S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Stormy Weather

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°51 à 100 » Défis n°91 à 99 » Défi n°98
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Mer 11 Nov - 01:38 (2015)    Sujet du message: Stormy Weather Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Les volutes de la fumée de sa cigarette se mêlaient à la brume qui s’était posée sur la ville depuis quelques jours. Brume glaciale et inquiétante, même pour un gars comme lui, que rien n’effrayait. Il enfonça sa tête entre ses épaules et sa main libre dans sa poche, puis accéléra sensiblement l’allure. Dans cette purée de pois, il avait l’impression de sentir une présence désagréable, néfaste, même. Le léger claquement de ses pas se répercutait à peine sous les arcades où il avançait. Les sons étaient confinés, et il peinait à distinguer d’autres bruits que les battements de son cœur. Il tourna la tête pour guetter un éventuel mouvement derrière lui. Synchronie parfaite avec la suite des événements, la rencontre avec le mur si violente qu’elle lui aurait probablement cassé le nez s’il avait plongé de face.

« Salut Storm… » Feula une voix rauque dans son dos. Il essaya de bouger, mais on avait déjà attrapé son bras pour faire une clé dans son dos. Il sentait son épaule maintes fois déboîtée prête à céder, alors il n’insista pas. La colère l’étouffait presque. Quelle connerie de s’être fait prendre aussi facilement. D’autant qu’il avait reconnu sans mal la voix d’Iron, qui n’était guère un plus gros gabarit que lui. « Je suis content de te voir enfin tout seul… T’as du mal à te séparer de ta clique hein. »
« Bah ouais, c’est clair qu’c’est pas quand j’suis avec eux qu’il va t’pousser des couilles, p’tite flippette ! »
« En attendant, la flippette t’a bien acculée contre un mur là, n’est-ce pas ? »
« Wow, wow, wow ! Calme ta joie copine ! » S’exclama Storm en s’agitant un peu. « On joue pas dans la même catégorie bonhomme ! »

Iron eut une vague grimace d’incompréhension, derrière Storm qui ne remarqua pas son air dubitatif. Mais il ne se démonta pas, et resserra sa prise, levant un peu plus le bras de son ennemi dans son dos, et se serrant un peu plus contre lui pour être sûr qu’il sente bien la texture du mur froid contre sa joue.

« J’espère que t’as les poches pleines, petit caïd. L’heure de la récolte est déjà passée depuis longtemps, va falloir allonger les intérêts. »
« Ouais ouais, on t’a jamais dit que la vendange tardive était meilleure ? »
« Ouh, monsieur fait dans le spirituel. On voit que tes fréquentations se sont améliorées. »

Storm comprit aussitôt la référence à Mia. Depuis qu’ils s’étaient rencontrés, il essayait de la tenir à distance de ses activités extra-scolaires, mais malheureusement, la rumeur filtrait aussi dans ce genre de milieu, qui n’était pas avare de potins. Son regard dévia sur son mégot incandescent, presque consumé jusqu’au filtre, là, entre son index et son majeurs aplatis contre le mur. Pas d’hésitation. Il envoya sa main en arrière, en plein dans le mil. Dans un hurlement de douleur, Iron recula de plusieurs pas, lâchant Storm par la même occasion. Il était plié en deux, les deux mains plaquées sur son œil droit.

« Putain mais tu m’as éborgné, connard ! Tu vas voir, j’vais te donner chaud moi aussi ! » Beugla Iron en sortant un révolver de la ceinture de son jean.
« Oh merde, ça c’était pas prévu ! » S’exclama Storm en écarquillant les yeux devant le canon vachement bien dirigé venant d’un borgne. Courageux mais pas téméraire, il prit ses jambes à son cou sans même réfléchir une seule seconde. Il sauta par-dessus le parapet qui longeait les arcades et disparut dans la brume en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Mais Iron n’avait pas dit son dernier mot et s’élança à sa poursuite.

« Amène-toi raclure ! C’est qui la flippette maintenant ? Rends-moi ma thune ! »
« C’est toi qui m’en dois une, boudin ! » Hurla Storm sans ralentir. « Ta dope elle était tellement coupée que j’l’ai refilée à ma grand-mère pour en faire des gâteaux ! »

Un coup de feu. Tout proche. Si proche qu’il avait l’impression de sentir l’odeur de la poudre.

« Oh putain ! » S’exclama-t-il en détalant de plus belle. Il avançait à l’aveuglette, s’enfonçant dans des ruelles qu’il ne connaissait même pas. Mais cet abruti d’Iron était toujours à ses trousses.

« Hep, par là ! » Entendit-il soudain dans un murmure pourtant parfaitement distinct. La réflexion n’était vraiment pas son fort, et il s’exécuta aussitôt, passant sous une porte cochère qui le conduisit droit… Dans une cour.

« Merde ! » S’écria-t-il en constatant que le lieu était un simple cul de sac. Il se retourna dans un bond, s’attendant à voir surgir Iron derrière lui, mais quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il découvrit qu’en lieu et place de la porte, il n’y avait plus qu’un mur de pierre. Dans une exclamation de surprise, il s’avança pour tâter la pierre rugueuse, bel et bien solide. Il tourna sur lui-même, à la recherche de cette voix qui l’avait alpagué, et sa mâchoire se déboita presque d’ahurissement. Plus de cour fermée encadrée par des vieux bâtiments insalubres. A présent se déployait devant lui une rue, pas tellement plus accueillante, où le brouillard flottait en nappes épaisses au-dessus du sol. Les fenêtres étaient barricadées par de vieilles planches de bois pourri, et les toits semblaient près de s’écrouler. Le silence qui régnait dans la ruelle était lourd, presque palpable. Storm sentit un étau d’inquiétude comprimer sa poitrine. Etait-il parti dans un mauvais trip ou quoi ?

« Non. Avance. » Encore ce murmure à son oreille. Il se retourna vivement, mais il était toujours seul au monde.
« Mais c’est quoi ce bordel ! » Hurla-t-il avec agacement. Avis à ceux qui voulaient bien l’entendre. Ce petit élan de colère eut au moins le mérite de fonctionner, puisqu’une petite tête bouclée fit son apparition depuis le perron de l’une des habitations d’apparence abandonnées. L’enfant ne devait pas avoir plus de quatre ans, et bien que ses boucles lui tombaient pratiquement jusqu’aux épaules, Storm fut incapable de deviner s’il s’agissait d’un garçon ou d’une fille. Il était habillé de guenilles en lambeaux, son visage était sale, la morve au nez. Ses yeux d’un brun soutenu brillaient de l’intensité du seul élément de vie dans cet endroit déserté par la joie. Il s’avança d’un pas maladroit, avec curiosité, dévisageant le jeune homme comme s’il était un véritable extraterrestre. Sa petite main potelée frôla le tissu soyeux de son pantalon de jogging, et ses petites lèvres boudeuses s’étirèrent en un sourire ravi. Il leva les yeux sur le visage de Storm, et se lança dans un babillage totalement incompréhensible. Un truc de gosse, probablement.

« Ouais, ouais, » fit mine de s’impatienter le caïd, plus amusé par l’attitude de l’enfant qu’autre chose. « T’as pas de darons toi ? Sont où, hein ? »

Visiblement, ce que lui racontait Storm était tout autant du charabia. Il grimaça, franchement dubitatif.

« Tes pa-rents. » Articula exagérément le jeune homme. « Emmène-moi vers eux ! » Ajouta-t-il avec des gestes qui, espérait-il, le rendraient un peu plus clair que ses mots. Le regard du garçon s’éclaira d’un coup, et si Storm imagina un moment qu’il s’était finalement fait comprendre, ses illusions furent aussitôt douchées lorsque le gamin fit un grand geste du bras pour l’inciter à le suivre. Le genre de truc totalement innocent et qui faisait bien comprendre que ça n’avait strictement aucun lien avec sa propre requête. Dépité, il le suivit néanmoins. Ils passèrent devant de hautes maisons collées les unes aux autres dans des états plus lamentables les unes que les autres. Parfois, de faibles lumières derrière les quelques fenêtres non obstruées laissaient deviner des ombres, mais globalement, rien de rassurant. Storm se demanda ce qu’un gamin de cet âge pouvait bien faire tout seul dans un quartier aussi mal famé. Il n’aurait même pas été capable de dire s’il faisait jour ou nuit tellement l’air était noir.

Il ouvrit la bouche dans l’idée de l’interroger, mais se ravisa en se souvenant que le gamin ne comprenait rien de ce qu’il racontait. Et que c’était réciproque en plus de ça. Ils s’arrêtèrent au bout de quelques minutes devant une bâtisse encore plus immonde que les autres. Storm resta bras ballants. Mais le gosse ne lui laissa pas le temps de prendre racine, et le poussa pour l’inciter à entrer.

« Quoi, comme ça ? » S’étonna le jeune homme qui se retrouvait pratiquement le nez collé à la porte. Il leva la main, tout prêt à toquer, mais à côté de lui, l’enfant retint un cri d’effroi. Il secoua vivement la tête, les yeux écarquillés par la terreur. Puis il repartit dans son langage codé, mais dans un ton assez clair pour que Storm comprenne qu’il était en train de se faire engueuler.

« Eh ! Tu m’parles pas sur ce ton d’accord ? C’est bon, on a pas élevé les porcinets ensemble, sale mioche ! »

Autant parler à un mur. Le gosse balaya l’air de ses mains dans des gestes saccadés, pour pousser Storm à ouvrir la porte. Celui-ci, dans un soupir, obéit. A un gosse. Le comble de l’année.

L’intérieur ne dénotait pas de l’extérieur. Rideaux en lambeaux et toiles d’araignées dans tous les coins. Il ne serait même pas étonné de voir surgir un fantôme. Ou quoi que ! Il bondit tout de même d’un bon mètre lorsqu’il aperçut une forme blanchâtre traverser le couloir.

« C’est une blague, ce truc… » Souffla-t-il en portant la main à son cœur. Il avança néanmoins dans la direction où il avait vu l’apparition. Il ne croyait pas aux fantômes de toute manière.

« A tort… »

Cette voix, encore ! Elle finirait vraiment par lui donner une attaque ! Cette fois, il l’ignora presque, continuant son avancée à pas prudents. Il déboucha sur une vieille cuisine, qu’il visita avec les mains, n’hésitant pas à se procurer un large couteau, au cas où.

« Bon, je commence à en avoir franchement ras le cul là ! Montrez-vous, bordel ! » S’exclama-t-il à la cantonade. A croire que c’était la seule méthode qui fonctionnait pour espérer faire des rencontre, puisqu’à présent, à la porte de la cuisine, se présenta non pas une, ni deux, mais trois jeunes filles aussi belles qu’effrayantes, dans leurs robes blanches, avec leurs peaux pâles de vampires et leurs yeux injectés de sang. Les sourires qu’elles se mirent à arborer en le découvrant ne disaient rien qui vaille, et Storm se sentit bien moins assuré. Puis définitivement consterné lorsqu’elles se lancèrent dans un échange tout aussi incompréhensible que le langage de l’enfant. Manifestement la même langue d’ailleurs. Tout en continuant à échanger probablement leurs impressions sur lui, elles s’approchèrent pour le toucher, le palper, sans se fier aucunement au couteau qu’il brandissait pour les menacer.

« Ouhla, doucement, j’suis pas un mec facile les nanas ! » S’exclama-t-il en se dégageant d’un bond de leur emprise lorsqu’elles commencèrent à lui tâter l’entrejambe. Elles étaient plus effrayantes que belles, finalement, et il se mit à comprendre le sens du mot ‘acculer’ lorsqu’il se retrouva coincé contre le buffet, les trois voraces face à lui qui le dévisageaient d’un air avide. L’une d’elles sembla le questionner, mais incapable de comprendre quoi que ce soit, il secoua fébrilement la tête. Elle posa sa main glaciale sur la sienne, et il la laissa docilement se saisir du couteau. Il aurait voulu protester, mais c’était comme s’il n’était plus capable de se contrôler. Elle posa l’arme sur le buffet et glissa sa main dans la sienne, pour le tirer hors du cercle qu’elle formait avec ses sœurs. Celles-ci les laissèrent quitter la cuisine dans des gloussements qui laissèrent Storm de plus en plus perplexes.

Au fur et à mesure qu’elle l’entraînait dans des dédales de couloirs, la jeune femme se délestait progressivement de tous ses apparats : sa pince à cheveux qui retenait une longue crinière brune et bouclée, son bustier qui laissait apparaître son dos finement dessiné, puis le bas de sa robe, qu’elle abandonna à même le sol, et qui révéla ses fesses rondes et les deux petits creux au niveau de ses reins. L’incarnation ultime de la tentation. Storm aimait leur manière de dire bonjour dans ce pays, quand bien même n’arrivait-il pas à se débarrasser vraiment de l’inquiétude qui le rongeait. Quelque chose ne tournait pas rond ici, et il savait qu’il ne devait pas fléchir devant de telles tentations.

« Vous êtes qui ? » Questionna-t-il en se doutant que sa question ne rencontrerait pas plus de succès que ses autres tentatives de communication. Elle l’ignora, et ouvrit une porte, révélant une immense salle de bain au centre de laquelle trônait un gigantesque bassin rempli d’un liquide carmin. Storm pria pour qu’il ne s’agisse pas de sang. La jeune femme pénétra dans le liquide comme s’il ne s’agissait que de la piscine municipale du quartier. Puis elle se retourna pour lui faire face, le liquide rouge dégoulinant de ses épaules. Bizarrement, malgré la barrière de la langue, il comprit immédiatement son injonction lorsqu’elle l’apostropha.

« Non merci, sans façon, j’suis allergique au chlore… » Se défendit-il piètrement, dans un mouvement de recul. Il aurait pu s’en aller complètement, mais la jeune femme commença à se caresser lascivement, se mordillant la lèvre inférieure avec une envie fiévreuse et diablement tentante. Storm luttait entre le dégoût profond et le désir total. Jamais ces deux sensations ne s’étaient mêlées avec autant d’ardeur, et ça lui donnait le tournis.

« Qu’est-ce que vous me voulez, putain ! J’comprends rien moi ! J’rentrerai pas dans c’bassin j’te jure ! J’me casse ! J’me… » il se retourna. Obstruant la porte, les deux autres sœurs, le même air diabolique dans le regard.

« Cassez-vous ! » S’écria Storm, en se jetant au milieu d’elles pour forcer le passage. Mais elles déployèrent une puissance insoupçonnée et le poussèrent violemment en arrière. Storm tomba dans le bassin, englouti par le liquide épais et poisseux. Il avait le goût du sang dans la bouche, il le sentait coller ses vêtements. Et il se noyait dans ce bain de sang. Il tentait désespérément de remonter à la surface, mais deux mains le tiraient dans le fond par les chevilles. Il ouvrit les yeux et se surprit à être capable de voir aussi clairement que s’il était plongé dans l’eau. La première jeune femme se tenait là-dessous lui comme une sirène. Aussi attirante et aussi dangereuse que celles de la légende d’Ulysse. Il pouvait à peine bouger. Il était engoncé dans ses habits devenus trop lourds. La sirène remonta progressivement à sa hauteur en s’accrochant à ses vêtements, jusqu’à ce qu’ils se retrouvent front contre front. Elle articula des mots qu’il ne pouvait décemment pas comprendre. Il tenta de se dégager de son étreinte, et ils entamèrent une lutte rendue de plus en plus pénible par l’oxygène qui lui manquait. Il allait mourir. Connement. Ici, maintenant, dans un bassin de sang, accroché à une chimère, mélange de vampire et de sirène. Dans un dernier geste désespéré, il amena ses deux mains à la gorge gracile de la jeune femme, et serra de toutes les forces qui lui restaient, sans aucun scrupule. Si ça ne changeait rien au fait qu’elle ne pouvait de toute façon pas respirer, il sentait au moins le craquement de ses vertèbres sous ses doigts. Il avait envie de lui faire mal. Il avait envie de la voir crever dans la souffrance. Il devait remonter à la surface, ou il crèverait avec elle.

Il la relâcha et remonta aussi vite qu’il le put, prenant une énorme inspiration alors qu’il éclatait la surface de l’eau. Dans le vacarme assourdissant qui l’assaillit, il entendit un mot, hurlé comme un dernier appel désespéré :

« VIS ! »

Ses yeux s’ouvrirent d’un coup sur un plafond d’un blanc immaculé. Il était étourdi et désorienté. Il ressentait l’agitation autour de lui, mais il était incapable de faire le moindre mouvement. Il avait l’impression d’être pris au piège d’une armure en fonte. Il sentait un poids énorme sur son corps, et en même temps, la légèreté des larmes qui inondaient ses joues. Les sensations étaient tellement étourdissantes qu’il s’évanouit presque aussitôt.

***


Il ouvrit péniblement les yeux. Ce simple mouvement semblait lui demander un effort considérable. Il se sentait mortellement épuisé, lourd et nauséeux. Il sentait contre sa joue la douceur soyeuse de l’oreiller. A côté de lui, recroquevillée dans un fauteuil, Mia, endormie. Storm se laissa attendrir par cette vision. Il avait envie de sourire, mais il sentait que quelque chose l’en empêchait. Il n’avait tout simplement pas la force.

« Vous avez eu de la chance. » Expliqua le médecin d’une voix lointaine. « Vous revenez de loin. La balle est passée tout près du cœur. »

_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Mer 11 Nov - 01:38 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Alinoë
Méga CDC...
Méga CDC...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 1 787
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Mer 11 Nov - 12:14 (2015)    Sujet du message: Stormy Weather Répondre en citant

AAAAh trop bien trop bien trop bien! 

Ca fait plaisir de te revoir poster par ici, encore plus de te lire! :-p Et quelle histoire tu nous as pondu là! Enorme! Haha! Les images sont super bien décrites, super bien trouvées et la chute est juste bien comme il faut, surprenante et pas trop longue.

Bref,


et vivement le prochain!










ps: et alors, tu viens le com mon texte 92? MOUAHAHAHAHA
_________________
THE TRUTH IS OUT THERE


https://alinoebraun.wordpress.com/


https://www.youtube.com/watch?v=OttPq7ceH9E&feature=youtu.be&eml=2015September21%2F2733333%2F6010044&etsubid=30262197
Mer 11 Nov - 12:14 (2015)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 831
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Mer 11 Nov - 16:49 (2015)    Sujet du message: Stormy Weather Répondre en citant

Contente de te relire!
Et puis finalement, tu as été inspirée. C'est une histoire très originale que tu nous offres là! J'ai beaucoup aimé le mélange de fantastique au monde réel, l'atmosphère que tu réussis a créer. Le brouillard du début est comme un prologue pour ce qui va suivre, il nous met dans le bain j'ai envie de dire (haha). Et tu as bien intégré la contrainte du quiproquo, même s'il aurait peut être pu être plus développé.
En tout cas, c'est vraiment sympa la chute. J'ai commencé à m'en douter vers la fin mais je n'ai eu la confirmation qu'à la dernière phrase, et c'est super bien vu!
Ça valait le coup de te faire reprendre la plume! Okay
 

_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Mer 11 Nov - 16:49 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mer 18 Nov - 21:56 (2015)    Sujet du message: Stormy Weather Répondre en citant

Bon alors je dis OUI, parce que tu reviens et ta plume manquait au fofo !

Bon j'aime beaucoup Storm, à commencer par son prénom, mais pas que, c'est vraiment le genre de perso qui me plaît !

Et puis je sais pas les autres, mais y a un côté glauque étrange vraiment anxiogène à la fin, je sais pas si je suis une petite nature ou quoi Mr. Green Mais je trouvais ça bien malsain, et vachement bien écrit...

Très bon ce texte !!
_________________
Rafistoleuse
Mer 18 Nov - 21:56 (2015)
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 836

MessagePosté le: Mar 8 Déc - 14:26 (2015)    Sujet du message: Stormy Weather Répondre en citant

Tu maîtrises parfaitement le rythme, c'est très imagé, si bien qu'on ne lâche pas ton texte avant de l'avoir terminé. L'écriture est peut-être un peu chargée, mais ça ne gêne pas la progression du lecteur que tu tiens en haleine. 
Je voyais se dessiner cette fin-là, et je la trouve bien amené. Bien joué
Mar 8 Déc - 14:26 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:07 (2016)    Sujet du message: Stormy Weather

Aujourd’hui à 01:07 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°98

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield