S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Blow up

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défi n°111 à 115 » Défi n°112
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
El.
Mega Coup de Coeur
Mega Coup de Coeur

Inscrit le: 05 Oct 2014
Messages: 429

MessagePosté le: Sam 4 Juin - 01:15 (2016)    Sujet du message: Blow up Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Je me suis levé. Mal.  
 
C’était le soleil, il traversait les persiennes et putain j’avais oublié comment ça faisait. Des semaines que ça flottait, que ça tombait des litres du ciel gris. Partout dans la ville ça puait l’eau croupie. Les gens avaient froid jusqu’à l’os. Froid du mouillé, et froid que ça ne s’arrête jamais. La crise, la terreur, et puis cette putain de météo qui venait en rajouter.  
 
J’ai eu envie de défoncer le mur. A peine trente secondes après que j’ai ouvert les yeux, j’avais déjà ma rage en éveil. Je ne suis pas comme ça depuis toujours, mais depuis plusieurs années déjà. En révolte intérieur. Immense rage en moi. Immense colère, envie de chialer, de cogner, de hurler.  
 
J’ai regardé ma femme dormir. J’ai eu peur qu’elle ne disparaisse et la seconde d’après, j’ai eu peur d’être forcé de me réveiller à ses côtés pour toujours. Je suis prisonnier de ma vie mais la trouille de la changer parce que je ne veux blesser personne. Y a plus grand monde à blesser maintenant remarque. J’ai perdu. J’ai vieilli. En amour je suis vieux, je suis presque mort.  
 
Mais je descends encore et toujours dans la rue parce que, en lutte non. En révolte non, je suis pas crevé encore. Je suis un insoumis dans ma tête, dans mon cœur. Ça me vient de loin putain, tellement que j’ai oublié d’où finalement. 
 
J’ai traîné ma carcasse jusque sous la douche. J’ai regardé connement la Senseo cracher un truc noir dégueulasse sans aucune âme. J’en ai bu trois de cafés. Ça ne servait à rien.  
 
Par la fenêtre le soleil encore, le ciel bleu. J’ai pensé que depuis des mois que le mouvement était en marche dans la rue, ça serait une des premières manif sous le ciel bleu. 
 
J’ai pensé à l’année 2016, elle était super loin mais je me suis souvenu que contre ce putain de 49.3 j’avais marché pendant des jours aussi, et que pareil qu’aujourd’hui, à l’époque, la France avait subi la montée des eaux au cœur de sa révolte. 
 
J’ai allumé un clope en enfilant une chemise à moitié rapiécée et toute moche, mais elle est blanche et je l’aime. Y a des fringues, tu t’expliques pas mais t’arrives pas à t’en séparer. Moi j’m’explique parfaitement pourquoi celle-là mais…non.  
 
Rien. 
 
J’ai sorti mon phone de la poche arrière de mon jean. Un message vidéo de mon fils sous le soleil de la Californie avec son labrador en plein running avant de se rendre à son boulot s’est affiché sur l’écran. Mon gamin est un grand, il gagne chaque mois ce que je touche en une année. Il est né brillant. Je ne peux pas être plus fier de mon gosse que je ne le suis aujourd’hui. Il a réussi. Socialement il est au sommet. Toute ma vie j’ai défendu les plus opprimés, j’ai lutté contre la précarité, j’ai eu des discours pure gauche, et révolutionnaires et aujourd’hui, je vois mon grand, épanoui et au top de son génie dans ce pays misérable du capitalisme et de l’arrogance, j’ai envie de me marrer. Je n’arrive pas à lui en vouloir, il est toute ma vie.  
 
J’ai refermé la porte sans un bruit derrière moi et je suis tombé dans la rue comme dans un rêve.  
 
La rue, ma liberté, mon chez moi, le sens à ma vie. 
 
J’ai attendu le tram. 
 
Longtemps. 
 
Il est arrivé, bondé. Alors j’ai décidé de marcher, de m’habituer aux pavés, de rejoindre le cortège à pinces et j’ai mis mes écouteurs avec du son un peu fort. A force de faire ça depuis des années, mes tympans sont à moitié morts. Pas si grave je n'écoute plus grand monde de toutes façons. 
 
Ces rassemblements du peuple, nos droits à défendre, ça donne un sens à ma vie depuis tant d’années. C’est un truc qui bouillonne en moi, je ne sais pas comment expliquer. 
 
J’avais hâte de rejoindre les potes du syndic, et marcher dans la foule d’un même pas. Ne faire qu’un avec le peuple. Etre là où je devais être, au bon moment. Sans trahir ni décevoir personne. Sans me trahir moi. Ni trop me décevoir. 
 
J’ai bifurqué par le parc et comme une anomalie dans le décor, au milieu de l’herbe et à l’ombre d’un saule immense, mes yeux sont tombés dessus. Je n’ai pas pensé que ça serait une connerie de m’en approcher, j’étais curieux, intrigué. J’ai retiré mes écouteurs. J’ai fait quelques pas, l’herbe était encore humide, la terre molle. Un livre. Il s’agissait d’un livre, oublié. Sans doute, perdu. J’ai reconnu la couverture avant même d’avoir déchiffré le titre et le nom de l’auteur. Mon cœur s’est connement accéléré. J’ai pris le livre. Je l’ai serré, caressé. J’ai aimé sa rugosité sur ma peau, son poids dans ma main. Le contenu je le connaissais par cœur, j’en avais mémorisé des passages, lu et relu des chapitres entiers durant mes nuits blanches. Je n’étais plus capable de reposer le livre. Il ne pouvait être qu’à moi désormais. J’ai regardé autour. Rien d’inhabituel. Le parc était calme. 
 
Je devais rejoindre le cortège, j’étais franchement en retard. J’ai fourré le bouquin dans mon sac, j’ai repris ma marche. 
 
Mais dans mon dos, je sentais la brûlure de ses mots. Dans mon dos, au fond du sac, son roman. Et puis soudain devant mes yeux des signaux.  
 
Des hallucinations ? Des flash-back ? Le reflet de son âme ? 
 
J’ai posé mon cul sur le trottoir, la foule n’était pas loin, je l’entendais scander. J’avais besoin de respirer. Impossible de rejoindre le cortège dans cet état. J’ai inspiré profondément. La brûlure de son livre toujours dans mon dos. Quinze ans plus tard, le souvenir de ce que nous étions l’un pour l’autre. Intact.  
 
Une femme s’est arrêtée. J’ai cru que c’était elle. J’ai pensé Je suis fou. Elle s’est penchée sur moi Ça va Monsieur ? Puis a posé une main sur mon épaule, son visage près du mien et murmuré dans mon oreille Find the girl. J’ai failli perdre connaissance. Cette phrase, cette putain de phrase. J’ai voulu que la femme répète, qu’elle répète encore mille fois, mais c’était trop tard. Disparue. 
 
Quinze ans je me répétais intérieurement, quinze ans. Impossible. 
 
J’avais besoin d’un verre. D’une gifle. D’un clope. De…trouver la fille
 
Je suis entré dans le premier bar, j’ai pris un demi, je l’ai bu d’un trait. J’ai sorti le livre, je l’ai ouvert, une feuille de papier fin, un peu jauni s’en est échappée. Pliée en quatre. J’ai défait le pliage. Une lettre manuscrite, l’encre noire, et cette écriture. Quinze ans plus tard. Je l’aurai reconnue entre cent. J’ai lu, une fois, deux fois, dans ma tête et même à voix haute j’ai lu, encore et encore : 
 
Read the book and folow me
 
Mon portable n’arrêtait pas de sonner, les gars m’attendaient en début de cortège et sans doute en face à face avec les flics, ma femme me cherchait, la rumeur de la rue enflait. Et moi, là, maintenant. Ici. Je ne bougeais plus, figé dans les pages du passé. Incapable de vouloir autre chose que cette émotion-là. Elle & Moi. Quinze ans à y croire, sans plus supporter d’y penser tellement ça me perçait le bide. Quinze ans du souvenir qui s’efface. Quinze ans de poussières, de murmures, de rêves secrets, de détails volés par ma putain de mémoire percée. J’ai regardé autour de moi. J’ai scruté les détails, les recoins, les visages. J’ai cherché les indices. Je n’avais pas besoin de lire le livre, je l’avais lu des milliards de fois. Je l’avais suivie quinze ans déjà, dans chaque voyage, image, marée, étoile, épi de blé, réverbère…de ma vie. 
 
J’ai eu mal au crâne. Vraiment mal au crâne. 
 
  
 
*** 
 
  
 
Je savais que tu étais prêt. Que tu ne m’avais pas oubliée. Ni moi, ni la promesse que nous nous étions faite. La rue devenait violente derrière moi, d’une violence sourde. Je t’observais de l’autre côté de la vitrine de ce bar, la tête dans tes mains, le livre ouvert sur la table. Je savais que tu partirais de chez toi ce matin-là, que tu ne loupais aucune de ces manifestations d’insoumis. Tu ne prendrais pas le tram, tu passerais par le parc et tu t’arrêterais devant le saule pleureur. Notre arbre.  
 
Je savais que tu quitterais ta maison seul pour aller te poster en première ligne du front, prêt à t’en prendre plein la gueule au nom de la justice et des libertés. Toujours à cracher ta colère et ta rage mais dans une intelligence de lutte bien maîtrisée. Les révolutions en marche. Je savais qu’en les suivant, je te trouverai.  
 
J’ai senti l’odeur des lacrymo et la brûlure dans mes yeux de la fumée blanche à l’instant même où nos regards se sont croisés. J’avais rêvé ce moment durant des jours et des nuits. Tant d’écriture, tant d’histoires, tant de brûlures, d’absences, de silences entre nous. Tu m’as vue et tu as pensé sans doute que j’étais un mirage, un ange peut-être, un fantôme plutôt. Après tant d’années. Avais-je changé de trop ? Toi non. Toi dans ton regard je lisais les mêmes tempêtes, l’écume indomptable, la douceur du sable, la touche de gris délicate et fragile dans tout ce bleu intense. 
 
Je crois que tu as dit mon nom. Ou bien tu l’as crié, pour me retenir. Pour pas que la foule m’avale, pas que l’urgence sociale nous sépare. Pas qu’un pavé vienne se fracasser contre ma tempe. Pas que je m’écroule. Pas que tout s’arrête. 
 
On dit que la vie défile sous nos yeux dans cet instant. La mienne se résumait à cette promesse magique de nous deux quinze ans auparavant, rien d’autre ne m’est venu à cet instant que Blow up.  
 
Et je trouvais injuste que l’insoumission gâche nos retrouvailles, je trouvais ignoble de mourir aussi connement avant que tu ne me touches encore (et encore).  
 
Le sang était chaud sur ma joue, le trottoir était glacé sous mon corps. J’attendais de te voir. J’attendais que tu me trouves. Tic Tac Tic Tac la fin est proche. Quand l’hiver arrive, elle disparaît.  
 
  
 

_________________
El.

http://aubordeldesrev.eklablog.com/
Sam 4 Juin - 01:15 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Iwik
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 09 Nov 2015
Messages: 71
Localisation: Melun

MessagePosté le: Dim 5 Juin - 01:26 (2016)    Sujet du message: Blow up Répondre en citant

J'avoue rester un peu perplexe après la lecture de ce texte. J'ai comme l'impression que cette touche qui te caractérise si bien a été un peu engloutie par un désir de coller un peu trop à la contrainte tout en l'évitant. Je sais pas si c'est clair... Mais bon, il y a quand même de très jolies choses. Comme "toutes les choses" de sa vie. Et la fin se laisse suspendre, il est comme impossible de visualiser l'endroit d'où elle l'observe. C'est assez déroutant, mais ca m'a plu. 
_________________
"Le seul, l'unique voyage est de changer de regard."
Dim 5 Juin - 01:26 (2016)
Auteur Message
El.
Mega Coup de Coeur
Mega Coup de Coeur

Inscrit le: 05 Oct 2014
Messages: 429

MessagePosté le: Lun 6 Juin - 18:53 (2016)    Sujet du message: Blow up Répondre en citant

Merci de ta lecture et de ton avis Iwik. En fait je pense être à côté de la plaque concernant la contrainte, plus par manque d'application plutôt que parce j'avais dans l'idée de coller à celle-ci...disons que j'avais le syndicaliste, mais pas le reste, d'où que ouais c'est particulièrement flottant comme texte et du coup le résultat n'est pas trop folichon, mais le perso s'est imposé et je l'ai suivi je crois...
_________________
El.

http://aubordeldesrev.eklablog.com/
Lun 6 Juin - 18:53 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 829
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Lun 6 Juin - 21:38 (2016)    Sujet du message: Blow up Répondre en citant

Je ne pense pas que tu sois complètement à côté de la plaque pour la contrainte, parce que quelque chose l'empêche d'aller à la manif', même si ce n'est pas quelque chose d'attendu. Et le fait que ce ne soit pas quelque chose d'attendu est justement super. Par contre je pense qu'il ne manque quelques clefs pour apprécier ton texte pleinement. On comprends ce qu'il s'est passé dans sa vie, on devine, mais pour vraiment se mettre dans sa peau et ressentir sa confusion, cette boule qui le prends à la gorge, je pense qu'il nous aurait fallu un peu plus d'indices plus tôt.
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Lun 6 Juin - 21:38 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 835

MessagePosté le: Jeu 9 Juin - 00:15 (2016)    Sujet du message: Blow up Répondre en citant

J'ai bien aimé ton personnage masculin, sa colère, ton écriture qui peut rappeler Bohringer, tiens, par ce qu'elle a de viscérale, une écriture nécessité.
En cours de récit, il manque peut-être un je-ne-sais-quoi... à voir avec ce que te disent les filles, avant moi. J'ai pas su définir.
Mais à la fin, t'es complètement là, avec ta puissance et tout. Bien joué.
Jeu 9 Juin - 00:15 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Sam 11 Juin - 11:01 (2016)    Sujet du message: Blow up Répondre en citant

J'aime cette ecriture sensible et cette petite musique. Ton personnage est un écorché vif. Mais le temps a rendu ses plaies moins sensibles. Il en ressort ce sentiment de nostalgie mélangé avec du fatalisme.


L'épisode du livre le résume.


Ça sonne comme un rêve en flash-back.


C'est flou, c'est beau. Est ce hors sujet ?


Non. La manif' n'est pas loin. Elle est à côté. De par son voyage en "nostalgie", on doute que ton personnage va y aller.




C'est juste l'histoire d'un rendez vous manqué.
Sam 11 Juin - 11:01 (2016)
AIM MSN Skype
Auteur Message
El.
Mega Coup de Coeur
Mega Coup de Coeur

Inscrit le: 05 Oct 2014
Messages: 429

MessagePosté le: Dim 12 Juin - 10:24 (2016)    Sujet du message: Blow up Répondre en citant

merci 


y avait ça qui allait avec :


 https://youtu.be/xAZbf5dr8V0
_________________
El.

http://aubordeldesrev.eklablog.com/
Dim 12 Juin - 10:24 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:59 (2016)    Sujet du message: Blow up

Aujourd’hui à 03:59 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°112

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield