S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
#5 - Implantée - Alinoë

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Nuits » Nuits 1 à 20 » 17 » Textes des participants
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jetez l'Encre
JE
JE

Inscrit le: 17 Sep 2015
Messages: 148

MessagePosté le: Sam 24 Oct - 20:24 (2015)    Sujet du message: #5 - Implantée - Alinoë Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Implantée 


« Enlève pour voir... »


Une grande inspiration et un dernier regard à Milio ; la demoiselle pivote face à l'éclat de miroir suspendu au pan de tôle ondulée rongée par la neige acide au dehors. Le mur porteur de leur abri, une maigre protection bien insuffisante pour échapper aux effets dévastateurs de la sur-pollution. Un instant, Lya contemple la pâle tranche de reflet devant elle, l'extrémité métallique qui ressort de sa tempe droite au milieu d'une corolle de sang coagulé.


Implantée. Elle est implantée. Comme tous les zombies qui zonent autours des grandes villes, font tourner les moteurs des boucliers et défendent au périls de leurs vies celles des Protégés. Les Sentinelles, des automates, des robots-humains sans plus une once de volonté, contrôlé par leurs fichus implants.


Le sien ne semble pas fonctionner. Elle ne devrait même pas être là. Une chance qu'elle ai pu s'évader, un peu trop tard. Ils ont eu le temps de lui enfoncer ce long tuyau métallique dans le crâne, apparemment pas de l'activer. Comment l'enlever ? Tirer d'un grand coup sec ? Son visage terreux se froisse à cette idée.


A dix-neuf ans, elle supporte plutôt bien la douleur mais ça, arracher ce truc... La main de Milio, aussi crade que le reste de sa personne, se pose maladroitement sur l'épaule de Lya. Elle doit le faire. Elle ne peut décemment pas garder cette chose et, avec ce temps, impossible de rejoindre la caravane de Nox. La neige est encore pire que la pluie. Elle s'accroche, s'insinue sournoisement entre les pièces des meilleurs armures et, avant que vous n'ayez le temps de vous empoussiérer, elle vous dévore la chair.


Un frisson parcoure l'échine de la demoiselle, tant de froid que d'effroi. Elle prend une grande inspiration, lève le bras et saisit l'extrémité tiède de l'implant entre ses doigts encore dégoulinant d'alcool. La main de Milio se resserre. Elle bloque l'air dans ses poumons, ferme les paupières et tire un grand coup sur le tuyau qui s'arrache dans un craquement dos.


Un instant de répit suivit d'une vive douleur. Le cerveau de Lya s'électrise, se freeze. Ses jambes flageoles puis l'abandonnent. Elle s'écroule au pied du son frère hébété. Dur de croire qu'il est l'aîné.


*


Le froid mordant, le vent qui siffle entre les pans de tôle, le bruit assourdit de la neige qui s'amoncèle sur le toit en pente malgré la croute de sel. Les paupières de Lya papillonnent tandis qu'elle se redresse pour aviser la petite pièce obscure à travers le rideau de plastique entourant sa couchette, une planche de métal dépourvue du moindre tissus pour échapper à l'humidité. La porte vacille sous les bourrasque. Le maigre feu au coeur du poêle peine à rester allumé. Un souffle lent et régulier. Milio.


Trois coups brefs contre son sommier glacé. Il bouge, juste en dessous. Le cuir de ses vêtements grince, le plastique frémit et, rapidement, le visage souriant du jeune homme apparait. Ses cheveux gris en pétards, son oeil fou qui tournicote, les brulures sur ses joues.


On vieillit vite lorsqu'on vit au dehors, on meurt jeune si on a de la chance. Mais, dans la plupart des cas, on termine en Sentinelle.


« Alors, ça fait quoi ? », demande Milio, d'un ton aussi dérangé que curieux.


Suspendu à la couchette, il fixe sa petite soeur de son oeil valide, plus précisément la tâche rouge sur le bandage qui lui ceinture la tête. Lui, il n'a pas à s'inquiéter. Il fait partie des Incompatibles. Personne ne s'intéresse au gens comme lui, nés avec un défaut de fabrication.


Grimaçant d'avance, Lya lève une main hésitante pour venir tâter le tissus poisseux. Contre toute attente, elle ne ressent pas la moindre douleur, ni quoique ce soit d'autre. La grimace se mue brutalement en horreur. Elle ne sent rien, plus rien du tout. Elle tâtonne son crâne rasé, son visage, son cou ; quedal jusqu'aux épaules.


« Génial... », grogne-t-elle en rajustant sa chemisette brunies par le manque crucial de lessive. « Où t'as fichu mes affaires ? »
« Quoi ? Tu veux aller où ? », s'enquit l'aîné, la face fendue d'un de ses sourire de con dont il a le secret.
« Voir Nox. », répond distraitement Lya. Elle écarte les rideaux de plastique et d'un mouvement souple, se glisse au pieds des lits superposés.
« Maintenant ? », pouffe Milio en la rejoignant. Ses bottines claquent sur le sol métallique, répandant une onde de vibration à travers toute la pièce. « T'es au courant qu'il neige. »
« T'es au courant que j'ai un trou dans la tête ? », rétorque sa cadette, l'indexe dressé vers son front en guise d'argument.


L'aîné soupire, la mine résignée. Son oeil gauche tournicote un instant. Accroché d'une main à la couchette du haut, il se penche sur la sienne et, une à une, tend ses affaires à sa cadette. Lya enfile rapidement les manches de sa combinaison imperméable kaki, remonte la fermeture éclaire et recouvre le tout, pièce après pièce, d'un genre d'armure intégrale de fortune en cuire. Couteau de chasse à la botte, batte de baseball cloutée à l'arrache dans le dos et un genre de casque métallique tout rouillé sur la tête. Parfait. Elle pivote, avise son grand frère recroquevillé dans le fond de son lit, la mine inquiète.


« Et l'implant ? », demande-t-elle, passablement insensible aux tentatives d'attendrissements.
« Quoi ? », répond l'aîné de son ton le plus innocent.
« Donne-le moi. », ordonne fermement Lya, sa voix raisonnant à travers la cabane de fer.
« Tu... Ca peut attendre demain ! », supplie Milio, obstinément planqué dans l'obscurité de son lit. « Et puis, t'as pas le droit de me laisser, maman a dit. Jusqu'à quand elle revient, c'est toi qui est responsable. »


La cadette soupire, glisse une main gantée sur son visage. Depuis le temps. Huit ans. Elle avance d'un pas, s'accroupit pour tenter de capter le regard de son frère.


« Milio, je t'ai déjà expliqué... »


Il ne lui laisse pas l'occasion d'en dire d'avantage, plaque les mains sur ses oreilles, fermes les paupières et commence à chantonner « Si t'es pas sage, le Père Noël va te doucher ! », une chansonnette de son cru particulièrement agaçante, son arme ultime lorsqu'il ne veut plus rien entendre. Et ça marche. Trop épuisée pour lutter, Lya se redresse, referme les rideaux et pivote dos aux couchettes. Si elle était Milio, où aurait-elle caché l'implant ?


Tout en réfléchissant, elle laisse son regard dériver à travers la pièce. Le poêle, les étagères couvertes de bocaux, de bouteilles et de boîtes de conserves, le casier à code cabossé qui renferme leurs dernières réserves d'eau et un vieux coffre métallique autrefois verts ayant probablement appartenu à un militaire. Le couvercle rouillé est aujourd'hui estampillé MILIO en grosse lettres noires. Pas besoin de chercher plus loin.


*


Serrée sous la tonnelle trouée alourdie par la neige, Lya tambourine à la porte de la caravane rongée par l'acidité malgré les renforts de son propriétaire ; des plaques métalliques soudées de ci de là, obstruant la moindre interstice, même plus de pare-brise, pas plus que de roues. Plus personne ne roule depuis longtemps. Plus de carburant, plus de route en état, plus de moyen de transport assez résistant tout simplement.


Les eaux montent, rongent tout sur leur passage. Les terres rétrécissent comme des peaux de chamois. L'humanité s'agite, lutte pour survivre, brutalement projetée à la place de toutes les espèces qu'elle a exterminé.


« Nox ! Ouvre, bordel ! », hurle la demoiselle dans un nuage de buée verdâtre, comme la neige qui l'entour. En tendant l'oreille, on peut l'entendre ronger lentement tout ce qui l'entoure. Elle grince, craque. « NOOOOX ! »


Du bruit à l'intérieur. La porte s'ouvre brutalement. Surprise, Lya s'écrase sur le sol agréablement tiède de la caravane, à moitié assommée par le choc et la claque de chaleur qui lui fouette le corps. Une main puissante la traîne à l'intérieur. Clac.


« Tu veux quoi ? », grogne l'auto-proclamé médecin du ghetto, son nez déjà naturellement épâté sur-dilatée par la contrariété d'être dérangé en pleine nuit par une gamine hystérique. Les mains sur les hanches, la peau noir de son corps dénudé assombrie par la saleté, il semble à deux doigts de la crise de nerfs.
« Je...mh. Cest... », balbutie Lya, à moitié redressée. Silence. Elle plonge sa main fébrile dans la sacoche pendue à sa ceinture pour en sortir l'implant encore couvert de sang coagulé et autres tissus nécrosés.


Le regard cerné de Nox oscille un instant du tuyau métallique au visage terrorisé de la gamine. Il se penche, lui prend l'objet d'un geste brusque et, franchement intrigué, l'observe sous toutes ses coutures.


« Où t'as eu ça ? », demande-t-il en filant vers son fauteuil en cuir posé en plein milieu de la pièce surchargées.


Moyennement rassurée, Lya se relève, avise l'étrange décors ; la caravane de Nox. Il est plutôt du genre « à domicile », proche de ses patients pour un docteur improvisé ou simplement désireux de préserver son intimité.


Des étagères métalliques suspendues dans tous les coins, débordantes de livres, tubes et ustensiles étranges ; parcourues de leds diffusant une douce lueur bleutée à travers la caravane. A la place de l'habitacle, un tetris improbable de cages et d'aquarium peuplés de petites bestioles pour la plupart assez repoussantes. Une grimace de dégout ; Lya rejoint le colosse à poil en retirant son casque.


« Dans mon crâne. », lâche-t-elle platement. Nul besoin de fioriture. Il n'a qu'à jeter un coup d'oeil au joli cratère de sa tempe s'il a des doutes.


Avachi au fond de son siège, Nox relève vaguement les yeux, avise le bandage ensanglanté de la demoiselle, son corps trop maigre, trop petit et probablement trop peu formé pour son âge. Il glissa lentement la langue sur ses dents jaunies, revient fixer l'implant entre ses gros doigts calleux.


« Comment tu l'as retiré ? »


Le tuyau tournicote entre ses doigts ; ses fines membranes déchirées dont une partie doit probablement encore se trouver à l'intérieur du cerveau de Lya. Voilà qui pourrait expliquer pourquoi elle respire encore. Pourrait.


« Comme un sparadraps. », répond la demoiselle sans parvenir à dissimuler sa jubilation d'avoir trouver une telle réplique. Nox lui adresse un regard consterné qui balaye immédiatement toute forme de joie de son visage. « Hm. En tirant d'un coup sec. »
« C'est tout ? », renchérit le doc en se levant, l'implant abandonné au milieu du coussin renfoncé. Un pas vers la demoiselle, pratiquement collé à elle, il entreprend tranquillement de retirer le bandage.
« Mh. Oui. Après, j'ai... Mh. J'ai perdu connaissance. », balbutie Lya, quelque peu mal à l'aise dans cette position.
« Rien d'étonnant. », souffle distraitement Nox, le tissus sanglant entre les doigts, le bras tendu pour le garder loin de lui et les prunelles rivées au cratère nécrosé. « Magnifique ! », laisse-t-il échapper d'une voix extatique.
« Quoi ?! », s'écrie la demoiselle en reculant d'un grand pas, légèrement inquiète. Plus que légèrement, elle doit bien l'admettre.
« Je. Et bien. », commence le médecin. Plof. Le bandage obsolète tombe mollement par terre. « J'ai besoin de plus de matériel. Donne-moi deux minutes, le temps de retrouver mes affaires dans ce foutoir. »
« Et après ? », demande-t-elle, pragmatique.
« Je t'emmène au Centre. Là, je pourrai t'examiner. »
« Et Milio ? »
« Qui ? »
« Mon frère. Hors de question que je m'en aille s'en lui. »
« On le prendra avec l'ambulance. »


Déjà, il s'active à enfiler couche après couche sa tenue de « sortie » hermétique et renforcée à souhait, un amas de brics et de brocs assemblés pour former une armure à faire pâlir d'envie n'importe quel résident du Dehors.

_________________
"C'est tout... pour le moment."
Sam 24 Oct - 20:24 (2015)
Auteur Message
Le zèbre
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 574
Localisation: France

MessagePosté le: Dim 25 Oct - 01:31 (2015)    Sujet du message: Défi 17 Répondre en citant

J'adore la SF. Au début j'étais entre le lapin blanc de Matrix ou l'indémodable I'll be back. Ce qui est bien, c'est que tu tiens du début à la fin le thème, l'environnement, tes personnages et ça c'est super mais en dehors du fait qu'il neige, je n'ai pas senti le thème du défi. C'est un texte très plaisant à lire mais toutefois avec un doute, peut-être un peu rop éloigné du thème. 
_________________
Le zèbre

Les artistes, aimez-les vivants

https://stephanmarylezebre.wordpress.com/
Dim 25 Oct - 01:31 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Dim 25 Oct - 02:44 (2015)    Sujet du message: #5 - Implantée - Alinoë Répondre en citant

Hum hum.. Alors selon Zèbre, tu tiens le thème du début à la fin mais en dehors du thème, tu t'éloignes un peu du thème.... tu vois ? Mr. Green (je t'embête Zèbre;) )

Moi je dis chapeau bas !!! Tu plantes le décor de manière claire, cash on sait dans quoi on est c'est bien. On entre dans le vif direct !

Ce que j'aime beaucoup et ce que je trouve particulièrement délicat dans c t/c, c'est de savoir faire de cette "phrase" un vrai thème et laisser la place de la neige à un accessoire de décor. Je veux dire par là que tu as vraiment fait du thème le lien central, la structure entière de ton texte autant que le fond, est basée sur cette phrase.

Tu nous intrigues, tu nous intéresses et tu nous emmènes aux portes d'une histoire qui pourrait s'étendre ! On a envie de savoir comment ils vont s'en sortir dans ce monde du Dehors !

Lya en plus c'est une guerrière pour de vrai quoi

Bravo bravo ! Très bien écrit, bien construit, et un super taf en peu de temps !
_________________
Rafistoleuse
Dim 25 Oct - 02:44 (2015)
Auteur Message
Le zèbre
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 574
Localisation: France

MessagePosté le: Dim 25 Oct - 03:08 (2015)    Sujet du message: Défi 17 Répondre en citant

Raf, tu fais bien de me titiller. Je voulais dire Tu tiens TON thème du début à la fin ce que j'ai trouvé très pro ensuite c'est le thème imposé auquel il m'a manqué LE lien ! Ce n'est pas "enlève pour voir", c'est j'enlève !!! Ceci dit ça sent le podium :)
_________________
Le zèbre

Les artistes, aimez-les vivants

https://stephanmarylezebre.wordpress.com/
Dim 25 Oct - 03:08 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 831
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Dim 25 Oct - 16:01 (2015)    Sujet du message: #5 - Implantée - Alinoë Répondre en citant

Bon, que dire que dire... déjà, j'adore le monde que tu as créé et la façon dont tu as utilisé la contrainte, dont tu en as fait une pièce maitresse de ton texte. C'est dommage que tu n'aies pas eu le temps de plus développer encore (on a envie d'en savoir plus!), mais en 3h c'est déjà génial ce que tu as fait! Après, le texte en lui même mériterait je pense d'être retravaillé, un jour où tu auras plus le temps.Il y a un petit bijou qui se cache entre ces lignes ^^
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Dim 25 Oct - 16:01 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Petit Poucet
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 15 Oct 2015
Messages: 43
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim 25 Oct - 20:01 (2015)    Sujet du message: #5 - Implantée - Alinoë Répondre en citant

Je suis juste époustouflé par la prouesse d'un texte d'une telle densité et d'une richesse inouïe façonné en 3 heures... On voit les décors, on vit les scènes glauques et surréalistes, c'est de l'art brut ! 
_________________
Petit Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course des rimes
Dim 25 Oct - 20:01 (2015)
Skype
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 836

MessagePosté le: Mar 27 Oct - 00:29 (2015)    Sujet du message: #5 - Implantée - Alinoë Répondre en citant

Tu as une écriture riche, et une vraie qualité pour installer un univers et camper des personnages. Comme dit plus haut, il manquait sans doute d'un peu de temps. L'écriture est parfois dense et l'histoire s'achève un peu abruptement, nous laissant sur notre faim. 
Quoi qu'il en soit, en 3 h c'est du beau boulot!
Mar 27 Oct - 00:29 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 27 Oct - 05:23 (2015)    Sujet du message: #5 - Implantée - Alinoë Répondre en citant

T'étais ma deuxième place !!
_________________
Rafistoleuse
Mar 27 Oct - 05:23 (2015)
Auteur Message
Alinoë
Méga CDC...
Méga CDC...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 1 787
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Mar 27 Oct - 12:52 (2015)    Sujet du message: #5 - Implantée - Alinoë Répondre en citant

Déjà, merci à tous pour vos lectures et vos commentaires!

Le zèbre: Euh...ben je cherche encore où c'est pas dans le thème... et d'où tu tire un "j'enlève" d'une narration à la troisième personne. Pour moi, le thème est là tout du long, c'est même le centre de l'histoire, le effet du retrait brutal de l'implant... (même si j'ai manqué de temps pour clore correctement cette intro XD) Mais je conçois que tu ne l'y ai pas retrouvé. Difficile sur ce genre de thème-là de bien le faire passer (plus qu'en incluant la phrase dans l'histoire). Merci de ta lecture! Et merci de ton appréciation générale malgré ton sentiment de hors thème! :-*

Rafi: Merci Rafi! Je suis super contente que tu ai vraiment saisit ce que je voulais faire passer! Et que tu aimes Lya... XD héhé Encore une histoire à suivre... haha Bref, merci pour ta lecture, ton vote et ton commentaire! :-* (et un bisous pour toi aussi)

Valet: Merciiii! C'est vrai qu'en écriture libre sans avoir le temps de relire ne serait-ce que pour vérifier l'orthographe, ça pique un peu les yeux parfois... Bon, allez, je le mets dans le dossier "à travailler" haha :-*

Petit Poucet: "de l'art brut" ce simple compliment me va droit au coeur! Merci pour ta lecture et ton commentaire! C'est ça, la magie des Nuits des Plumi! On laisse son cerveau de côté pour laisser parler les tripes. haha! Encore merci à toi! :-* (un bisous aussi, pas de raison! :-p)

Nick: "un peu" de temps, ouais! Il me manquait trois heures de plus pour clôturer proprement et corriger le tout! HAHA! Merci pour ton commentaire! J'essayerai de contenter votre faim sur une suite... :-*
_________________
THE TRUTH IS OUT THERE


https://alinoebraun.wordpress.com/


https://www.youtube.com/watch?v=OttPq7ceH9E&feature=youtu.be&eml=2015September21%2F2733333%2F6010044&etsubid=30262197
Mar 27 Oct - 12:52 (2015)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:09 (2016)    Sujet du message: #5 - Implantée - Alinoë

Aujourd’hui à 01:09 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Textes des participants

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield