S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Les ailes des pachydermes trempent dans la grenadine

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défi n°101 à 110 » Défi n°101
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
La Plume du Chakal
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 25 Sep 2013
Messages: 405
Localisation: Arkham Asylum

MessagePosté le: Mer 23 Déc - 18:19 (2015)    Sujet du message: Les ailes des pachydermes trempent dans la grenadine Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
J’étais là, à poil, le cul entre deux chaises, les jambes flageolantes, la sueur au front et la respiration haletante. Après une baise pareille, j’sais pas trop quoi lui proposer ; bière ou jus d’orange ? Merde, j’ai le palpitant en roue libre, me savatant le poitrail comme un batteur tambourinant sa grosse caisse à coups de double-pédale. Je lui prends le jus d’orange, me réserve la bière. Après tout, Jim est convalescent, alité, cloué au pajot pour cause de jambes brisées. Je reste un peu dans la cuisine, le temps de griller un clope. Dans le poste-radio, un album, Motionless, par Chokebore. Amusant ;


« Mick ? »


Je balance le mégot dans l’évier et retourne dans la chambre. Jim se hisse sur les fesses, et me sert un grand sourire quand j’entre dans la piaule. Ca lui fend sa gueule d’ange, propre et lisse. Ou presque. J’essuie un reste de ma semence au coin de ses lèvres douces, et lui tends le jus d’orange. Je lui file aussi trois comprimés, des barbituriques variés, pour apaiser la douleur. Ca lui engourdit un brin la tronche, mais ça soulage. Jim a été victime d’une agression, y’a bientôt six mois. Deux caves en cagoule lui sont tombés sur la tronche à la sortie d’un bar gay, dans la Vieille Ville, pas loin du Vaccum Boots. Les types lui ont brisé le dos et les jambes à coups de club de golf. Ils ne lui ont rien pris. Ils l’ont simplement tabassé. Moi, je n’étais pas avec Jim ce soir-là. J’étais resté à la maison, à écouter des disques de Haydn, en buvant du porto. A l’époque, nous ne sortions plus beaucoup ensemble. Ca n’allait plus vraiment entre nous, je sais qu’il voyait quelqu’un, et j’suis à peu près certain qu’il allait me larguer pour cet enfoiré. Enfin bref, Jim n’est rentré que le lendemain matin, ramené à la maison par Marianne, la patronne du bar où il avait passé la soirée. Un toubib l’a rafistolé comme il pouvait. Jim survivrait, mais il y a peu de chances qu’il marche à nouveau. Je passe donc le plus clair de mon temps à m’occuper de lui. Ca me rappelle une période de mon enfance. J’avais onze ou douze ans à l’époque, et aucun ami avec qui jouer dehors. Je devais rester à la maison. Caché. Mon paternel, qu’il-crève-si-ce-n’est-pas-déjà-fait, n’a jamais encaissé ma différence ;


« Ah ! Putain ! J’y crois pas ! C’est la faute à ta mère, chui sur que t’es même pas mon gosse. Cette pétasse a du aller s’faire engrosser par un type pas clair pour accoucher d’un sac à bites comme toi ! »


J’avais droit à ce genre de conneries trois fois par jour depuis le divorce. Enfin bref, je me suis retrouvé assigné à domicile quand le paternel m’a surpris avec le fils du voisin. On jouait au mariage. J’étais le marié, et lui voulait faire la mariée, et on aurait fait semblant de s’embrasser. Au lieu de ça, je l’ai obligé à faire le prêtre et à me tailler une pipe sous peine de me voir égorger son con de clébard. Avant que j’ai pu lui glisser quoique ce soit dans le claquoir, le vieux a débarqué et m’a cogné sur place à grands coups de ceinturon. J’étais donc seul, à longueur de journées. Un jour, un oiseau est venu foirer son vol droit contre ma fenêtre fermé. Le pauvre a dégusté sévère. Il a rebondi contre le double-vitrage et allé s’écraser deux étages plus bas, dans l’herbe rase de la pelouse du jardin. Je suis allé le ramasser, il s’était brisé les deux ailes et une patte. Je l’ai baptisé Jar-ptitsa, l’oiseau de feu. Je me suis occupé de lui pendant six semaines, le temps que ses p’tits os se ressoudent et qu’il reprenne de la plume de la bête. Quand il est allé tout à fait mieux, j’étais obligé de laisser ma fenêtre fermée, il voulait absolument voler à nouveau dans les airs, mais je ne pouvais pas laisser partir celui qui était devenu mon ami et mon confident. A qui j’allais pouvoir confier la nature de certaines de mes pulsions, certains de mes désirs ? Je lui ai construit une cage, mais il semblait malheureux dedans. Jar-ptitsa avait retrouvé toute sa vigueur et brulait de déployer ses ailes ! Ca me brisait le cœur de le voir si triste de ne pouvoir les utiliser pleinement. Mais si j’ouvrais sa cage, il allait partir. Alors, je lui ai brisé les ailes ;


« Mick ! Mick ! Regarde ! Dis-moi qu’tu l’vois aussi ! J’suis pas en train d’halluciner, hein ? » 


Jim me tire du passé, pointe son doigt vers son pied gauche. Le gros orteil bouge ;


« Tu l’vois, hein ? Haha ! C’est un putain d’miracle ! J’vais remarcher ! »
« C’est génial, mon chéri. »


C’est génial…Je le laisse agiter son orteil et me rends dans le salon, farfouille sous les coussins du divan et en tire un club de golf. Je me rends dans le garage, récupère un pistolet à clou. Il est rarement bon de s’attacher à un oiseau en cage. Un jour ou l’autre, tu peux être sur qu’il va vouloir s’envoler. Je reviens dans la piaule. La gueule d’ange de Jim s’efface, gommé par l’effroi quand il voit le club dans ma main droite, encore teinté de son sang séché, et le pistolet dans l’autre. Il pige ;


« Mick…Oh ! Merde ! T’es vraiment un sacré foutu putain de malade ! C’est pour ça que j’voulais qu’ça s’termine ! T’as b’soin d’aide, Mick, t’as b’soin de t’faire soigner ! J’peux t’aider, d’accord ? On ira voir quelqu’un ensemble, un toubib de la tronche, Mick, écoute, j’allais te quitter, c’est vrai, mais tu t’es bien occupé de moi ces derniers mois, laisse-moi te rendre la pareille, d’accord ? Hein ? D’accord ? » 


Je lui envoie une mandale du revers de la pogne, pour le sonner un peu, attrape ses pieds engourdis par les barbituriques, et les colle bien à plat contre le cadre du lit. J’y fous six clous dans chaque. Il hurle. Je le mandale à nouveau, troque le flingue contre le club. Je réduis ses tibias et ses rotules en une bouillie de chair, d’os, de ligaments, et de tous les autres machins que tu peux trouver dans une paire de jambes normalement constituée. Mon oiseau ne risque pas de s’envoler. Je vais dans la cuisine, ignorant les cris de douleurs, d’effroi, le flot d’insultes. J’ouvre le frigo. 
J’hésite entre une bière et un jus d’orange.
_________________
http://laplumeduchakal.wordpress.com/

"Un blog qu'il est bien pour le lire"

https://www.facebook.com/laplumeduchakal
Mer 23 Déc - 18:19 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 831
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Mer 23 Déc - 18:51 (2015)    Sujet du message: Les ailes des pachydermes trempent dans la grenadine Répondre en citant

AAAAAAAAAH c'est trop horrible mais c'est trop bien en même temps >< Y a que toi pour nous faire des trucs pareil.
Contente de retrouver ta plume Chakal!
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Mer 23 Déc - 18:51 (2015)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
moyen chog
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 243

MessagePosté le: Lun 28 Déc - 11:51 (2015)    Sujet du message: Les ailes des pachydermes trempent dans la grenadine Répondre en citant

j'sais pas si il a le cul entre deux chaises, mais il a du avoir les méninges coincées entre deux serres joints.


Joli come back, la plume.
Lun 28 Déc - 11:51 (2015)
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 836

MessagePosté le: Sam 2 Jan - 13:02 (2016)    Sujet du message: Les ailes des pachydermes trempent dans la grenadine Répondre en citant

Ouh, c'est bien trash, mais oui, c'est fort bien ^^
Sam 2 Jan - 13:02 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:46 (2016)    Sujet du message: Les ailes des pachydermes trempent dans la grenadine

Aujourd’hui à 12:46 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°101

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield