S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
La docilité des vieux hommes usés

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°51 à 100 » Défis n°81 à 90 » Défi n°90
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
La Plume du Chakal
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 25 Sep 2013
Messages: 405
Localisation: Arkham Asylum

MessagePosté le: Mer 9 Sep - 15:14 (2015)    Sujet du message: La docilité des vieux hommes usés Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
 
  
 
Le vieux se sert un troisième whiskey. La vieille reste à la flotte, elle ne picole quasiment pas. Faut dire qu’à peine un quart de picrate et elle nous danse la valse sur trois temps et demi et sans culotte. Sur le tourne-disque de famille, y’a plus de vinyle depuis longtemps et même le bras de lecture a foutu le camp. Moi je ne bois rien, ne mange rien. Merde, j’bite même pas pourquoi je suis encore là, à les entendre blablater un tas de foutaises en série. Y’a une guerre, dans un bled d’ailleurs, le truc vraiment dégueulasse, et la plèbe en ramasse toutes les horreurs sur la gueule ; exécutions sommaires, viols, enlèvements, tortures... Alors forcément, la plèbe veut s’tirer voir comment ça se goupille dans d’autres coins du globe, où l’ambiance semble plus calme et plus propice à la survie. Mais ici, on ne veut pas. Le vieux dit qu’il était aux portes de la ville ce matin, et qu’il a vu tous ces gens ; 
 
  
 
« Ouais, je les ai vu tous les basanés, sapés en haillons, tout maigres et plein de maladies. Nom de dieu, y’a même des pédés dans le lot. J’comprends pas c’qu’ils espèrent trouver ici. Y’a déjà pas de boulot pour nos propres gosses, ni même assez de logements, alors qu’est-ce qu’ils veulent ?  » 
 
  
 
Ronquer peinard, même sous un pont. Ici au moins, ils sont à peu près certains de ne pas se faire égorger dans leur sommeil. Je garde ça pour moi, je veux plus prendre part à ces conversations. Ca fait des années que c’est revenu à la mode, un peu partout, dans les foyers, les bars et les écoles. Mais je m’égare, et c’est à la vieille de renchérir ;  
 
  
 
« T’as bien raison, papa. Qu’est-ce qu’ils croient tout ces gens ? Qu’il suffit de débarquer chez les autres et d’leur voler leur travail ? Qu’est-ce qu’il va faire le fiston, si des étrangers lui prennent son travail ? Hein, fils, comment qu’tu feras toi ? » 
 
  
 
Je demande poliment à ne pas faire partie de cette conversation. J’évite de trop l’ouvrir, je sens déjà la gerbe crapahuter en ascendant le long de ma tuyauterie. Entendre ce genre de conneries m’a toujours révulsé. Venant d’un crétin insensément (si, si) grand et chauve, passe encore. Venant d’un poivrot trop vieux et trop saoul depuis trop longtemps pour encore avoir les neurones aptes à la cavale, passe encore plus ou moins. Mais venant d’la gueule de ses géniteurs, ça devient vraiment crade. Quel boulot ces caves d’un autre pays, sans pognon, causant même pas la langue, pourraient bien m’piquer ? J’ai pas l’intention de turbiner dans le bâtiment ou dans les champs. Trop contraignant et en totale opposition avec mon aversion pour toute activité physique qui pourrait causer fatigue et courbature à mon corps frêle et démusculé (mais si, j’te dis) ;  
 
  
 
« Laisse donc le fils en dehors de ça, maman, pour l’instant, le problème, c’est que des types qu’on sait pas bien qui ils sont veulent venir nous taper not’ bidoche, celle qu’on s’est nous-mêmes battu durement pour la gagner dans nos propres guerres. Tu sais, fils, y’a un temps où ici aussi il pleuvait des bombes. Est-ce qu’on est allé trouver refuge chez eux à cette époque ? Non, on s’est battu nous, fils ! » 
 
  
 
Vieil enfoiré, t’avais à peine deux bornes au compteur lors de la dernière guerre dans ce pays, et tes parents étaient bien content d’pouvoir aller s’planquer chez les voisins, de l’autre côté de la mer. Mais je ne dis rien. Qu’est-ce que je pourrais dire ? Les géniteurs gambergent en binaire, y’a pas vraiment de réflexion possible. Je me demande comment les autres gosses réagissent le jour où ils percutent que leurs géniteurs sont aussi cons que les autres ? Je poserais la question mais pour l’instant j’en sais foutre rien alors j’me tais, c’est trop douloureux à avaler, putain. J’crois que j’pourrais hurler si j’me laissais aller à ouvrir le claquoir. J’crois que j’pourrais les buter. La génitrice reprends son laïus, la tronche penaude, les glozzes remplis de que dalle fixant le contenue de son auge ; 
 
  
 
« Quand même, je m’inquiète pour le fils, qu’est-ce qu’il va faire comme travail ? Tu sais, fils, c’que tu vas faire comme travail ? Si on les laisse venir, ces gens-là, t’auras p’tet plus grand-chose. T’y as pensé à ça, fils ? » 
 
  
 
J’ignore sa question, zieute vers le tourne-disque inerte. Alors elle relève le nose et m’lâche plus de son air bovin, et dessus continue à persifler sa p’tite rengaine ; 
 
  
 
« Tu sais, fils, y’a un moment où va quand même falloir que t’acceptes le travail, comme tout le monde, et que tu trouves un endroit bien à toi. Fils ? Fils ? Mais enfin, réponds-moi, tu vas faire quoi dans ta vie, fils ? » 
 
  
 
Je réponds qu’on en a déjà parlé, et qu’elle doit pas s’biler pour moi, que je viens juste de commencer à chercher, c’est un peu compliqué mais ça ira mieux bientôt, je fini toujours par retomber sur mes pattes ; 
 
  
 
« Hum…N’empêche que ta mère, elle a pas tord. Il est temps que tu t’en ailles, t’es trop vieux pour encore vivre chez nous. Faut que tu t’en ailles, comme tout le monde. Prends un travail, n’importe lequel, comme tout le monde. Et en chemin t’iras t’faire une coupe, j’supporte plus ta tignasse à la con ! » 
 
  
 
J’opine de la frime sans vraiment écouter. Cette chanson, j’la connais déjà par cœur…Comme tout le monde, j’imagine. La génitrice secoue sa mâchoire pendante d’être binaire. Y’a trop de variables, elle est complètement à la ramasse. Pendant quelques minutes, il n’y a plus que le bruit des fourchettes raclant les assiettes et le masticage d’esprits trop  vieux pour illustrer cette cène d’un peu d’musique. Les âges et les conneries à répétition de nos dirigeants les ont rendus dociles. Ils n’ont soit jamais biter l’intérêt de regarder ailleurs, et sont restés poings liés par rien toute leur vie. Ou alors, ils ont tentés, ils sont allés voir à quoi ça ressemblait de prendre la route en sens-inverse. Et là, ils ont percutés que c’était déjà foutu, et qu’il valait mieux se résigner à apprécier la dite-route, si belle prise dans le sens voulu par ses constructeurs. Mais moi, la beauté m’emmerde. Mais eux, ils ne peuvent pas entraver un machin pareil. Ou alors, ils veulent pas. Enfin, pas pour leur fils ;  
 
  
 
            « Y’avait aussi d’la marmaille qui courraient partout, aux portes de la ville. » 
 
« Ces gens-là ramènent aussi leurs…Enfants ? Quand même, faut pas avoir beaucoup de conscience pour oser se servir comme ça de pauvres enfants… » 
 
 
 
Et merde, j’me tire, j’ai pas à supporter ces conneries. Je filoche dans ma piaule, récupère quelques fringues, quelques bouquins, mes carnets, et je fous le camp sans m'relire. Dans la rue, une armée de zombies hauts de deux mètres, tous exactement à deux mètres. Tous pesant dans les quatre-vingt cinq kilos de muscles, tous taillés en V, tous le crâne rasé, tous dans un blouson bleu foncé, tous dans un treillis noir, tous dans des bottes de cuir noir, tous un bras levé dans un salut que j’illusionnais disparu, tous partant vers les portes de la ville, tous armés de bâtons, de chaines de vélo, de pied-de-biche, tous en joie d’aller s’castagner pour leurs idées nauséabondes qu’ils dissimulent lâchement derrière des valeurs vaseuses et des traditions anachroniques. Je dégueule le peu que j’avais dans le bide, le peu que j’arrive à avaler de solide depuis quelques années, depuis le retour en force de ces tarés qui cogitent pas, qu’écrivent pas, qui crachent, bavent et qui frappent. Tous de la même manière, tous se branlant à la même baguette en rouille dégueulasse. Je dégobille mes tripes et mes couilles, je déraille, je sens mon âme qui s’arrache, y’a plus rien devant moi que cette marée immonde et je m’écroule. Y’a plus rien devant moi. Y’a plus rien. Putain, je vous emmerde, tous ! Je fouille dans mon cartable, délaisse mes livres et mes cahiers, et déniche le flingue et la balle unique qu’on nous refile à la sortie du lycée. Parents, enseignants, dirigeants, masse uniforme, unicolore, enfoirés tétanisés, inertes, absents, je vous emmerde. Vous m’avez eu,  
 
tous,  
 
enfoirés, mais cette fois,  
 
vous m’aurez plus.  
 

_________________
http://laplumeduchakal.wordpress.com/

"Un blog qu'il est bien pour le lire"

https://www.facebook.com/laplumeduchakal
Mer 9 Sep - 15:14 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 836

MessagePosté le: Jeu 10 Sep - 10:35 (2015)    Sujet du message: La docilité des vieux hommes usés Répondre en citant

C'est toujours avec gourmandise que je déguste ton écriture argotique. D'autant que tu évites le pur exercice de style pour nous servir un texte pensé et consistant. Et tu n'es jamais meilleur que quand tu lies la forme et le fond. Du grand Chakal.
Jeu 10 Sep - 10:35 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 831
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Jeu 10 Sep - 10:45 (2015)    Sujet du message: La docilité des vieux hommes usés Répondre en citant

Ben merde alors, un sujet d'actualité revisité par La plume du Chakal ça vaut le coup! Je ne sais pas trop quoi dire à part que j'ai vraiment aimé la façon dont tu as traité ce défi et que tes mots ont su me marquer, comme souvent. Tu arrives à la fois à me faire rire et à me faire frissonner. Chapeau l'artiste!
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Jeu 10 Sep - 10:45 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Alinoë
Méga CDC...
Méga CDC...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 1 787
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Jeu 10 Sep - 16:23 (2015)    Sujet du message: La docilité des vieux hommes usés Répondre en citant

Shocked J'vais faire ma blonde mais j'ai pas pigé à la fin, entre les histoires de gerbe, de couilles, l'armée de zombie tout ça.... J'ai juste cru comprendre qu'il se tue?

sinon, dans l'ensemble, tes personnages sont bien campés, j'aime le côté du héros qui ne parle jamais en discours directe, qui "raconte" ses répliques sur le ton du reste de sa narration et puis le sujet très actuel des réfugiés.

Je me pose juste une question: le drame familiale est-il réellement là? Effectivement, c'est dramatique qu'il se tue à la fin mais, je sais pas, dans ton texte j'y vois plus un drame sociétale... (Entre le politiquement correcte qui nous dit d'être ouverts, d'accueillir ceux qui en ont besoin et notre instinct de conservation, la sensation de se laisser passivement envahir... )

Bref, ton texte soulève beaucoup de questions et de réflexions dans ma petite caboche. XD lol C'est plutôt une bonne chose.

En tous cas, chapeau à toi! Un beau texte que tu nous as servi là, comme toujours. (si tu sais m'éclairer sur ta fin, ce que tu as voulu exprimer parce que ça me pertuuurbe! lol XD)
_________________
THE TRUTH IS OUT THERE


https://alinoebraun.wordpress.com/


https://www.youtube.com/watch?v=OttPq7ceH9E&feature=youtu.be&eml=2015September21%2F2733333%2F6010044&etsubid=30262197
Jeu 10 Sep - 16:23 (2015)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
La Plume du Chakal
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 25 Sep 2013
Messages: 405
Localisation: Arkham Asylum

MessagePosté le: Jeu 10 Sep - 18:17 (2015)    Sujet du message: La docilité des vieux hommes usés Répondre en citant

Merci à tous pour vot' lecture  


Ali => J'sais pas s'il se tue à la fin . .. .. A toi d'voir ,
 
après le drame familial il est couplé au sociétal, ainsi qu'à une crise morale propre au narrateur, 
c'est l'éclatement de la cellule familliale telle qu'il la perçevait qui amorce tous les autres , drames donc
_________________
http://laplumeduchakal.wordpress.com/

"Un blog qu'il est bien pour le lire"

https://www.facebook.com/laplumeduchakal
Jeu 10 Sep - 18:17 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Alinoë
Méga CDC...
Méga CDC...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 1 787
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Jeu 10 Sep - 18:43 (2015)    Sujet du message: La docilité des vieux hommes usés Répondre en citant

Haha Merci Chakal pour tes précisions!

Du coup, c'est normal que je pige pas la fin si même toi t'as pas décidé ce qu'il s'y passe. ^^

Et, vu sous cet angle, effectivement, il y a drame familiale. Excuse ma blonditude... :-p
_________________
THE TRUTH IS OUT THERE


https://alinoebraun.wordpress.com/


https://www.youtube.com/watch?v=OttPq7ceH9E&feature=youtu.be&eml=2015September21%2F2733333%2F6010044&etsubid=30262197
Jeu 10 Sep - 18:43 (2015)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
A vos livres
Lectivores
Lectivores

Inscrit le: 23 Mar 2015
Messages: 139
Localisation: Toulouse

MessagePosté le: Jeu 10 Sep - 18:45 (2015)    Sujet du message: La docilité des vieux hommes usés Répondre en citant

Le premier jour où je suis arrivée sur JE, j'ai lu un de tes textes.
" Shocked ptin balaize le plumi, je kiffe". Depuis, j'suis restée, hein, et j'ai lu pas mal de défis. Mais lire tes textes, c'est toujours le pied total. Celui-là ne fait pas exception, une vraie signature dans ta façon d'écrire, et on s'en souvient longtemps ! Une plume qui colle à la peau et à la tête, un grand bravo à toi.

(ouais ouais j'fais un peu fan sur les bords, mais j'assume )

Jeu 10 Sep - 18:45 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
moyen chog
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 243

MessagePosté le: Ven 11 Sep - 00:45 (2015)    Sujet du message: La docilité des vieux hommes usés Répondre en citant

salut la plume
j'ai relu un peu d'autres textes de toi dans d'autres defis et je trouve celui ci plus clair. J'sais pas comment dire, j'etais avec eux autour de la table et ça pue la haine, ça schlingue fort 
J'me suis fondu dans l'papier peint et j'ai pas vu que du drôle
Merci pour ce beau moment
Ven 11 Sep - 00:45 (2015)
Auteur Message
El.
Mega Coup de Coeur
Mega Coup de Coeur

Inscrit le: 05 Oct 2014
Messages: 429

MessagePosté le: Jeu 17 Sep - 12:18 (2015)    Sujet du message: La docilité des vieux hommes usés Répondre en citant

C pas les enfoirés mais c bien toi qui m'a eue cette fois, sur ce jet là...


_________________
El.

http://aubordeldesrev.eklablog.com/
Jeu 17 Sep - 12:18 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:02 (2016)    Sujet du message: La docilité des vieux hommes usés

Aujourd’hui à 03:02 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°90

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield