S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Il était une fois un rêve

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°51 à 100 » Défis n°81 à 90 » Défi n°81
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 829
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Lun 18 Mai - 17:57 (2015)    Sujet du message: Il était une fois un rêve Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
« Derrière toi ! »  
Goldy pivota rapidement, levant ses ailes en un mouvement fluide pour esquiver l’attaque imminente…  mais c’était trop tard. La lame du boucher s’abaissa et passa au travers de ses défenses pour venir déchirer les plumes fines de son pennage. Le sang gicla sur la face extatique de son bourreau qui se mit soudain à rire de façon démente et je vis avec horreur le corps sans tête de ma volaille courir frénétiquement dans la cour de l'immeuble.   
 « GOLDY!!»   
Un cri de désespoir. Ce ne pouvait pas être vrai. Goldy était ma poule aux œufs d'or. Ils n'avaient pas le droit la faire rôtir pour les fêtes de noël!   
Une main frappa douloureusement l’arrière de ma tête et je me retournai.   
« Combien de fois il faudra que je te le répète ! Tu es demeurée ou tu le fais exprès ? »   
Le soleil du désert me cuisait la nuque et la sueur coulait le long de mes omoplates et au creux de ma poitrine. Je posai les yeux sur le vieil homme qui me faisait face, une réplique bien sentie prête à fuser mais son regard bleu perçant me fit ravaler mes paroles.   
« Ne jamais hésiter ! Quand est-ce que ça va te rentrer dans la caboche, petite morveuse ! C’est pourtant pas bien compliqué à comprendre merde ! Des fois je me demande pourquoi j’ai décidé d’entraîner une abrutie pareille.   
- Parce qu’une abrutie inexpérimentée avec une arme est plus dangereuse qu’une abrutie entraînée avec une arme, marmonnai-je entre mes dents.   
- Ouais… mais une abrutie qui hésite est une abrutie morte. Tu ferais bien de t’enfoncer ça dans le crâne. »   
Le cowboy me considéra un moment en silence, comme mesurant ma motivation, ou plutôt mon niveau d’obstination, puis lâcha plus calmement :   
« Épaule ton fusil et recommence. »   
Je fis le vide dans mon esprit et me concentrai sur le nouvel exercice que me proposait Clint, mettant de côté son sermon. L’ancien chasseur de prime tirait aléatoirement sur des ficelles qui retournaient des cibles en bois de couleurs différentes dispersées un peu partout dans la cour. Rouge pour un ennemi, bleue pour un allié et jaune pour un innocent. Pour survivre il fallait être rapide et surtout, ne pas hésiter.   
Cette fois je n’échouerai pas.   
La première cible apparut sur ma gauche et je pivotai pour lui faire face. Jaune. Je me retournai pour tirer sur la pancarte qui s’était érigée dans mon dos, puis sur la droite. Bleue, rouge. Les cibles s’enchaînèrent ainsi à un rythme toujours plus élevé et je ne pu bientôt plus compter que sur mon instinct et mes réflexes pour ne pas me laisser déborder. Bleue, rouge, jaune, jaune, rouge, bleue. Les couleurs et les tirs se mariaient en une symphonie funeste orchestrée par le maître des lieux. Bleue, bleue, jaune, bleue, rouge. Mon doigt appuya sur la détente, mais je regrettai tout de suite mon geste. Au centre de la dernière pancarte se trouvait un large carré jaune. Mon cœur se poigna. J’avais tiré sur un innocent.   
Rouge.   
« Bam, tu es morte.   
- Mais ce n’est pas juste, la cible avait deux couleurs !   
- La vie n’est jamais toute noire ou toute blanche gamine. Il n’y a que dans les comtes que les méchants sont méchants et les gentils gentils. La plupart du temps les gens sont les deux à la fois, ça dépend juste de quel côté tu te places. Il faut faire un choix, et c’est ce que tu as fait.   
- Mais…   
- Et puis même si tu avais tué un innocent, qu’est ce que ça peut faire ? Ce n’est pas une raison pour te faire descendre à ton tour ! Tu ne lui seras d’aucune utilité une fois morte ! Le seul moyen de te racheter est d’honorer son âme en continuant à vivre et en portant avec toi son souvenir jusqu’à la fin de tes jours. »   
Je restai silencieuse, le cœur encore serré à la vue du panneau rouge et jaune défoncé en son milieu.   
« Aller bouge ton cul maintenant et va chercher de l’eau. On a un invité ce soir. »   
Mes yeux se portèrent sur l’horizon et j’aperçu au loin une silhouette se découper sur l’immensité uniforme du désert. Je déposai mon fusil à l’abri du soleil, empoignai deux seaux en bois après m’être longuement désaltérée et épongée le visage, et traversai l’enclos des chèvres, gratouillant amicalement le menton de Grisette au passage. Le puits se trouvait à quelques mètres à l’est à côté de la grande éolienne et mon ombre semblait me précéder sur le chemin, étendue à l’extrême sur le sol caillouteux.   
J’approchai bientôt du but quand une petite tâche brune se forma sur le sol… suivit d’une deuxième, puis d’une troisième. Comme s’il pleuvait. Je m’arrêtai et levai les yeux au ciel pour découvrir un épais manteau de nuages gris qui dissimulait entièrement le soleil. La pluie battante me cingla le visage et je fus prise d’un frisson alors que je réalisai seulement ce qui m’entourait, ce que j’avais fait.   
Des cadavres s’amoncelaient à perte de vue, des hommes et des femmes gisaient dans leurs propres excréments mêlés au sang et aux entrailles de leur voisin, des blessés vidés de leurs dernières forces se noyaient dans l’eau pourtant peu profonde du marais. Ma main se resserra sur mon épingle à cheveux ensanglantée, mon corps tremblant violemment, à bout de souffle, et je reculai d’un pas, titubant devant l’accablante vérité. Tous morts… ils étaient tous mort. J’étais la seule debout.   
Des dents se resserrèrent sur ma cheville et je criai de surprise plus que de douleur. Un homme agonisant s’accrochait à ma botte, bien décidé à m’emmener avec lui dans les abysses avant de rendre son dernier souffle. Je dégageai ma jambe brusquement, bouleversée, quand Son image m’apparut soudain au milieu de tout ce carnage. Mon sang ne fit qu’un tour. Il fallait que je le trouve !   
« Sophie. »   
Une voix, derrière moi.   
« Tu es sûre que ça va aller ? »   
Ma mère me fixait de ses yeux inquiets, debout dans son petit chez-elle, sa longue chevelure blanche et rousse relevée en chignon.   
«  Mais oui, ne t’inquiète pas. Ce n'est pas la première fois que je vais au Japon toute seule.   
- Quand même... la douane ne va pas te poser de problème avec ton artichaut?   
- Non, ça m'étonnerait. Au pire je leur dirai que c'est un bonzaï français. »   
Elle soupira.   
« Très bien. Tu feras attention quand même.   
- Promis. »   
J’embrassai sa joue, échangeai un dernier regard et sortis prendre mon avion.   
La station de RER était vide à cette heure-ci et j'arpentai le quai de long en large, sifflotant un air de Deep Purple pour passer le temps. J'avais toujours détesté attendre les transports en commun. N'étaient-ils pas censés être au service des usagers? Quel genre de serviteur oserait faire attendre son maitre? J'étais en train de réfléchir à la lettre de protestation que j'enverrai à la RATP quand le sol se mit subitement à trembler. Les rails se rompirent dans un bruit métallique assourdissant et les canalisations explosèrent, inondant la voie. L’extrémité nord du quai se souleva lentement de plusieurs mètres avant de retomber violemment dans l’océan, entraînant le soulèvement de l’extrémité sud dans une gerbe d’eau glacée. Déséquilibrée, j’essayai de m’accrocher à l’un des mâtereaux pour ne pas tomber mais les prises m’échappèrent et le tangage du pont me fit basculer en arrière. Mon dos heurta le bastingage et je tombai à la renverse, entraînée par le mouvement.   
L’eau glaciale de l’océan se referma sur mon corps. Tout son disparut et pendant un moment il n’y eu plus que la sensation de sombrer, le froid enserrant douloureusement ma poitrine. Une pluie de marins s’abattit sur les flots et d’autres hommes me rejoignirent bientôt, expulsés par le monstre qui s’attaquait à notre navire et l’enserrait de ses tentacules géants. L’animal semblait pris d’une furie surnaturelle. Insensible à la douleur, il s’accrochait à la coque du bateau quelque soit les blessures infligées et le secouait comme s’il s’agissait d’un vulgaire jouet pour enfant. Sa tête surdimensionnée changeait de couleur, virant du rouge au noir profond, et sa peau visqueuse se parait tantôt d’aiguilles, tantôt de pustules purulentes. Ses yeux globuleux injectés de sang ne cessaient de tourner dans leur orbite à la recherche de ses ennemis et un tentacule ne tarda pas à fondre dans notre direction. Mes forces retrouvées, je nageai le plus vite possible vers la surface et évitai de peu l’appendice menaçant mais le remous créé par son passage me renvoya plus profondément encore dans les abîmes, violemment secouée et désorientée. Mon arc glissa de mon épaule et je tendis la main pour tenter de le récupérer alors que mes poumons hurlaient leur besoin d’oxygène, le sang battant lourdement contre mes tempes...   
    
« Réveille-toi…    
…   
Réveille-toi.   
…   
SOPHIE REVEILLE-TOI ! »   
Une violente gifle me réveilla en sursaut et je me redressai vivement, plantant mes yeux dans ceux de mon frère jumeau :   
« Mais qu’est ce que tu fous ?! Ca va pas la tête de me réveiller comme ça !   
- Tu faisais un cauchemar.   
- Et c’est une raison pour me frapper ?   
- Tu avais vraiment l’air désespérée, je pensais bien faire » expliqua t-il avec un haussement d’épaules.   
Je soupirai et passai une main sur mon visage pour finir de reprendre mes esprits. Le soleil n’était pas encore levé mais la lune brillait haut dans le ciel parmi les milliers d’étoiles et le roulement des vagues rompait le silence de la nuit, porté par le vent frais du large qui balayait notre petit campement. Demain, nous repartirions à la conquête de terres inconnues avec pour tout équipement nos chaussures de randonnées et notre sac à dos.   
Je regardai mon jumeau s'emmitoufler un peu plus dans ses couvertures pour se rendormir et souris. De quel monde plus merveilleux pouvait-on bien rêver?   

_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/


Dernière édition par valet2trefle le Jeu 21 Mai - 12:44 (2015); édité 1 fois
Lun 18 Mai - 17:57 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Basetti Prod
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Avr 2015
Messages: 304
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun 18 Mai - 19:05 (2015)    Sujet du message: Il était une fois un rêve Répondre en citant

Cinemascope ! Au début j'ai eu du mal a comprendre qu'on était dans un rêve ou une fiction. Mais bon dieu, TXH suround et toute la clique. Beau voyage dans ton univers ! J'adore ! 
_________________
Rock and roll et literature
Lun 18 Mai - 19:05 (2015)
Skype
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Lun 18 Mai - 19:14 (2015)    Sujet du message: Il était une fois un rêve Répondre en citant

Il est barré ton cauchemar mais c’est génial à lire.Bravo bravo bravo J’adore je viens de me rendre compte que je ne sais même pas si tu as rempli la contrainte J’ai aimé 
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Lun 18 Mai - 19:14 (2015)
Auteur Message
Basetti Prod
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Avr 2015
Messages: 304
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun 18 Mai - 19:28 (2015)    Sujet du message: Il était une fois un rêve Répondre en citant

si si elle l'a fait, mais justement ça passe tout seul, presque inaperçu car c'est super bien intégré dans l'histoire. Je me suis pas autant pis la tete. En fais j'ai repris l'idée que j'ai eu sur le moment quand Hector a annoncé le défi. Mais a des années lumières de l'inventivité et du scénario de Sophie ! 
_________________
Rock and roll et literature
Lun 18 Mai - 19:28 (2015)
Skype
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 829
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Mar 19 Mai - 15:57 (2015)    Sujet du message: Il était une fois un rêve Répondre en citant

Oui mais moi je l'ai pas écris pendant une escale!
Merci à vous deux en tout cas, ça me fait plaisir
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Mar 19 Mai - 15:57 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Marie D
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Avr 2015
Messages: 74
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu 21 Mai - 08:47 (2015)    Sujet du message: Il était une fois un rêve Répondre en citant

J'ai vite compris qu'il s'agissait d'un rêve et j'ai beaucoup aimé les transitions et descriptions des différentes scènes dans lesquelles tu te plonges. Belle imagination. Plusieurs histoires en une, ça m'a plu, et j'ai aimé la chute.
_________________
Marie D Romancière
Jeu 21 Mai - 08:47 (2015)
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Sam 23 Mai - 19:01 (2015)    Sujet du message: Il était une fois un rêve Répondre en citant

Un sacré voyage, une écriture organique. Le lecteur suit les éléments. Il touche l'eau, le vent, le soleil. Il transpire avec les personnages. Il en ressort un sentiment de caméra embarquée, avec une alternance de gros plans et de plans larges.

C'est barré et fluide à la fois, avec toujours ce sens du décorum et cet esthétique que j'adore. Entre effroi et beauté. La scène de la décapitation de la poule en est une preuve criante.

bref je suis fan.
Sam 23 Mai - 19:01 (2015)
AIM MSN Skype
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 829
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Sam 23 Mai - 19:54 (2015)    Sujet du message: Il était une fois un rêve Répondre en citant

Merci Hector ^^ Contente que ça t'ait plu! Et bienvenu dans mon monde  Mr. Green
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Sam 23 Mai - 19:54 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 835

MessagePosté le: Sam 23 Mai - 20:31 (2015)    Sujet du message: Il était une fois un rêve Répondre en citant

Une écriture pleine d'images et de sensations. Du vent dans les voiles. On plonge dans chacun de ces univers successifs sans difficultés même si je n'ai pas saisi tout de suite de quoi il retournait. C'est vraiment agréable de te lire, bravo !
Sam 23 Mai - 20:31 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:00 (2016)    Sujet du message: Il était une fois un rêve

Aujourd’hui à 04:00 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°81

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield