S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
#4 Menton 1998 - Laéra

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Nuits » Nuits 1 à 20 » 1 » Textes des Participants
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Ven 25 Oct - 17:17 (2013)    Sujet du message: #4 Menton 1998 - Laéra Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Texte #4


Menton 1998


   
Un jour sur une plage j'ai perdu mes illusions.
Dans les vapeurs d'alcool j'ai perdu foi en l'espèce humaine.
Depuis, j'ai vécu des années de souffrance.
Sous les coups de cet homme qui a voulu prendre ma vie, est née une amitié étrange.

Cette amie me protège. Elle n'est pas humaine, pourtant elle occupe une place prépondérante dans ma vie. Grâce à elle, je conserve de ma lucidité, je prends de la distance. Elle est froide, coupante, implacable mais tellement juste.

Cet homme je l'ai admiré, je l'ai voulu, je l’ai subi. J'ai cherché à comprendre comment le conte de fée a pu se transformer en cauchemar. Comment de conquête, j'ai pu devenir proie. J'ai essayé de faire taire cette voix qui me disait coupable. Je me réfugiais dans la douleur, dans l'incompréhension. Dans le désespoir, je m’enfonçais, mais à force de couler on ne peut plus que se relever et c'est au fond du trou que je l'ai enfin entendue, LA HAINE, mon amie, ma compagne.

Elle m'a appris que personne n'avait le droit de me faire ça, que je ne devais pas protéger mon bourreau. Que je devais arrêter de me faire du mal pour évacuer la douleur. Depuis ce jour, la colère a grandi en moi, sourdement. Cet homme qui m'avait détruite et que je n'avais jamais dénoncé devait payer.

Je me suis mis en quête de vengeance, et jour après jour, elle était là, conseillère avisée. Il fallait que je progresse, que je devienne forte. Dans les salles de fitness, puis de boxe, elle m'encourageait. Je serrais les dents avec pour seul objectif sa destruction à LUI.

Parfois, quand je montrais des signes de découragement, notre amitié faiblissait, mais piquante, elle me remémorait tout ce que j'avais perdu à cause de LUI, et sous ses arguments je sentais ma résolution revenir.

Le temps a passé, des années à m'entraîner, à le rechercher. Et ce soir, il est là, drogué et attaché dans mon van. Pour arriver à le capturer, j'ai dû ruser, et même le draguer. Je lui ai plu il y a 15 ans, je lui plais aujourd'hui, tout change et rien ne change. Ma haine est là exaltée, elle me pousse, je vais le faire souffrir.

Je roule tout en cherchant l'endroit idéal, pas loin de la plage où tout a commencé. La nuit et la haine sont mes complices. Mon esprit oscille entre la soif de sang et l'envie de l’interroger pour enfin comprendre. Mon amie me souffle de ne rien dire, ses suppliques pourraient me faire faiblir, ce serait dommage.

Ce soir, j’ai vu qu’il a vieillit, moi aussi. En conduisant, les bons moments de cette soirée affleurent, je me sens coupable, ma compagne m'envoie une volée de souvenirs qui, comme une gifle, me secoue. J'ai compris le message, ne pas se remettre en question, agir.

Je sais que le sang et la mise à mort ne m'effraie plus. J'ai répété. D'abord des souris, puis des animaux de compagnie. Ensuite, mon premier humain, un vieillard, puis un homme la quarantaine. Je suis prête. Je vais le faire saigner. La haine me transporte, elle libère de l'adrénaline. Je suis impatiente de commencer. Je repère un emplacement un peu caché par des arbres. Je me gare à l'abri des regards, bien que la route soit isolée et peu fréquentée, je suis prudente. Mon amie m'a bien formée, j'ai tout prévu : la combinaison et la moto. Je m'enfuirai aisément tandis que le véhicule sera son tombeau.

Je pénètre à l’arrière et je le regarde. Il est couché sur le dos, ses pieds sont attachés aux montants. Ses mains sont également entravées et fixées à sa ceinture en cuir. Il est réveillé, se débat et vocifère à travers son bâillon.

Je m'approche avec un sourire carnassier. Mon amie jubile. De le voir ainsi réduit à l'impuissance nous comble. Je me penche sur lui, c'est trop facile. J'approche mon couteau de son visage. Ses yeux horrifiés suivent la lame, il remue mais ne peut pas s'enfuir.

Il avait tenté de m'étrangler, après que j'aie refusé de m'offrir à lui. Quelle sera sa punition ? J'ai envie de le saigner, je veux qu'il sente la vie quitter son corps. La haine m'encourage, elle adore mon plan. Je sors la moto, je pose la combinaison, et lentement, sensuellement, devant lui je retire mes vêtements. Ses yeux s'écarquillent à la vue de mon corps musclé lardé de fines cicatrices blanches, symboles de la douleur que je m’infligeais avant, pour oublier ce qu'il m'avait fait. Je revêts ma combinaison, puis je m'approche de lui, je m'agenouille entre ses jambes écartées, je m'approche de sa ceinture où ses mains sont attachées. Je me penche et embrasse son poignet gauche, lentement, puis avec la lame je fais une entaille profonde. Le sang se met à couler. Il se cambre, sa tête balance de droite à gauche dans un mouvement de déni pathétique. Je fais de même avec le poignet droit, le sang se répand souillant le bas de ma combinaison. Il pleure, mais ne m'émeut pas. Je suis comme elle, implacable. Je me relève pour mieux le voir et savourer son agonie. Il ne sait pas qui je suis, ni pourquoi je fais ça.


Beaucoup de sang a coulé, ses mouvements deviennent lents, la mort se rapproche. Je lui ôte son bâillon, il est faible et ses yeux se ferment. Je lui murmure : Menton 1998. Un éclair de compréhension passe dans ses yeux, il veut parler mais n'en a plus la force. Satisfaite, je le regarde mourir. Une fois son dernier souffle rendu, je sors et ferme les portes du van. Je me change, prends le jerrican et asperge le véhicule. Ma combinaison devient une mèche, que j'allume avec un briquet puis je file à moto pour apprécier le spectacle de loin.

Le van brûle et une énorme sensation de soulagement et de solitude m'étreint. Ce jour de février j'ai perdu mon amie mais j'ai récupéré ma vie.

_________________
Rafistoleuse


Dernière édition par Rafistoleuse le Dim 27 Oct - 12:37 (2013); édité 2 fois
Ven 25 Oct - 17:17 (2013)
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Sam 26 Oct - 01:34 (2013)    Sujet du message: #4 Menton 1998 - Laéra Répondre en citant

Humm... Je trouve le sujet captivant, mais la manière de le traiter, bien compliquée. J'ai dû relire certains passages plusieurs fois (bon, déjà parce qu'au départ, j'ai cru qu'on multipliait les points de vue, je sais pas pourquoi). Par contre... J'ai pas du tout compris le rapport avec le thème. Il est où l'être non vivant dedans ?
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Sam 26 Oct - 01:34 (2013)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Le zèbre
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 574
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 26 Oct - 01:49 (2013)    Sujet du message: Plumivores Répondre en citant

Ah  loui la haine peut être un sacré moteur. Mais les sentiments sont ils des êtres non vivants ? J'ai eu l"impression que ta nouvelle était sur un filin bien tendu entre le thème imposé et et une digression. En tout état de cause, c'est rondement mené et captivant. Joli numéro d'équilibriste 
_________________
Le zèbre

Les artistes, aimez-les vivants

https://stephanmarylezebre.wordpress.com/
Sam 26 Oct - 01:49 (2013)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
La Plume du Chakal
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 25 Sep 2013
Messages: 405
Localisation: Arkham Asylum

MessagePosté le: Sam 26 Oct - 09:44 (2013)    Sujet du message: #4 Menton 1998 - Laéra Répondre en citant

Le sentiment comme ENV, perso ça m'va totu à fait, et cette nouvelle est très bonne, j'aime bien c'genre d'trucz :p


'pis la haine là, elle m'faisait penser au Dark Passenger de Dexter


_________________
http://laplumeduchakal.wordpress.com/

"Un blog qu'il est bien pour le lire"

https://www.facebook.com/laplumeduchakal
Sam 26 Oct - 09:44 (2013)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Sam 26 Oct - 10:20 (2013)    Sujet du message: la haine Répondre en citant

Belle plongée dans l'esprit de la narratrice poussé par le désir de vengeance.


L"exercice est périlleux et réussi sachant le temps dont tu disposais.


Un bémol toutefois : la haine manque de chair. Un dialogue entre elle et la femme lui aurait donné plus de corps.


Bravo à toi
Sam 26 Oct - 10:20 (2013)
AIM MSN Skype
Auteur Message
PSYCHOSE
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 17

MessagePosté le: Sam 26 Oct - 18:53 (2013)    Sujet du message: PSYCHOSE Répondre en citant

C'est ingénieux. . .L'histoire est bien ficelée et captivante, bravo. . .


Mais je me demande aussi si on peut considérer les sentiments comme des êtres non-vivants. . .Après tout, c'est une question de point de vue. . .


Selon moi, les sentiments sont une partie de nous, une part de notre personnalité, de notre inconscient. . .Lorsqu'elle nous incite à quelque chose, c'est une partie de nous qui parle à une autre partie dans l'être vivant que nous sommes. . .En gros, je me parle à moi-même


Sinon, çà m'a aussi fait penser au ying et le yang. . .et à la psychologie criminelle aussi. . .


Le stratagème diabolique est bien mis en place. . .
Sam 26 Oct - 18:53 (2013)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Sam 26 Oct - 21:48 (2013)    Sujet du message: #4 Menton 1998 - Laéra Répondre en citant

Moi je suis tout à fait en accord avec l'idée du sentiment comme ENV, je pense qu'un sentiment à lui tout seul n'est rien sans l'être vivant là pour le ressentir. Et ton personnage est carrément bien encré dans son obsession de vengeance.

Après, j'aurai moi aussi vu une Haine qui prend plus de place dans le récit ! En tout cas l'atmosphère est bien rendue, très bien écrit !
_________________
Rafistoleuse
Sam 26 Oct - 21:48 (2013)
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Dim 27 Oct - 01:23 (2013)    Sujet du message: #4 Menton 1998 - Laéra Répondre en citant

Bah moi j'pars du principe qu'un sentiment, à la base, c'est pas un être mais un concept... pas grand chose à voir...
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Dim 27 Oct - 01:23 (2013)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Odepluie
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 381

MessagePosté le: Dim 27 Oct - 12:22 (2013)    Sujet du message: #4 Menton 1998 - Laéra Répondre en citant

Oui pour le sentiment comme un ENV, je ne sais pas trop non plus... Je trouve néanmoins l'idée de la vengeance assez intéressante, j'aime surtout cette idée qu'il ne puisse pas le reconnaitre. Après, je rejoins les autres pour dire que le texte aurait pu être plus clair et peut-être simplifier.

Ah si aussi, j'aime bien l'image finale ! Elle me fait penser à "La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette" (Millenium) de Stieg Larsson... un modèle dans la vengeance ^^
Dim 27 Oct - 12:22 (2013)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Dim 27 Oct - 12:31 (2013)    Sujet du message: #4 Menton 1998 - Laéra Répondre en citant

Je rejoins certains avis sur le fait que, pour moi aussi, le sentiment n'est pas assimilé à un ENV, mais à un concept. 


Au delà de ça, même si l'histoire est agréable à lire malgré un sujet douloureux pour la narratrice, je trouve dommage qu'elle n'est pas plus parlé avec la Haine, sa Haine. La narratrice n'est qu'une marionnette. (Comme on peut si bien l'être par moments...) Finalement, la Haine guide ses actes mais il n'y a pas vraiment d'échange, de relation... 
_________________
ATea.
Dim 27 Oct - 12:31 (2013)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
laera
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 20 Sep 2013
Messages: 33

MessagePosté le: Dim 27 Oct - 13:27 (2013)    Sujet du message: Merci pour vos commentaires Répondre en citant

Coucou,

Un grand merci pour vos commentaires justifiés. Laughing
Un texte, il naît, vit, évolue et il va se simplifier  .
Merci à Odepluie pour la référence à " "La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette" (Millenium) de Stieg Larsson" J'ai adoré la saga.

Concernant le débat est-ce que la haine est une ENV ce soir là je l'ai vu ainsi et je reconnais qu'écrire mon premier meurtre a été jubilatoire. Twisted Evil

Faire ce texte aussi rapidement pour la nuit des plumivores  et voir les différents écrits a été une expérience enrichissante.

Merci encore pour m'avoir lue et commentée.
Dim 27 Oct - 13:27 (2013)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Atsuna
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 19 Sep 2013
Messages: 55
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Dim 27 Oct - 13:52 (2013)    Sujet du message: #4 Menton 1998 - Laéra Répondre en citant

Moi j'ai beaucoup aimé ton texte, et je trouve que le sentiment comme ENV ça fonctionne bien, même si c'est vrai que c'est discutable ^^ Ceci dit, j'ai beaucoup aimé ta façon d'amener à la scène finale, juste été déçue sur le manque de détails gores et sanglants

Quoi qu'il en soit, si c'était "ton premier meurtre", je t'encourage à nous en écrire d'autres mouhahahaha !
Dim 27 Oct - 13:52 (2013)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Matt Anasazi
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 763
Localisation: Agen

MessagePosté le: Dim 27 Oct - 14:13 (2013)    Sujet du message: #4 Menton 1998 - Laéra Répondre en citant

Du pur Laéra, saignant, sanglant et sombre à souhait ! (C'est vrai qu'on avait pas notre quota de massacre de la semaine !)
Très bon texte !
_________________
"Faire sortir les maux de l'âme, c'est la psychanalyse.
En faire sortir des mots, ici naît la littérature."
Dim 27 Oct - 14:13 (2013)
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:47 (2016)    Sujet du message: #4 Menton 1998 - Laéra

Aujourd’hui à 12:47 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Textes des Participants

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield