S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
CUT.

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défi n°101 à 110 » Défi n°108
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Iwik
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 09 Nov 2015
Messages: 71
Localisation: Melun

MessagePosté le: Mar 19 Avr - 20:16 (2016)    Sujet du message: CUT. Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Mes doigts s'agitent entre les plis des draps, je cherche quelque chose, mais je ne sais pas encore quoi. Il n'est même pas huit heures, ou devrais-je dire qu'il est déjà plus de six heures. Tout dépend de l'observatoire, et dans quel sens saisir le problème. Mes doigts tremblent, je n'ai pas fermé l'oeil de la nuit. Pour un cartésien, un cérébral, j'ai seulement trop de caféïne dans le sang, pour un émotionnel, un cardiaque, c'est une autre histoire, une histoire d'amour. C'est toujours une histoire d'amour. 


Une histoire de tous les jours ?


L'aube a pointé le bout de ses pieds, et mes doigts s'accrochent au tissu, comme s'il pouvait nous sauver. Mais il ne s'agit plus de nous, puisque rien ne t'ébranle, tes pupilles impassibles sous tes paupières closes, ton corps si bien articulé dans l'inconscience. Il ne peut plus s'agir de toi. 
Le corps s'effondre, l'esprit se révolte, et face à l'épuisement il ne reste que l'insolence du malaise, de la caféïne, peu importe. 


Bientôt tu vas te réveiller, embrayant sur un quotidien si bien calculé, et je ferai semblant de dormir, je ferai semblant pour que tu ne poses pas de questions, pour que tu gardes ce sourire qui te va si bien, pour que tu aies cette illusion collée aux rétines. 
Me concentrer sur toi, sur tes besoins, tes envies, nous aura sauvés plus d'une fois. Mais l'insomnie me rappelle au désordre balayant tes désirs. Ma vie sur pause, il serait temps d'actionner le moteur, et. Action ? Mais les acteurs ont tous déserté, laissant le plateau à l'abandon, et derrière l'objectif les cils battent si vite, comme pour dessiner un mirage où la foule s'abandonne et s'embrase. Mais je reste seule face au décor, des draps blancs tombés sur cet enfer, la palette a perdu ses couleurs, et tout reste à inventer, encore. 


*


C'est toujours à l'aube qu'on se quitte, c'est pour l'aube que l'on bataille, c'est à l'aube que l'on se livre. Et elle, elle l'aura attendu son aube, victime et coupable de sa propre histoire. Louise a aimé plusieurs fois, mais toujours au singulier. Elle croyait toujours qu'il venait la réparer, la guérir d'une maladie sourde et muette. Louise a tout donné à chaque fois, parfois même du vent, de l'air, du vide. Louise n'utilisait plus que le pluriel pour parler d'elle, parce que sans eux elle ne croyait pas exister, pas vraiment, sans intérêt, entre parenthèses peut-être. Et eux, ils auraient pu mourir pour elle, mais c'était éphémère, et revenait la solitude pour valser dans son coeur. Sur la paume de ses mains, elle dessine leurs initiales, pour mieux oublier le reste. 
Louise vit entre deux barres verticales, un peu trop épaisses pour être effacées. Arrêt sur image, depuis qu'elle aime, plus rien ne bouge, le chemin court. Sans elle. 


Louise s'essouffle, et de nouvelles rides impriment l'inertie sur son visage, sa propre absence la laisse de marbre, et dans un coin de la pièce les remords s'entassent. 
Il ne reste plus rien à vivre si c'est en solitaire, et c'est pour ça que Louise collectionne les rêves à deux places, les déceptions aussi. 


Et la conscience d'être et d'avoir ramène sa poire. C'est l'aube et Louise a sursauté, le corps de son amant toujours si bien articulé, impassible. Ses doigts ont abandonné les draps trop blancs, trop lisses, et ce sans quelque chose, sans personne, sans rien. Parfois il n'y pas d'élément déclencheur, de cause à effet, seulement des conséquences. Louise a passé ces dernières années à se perdre dans un écran, à rêver pour des personnages fictifs, leur offrant jusqu'à sa propre réalité. Louise a vu ceux qu'elles connaissaient grandir, mûrir, vieillir, avoir leurs premiers cheveux blancs, avaler des kilomètres, dire oui, dire non, dire merde, avoir des enfants, ou décider de ne jamais en avoir, attraper des principes comme autant de rhumes et savoir ce qu'il faut ou ne faut pas. Louise leur a laissé les certitudes, l'appréhension, le complexe de n'être que soi, la folie des grandeurs à leur échelle. Louise n'a même plus d'échelle pour jauger sa solitude, pour la calculer, tant elle a tout fait pour devenir deux. Alors ce matin, où, enfin, quelque chose a déraillé du côté de l'insomnie, alors ce matin, Louise sursaute, se lève, se glisse dans la salle de bain, et face au miroir s'inspecte, s'interroge, s'insulterait presque. 


*


Pour toi, j'ai tout quitté. Comme à chaque fois. Quand ailleurs, il n'y avait plus rien à donner. Pour toi, j'ai erré au douzième étage attendant que tu rentres une nuit sur deux. Et maintenant ?


J'ai envie d'un aller simple pour le Colorado, j'ai envie d'un coin où me perdre dans la foule, j'ai envie d'inscrire mes initiales sur la pierre de quelque chose, et d'envoyer fumer les vôtres. J'ai envie d'attraper la grippe d'être restée trop longtemps sous la pluie. 


*


L'eau déborde, la baignoire dégueule, et dans tout ce liquide qui devrait être transparent, il y a bien trop de sang. 


Alors c'était ça, ce sursaut, cette aube tant attendue ? Il n'y avait rien de mieux à faire que de te tailler les veines ? Tu aurais pu couper les ponts, ça suffisait. Couper ce "nous" ridicule, ce rêve à deux places qui n'était jamais vraiment le tien. 


Une main retombée lourdement sur le sol, des doigts qui ne cherchent plus rien, épuisés de s'être toujours égarés au même endroit, sans doute. 


Inciser, opérer, réparer, tout quitter et trouver ailleurs le courage de tout recommencer. Come on Louise, cette scène méritait peut-être d'être coupée, mais pas le film bordel. Il reste encore de la bobine, et tant pis si la pellicule c'est vintage, tu as encore toute une histoire à raconter. Un voyage en solitaire à la rencontre de celle que tu peux encore être.


La peau du cou diaphane, le visage vide d'émotion, et les yeux immenses. 
Le son limpide de l'eau qui coule, et celui plus chaotique du souffle qui ne sait plus comment expirer. 
Et le corps s'enfonce dans cette aquarelle déjà posthume.










Et ce vacarme soudain, la foule applaudit. 
Le rideau tombe.
Le bruit grandit.
Le rideau se lève.
Louise salue.




L'aube s'est rendormie.
_________________
"Le seul, l'unique voyage est de changer de regard."
Mar 19 Avr - 20:16 (2016)
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 829
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Mer 20 Avr - 10:39 (2016)    Sujet du message: CUT. Répondre en citant

J'aime beaucoup le parallèle que tu fais avec le cinéma. J'ai envie de dire, ça te ressemble bien!
Beaucoup de sensibilité et d'émotion à fleur de peau dans ce texte. Ça donne la chair de poule.
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Mer 20 Avr - 10:39 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
El.
Mega Coup de Coeur
Mega Coup de Coeur

Inscrit le: 05 Oct 2014
Messages: 429

MessagePosté le: Jeu 21 Avr - 23:44 (2016)    Sujet du message: CUT. Répondre en citant

Alors je l'ai lu deux fois ton jet parce qu'il m'a perdue complètement. Et comment t'écrire à quel point c'est bon de se perdre dans un texte aussi intense, de se perdre avec Louise, de se laisser glisser avec elle...
Ton style est fluide et la mélancolie dans ton texte qu'est-ce qu'elle est belle et poétique...c'est délicat mais pas mièvre, j'aime beaucoup.
Tu as abordé le défi hors thème je dirai parce que Louise décide de fuir le monde croyant que sa vie est une erreur, un film, un scénario en carton...on aurait rêvé pour Louise qu'elle parvienne à s'enfuir vers le monde et que cela la sauve.
Mais le lecteur n'a pas son mot à dire avec toi aux commandes, le lecteur se laisse embarquer par ton style et cette mélancolie sournoise. Le lecteur se rendort à l'aube...il glisse...c'est très réussi, très. J'ai beaucoup aimé. Merci Iwik 
_________________
El.

http://aubordeldesrev.eklablog.com/
Jeu 21 Avr - 23:44 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Iwik
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 09 Nov 2015
Messages: 71
Localisation: Melun

MessagePosté le: Ven 22 Avr - 01:49 (2016)    Sujet du message: CUT. Répondre en citant

Du coup je ne suis pas sûre que tu aies compris la fin. Mais ce n'est pas grave, j'ai conscience d'être souvent ambigüe entre les points. En réalité Louise finit par monter sur scène, et la fin n'est qu'une pièce de théâtre.
Mais merci à vous deux pour vos retours. C'est toujours un plaisir de toucher les autres. 
Et pour ce qui est du thème, je ne suis pas sûre de l'avoir respecté, mais ça m'a inspiré de cette façon là, et s'il y a bien une chose qui est sûre, l'écriture ne se calcule pas. 
_________________
"Le seul, l'unique voyage est de changer de regard."
Ven 22 Avr - 01:49 (2016)
Auteur Message
La Plume du Chakal
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 25 Sep 2013
Messages: 405
Localisation: Arkham Asylum

MessagePosté le: Ven 22 Avr - 11:53 (2016)    Sujet du message: CUT. Répondre en citant

Ah bah merdz ! J'aurai du relire avant d'mater les commz, j'avais pas bité non plus le coup de la montée sur scène , 


très beau jet, mecz, 
c'tendre mais 
pas pathos, lourd mais 
pas étouffant, 
ca a d'la gueule et d'la gouaille 
c'que j'aime 


'pis c'est très beau !
Je t'ai dit que c'est très beau ?


Allez, encore une ;


c'très beau



_________________
http://laplumeduchakal.wordpress.com/

"Un blog qu'il est bien pour le lire"

https://www.facebook.com/laplumeduchakal
Ven 22 Avr - 11:53 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:25 (2016)    Sujet du message: CUT.

Aujourd’hui à 02:25 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°108

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield