S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
On va vendre la maison et tu souris comme un lac gelé

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défi n°101 à 110 » Défi n°110
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 835

MessagePosté le: Mer 11 Mai - 20:17 (2016)    Sujet du message: On va vendre la maison et tu souris comme un lac gelé Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Le tableau et la table. Au centre du salon. Y a ton souvenir fantôme sur le plateau, ton cul, tes cuisses. Et le peintre c'était moi, et le modèle c'était toi. Au mur. Les pinceaux ne sont que des substituts au désir brut, à la baise. Dessiner c'est aimer. Je t'ai caressée sur la toile, par touches grossières et tu soupirais, ennuyée, accentuant ton déhanché par lassitude, et tu haussais les yeux au plafond et je captais cette moue, tes gestes et tes courbes, et je traquais ta féminité dans le pli d'une paupière, l'esquisse d'un sourire ou la délicatesse de ta nuque et je cherchais à comprendre ce qui te rendait si désirable, si séduisante. J'enquêtais sans jamais parvenir à résoudre le mystère féminin parce qu'il tenait sans doute autant à mon regard qu'à ta façon d'être.
Mes souvenirs sont drapés de blanc et de poussière. On va vendre la maison.


Détache tes cheveux, tu te ressembles pas.


Ta chevelure se déployait en torsades noires sur l'étoffe bigarrée du tapis qui t'enveloppait jusqu'à la taille. Je bossais les drapés : tissu couleur, couleur, puis ta chatte noire et ton corps nu, pâle, étiré et ta chevelure satinée. Ça te grattait et je râlais parce que tu bougeais sans cesse et ma peinture ne ressemblait à rien. Excédé j'ai attrapé le tapis et je suis sorti dans le jardin et j'ai voulu y mettre le feu avec l'allume-gaz du barbecue, sous la pluie, et tu n'en pouvais plus de rire, nue sous l'averse.


Un coin un peu noirci.Tu as le pied dessus, presque, et tu m'évites du regard. Tu te déplaces de telle sorte que l'agent immobilier se trouve entre toi et moi. Un rempart contre quoi ?


Tout est là. J'ai rien récupéré. J'ai laissé le tableau, la table et le tapis, et les histoires de nous planquées dans chaque meuble, chaque pièce, et la guitare de Baf qu'on avait ramenée de Munich en 205 ; la 205 qu'a vécu bien des aventures et vu des tas de Capitales avant de crever à 500 mètres d'ici, sur le chemin des Oursières. J'étais au volant et tu n'étais pas là. J'ai quitté la voiture, les larmes aux yeux, et j'ai rejoint la maison. Tu dansais dans la salle de séjour sur les carreaux de soleil projetés au sol par la baie vitrée. J'ai observé tes circonvolutions miraculeuses et puis j'ai dit que cette fois c'était pour de bon. Elle avait bien clamsée, la bagnole, et alors on est sorti en silence et on a marché dans la gadoue. Recueillement. C'était un genre de procession funèbre jusqu'au cadavre mécanique. On a esquivé les prières. On s'est glissé dans l'habitacle et on a viré nos sapes pour faire l'amour une dernière fois sur la banquette arrière, moi dans toi qui avais les pieds au plafond et tes griffes plantées dans mon dos. J'ai joui et je me suis laissé aller sur toi, fourbu, et puis on est rentré main dans la main. La maison avait convoqué le soleil pour nous réconforter. Cet après-midi là t'as investi la cuisine et ça sentait le crumble jusqu'à l'étage et moi, je suis sorti dans le jardin, un sécateur à la main, et j'ai regardé la bâtisse immuable. J'ai songé à la voiture, sa mort qui me soufflait que notre jeunesse s'étiolait. Je pensais à Baf et à Sonia, à leur mariage, à tes amies d'Esposende et à Tiago, leur fils de quatre ans, sauvage et doré comme du pain d'épice ; à nous deux, coupés du monde dans notre maison-navire des Oursières.
Le temps passe.


T'as les cheveux tirés en arrière, plus courts qu'avant, plus sages, et trop de fond de teint. Tu souris comme un jardin d'automne, un lac gelé. On a plus qu'à signer et la maison est vendue. À quoi je ressemble, moi ? À quoi tu penses ?


Tu sortais de la salle de bain quand moi je venais me laver les mains que j'avais noires de terre jusque sous les ongles. Ça embaumait le crumble et la crème hydratante à l'abricot dans ton cou. Je voulais te dire un truc et tu voulais me dire autre chose et on avait la même idée en tête en songeant à la 205 et à Tiago et à la maison trop grande pour nous deux.
Les yeux brillants.


J'ai toujours cru que tu m'avais quitté. Et j'en suis plus si sûr. Que tu m'avais quitté parce que je parvenais pas à te faire le môme qu'on désirait. Est-ce que c'est moi qui t'ai laissé tomber ? Est-ce que t'es partie parce que j'étais plus là depuis longtemps déjà, perdu dans ma tête, trop loin, si loin que tu pouvais plus venir m'y chercher ?


Je saisis le stylo que me tend le promoteur et tourne la tête vers toi.


Et nos regards se croisent enfin.
Mer 11 Mai - 20:17 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
El.
Mega Coup de Coeur
Mega Coup de Coeur

Inscrit le: 05 Oct 2014
Messages: 429

MessagePosté le: Jeu 12 Mai - 09:52 (2016)    Sujet du message: On va vendre la maison et tu souris comme un lac gelé Répondre en citant

Il est magnifique ton texte. C'est beau comme tu l'as écrit.
Je retrouve bien la qualité de ton style, tes mots à fleur de peau, tes personnages vrais. J'aime beaucoup la nonchalance qui se dégage, et ce fatalisme là des fins d'histoire passionnelles.
Il me manque des choses pour visualiser la maison, même si je ressens une ambiance, il me manque du décor.
Et j'ai envie que le texte soit plus long, j'ai envie d'en savoir plus. Je sais qu'on n'est pas là pour écrire des romans, mais j'aurai bien lu ce roman-là.

Ah et puis le titre, putain le titre :
_________________
El.

http://aubordeldesrev.eklablog.com/
Jeu 12 Mai - 09:52 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 829
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Ven 13 Mai - 17:43 (2016)    Sujet du message: On va vendre la maison et tu souris comme un lac gelé Répondre en citant

Très belle plume, comme d'habitude   J'aime beaucoup tes descriptions et la nostalgie qui s'en dégage, la tristesse mêlée au bonheur passé.
Personnellement, ma phrase préférée c'est celle là : "Mes souvenirs sont drapés de blanc et de poussière."
Ca résume tout le reste, et c'est beau.
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Ven 13 Mai - 17:43 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Mar 17 Mai - 16:25 (2016)    Sujet du message: On va vendre la maison et tu souris comme un lac gelé Répondre en citant

Ton texte a la beauté d'un paysage enneigé, il y a beaucoup de silence, beaucoup d'histoires sous les couches de neige.
Il y a une sensibilité et une tristesse qui enrobent tes mots.
J'ai beaucoup aimé. 

_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Mar 17 Mai - 16:25 (2016)
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Jeu 19 Mai - 13:18 (2016)    Sujet du message: On va vendre la maison et tu souris comme un lac gelé Répondre en citant

 Voilà une peinture des sentiments entre un homme et une femme bien joliment écrite.

Entre tendresse et érotisme.
Jeu 19 Mai - 13:18 (2016)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Alinoë
Méga CDC...
Méga CDC...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 1 787
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Jeu 19 Mai - 17:07 (2016)    Sujet du message: On va vendre la maison et tu souris comme un lac gelé Répondre en citant

Et ben, je suis contente d'avoir gardé ton texte pour la fin et puis surtout d'avoir pris le temps de le savourer pleinement.

Je sais même pas comment le commenter...

Poétique, triste sans l'être vraiment, nostalgique surement, plein d'interrogations sur ces personnages, l'envie d'en savoir plus et, en même temps, d'en rester là pour laisser l'imagination combler les trous,...



Tu m'as embarquée et j'ai adoré ça :-p




(va falloir faire un choix maintenant et, didju, ça va pas être facile!)
_________________
THE TRUTH IS OUT THERE


https://alinoebraun.wordpress.com/


https://www.youtube.com/watch?v=OttPq7ceH9E&feature=youtu.be&eml=2015September21%2F2733333%2F6010044&etsubid=30262197
Jeu 19 Mai - 17:07 (2016)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:24 (2016)    Sujet du message: On va vendre la maison et tu souris comme un lac gelé

Aujourd’hui à 02:24 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°110

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield