S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Un long fleuve tranquille.

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°51 à 100 » Défis n°81 à 90 » Défi n°81
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Jeu 21 Mai - 04:57 (2015)    Sujet du message: Un long fleuve tranquille. Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
« Tu as vu la Une ce matin ? Le champ d’artichauts de Jeanne a été, comment ils disent déjà ? 
- Saccagé.  
- Oui, c’est ça. Sac-ca-gé. Etrange ce mot. 
- Oh, c’est parce que ça change de nos mots habituels, il est vieillot, c’est tout. 
- Mais je ne sais même pas ce que ça veut dire ! 
- On s’en moque. Ca nous fera toujours un mot de plus pour le Scrabble du jeudi… » 

 

 
Les douces voix de Lucie et Emilie se turent un instant. Un court instant. Cela faisait bien deux heures qu’elles étaient assises là, sur le trottoir comme chaque jour. Leurs visages ridés contemplaient la vie qui filait tout aussi vite que le facteur du village. Sous leurs yeux admiratifs, il se mit à pédaler de toutes ses forces pour gravir la petite Rue des Colombes. Chaque jour, Lucie et Emilie aimaient à observer ce bel homme en action. Il n’y avait pas de plus belle consolation au temps qui passe que de voir cette jeunesse-là s’épanouir, se disaient-elle, un sourire en coin. Puis, le silence revenait, léger.  
Une petite brise portait, de temps à autre, l’odorant parfum des fleurs qui trônaient sur les rebords des fenêtres et sur les balcons. Les deux aïeules soupiraient d’aise puis trouvaient un autre sujet à discuter. Qu’il faisait bon de vivre dans ce havre de paix. 

 

 
*** 

 
Pauvres folles. Je vous ai entendu parler sur vos chaises tout aussi rouillées que vous par le temps. Vous parliez de mon œuvre d’il y a deux nuits. Vous n’y avez accordé que quelques secondes à peine. Que vous êtes ridicules ! Vous ne voyez pas ce qui se passe. Les jours s’enchaînent. Je prends des forces. Et vous, doux agneaux que vous êtes, vous ne vous rendez compte de rien. Vous ignorez l’immensité du terrain de jeu que l’on a à disposition. Tant mieux, oui tant mieux. J’en aurais plus pour moi. Vous ignorez ce qui réside dans les tréfonds de l’âme humaine. Je pourrais faire tout ce dont je rêve.  

 
*** 

 
« Millédiou! 
- Qu’est ce qui s’passe, le Maurice ? Pou’quoi donc qu’tu t’égosilles comme un goret ? On t’entendrait jusqu’au fin fond d’la forêt dis donc ! 
- Mon coq ! Mon coq ! 
- Où qu’il est c’sombre idiot ? L’as-tu seul’ment entendu brailler c’matin ? 
- Mon coq ! Mon coq ! 
- Eh bin exprim’toi ! Mon coq, mon coq ! 
- L’est mort. Déplumé, écorché, là-bas, près d’la mare ! 
- Mort ? Et tes poules, aussi ? 
- Non, non ! Elles sont vivantes !   
- C’est bin not’ veine ça, j’voulais faire une om’lette à midi ! » 

 
Josiane tourna les talons et se dirigea d’un pas sûr vers la bâtisse. Elle avait entendu une sonnette tinter au loin. Elle souriait d’avance à l’idée de lire des nouvelles de sa petite fille. Pénétrant dans le vestibule, elle en ressortit sous les yeux médusés de Maurice, chaussée de ses plus beaux sabots. Il s’étonnait toujours de sa gaité. Il aimait ça. Qu’elle ne s’encombre de rien. Même pas d’états d’âme. Sa femme avait un beau caractère, et un corps, aussi imposant que sa ferme. Et c’était peu de le dire. Bâtie il y avait fort longtemps, elle conservait son charme d’antan. Dans la journée, le soleil éclatant lui donnait une image de vigueur, de bonne santé et de solidité. Le soir venu, les rayons rasants sublimaient les vieilles pierres. La couleur ocre devenait douce et dorée. Maurice la contemplerait encore le soir-même après une journée auprès des bestiaux. Il réfléchirait à acheter un autre coq plus vigoureux, et à mettre une gamelle de nourriture si d’aventure, un loup affamé rôdait dans le coin. Oui, il ferait ça. Il soupira d’aise, puis se dirigea vers l’étable d’où les meuglements vaches s’échappaient. Qu’il faisait bon de vivre dans ce havre de paix.  

 
*** 

 
Pauvre imbécile. Ton mari est bien plus lucide que toi. Il a eu ce qu’il fallait avoir. De l’inquiétude, de l’affolement, et toi, tu balaies tout ça en un simple sourire. Sais-tu combien de temps cela m’a pris pour déplumer ton satané coq ? Ne serait-ce que pour lui attacher le bec ? Je n’aurais pas supporté qu’il hurle, qu’il brise ce silence si paisible. Ca aurait gâché la surprise de ton bon vieux mari. Ce que j’aurais aimé voir l’expression de son visage… D’ordinaire si chaleureux, si joyeux avec ses bonnes grosses joues, ses yeux pétillants et rieurs, s’est-il changé en une grimace effarée, apeurée ? A-t-il pleuré ? Crié ? Je n’en saurais jamais rien. Tu as effacé la moindre trace d’inquiétude. Tu as bousillé tout cela. Mais un jour, un jour, vous sortirez de vos gonds. Un jour, votre paradis s’assombrira.  

 
*** 

 
« Mesdames, Messieurs, si je vous ai convié aujourd’hui, c’est pour aborder un problème qui mérite une réponse rapide mais néanmoins efficace. Voici quelques jours, les quelques éoliennes qui servaient à alimenter l’école en électricité ont été brisées.  
- Avez-vous une idée de ce qui a pu arriver ?  
- Probablement une faiblesse du système qui n’a pu résister au coup de vent supplémentaire. Mais peu importe…  
- Au moins avons-nous redécouvert le paysage derrière ! 
- Et nous, nous n’avons jamais mieux dormi que depuis ce soir-là. 
- S’il vous plait. S’il vous plait. Du calme. Nous en arrivons donc à la question du jour : Qui souhaite reconstruire ces éoliennes ? » 
Un brouhaha s’éleva dans la salle des fêtes. Chacun s’exprima à tort et à travers, mais un avis émana pourtant : personne ne souhaitait retrouver ces arbres métalliques dans leurs vies. 
«  Bien, bien, je vois que nous sommes tous d’accord.  
- Excusez-moi, s’éleva timidement une voix. Et pour l’école ? Comment allons-nous faire sans électricité ?  
- Tommy, restez porteur de bonnes nouvelles et ne vous inquiétez pas.  
- Oui, c’est vrai ça Tommy. Nous trouverons bien une solution un de ces jours.   
- Merci Laurent de ton optimisme. Donc, avec l’accord de tout le monde, la séance est levée. Bonne soirée à vous. »  

 
Les chaises raclèrent le sol et tous se levèrent d’un même entrain. Ou presque. Maurice alla aider sa mère à se redresser, tandis que Josiane s’occupa de sa tante. A leurs côtés, de vieux copains se dirent que c’était l’occasion d’aller se boire un petit verre sur la place du village, sous les marronniers. Tous acquiescèrent et, en quelques secondes, la terrasse du bar fut animée d’une ferveur incroyable. Les rires des habitants s’élevaient au milieu des boules de pétanque qui s’entrechoquaient. Les enfants jouaient, pédalaient et courraient entre les arbres centenaires, dérapant sur les graviers. Des vieux se mirent à crier, pour la forme surtout. Les enfants se cachèrent dans les jupes maternelles puis, recommençaient l’instant d’après. La soirée s’annonça lorsque le patron du bar sortit ses enceintes. Les musiciens de l’association du village partirent chercher leurs instruments.  Installés, les premières notes s’échappèrent et la musique se mit à résonner dans le cœur de chacun des habitants. Qu’il faisait bon de vivre dans ce havre de paix.  

 
*** 

 
Pauvres pantins, vous restez dans vos petites vies couleur rose bonbon, et mielleuses à souhait. Moi, je rêve d’une chose. Je rêve de vous en faire voir de toutes les couleurs. Je rêve de passion, de destruction, de débordements. Un jour, vous ne pourrez plus rien ignorer. Vous ne pourrez plus vous voiler la face. Un jour, vous exploserez. J’ai des idées pour ça. Plus le temps avance, plus elles grandissent, s’embellissent et s’enrichissent sous mon crâne. Je veux vous montrer la Voie. Je veux vous montrer tous les possibles. Je me sens l’âme d’un éclaireur. Un messager dans son sens le plus noble du terme. Bien au-delà de vos simples missives écrites. Oui, c’est ça. Un Libérateur. Quelle délicieuse sensation ! J’y prends goût, depuis le premier jour je crois. Je sens mon Être qui se libère, qui s’exprime profondément. Je le sens. Je ne peux plus faire marche arrière. Je ne veux pas. Dansez, chantez tant que vous le pouvez encore. Nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère et je crois bien que je peux d’ores et déjà vous souhaiter la bienvenue dans ce monde merveilleux qu’est le mien…  

 

 

_________________
ATea.
Jeu 21 Mai - 04:57 (2015)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Basetti Prod
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Avr 2015
Messages: 304
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu 21 Mai - 10:21 (2015)    Sujet du message: Un long fleuve tranquille. Répondre en citant

Alors la j'avoue, je suis perdu. Super bien écrit, mais bon ça c'est pas une surprise, j'adore l'ambiance des bonnes gens simples de petit village, on pourrait ne pas etre loin d'une ambiance à a Pagnol, la contrainte super bien respectée, surtout liée dans un meme esprit et pas placée ça et la au petit bonheur la chance. 

Mon interrogation, le monde merveilleux, c'est celui des habitants, ou celui de l'anonyme qui cherche a leur pourrir la vie. J'ai cru a un moment que cétait le diable, mais je pense tout simplement que je n'ai pas compris. 

En tout cas texte d'une superbe facture, je suis juste frustré de ne pas deviner l'identité du saboteur révolutionnaire et visionnaire. 
_________________
Rock and roll et literature
Jeu 21 Mai - 10:21 (2015)
Skype
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 829
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Jeu 21 Mai - 12:36 (2015)    Sujet du message: Un long fleuve tranquille. Répondre en citant

Quel talent d'écriture! Bravo! L'ambiance du petit village est super bien retranscrit, je me serai cru chez mes grands parents! Et l'idée de deux mondes merveilleux qui s'affrontent me plait bien ^^ 
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Jeu 21 Mai - 12:36 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Marie D
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Avr 2015
Messages: 74
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven 22 Mai - 13:19 (2015)    Sujet du message: Un long fleuve tranquille. Répondre en citant

J'ai beaucoup aimé "l'esprit village" retranscrit dans ton récit, en particulier l'utilisation de l'argot de nos anciens qui m'a fait sourire.
J'ai la même interrogation que dans l'un des commentaires précédents, à savoir sur l'identité du saboteur, ayant imaginé un animal qui s'attaquerait aux champs d'artichauts, aux poules (là j'ai pensé à un renard), et les éoliennes (peut-être un gros oiseau style rapace qui se serait "scratché" dans une éolienne et qui peut aussi s'attaquer aux champs et aux poules on ne sait jamais)... Ca me paraît bien plus profond que ça.
Pour conclure, c'est très bien écrit et j'ai passé un moment agréable à le lire.
_________________
Marie D Romancière
Ven 22 Mai - 13:19 (2015)
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Sam 23 Mai - 10:26 (2015)    Sujet du message: Un long fleuve tranquille. Répondre en citant

Je vous remercie pour vos commentaires. Je suis ravie de vous avoir plongé dans mes descriptions, que vous ayez senti l'ambiance du petit village. Et pour vous répondre, il s'agit bien de DEUX mondes merveilleux. Je ne choisis pas pour vous. Tout dépend de quel côté nous nous trouvons, celui que nous choisissons d'être en quelque sorte. 


Ainsi, il y a le monde merveilleux des Grands-Mères dans la première partie, de Josiane (dont la bonne humeur et l'optimisme contamine Maurice) dans la deuxième, et des habitants du village dans la troisième et dernière partie. Chacun choisit de voir ce qu'il veut, de donner de l'importance à des faits ou non. Un peu comme lorsqu'on a les infos à la télé qui vous bombardent de mauvaises nouvelles uniquement, nous en sortons rarement avec la banane absolue quoi, y'a une pointe de grogne, rage, tristesse, désespoir. Parce qu'on se fige sur ces aspects-là. D'autres préfèrent voir les choses qui leur font du bien. Un peu comme lorsqu'on se dit en se levant que la journée va être pourrie. On se conditionne.


Quant à l'autre monde, voici la réponse sur l'identité :


Face à ça, il y a le monde merveilleux d'un homme qui se lasse de ce quotidien tout lisse, qui veut autre chose, de l'aventure, de l'inédit... Et cet homme, c'est le Facteur. Pourquoi lui? Parce qu'il servait bien mon propos ! ^^ J'avais envie  

_________________
ATea.
Sam 23 Mai - 10:26 (2015)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 829
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Sam 23 Mai - 12:37 (2015)    Sujet du message: Un long fleuve tranquille. Répondre en citant

Yeah! \o/ Je suis contente, j'avais deviné héhé (oui un peu d'auto-satisfaction ça fait du bien de temps en temps).
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Sam 23 Mai - 12:37 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Basetti Prod
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Avr 2015
Messages: 304
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam 23 Mai - 13:28 (2015)    Sujet du message: Un long fleuve tranquille. Répondre en citant

Très bon choix . J avais pensé à un truc genre le diable incarné en corbeau , pas l animal . Juste une question . Sympa l astuce du spoiler avec le texte cache ? C est simple à faire ? 
_________________
Rock and roll et literature
Sam 23 Mai - 13:28 (2015)
Skype
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Sam 23 Mai - 18:44 (2015)    Sujet du message: Un long fleuve tranquille. Répondre en citant

Ta fine utilisation de la contrainte donne naissance à une histoire sacrément bien écrite. L'ambiance du village est là et l'on devine, derrière son quotidien dépeint, une certaine idée du monde, plus en phase avec la nature.

Mais cette idée se heurte à la volonté d'un saboteur, qui intervient dans ton texte comme un fantôme. On ne sait pas grand chose de lui. Il excite notre curiosité, suscite notre indignation par sa volonté de nuire. Lui rêve d'autres choses.

Un jet de qualité.
Sam 23 Mai - 18:44 (2015)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 835

MessagePosté le: Dim 24 Mai - 03:35 (2015)    Sujet du message: Un long fleuve tranquille. Répondre en citant

Ton écriture est agréable, chaleureuse et confortable, et nous fait découvrir cet univers paisible dans lequel intervient ce personnage trouble.
Moi je le voyais plutôt comme la voix du malheur qui tentait en vain d'abîmer le bien être de chacun.
En tout cas ton texte est très réussi, et amène à réfléchir, bravo
Dim 24 Mai - 03:35 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Dim 24 Mai - 10:31 (2015)    Sujet du message: Un long fleuve tranquille. Répondre en citant

Merci Hector. Merci Nick. 


Egalement ravie que mes descriptions vous aient embarqué. Je souhaitais qu'à chaque fin de partie sur un villageois, vous arriviez à oublier le trouble du début du paragraphe. Que vous puissiez voir un bel arc-en-ciel pour vous asséner les pensées "noires" de ce fauteur de trouble. 


Mon Homme n'est pas nécessairement méchant, il voulait juste éveiller les autres, les tenir en haleine, qu'ils réfléchissent sur leurs conditions, leur vulnérabilité propre, sur les possibles que l'on ne connaît pas, trop satisfaits de sa routine des fois...Et l'on se rend souvent compte des choses lorsqu'on les a perdu. 


J'aime à lire que mon texte fait réfléchir. 
_________________
ATea.
Dim 24 Mai - 10:31 (2015)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:57 (2016)    Sujet du message: Un long fleuve tranquille.

Aujourd’hui à 23:57 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°81

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield