S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Offre-moi quelque chose qui ne meurt pas... Hors concours.

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Nuits » Nuit n°21
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Iwik
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 09 Nov 2015
Messages: 71
Localisation: Melun

MessagePosté le: Jeu 26 Mai - 22:44 (2016)    Sujet du message: Offre-moi quelque chose qui ne meurt pas... Hors concours. Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
- J'me sens comme morte. 
- Va t'faire voir.


T'as raison, j'devrais pas dire ça. Mais c'est comme ça, je crâne, je dis, et j'me sens. Mais pas vraiment comme morte. Juste inerte, le corps coincé dans ce vide inexorable, l'esprit en fuite, et je saurai même pas te murmurer l'état de mon coeur. 


- Offre-moi quelque chose qui ne meurt pas. 


J'sais plus où on était à ce moment-là, est-ce que c'était sur la plage, ou dans cette chambre d'hôtel, ou peut-être que c'était même pas toi. Y a pas de cohérence dans cet espace temps, y a juste quelques minutes qui s'infiltrent, assourdissantes. Y a juste des secondes qui se consument et tes mains qui brûlent ma peau. 


T'as laissé des traces partout sur mon corps, des ecchymoses pour hurler l'indicible. Mais autour de nous, y avait que des aveugles, et fallait porter plainte, et fallait pas te revoir, et fallait déménager à l'autre bout du monde si on pouvait, et fallait tourner la page, t'oublier, et avoir le courage de tout recommencer. 


Moi, je préférai t'aimer.
Te pardonner, et tout t'offrir, et t'emmener dans tous mes rêves, mais surtout te suivre partout où tu irais, dans tous les recoins, à tous les carrefours, et m'asseoir sur le banc à tes côtés, et me foutre à poil quand tu ne me regardes plus, et te branler pour réveiller ton coeur, et faire à l'envers tout ce qu'on ne saurait défaire. Mettre ta queue dans ma bouche pour que tu ne m'oublies pas, et glisser ma langue sur ton gland décalotté. C'était si vulgaire de t'aimer, et on en gerbait des flots d'insultes, et y avait rien de bon à en tirer, mais on continuait de se battre, on se donnait en public, mais on était seuls, si seuls dans ce monospace. Et nos caresses pleines de haine, et la marque de tes poings sous mes côtes, et tes yeux si noirs qui se noient dans ce bleu violacé, parce qu'il fallait bien que je me défende. 


Combien de fois j'ai espéré en bas de chez toi, sans même t'attendre, de toute façon je te voyais arriver de loin, tellement grand, un géant du coeur. Et je maudis les spectateurs qui voudront te réduire à cet être violent et sourd, avec leurs définitions toutes faites, et leurs profondeurs qu'ils piochent à la surface. Ouais avec toi, fallait avoir mal pour se sentir bien, mais au fond j'étais au moins autant coupable. 


Et la culpabilité, on l'a voyagée, jusqu'à en oublier toutes nos valises sur le pas de cette porte d'hôtel. Y avait la plage à moins d'un kilomètre, et il faisait gris, et il faisait nuit en plein jour. On est partis se balader ensemble, et on s'est égaré chacun de son côté, on a laissé le vent emporter nos cris, et j'ai pleuré pour nous deux. 
Sur le chemin du retour, chacun son trottoir, chacun sa peine, sans parler des remords. 


Ca s'est passé si vite, je saurai plus conjuguer les mots qu'on s'est dits, ni même ceux qu'on a enfoui sous le paillasson. On a abandonné les carapaces, les faux semblants, les apparences, et je persistais à t'approcher quand t'aurais voulu disparaître. 
J'ai dû te griffer, tu m'as giflée, t'y as mis toute ta peine, et j'ai maudit le point de non retour, celui où on avait déjà chaviré quelques mois plus tôt, et l'échec, cuisant mais imperceptible, s'est transformé en bombe à retardement. 
Il a suffi de cligner des yeux, et j'étais là, allongée au milieu du lit, libre de rien, tes mains si puissantes qui enlaçaient mon cou, et ton corps qui bloquait le mien, et tes yeux noirs, blancs de rage, et ce rictus qui m'avouait tout ton désespoir. 


Cligner des yeux. 
Etouffer. 
Cligner des yeux, se battre.
Ne plus se débattre. 
Et chercher ton regard dans tout ce flou, mais ne plus rien voir.


J'ai pensé aux champs de maïs, au picotement des herbes hautes sur ma peau nue, à l'ambivalence, à la douceur de ta peau, à ton sourire qui s'étire, à ces pages noircies, au jeu du chat et du cochon, et au fond la souris c'était nous, et je crois bien qu'à force de nous chasser notre histoire nous aura eus. 
J'ai pensé à ta peau abîmée, à nos baisers, à l'eau brûlante, et à une chasse au trésor en plein désert. 
Mais j'me suis pas sentie mourir.


J'ai pensé au gémissement des cigales, au punch planteur, à tes paires de baskets, au petit navire d'une de tes histoires et au dernier étage du jardin. 
J'ai pensé à nos veillées trop tardives et au bout de mes seins, à quand tu les effleures, à l'ardeur du manque, et à cet arrêt sur image imprévisible.
J'ai pensé à tes coups de bombes sur les murs, et aux idées crachées sur le bitume.
J'ai pensé au meilleur.
Mais j'me suis pas sentie mourir, et si ça devait arriver, et bien j'arrêterai juste de cligner des yeux. 
J'ai pensé qu'y avait rien de grave. 


C'est après, seulement après. 
T'as lâché ton emprise soudain, sans prévenir.


Cligner des yeux. 
Et voir tes lèvres danser. 
Mais la détresse, elle se disait dans tes yeux. 


C'est seulement après que je me suis sentie morte. Quand t'as abandonné tes démons, sans bredouiller d'excuses, tu m'as portée jusque la baignoire, sans même ôter mes vêtements, et t'as fait couler l'eau glaciale sur mon crâne, sur mon corps, et tu t'es assis face à moi, et tu m'as enlacée du regard. Et je me suis sentie mourir après la mort. J'inspirais, j'expirais, mais comment tu peux dire que j'étais vivante après ça. 


C'était l'hiver, puis l'été, puis le déluge, puis l'automne, pas forcément dans ce sens, et de toute façon, c'était toujours des avalanches, les mains glacées, perdues dans un compartiment vide de ta chaleur. Alors, c'était toujours l'hiver. 


Tu m'as offert ce qui ne meurt pas, puisqu'il est impossible d'effacer les virgules de ce silence-là, impossible d'oublier la musique de ce face à face, impossible de quitter totalement ce duel avec la mort. Quelque chose s'est éteint dans l'épaisseur de cette buée collée à mes rétines. Quelque chose ne se réveillera pas, et la passion dévorante a avorté d'elle-même. 


C'est toujours l'hiver quand on meurt.
_________________
"Le seul, l'unique voyage est de changer de regard."
Jeu 26 Mai - 22:44 (2016)
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 829
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Ven 27 Mai - 09:15 (2016)    Sujet du message: Offre-moi quelque chose qui ne meurt pas... Hors concours. Répondre en citant

Ce texte est plein de violence: violence des sentiments, des émotions, des gestes, des mots. Il est très fort et m'a remué. Je ne sais pas ce que je ressens pour les deux personnages, je suis à la fois attirée et repoussée.
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Ven 27 Mai - 09:15 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
El.
Mega Coup de Coeur
Mega Coup de Coeur

Inscrit le: 05 Oct 2014
Messages: 429

MessagePosté le: Ven 27 Mai - 14:52 (2016)    Sujet du message: Offre-moi quelque chose qui ne meurt pas... Hors concours. Répondre en citant

ça m'donne cette impression que t'as dézipé ta cage thoracique sorti ton coeur de sa planque, tu l'as foutu sur la table avec tes tripes et t'offres ça au lecteur en lui disant "voilà, j'ai écrit ça qui vient du fond de moi démerde toi avec maintenant".


bon sans doute je psychote ok mais...j'sais pas ça m'inspire ça


ton écriture est assumée, et pleine, pleine à ras bord de trucs beaux et laids, doux et durs, froids et chaux, pudeur et voyeurisme et ça putain, c'est une vraie signature artistique, ça m'fout le bordel dans la tête, et j'adore ça 
_________________
El.

http://aubordeldesrev.eklablog.com/
Ven 27 Mai - 14:52 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Alinoë
Méga CDC...
Méga CDC...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 1 787
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Ven 27 Mai - 20:46 (2016)    Sujet du message: Offre-moi quelque chose qui ne meurt pas... Hors concours. Répondre en citant

Shocked Pouah! Sans répéter ce qu'ont dit les deux autres: mais d'où tu tire tout ça? Ces images fortes, violente, ces sentiments débridés, ces mots qui coulent tous seuls,... Et puis cette poésie, horriblement magnifique! Je suis pas sûre de toujours bien suivre le fil de ton idée mais je m'en fiche! Tu m'embarques, je lis, je kiffe, j'adore ça! T'as vraiiment bien fait de le poster ton HC!! Merci merci merci! Encore encore encore! T'as une plume bien à toi, un style inimitable! Du Iwik et putain, ça arrache! XD


_________________
THE TRUTH IS OUT THERE


https://alinoebraun.wordpress.com/


https://www.youtube.com/watch?v=OttPq7ceH9E&feature=youtu.be&eml=2015September21%2F2733333%2F6010044&etsubid=30262197
Ven 27 Mai - 20:46 (2016)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Iwik
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 09 Nov 2015
Messages: 71
Localisation: Melun

MessagePosté le: Ven 27 Mai - 21:25 (2016)    Sujet du message: Offre-moi quelque chose qui ne meurt pas... Hors concours. Répondre en citant

Je sais pas trop quoi répondre, mais dans chacun de nos jets y a une part de vécu, ou quelque chose qui nous appartient, j'imagine. 
Enfin c'est mon cas en tout cas, et dans ce jet la, c'est sûrement un peu plus vrai. 
Et ca m'a fait du bien de sortir ca, c'était coincé quelque part.
Enfin merci à toutes les trois. Vraiment. 
_________________
"Le seul, l'unique voyage est de changer de regard."
Ven 27 Mai - 21:25 (2016)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Dim 29 Mai - 16:24 (2016)    Sujet du message: Offre-moi quelque chose qui ne meurt pas... Hors concours. Répondre en citant

Ton texte, c'est même plus qu'il bouscule, il te fout à terre... C'est d'une puissance... Je crois que le plus perturbant, c'est de réaliser qu'en lisant, on est dans cette tornade. Et qu'avec toutes les bonnes raisons qu'on peut invoquer pour ne pas s'approcher, on se dit que ouais, on s'y plongerait peut-être quand même. 


El a parfaitement su dire les choses.. Moi j'ai pas trop les mots à vrai dire. 


Juste merci, c'est furieusement vivant. 
_________________
Rafistoleuse
Dim 29 Mai - 16:24 (2016)
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:15 (2016)    Sujet du message: Offre-moi quelque chose qui ne meurt pas... Hors concours.

Aujourd’hui à 12:15 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Nuit n°21

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield