fines, des textes... En effet le côté hermétique vient du fait que "Rose" peut s'y retrouver et aussi les métaphores maritimes sont pour ceux et celles qui connaissent le grand large, le départ !

Pour le dyptique, il est dans le texte et cloué par le tringle du bermuda, pour moi le tableau en forme géométrique évoque, le tourbillon de la vie, le cosmos, et l' amour !

Donc peu de mot sur ce visuelle...
_________________
Sans fortune, sans navire, mais "capitaine" à sec de toile...
Mar 7 Avr - 08:35 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 7 Avr - 13:29 (2015)    Sujet du message: Défi 76 Répondre en citant

Si tu mets le lien, c'est que c'est une invitation, non ? Twisted Evil

J'ai bien compris les métaphores maritimes... Mais, l'allusion aux triangles du Bermuda, effectivement, je ne l'avais pas vu venir
_________________
Rafistoleuse
Mar 7 Avr - 13:29 (2015)
Auteur Message
JEFFJOUBERT
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 05 Avr 2015
Messages: 23
Localisation: Brest

MessagePosté le: Mar 7 Avr - 16:19 (2015)    Sujet du message: le texte Répondre en citant

l'invitation est à lire mes "élucubrations" ; le naufrage de rose n'a pas ses textes en son seing, enfin, je le crois pas !

le triangle du bermuda, ben oui, le tableau est curieux, et j'aime jouer :-)
_________________
Sans fortune, sans navire, mais "capitaine" à sec de toile...
Mar 7 Avr - 16:19 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Wilou
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Oct 2013
Messages: 719
Localisation: Fraserburgh, Ecosse

MessagePosté le: Jeu 9 Avr - 20:45 (2015)    Sujet du message: Défi 76 Répondre en citant

En voilà un texte... ardu!
La plume est agréable, les métaphores, le choix de mots, tout ça donne lieu à de très beaux moments assez oniriques.
Mais tout de même assez ardu par moment!
Je crois avoir compris que Rose est un bateau qui a sombré dans les profondeurs, et c'est à elle que le narrateur s'adresse, ainsi qu'à ses matelots qui n'ont pas sû voir venir le danger et ont péri en mer.
Pour ce qui est dyptique... ce n'est pas clair. Je m'attendais vraiment à deux parties, deux points de vue...
En tout cas, très beau texte!
_________________
Hopla!
Jeu 9 Avr - 20:45 (2015)
Auteur Message
JEFFJOUBERT
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 05 Avr 2015
Messages: 23
Localisation: Brest

MessagePosté le: Jeu 9 Avr - 20:53 (2015)    Sujet du message: explication Répondre en citant

Difficile de me concentrer sous camisole chimique, alors j'avais des textes que j'ai cousu main sur le Turner, le second tableau n'entre pas dans l'histoire, il est l'Histoire dans sa géométrie, le triangle qui tourne pas rond... Non pas de bateau coulé, Rose est un prénom que j'utilise, j'aurais plus choisir Claire, mais se fut Rose ! merci pour ses diverses lectures, et oui, onirisme à la jeff c'est parfois hermétique, cause une muse qui s'amuse vous joue toujours ou sans cese des tours, :-)
_________________
Sans fortune, sans navire, mais "capitaine" à sec de toile...
Jeu 9 Avr - 20:53 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Wilou
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Oct 2013
Messages: 719
Localisation: Fraserburgh, Ecosse

MessagePosté le: Jeu 9 Avr - 20:58 (2015)    Sujet du message: Défi 76 Répondre en citant

Ha ben je me sens encore plus bête de ne pas avoir compris ton texte, alors!
_________________
Hopla!
Jeu 9 Avr - 20:58 (2015)
Auteur Message
JEFFJOUBERT
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 05 Avr 2015
Messages: 23
Localisation: Brest

MessagePosté le: Jeu 9 Avr - 22:19 (2015)    Sujet du message: Normal Répondre en citant

C'est normal, je suis nouveau et prose singulière, il faut s'habituer :o
_________________
Sans fortune, sans navire, mais "capitaine" à sec de toile...
Jeu 9 Avr - 22:19 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 835

MessagePosté le: Sam 11 Avr - 23:46 (2015)    Sujet du message: Défi 76 Répondre en citant

J'aime beaucoup cette écriture imagée, riche et sensible. On entreprend un voyage onirique à la beauté douloureuse. Presque désespérée. Est-ce nécessaire de tout comprendre je n'en suis pas sûr. On en perçoit l'essence.
Un beau voyage
Sam 11 Avr - 23:46 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Dim 12 Avr - 09:35 (2015)    Sujet du message: Défi 76 Répondre en citant

Belle plume en effet. Avec sa langue à elle et ce don de tricoter des images ou s'enlacent mélancolie, lyrisme et douceur.


Je te souhaite la bienvenue
Dim 12 Avr - 09:35 (2015)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Linelea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 19 Sep 2013
Messages: 938

MessagePosté le: Dim 12 Avr - 17:05 (2015)    Sujet du message: Défi 76 Répondre en citant

C'est un texte effectivement pas si simple à appréhender.
Je rejoins en ce point les commentaires précédents, parfois si ardu que l'on en perd le sens premier et je rajouterai si ce n'est le sens, le but...

Je n'ai pas non plus vu le premier tableau, même après ton explication.
Mais c'est une première participation et comme tu le dis, on a parfois besoin de s'apprivoiser pour se comprendre ^^

Donc j'espère qu'on aura l'occasion d'une prochaine lecture.
Dim 12 Avr - 17:05 (2015)
Auteur Message
JEFFJOUBERT
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 05 Avr 2015
Messages: 23
Localisation: Brest

MessagePosté le: Dim 12 Avr - 20:02 (2015)    Sujet du message: le défi d'écrire Répondre en citant

devenu fou par inadvertance, je perds mes moyens, mais pour réponse texte à clef, moi je comprends le sens de ma vie, et aussi votre dédale, les couloirs, de non perception, le côté opaque, et là aussi j'ai mes raisons :(
_________________
Sans fortune, sans navire, mais "capitaine" à sec de toile...
Dim 12 Avr - 20:02 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Mar 14 Avr - 02:07 (2015)    Sujet du message: Défi 76 Répondre en citant

J'rejoins l'avis de Yannick pour ma part. La plume est sublime et toute pleine de poésie. C'est un texte qui donne envie qu'on le lise à voix haute pour en savourer toutes les sonorités. Est-ce qu'il y avait vraiment besoin de tout comprendre ? Non, la beauté des mots se suffit en elle-même. Moi ça m'a soufflé ! Bravo !
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Mar 14 Avr - 02:07 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:43 (2016)    Sujet du message: Défi 76

Aujourd’hui à 23:43 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°76

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield