S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
TEXTE DE JERRICANNE

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défi n°111 à 115 » Défi n°112
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Ven 3 Juin - 16:42 (2016)    Sujet du message: TEXTE DE JERRICANNE Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Je ne suis pas l'auteur de ce texte. J'en suis seulement le postier Il est l'œuvre de Jerricanne.

Jour de grève.  
 
  
 
« La loi travail ne passera pas ! » je l’ai répété toute la nuit dans mon sommeil ce slogan que je compte bien hurler avec les camarades cet après-midi, entre Nation et République. Parce qu’hurler dans les manifs c’est quand même ce que je sais faire de mieux, moi. Ce n’est pas pour rien qu’on m’appelle « le porte-voix ». Ma voix, elle porte bien et autant sur le pavé que dans les urnes. J’ai dédié toute ma vie au combat politique. D’ailleurs je n’ai fait que ça. Pas de femme, pas de gosses, pas de boulot, pas de maison. Je suis libre comme l’air et je trouve tellement de chaleur humaine parmi les camarades qui m’hébergent que je n’ai pas besoin de plus, pas besoin de m’inventer une petite vie bourgeoise avec propriété, famille et télé. Je suis un homme libre, je suis un militant. Plus anar que rouge, j’ai la liberté qui circule dans mes veines. Alors vous pensez bien que mon sang n’a fait qu’un tour quand j’ai lu, hé oui moi je l’ai lu, le projet de loi dite « travail ». Travail, tu parles !! Jamais vu une enculerie pareille… Et pourtant j’en ai vu en 50 ans de combat ! Les combats, je les ai tous menés. C’est moi qu’on voyait debout en haut des barricades en 68. C’est moi qui gueulais derrière Mitterrand dans les années 70 en tête de nos cortèges serrés. C’est moi également qu’on a hissé tant bien que mal en haut de la statue de la place de la République l’an dernier et c’est encore moi le dernier couché aux petits matins de la nuit debout. Bien sûr je ne suis plus tout jeune mais l’adrénaline de la lutte  qui coule dans mes veines me rend mes 20 ans à chaque nouvelle bataille. Devrais-je y aller en fauteuil roulant que j’y serai encore à 90 piges, en première ligne de toutes nos manifs. Rien ne pourra jamais m’arrêter, jamais ! Je n’en ai pas loupé une seule et ce n’est pas aujourd’hui que je raterai le grand soir !!  
 
Le démarrage est un peu difficile ce matin à la descente du lit mais je suis motivé, à fond ! Café, douche, café, je vais y arriver à dénouer mes vieilles articulations, il me suffit d’une petite demi-heure tous les matins pour remettre la machine en route et c’est reparti. Le printemps est bien triste cette année. Il pleut sans cesse depuis des journées et des nuits entières. Le temps est à l’unisson du moral des travailleurs. C’est morose tout ça. Très morose. Je pousse la porte d’entrée du pavillon que je squatte avec mes vieux potes et … me retrouve les pieds dans l’eau. Bordel, mais c’est quoi ça ? Les éléments se déchainent pour me barrer le passage ? Comment descendre à pied jusqu’à la gare avec de l’eau aux chevilles ? Ah non, aux genoux…  D’autant plus que, avouons-le, je ne sais pas nager parce que j’ai peur de l’eau…. 
 
Ça démarre mal cette affaire-là… Il me faut de l’aide… Mais j’y arriverai, je vais y arriver ! Ce n’est pas quelques mètres d’eau et une rivière en crue qui vont m’arrêter, j’en ai vu d’autres. Le patronat ne sait plus quoi inventer pour nous bloquer la route…  
 
De ma célèbre voix de stentor, j’appelle les potes du squat à la rescousse. Mais j’ai beau m’époumoner, rien de vient, rien de bouge. On était bien 30 à l’apéro hier soir et pas un seul camarade pour m’aider ce matin ? Mais c’est vrai, ils sont tous partis tôt ce matin pour assurer le piquet de grève à l’usine. C’était convenu comme ça, je devais partir plus tard et qu’on se rejoigne à la manif dans l’après-midi. Donc, je suis seul, cerné par les eaux, perclus de rhumatismes et je dois aller à Paris coute que coute.  
 
Appeler les pompiers, alors peut-être ? Décréter un malaise, un état de santé précaire et me faire conduire à l’hôpital d’où je pourrais m’échapper pour courir à la gare ? … pas très civique comme idée, pas très citoyen… Je saisis malgré tout mon téléphone et compose le 18. La sonnerie résonne dans le vide. Ce n’est pas Dieu possible… les pompiers seraient en grève ? Mais c’est de l’abus de droit, ça, c’est interdit ! Et le service public alors ? À moins que toute la caserne ne soit en train de porter secours à des inondés plus en péril que moi ?... Pas de potes, pas de pompiers, pas de voisins, pas de voitures dans la rue, pas de solution….  
 
Mais si je parvenais jusqu’au cabanon au fond du jardin, je pourrai sortir la barque pour aller à la gare en bateau. Mais comment atteindre le cabanon. Diantre… 
 
Et si… Et si je sortais toutes les chaises de la maison, je les apporterais  sur le perron et je les poserais une devant l’autre dans le jardin, comme les passages pour piétons surélevés que les vénitiens installent durant l’aqua alta, afin de me constituer une sorte de pont jusqu’au cabanon pour récupérer la pinasse. Voilà la bonne idée : je vais me faire un passage de chaises dans le jardin ! 
 
Bon d’abord, chercher les chaises partout dans la maison et si besoin les fauteuils et les bancs aussi. J’avais pas besoin de ça pour commencer ma journée : c’est lourd, je fatigue, je me lasse, je n’en peux plus mais je ne compte pas lâcher l’affaire, il n’est pas né celui qui m’empêchera d’aller à Paris pour la manif. 
 
J’installe la première chaise dans le jardin juste au bord des marches du perron à fleur d’eau. Puis je me retourne et j’attrape la deuxième chaise, puis je grimpe sur la première chaise qui vacille, qui flanche, qui branle et portant à bout de bras la chaise numéro deux, je tente de la poser dans l’eau juste devant le perron. Boudiou, 30  chaises à ce rythme-là, c’est pas gagné.  
 
En fait un éclair de lucidité me fait vite réaliser que je n’y arriverai jamais à installer mon pont de chaises pathétique dans le jardin détrempé au sol instable et boueux. Je vais bien finir par sombrer avec une chaise entre perron et cabanon si je m’acharne, ce n’est pas la meilleure idée que j’ai eu cette histoire-là. Quoi que je peux me limiter à deux chaises en fait... je monte sur la chaise 1, je pose devant la chaise 2, je passe de la chaise 1 à la chaise 2. Puis je repasse devant la chaise 1 et je monte dessus et ainsi de suite… Voilà la solution, ce sera sans doute mois fatigant que de tenter d’installer 30 chaises. 
 
Avançant cahin-caha, chaise après chaise, j’arrive avec difficulté au lieu du jardin, sur ma chaise plantée dans la boue au milieu de l’eau. Je suis épuisé, mon âge me sort par tous les pores, mes articulations appellent à l’aide, je maudis ma phobie de l’eau mais ma rage militante et mon envie d’aller manifester sont intactes.  Mais soudain il se met à pleuvoir, des trombes d’eau s’abattent sur moi. Il faut que j’avance ou que je fasse demi-tour ou que je me jette à l’eau ou que j’aille chercher un parapluie dans la maison… Affolé, j’hésite, je tourne sur ma chaise, dans un sens, dans l’autre… je glisse, je dérape, je pers pied, je me rattrape au dossier de la chaise,  je me baisse pour attraper l’autre chaise, je me relève et ….. Foudroyé par un lumbago je me plie en deux de douleur. Je ne peux plus bouger. Je suis paralysé par la souffrance, l’épuisement, la pluie et la peur.  
 
Et seul, perdu sous l’averse, accroupi sur la chaise plantée dans la boue au milieu du jardin, j’entonne alors avec les dernières forces qui me restent de ma voix qui fut puissante, il y a peu encore,  les ultimes paroles du militant anarchiste que j’ai été toute ma vie. 
 
« C’est la lutte finale ! »  
 
Ven 3 Juin - 16:42 (2016)
AIM MSN Skype
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 832
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Lun 6 Juin - 21:51 (2016)    Sujet du message: TEXTE DE JERRICANNE Répondre en citant

Bon ben écoute, pour une première c'est réussi! Il y a beaucoup d'humour dans ton texte, on s'attache vite au personnage jusqu'à la phrase finale, impec'. En plus tu colles parfaitement au thème et à la contrainte  Okay
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Lun 6 Juin - 21:51 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Jerricanne
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 01 Juin 2016
Messages: 4

MessagePosté le: Mar 7 Juin - 07:35 (2016)    Sujet du message: TEXTE DE JERRICANNE Répondre en citant

Merci beaucoup  Very Happy
Mar 7 Juin - 07:35 (2016)
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 837

MessagePosté le: Mer 8 Juin - 23:42 (2016)    Sujet du message: TEXTE DE JERRICANNE Répondre en citant

Voilà une histoire qui aurait plu à Ionesco ! 
Le ton est enlevé et ne s'embarrasse pas de fioritures. L'écriture est expressive, et le personnage attachant. De l'empathie dans ta plume.
Un texte vif est plaisant, vraiment !
Mer 8 Juin - 23:42 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Sam 11 Juin - 11:41 (2016)    Sujet du message: TEXTE DE JERRICANNE Répondre en citant

En voilà un début prometteur !!

Ça se lit bien. Il y a un ton, un style, un sens de la dérision et du burlesque.


Contrairement à ton syndicaliste qui se noie et perd sa voix, tu sais fort bien nager dans la prose, et tu fais sonner le timbre de tes cordes vocales.




Bravo
Sam 11 Juin - 11:41 (2016)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Jerricanne
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 01 Juin 2016
Messages: 4

MessagePosté le: Sam 11 Juin - 12:24 (2016)    Sujet du message: TEXTE DE JERRICANNE Répondre en citant

Merci à vous tous, vos retours me font bien plaisir  Embarassed
Sam 11 Juin - 12:24 (2016)
Auteur Message
El.
Mega Coup de Coeur
Mega Coup de Coeur

Inscrit le: 05 Oct 2014
Messages: 429

MessagePosté le: Dim 12 Juin - 09:57 (2016)    Sujet du message: TEXTE DE JERRICANNE Répondre en citant

Bienvenue Jerricanne et bravo pour ce texte drôle, bien écrit, et cette lutte finale bon sang, bien trouvée!
_________________
El.

http://aubordeldesrev.eklablog.com/
Dim 12 Juin - 09:57 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:08 (2016)    Sujet du message: TEXTE DE JERRICANNE

Aujourd’hui à 08:08 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°112

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield