S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Ascenseur émotionnel.

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défi n°101 à 110 » Défi n°106
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Iwik
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 09 Nov 2015
Messages: 71
Localisation: Melun

MessagePosté le: Mer 16 Mar - 02:11 (2016)    Sujet du message: Ascenseur émotionnel. Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
C'était quelque chose quand même, de se sentir ronde ainsi, de le chuchoter à son oreille, de poser ses mains sur mes seins durs, de le voir sourire du regard. C'était quelque chose de grand, puisqu'au fond la plus belle promesse que pouvait nous faire cette vie. Et puis bien sûr, j'ai pissé sur un bâton, j'ai ri, j'ai fumé plus que de raison, pour rattraper le temps que j'allais perdre. Pour pas l'intoxiquer pendant neuf mois. J'ai pissé sur un bâton, c'était pas la première fois, mais comme les précédentes, j'avais pas besoin de lire le résultat. Mon corps m'avait avertie. C'était pas la première fois, mais avant c'était pas le bon moment, pas la bonne personne surtout. Quand j'étais gamine, c'était un gros mot pour moi ces trois lettres qu'on balançait en chuchotant. Je disais jamais, mais j'vais pas vous chanter le refrain, vous le connaissez sûrement. Et finalement, j'ai avorté deux fois. J'me souviens plus si j'ai pleuré, j'ai sûrement eu mal un peu, mais quelque chose au fond me disait que je l'avais mérité. Une voix de gamine, un peu perçante, qui se sentait insultée et oubliée. Et comme toutes les choses dont j'étais pas fière, j'en ai parlé, j'en ai ri, j'ai hurlé ces trois lettres qui ne seraient plus jamais tabou. Mais passons, je vais pas vous dire pourquoi on écrase nos convictions parfois, pourquoi on se lève un matin et on oublie ce en quoi on croyait. 
Le long fleuve tranquille a poursuivi son ascension, certains ponts se sont écroulés, cinq ans ont passé et le petit signe positif a ramené sa poire. Je me suis pas demandé si c'était le bon moment, si j'avais assez vieilli, si mon premier cheveu blanc était signe d'assez de sagesse. Tout en moi s'éveillait, c'était une évidence. 


Sept jours plus tard, de la grêle sur le pare-brise, des rires dans la maison, des centaines de kilomètres, la même playlist qui tourne en boucle. Sept jours plus tard. Si peu pour changer de planète.


Du sang. 
Et des si qui se lancent. 


L'ascenseur s'est trompé d'étage, ou peut-être juste d'émotion. 
Et mon coeur aussi juteux qu'un ananas. 
Et mon corps, si vide. 
Mes rondeurs sont parties épouser d'autres angles. 


Et ce silence. 


Tous les jours, on m'appelle, on me pose les mêmes questions, on m'observe, on attend que je tombe, que je chancelle, que j'étreigne ma douleur. On tente de mesurer l'émotion à chaque nouvelle intonation. On me sort des statistiques, des définitions, des proverbes, des règles, des conseils, des avertissements. On me vend de l'espoir, quand on me trouve trop négative, on m'interpelle si j'y crois, on me pose un joli panneau rouge, on m'écourte si je suis trop rationnelle. 
Je suis sur une table d'opération, on me dissèque l'esprit, pour savoir si je suis folle ou juste absente.


Et je reste seule, spectatrice, je les regarde se mouvoir autour de moi, je leur fais même de la place. Je tais les contractions, les crampes, et mes yeux qui saignent. Je n'ai pas envie de partager ce silence qui s'installe. 


A l'intérieur, les si se lancent.
Et s'en balancent. De cette loi de la nature, de ton amour, de ton envie de sexe, de ce qu'il reste à vivre.
Je ferme les yeux, et je n'aspire qu'à trébucher. Je voudrais pouvoir pleurer ce vide insaisissable, mais la gamine revient, et fanfaronne. Je cherche son reflet, une projection quelconque à tous les étages, mais elle me nargue, m'irrite, m'épuise. Et la trilogie se boucle, le cercle n'est pas si vicieux, seulement infernal. 


J'erre dans un espace réduit, une salle d'attente où il ne semble plus y avoir de place pour toi. L'image que j'ai de toi, de ton petit être réduit, lui, à un silence. Les battements de ton coeur résonnent quelque part en moi, mais l'écho se perd, petite aiguille dans une botte de foin, et seule ma voix subsiste. J'existe entre un pic hormonal et un besoin précoce d'acide folique. 


J'existe. J'étais cette gamine effrontée, cette jeune adolescente indomptable, cette jeune femme insolente, et l'espace de quelques jours, je suis devenue l'idée douce et fragile d'un bouton à éclore, appelle-moi maman. 
Echouée sur un rivage inconnu, le doute subsiste quant à mon identité. Qui suis-je. 
Les voix s'entrelacent, s'affrontent et s'entretuent. 
Je suis cet entre deux, et mon coeur, sans voix.
_________________
"Le seul, l'unique voyage est de changer de regard."
Mer 16 Mar - 02:11 (2016)
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 829
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Jeu 17 Mar - 18:41 (2016)    Sujet du message: Ascenseur émotionnel. Répondre en citant

Mmmh, je ne suis pas certaine d'avoir parfaitement compris. Tu écris toujours tout en suggestion. C'est très bien fait, mais je reste dans le doute... est ce qu'elle se demande si elle est vraiment enceinte? Est-ce qu'elle a des complications?
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Jeu 17 Mar - 18:41 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Iwik
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 09 Nov 2015
Messages: 71
Localisation: Melun

MessagePosté le: Ven 18 Mar - 04:09 (2016)    Sujet du message: Ascenseur émotionnel. Répondre en citant

Oui elle est enceinte. Quand au reste, je préfère te laisser libre interprétation et ressentir ce que tu veux. Même si on peut comprendre qu'il y a des complications. Mais au fond il s'agit surtout de cette nouvelle identité que peut apporter la maternité, de tout ce qu'il en découle. Et de cette errance que crée parfois la perte de libre arbitre. 


Après oui comme tu l'as dit j'aime laisser au lecteur un grand espace d'interprétation. Je comprends qu'on n'y soit pas toujours sensible.  
_________________
"Le seul, l'unique voyage est de changer de regard."
Ven 18 Mar - 04:09 (2016)
Auteur Message
MlleAsh
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 25 Mai 2015
Messages: 28
Localisation: France, vendée

MessagePosté le: Ven 18 Mar - 23:33 (2016)    Sujet du message: Ascenseur émotionnel. Répondre en citant

J'aime beaucoup 


Je crois que c'est la première fois que je te lis, et je trouve que tu as une belle écriture. 
L'histoire est touchante. 
J'aime beaucoup ce passage:


"A l'intérieur, les si se lancent. 
Et s'en balancent. De cette loi de la nature, de ton amour, de ton envie de sexe, de ce qu'il reste à vivre. 
Je ferme les yeux, et je n'aspire qu'à trébucher. Je voudrais pouvoir pleurer ce vide insaisissable, mais la gamine revient, et fanfaronne. Je cherche son reflet, une projection quelconque à tous les étages, mais elle me nargue, m'irrite, m'épuise. Et la trilogie se boucle, le cercle n'est pas si vicieux, seulement infernal.  "



et aussi :


"J'existe entre un pic hormonal et un besoin précoce d'acide folique." 
_________________
This spinning wheel of false highs and true lows will continue. That much I know.
Ven 18 Mar - 23:33 (2016)
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:27 (2016)    Sujet du message: Ascenseur émotionnel.

Aujourd’hui à 02:27 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°106

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield