S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Dysenterie Nocturne

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°51 à 100 » Défis n°91 à 99 » Défi n°92
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
La Plume du Chakal
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 25 Sep 2013
Messages: 405
Localisation: Arkham Asylum

MessagePosté le: Mar 29 Sep - 15:54 (2015)    Sujet du message: Dysenterie Nocturne Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
  
(Un machin retrouvé dans mes carnets) 

 
L’escalier sans marche me semble sans fin, les pattes touchent plus sol et les toits sont encore loin ; six étages en façade, au moins. En bas, la Populace et la Flicaille se chamaillent sur trois octaves dans un son sourd qui résonne sur le cuir tanné de ma valoche, skouate une mesure en suspension et puis se propagent au bas de ma colonne en vertèbres de plomb. L’habit n’fait pas le cureton, mais l’uniforme déguise à peine les cons. Les gouttières sont taries sur les toits que j’atteins enfin sous le regard vitreux d’une Lune à peine brillante, presque pleine, et en demi-teinte. Elle décide, dans un éclat d’illumination de prendre la tangente sur un chariot trainé par des chiens. Les Cafards sans un de Paris se r’trouvent ici pour causer de tout, mais surtout  pour chialer sur rien. 
Je me joins à eux.   
  
Pas grand-chose dans la valoche sinon quelques souvenirs en vrac qui s’empilent et s’encrassent. J’en r’trouve souillés par des tâches de houblon. Le long de la route, j’ai du en laisser quelques autres en rade, dans les panières des péages. Ca fait une paye que j’ai plus un rond. Je les enroule et les ficelle avec une lance à incendie, et puis les propulse dans une diatribe usée, mille fois retournée en vinyle sur des tourne-disques, depuis devenu muet. Les armes de Léo s’écroulent sur des cailloux fissurées, comme rendu désuets par les fioritures qui s’entassent et nous attachent à ces quelques vieux rocks usés. Un électrophone boiteux en forme d’homme octogénaire, m’explique en répartie qu’il me faut simplifier ma mélodie, casser les mots, oublier tout le reste, y’a pas d’air, ça d’viendrait indigeste, comme un trop plein d’anapestes. Il n’y a que le tempo.  
  
Le reste ? Dieu elle-même s’en tamponne les noyaux quand elle bazarde sur Terre son dernier éthylotest.  
  
Alors j’tire quelques accords d’une poubelle qui m’sert de caisse pour gratte rouillée, branchée en bémol, et j’observe cette gamine, Petite Souillonne, se gavant de craie blanche en s’demandant si quand elle aura passée le Fleuve, ce Dieu là lui filerait une audience.  
  
Sur les toits de la Paname envapée, et saisie d’une graphorrhée subite, Petite Souillonne griffonne en lettre de poussière des poèmes incomplets, parfois vulgaires, des pamphlets longs, bavé sans aisance, où la haine se remarque par son absence. On bite rien encore, alors Petite Souillonne couvre deux murs de notre plafond sans toit de ses mots oxymores sonnant comme des diaphores. Mais les cafards crasseux estiment soudain qu’elle n’a pas sa place parmi les patients névropathe, pathétiques paraplégiques sans plumes, créchant sur les toits assombris de Notre Vieille Dame, poireautant sous les poussières en contre-plaqués tombées depuis l’espace où planent les perroquets bourrés. Les peurs se déplacent, fondent sur les âmes lasses quand la dysenterie s’installe et se sédentarise sous les carafes surprises des cafards bientôt endormis. Dans un coin, assis sur son tas de paille, un chacal sur sa gratte frémit, écœuré du spectacle, et puis s’accorde une escale au port de n’importe quel autre part.    
  
Durant le coma réparateur des cafards, Petite Souillonne craque une allumette, la laisse tomber dans le creux de son nombril et s’embrase de ces flammes grasses alors qu’elle marche vers le Fleuve et se donne à lui. Un brin d’herbe rouge pousse sur son flanc gauche. La lumière vive éveille les sens dissidents des connards présents ce soir. Tous réalisent, tous réagissent. A leur façon, dans une inertie quasi-maladive qu’on aurait pu croire exclusive aux Babouins masturbateurs. Ils prennent néanmoins conscience que cette gamine de sa craie blanche, peignait dans un morse improbable un appel à l’aide à l’attention des enfoirés entassés là, sur ces toits plein d’un brouillard pourpre où Saint Elme peine à s’faire voir. Petite Souillonne chute au fond du Fleuve, se plante dans la fange en friche sous les flots furibonds, et l’herbe rouge pousse seule, dans le sanglot d’une larme veuve. 
  
Qu’en dire encore ? De cette nana déjà morte avant de naitre, déjà froide quand l’hiver est encore loin ? Et c’est au faîte d’un bon millier de digressions parmi les doutes, et de détours parce qu’on préfère s’en foutre, et de chutes le long de bouteilles semblant sans fond qu’on en arrive enfin à bout. A bout de la route. 
De quoi d’autre ?    

_________________
http://laplumeduchakal.wordpress.com/

"Un blog qu'il est bien pour le lire"

https://www.facebook.com/laplumeduchakal
Mar 29 Sep - 15:54 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 29 Sep - 17:35 (2015)    Sujet du message: Dysenterie Nocturne Répondre en citant

Quand c'es triste, c'est triste. Ça ressort de partout, dans les mots et les silences.

J'ai pas de grand commentaire à faire alors juste ......
_________________
Rafistoleuse
Mar 29 Sep - 17:35 (2015)
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Mar 29 Sep - 19:15 (2015)    Sujet du message: Dysenterie Nocturne Répondre en citant

Un jet à la Chakal avec des mots, une langue et des images qui n'appartiennent qu'à toi.


Avec toi, même la crasse est belle et les cafards ont de la distinction.


J'aurais aimé repêcher la petite souillonne pour que le voyage dure encore un peu.


Merci et bravo
Mar 29 Sep - 19:15 (2015)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:44 (2016)    Sujet du message: Dysenterie Nocturne

Aujourd’hui à 13:44 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°92

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield