S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
&.

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défi n°111 à 115 » Défi n°113
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Iwik
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 09 Nov 2015
Messages: 71
Localisation: Melun

MessagePosté le: Mer 15 Juin - 03:08 (2016)    Sujet du message: &. Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Des dunes, rien que des dunes, à perte de vue, sans horizon. Des dunes qui crachent la poussière, à en avaler le ciel. Et le sable, et le vent, brûlent mon corps jusqu'à mes os. 
J'épuise. Et l'ultime. Et l'envers du décor. L'enfer est bien là, en dehors. A bout de bras, à bout de nous, le désert me traverse de tous les côtés, s'invite dans chaque cellule. Le désert m'aspire. 


Au loin, il n'y a rien. 


Le brouillard trône ici, et les nuages de sable, révolte incomprise d'une nature blessée. C'est ici que le monde hurle, et la colère de cette terre bafouée s'éveille. Entre les dunes. Et mon être souffre, putain c'est monstrueusement beau. Les rétines explosées, des détails comme autant d'éclats de verre. J'avance sans savoir où je vais, mais je cours au ralenti, dans cette errance inévitable. J'ai à nouveau vingt ans, et le souvenir d'un corps plus musclé, plus fort. Et mes rides s'effacent, et je voudrais sortir une toile et peindre ce bordel. Mais en bandoulière, un secret. 


Un silence, à expédier dans ce coin perdu du monde, vaste océan de poussière, des dunes comme autant de vagues indomptable. 


*


Karima, des rondeurs plein le coeur, et des histoires pour les nuits d'insomnie. Karima, diseuse de bonne aventure, folle à lier, mais si consciente d'être et d'avoir. Karima, trop jeune pour mourir, trop vieille pour se taire. 
Karima, la peau sombre et l'âme illuminée. 


Elle trébuche, mais se relève, et la chute l'apaise, encore. Elle suffoque, puis respire. Ses lèvres sèches, mordues, figées dans un étirement vague, sans sourire. Karima, emmitouflée, et chaque parcelle de sa peau glacée par cette chaleur insoutenable. Karima, Karima, Karima, dernier effort avant la mort. 





Un voyage en avion, un dernier regard vers les grandes tours arc-en-ciel, tu as serré ton fils, le plus jeune, et tu as embrassé tes aînés dérobant à Morphée un rêve qui n'est plus le tien. La nuit était blonde, et l'hiver rouquin, puisque l'automne tardait à s'éteindre. 
A peine arrivée, tu as emprunté un cheval à Momo, mais. Dans le désert, la liberté s'étreint, ne s'abandonne plus. Et tu as chevauché avant que le jour se lève. Tu as puisé dans vos plus beaux souvenirs. Et tu te déshabilles de toutes ces rides conquises au fil du temps. 


*


Karima, galopante, animée par la fièvre. 
Karima.
Un coup de rein, le corps épuisé, un talon à terre. C'est ici que tout se raconte. 
Karima, fille de Khalid, enfant du désert, Karima, descendue des étoiles.
Et Khalid, fils d'inconnus. 
Et les inconnus, venus d'ailleurs. 


Vos vies espionnes, espiègles, sensibles et à l'étroit. Karima, droite, les pieds nus, et le souvenir des carrelages froids où l'on s'endort parfois. 
Elle ne pleure plus, elle espère juste qu'un matin la prophétie s'oublie.


*


Tu avais huit ans quand Khalid, fils d'inconnus, te délivra ce. Mystère, secret, fardeau. Soupir. Il glissa dans tes mains de gamine le pouvoir d'être quelqu'un d'autre, la différence entre le gris et le vide. Et tes sourcils levés, l'air de rien, et l'innocence soulevée alors que le corps de ton père brûle sous les yeux des plus anciens, sous les tiens. Tu as pris tant d'années dans la gueule, maintenant il faut choisir. Subir, admettre, accepter, poursuivre, et surtout ne pas se perdre. 


Maintenant, il faut que tu échoues sur les bons rivages, trouve le port, le navire, le marin. Pars en occident, mets des chaussures, et du rouge à lèvres, et du baume à ton coeur. Aime un homme, et fais des enfants. Mais surtout, n'oublie pas.


Maintenant, il faut pardonner le coupable et punir l'innocent. 


*


Et dans le brouillard, des traits se dessinent, esquisses des visages de ceux. De tous ces hommes dont les noms me furent murmurer si tard dans la nuit. Les visages de ceux qui n'auront jamais d'enfant, puisque ma main sur leur épaule.
Les visages de mes fils se perdent au milieu des inconnus. Et si mes yeux saignent, les larmes sèches, avant même d'avoir sillonné mes joues. Et si le monde est si peuplé, et si la colère, mais le conditionnel déchante, et c'est tout un concert qui se joue là entre les dunes d'espoir. Des lamentations comme autant de notes épuisées puisque raturées. Et les paumes de mes mains, maudites. 


Comme aspirée aux grandes tours arc-en-ciel, tu t'es extirpée du brouillard, et tes doigts emmêlés aux miens. Toi, ma seule fille, si sombre déjà. 


Alors soustrais les regrets à ton regard. N'oublie jamais de toucher les épines. Et de rouler trop vite, à en perdre l'ouïe, et si tout est flou. Ferme tes yeux, le souvenir des âmes suspendues en l'air, sans fil, sans bobine, incapable de s'additionner, le souvenir des martyrs inconscients te rappellera à lui.



Et si. Envoie le conditionnel se faire foutre. 


Un mirage.


*


Karima, fille de rien, mère d'Isis.
Isis, prétendue à porter la couronne. 
Isis, encore endormie dans le lit de sa mère disparue, sur pause.


Dans une salle d'attente, où seule face à tant de chaises, on ne sait plus comment choisir. Isis rêve, et Karima murmure un silence, un cri, un espace entre deux vies qui ne se croiseront jamais plus. 


Et le flambeau, sans gloire. 
Et soustraire les vies qui tendaient à se multiplier. 


*


Tu es tombée à genou, le brouillard dissipé. 
La nature sauvage, reconnaissante, s'incline.


A l'horizon, un mirage peut-être, un rendez-vous avec la mort sûrement.
_________________
"Le seul, l'unique voyage est de changer de regard."
Mer 15 Juin - 03:08 (2016)
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 831
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 20:04 (2016)    Sujet du message: &. Répondre en citant

J'avais adoré tes derniers textes et je m'étais dis que je commençais à adhérer à fond à ton monde et puis... ça y est, tu m'as de nouveau perdu Sorry 
Bon, ça n'enlève rien à la qualité de ton écriture, beaucoup de poésie. J'ai envie de dire que c'est onirique. C'est le mot qui m'est venu quand j'ai lu ton texte, et c'est plutôt un compliment vu la valeur que je donne aux rêves.
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Jeu 16 Juin - 20:04 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Iwik
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 09 Nov 2015
Messages: 71
Localisation: Melun

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 22:08 (2016)    Sujet du message: &. Répondre en citant

Ahah ca ne m'étonne et c'est pas grave parce que ça veut dire que j'ai respecté la contrainte. Car aller à la marge de mon écriture je crois que ça revient à perdre le lecteur en me perdant moi même.
Mais merci du compliment et puis de toujours lire et commenter.
_________________
"Le seul, l'unique voyage est de changer de regard."
Jeu 16 Juin - 22:08 (2016)
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Ven 17 Juin - 19:45 (2016)    Sujet du message: &. Répondre en citant

je me suis laissée emporter par tes mots, dans ces demi-rêves ou demi-réalités.
il y a beaucoup de poésie et une errance dans tes mots qui nous laisse imaginer ce qu'il y a derriere.
merci.
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Ven 17 Juin - 19:45 (2016)
Auteur Message
El.
Mega Coup de Coeur
Mega Coup de Coeur

Inscrit le: 05 Oct 2014
Messages: 429

MessagePosté le: Dim 19 Juin - 16:25 (2016)    Sujet du message: &. Répondre en citant

j'me suis surtout laissée porter par tes mots, comme de la poésie à laquelle j'ai trop rien compris mais que ça sonne beau quand même lorsqu'on lit.
_________________
El.

http://aubordeldesrev.eklablog.com/
Dim 19 Juin - 16:25 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 836

MessagePosté le: Dim 19 Juin - 19:22 (2016)    Sujet du message: &. Répondre en citant

Elle est l'oeil de la tempête. C'est fort. J'ai cherché à comprendre qui elle est vraiment, et deviner le secret transmis. Je n'ai pas réussi. J'y ai vu une histoire de mort, d'enfantement, Isis, de surnaturel. Ou pas. En tout cas, un souffle poétique fait tourbillonner les sensations. Bravo.
Dim 19 Juin - 19:22 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
moyen chog
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 243

MessagePosté le: Mar 21 Juin - 06:13 (2016)    Sujet du message: &. Répondre en citant

c'est vrai que j'ai cherché le secret mais j'ai trouvé des mots. Drôlement bien empilés. Drôlement bien poêtés. ( du verbe poeter que j'ai trouvé dans mon dictionnaire des verbes qu'existent pas )
Mar 21 Juin - 06:13 (2016)
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:45 (2016)    Sujet du message: &.

Aujourd’hui à 12:45 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°113

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield