S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Alea jacta est

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défi n°111 à 115 » Défi n°113
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 829
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Dim 19 Juin - 11:22 (2016)    Sujet du message: Alea jacta est Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
- 1577 - 
« Tu vas te mouvoir ou il s'agit de t'atiger un peu pour te donner de l'élan? » 
La pointe d'une flamberge se coula entre mes côtes et je me résolus à hâter le pas, n'en déplaise à la goutte qui me riffaudait les articulations. La bastide était assoupie depuis de bons instants et seule la flamme de la bougie charriée par mon oublieux de fils m'avertissait d'une chute dans les colimaçons. 
« L'avarice ne te mènera qu'en Enfer, Geoffroy, mes écus ne solderons point ton salut. 
- Peste soit ta langue, vieille limaille, tu as assez couvé ton or durant tout ce temps. Il m'échoit de droit, si tu daignais expirer comme il se doit. Seul le démon peut octroyer une vie si allongée, lors ne t'avises point de me parler de Pandémonium! Dieu saura qui de nous deux marche dans la foi. 
- N'as-tu donc aucune affection pour celui qui t'as mis au monde? Aucun respect pour celui sans qui tu ne serais point? 
- Mère m'a donné naissance, à moi et mes frères, tu t'es satisfait de la fourrer jusqu'à ce qu'elle ne subsiste à ses couches. Maintenant avance, ou je te pique ici même. » 
Les douves s'étiraient devant mes pieds, serpent d'eau que l'on ne devinait qu'à la lueur de la lune rousse et aux croassements des grenouilles. Mes genoux crissèrent et je déniai faire un pas de plus. 
 « Geoffroy, considère ce que je vais t'annoncer... 
- Assez de tes vocables, je t'ai suffisamment écouté. 
- ... si jamais tu m'occis, tu... » 
La douleur envahit ma poitrine cependant que la lame ondulée me transperçait les chaires et je m'échouai en avant, encouragé par une botte qui s'était appuyée sur mes reins. L'eau glaciale me coupa le souffle et je me débattis un moment avec la douleur et l'angoisse pour joindre la surface mais mes jointures criaient grâce et le sang fuyait de mon corps à gros bouillons. 
Je pris une respiration. 
  
- 1842 - 
« Ma douce Louise, veuillez poser ce fusil, voyons, vous allez vous blesser. 
- Je ne l'épouserai point, père, je ne l'épouserai point! 
- Très bien, je vous entends mon enfant, maintenant reposez cette arme avant de ne faire un geste que vous risqueriez de regretter. 
- Je préfèrerais mourir que de m'unir à ce... ce vieil homme croulant qui sent le tabac et n'a plus de dents! » 
La sueur coula le long de mon front alors que mon idiote de fille pointait sur moi mon fusil de chasse, les mains tremblantes. 
Pour le moment, c'est moi qui risque de mourir.  
- Alors nous vous trouverons un autre prétendant! Mais convenez qu'il n'est pas facile de faire accepter à un homme vos manies. Qui souffrira que sa femme découpe des cadavres dans sa cave... 
- J'étudie la médecine! L'on devrait me louer pour cela, nous ne sommes plus au Moyen-âge que je sache, pour me traiter de sorcière! 
- Personne ne vous a traité de sorcière. Allons Louise, cessez ces enfantillages! Baissez cette arme et parlons-en autour d'un thé, comme des gens civilisés. 
- Vous me prenez pour une idiote. Je vous ai entendu discuter avec mère l'autre soir, vous voulez m'envoyer dans cet internat si je ne me marie pas, cette prison pour femme célibataire que l'on rééduque à coup d'électricité pour les rendre "normales"! 
- Vous exagérez. Cette école est tenue par des médecins, non des tortionnaires. Je pensais même que cela pourrait vous intéresser, en tant que scolaire! 
- Vous êtes un monstre. » 
Assez joué. Elle me tape sur les nerfs et n'a jamais réussi à affronter ma colère. 
« Vous dépassez les bornes ma fille! Si vous ne voulez comprendre que la violence et les menaces, alors nous utiliserons la violence et les menaces. Il y a un secret dans notre famille que vous ne connaissez pas encore, et si vous tenez aux enfants que vous mettrez au monde un jour, vous reposerez tout de suite ce fusil. Si vous appuyez sur cette détente, vous serez maudi... » 
Le mot ne sortit jamais de ma bouche. Mon corps sembla s'écrouler au ralenti, la douleur déjà lointaine, comme si je n'étais plus vraiment là. Je n'entendis que: « Je n'aurais jamais d'enfant », avant de ne plus rien entendre. 
  
-1998- 
Mes yeux se posèrent sur Sébastien. Mon adolescent mangeait sa soupe, comme si de rien n'était, mais ses yeux se relevaient trop souvent sur mon visage à mon goût. Et chaque fois il regardait furtivement les pilules qu'il avait posé à côté de mon verre, pour mon mal de crâne, ce mal de crâne récurrent qui me prenait tous les soirs depuis des mois et commençait à me donner des nausées. A me faire perdre mes cheveux. 
« Tu ne veux pas regarder le match de foot? C'est la finale ce soir. 
- Non m'man, pas envie. 
- D'accord. » 
Je lui souris et continuai à manger. 
De l'autre côté du mur, les voisins criaient de joie. La France devait être en train de gagner. 
« Depuis quand tu as commencé à m'empoisonner? » 
Sébastien manqua s'étouffer avec l'eau qu'il buvait et me regarda, l’air surpris et apeuré. 
« Ne fait pas cette tête, c'était inéluctable de toute façon. 
- Mais... mais je ne t'empoisonne pas, t'es folle! Qu'est ce qui te prend! J'vois pas pourquoi je ferais ça de toute façon et puis, non mais t'es pas bien de m'accuser comme ça! 
- Quelle est la raison cette fois? L'argent? La jalousie? Moi c'était parce que maman frappait ton oncle que je l'ai tué. Il y a toujours une bonne raison. 
- Tu... t'as tué mamie?!! 
- Je te l'ai dis, c'est inéluctable. Tu me tueras, comme l'un de tes enfants te tuera. A moins que tu ne décides de rompre la chaîne et la malédiction qui pèse sur notre famille, mais ça m'a l'air mal parti. 
- Mais qu'est ce que tu racontes?! P'tain mais t'es vraiment ch'tarb! 
- C'est notre secret de famille. Si tu veux vivre longtemps, tu as intérêt à ne pas faire d'enfant! Mais bon, on se croit tous plus malin, hein! On pense tous que nos rejetons nous aimerons plus que nous avons aimé nos parents, que nous y échapperons. Au moins, j'aurais essayé. 
- ... p'tain, faut te faire interner. » 
Mon fils se leva de table pour retourner jouer à la console dans sa chambre et je me retrouvai seule, avec les chants des voisins: et 1, et 2, et 3-0! Je finis mon assiette, débarrassai la table, fis la vaisselle et avalai mes trois comprimés. 
  
-2016- 
 Je m’étalai dans le canapé, une bière à la main. La mi-temps n’était pas terminée et je me grillai une clope en attendant, matant avec intérêt les pubs pour les parfums ou pour ces conneries de gels douches avec des meufs à moitié à poil. Depuis cette fameuse finale de la coupe du monde, je n’avais plus jamais loupé un match de foot. Je ne savais pas trop pour quoi. Peut-être pour conjurer le sort. 
C’est qu’elle m’avait rabâché les oreilles avec ses délires la vieille avant de clamser, assez pour me foutre les boules même si j’y croyais qu’à moitié. J’avais quand même été faire un tour du côté des registres d’état civil, au cas où, et putain ce que j’avais découvert m’avait bien fait flipper. Pas un de mes ancêtres directs n’avait crevé de façon naturelle. Ils avaient tous eu des morts brutales, plus ou moins expliquées, comme celle de ma grand-mère ou de ma vieille, et je savais très bien ce qui les avait buté, vu que l’une d’elle c’est moi qui l’avait foutu dans sa tombe. Bref, y avait de quoi faire réfléchir et j’avais décidé de pas avoir de mouflets. C’est que j’tenais à la vie moi, et je comptais bien en profiter ! Je m’étais même fait vasectomiser, c’est pour dire. J’avais mis toutes les chances de mon côté. 
Le match reprenait et je m’enfonçai un peu plus dans mon canapé, prêt à gueuler au moindre coup bas de ces connards d’albanais. Les français avaient intérêt à se bouger le cul, sinon ça allait castagner dur dans les rues, et ptet même que j’irai y faire un tour, pour cogner de l’émigré. Je finissais ma bière quand on frappa à la porte. 
« Dégage Momo, j’t’ai dit que j’avais rien à te vendre ! » 
L’enfoiré insista. 
Je me levai en grognant et ouvrit, prêt à foutre mon poing dans la gueule du camé qui s’accrochait à ma lourde. La surprise me retint. 
« T’es qui toi ? » 
Une jeune fille en jean-basket-veste en cuir me retourna mon regard noir. 
« Ta fille, connard. 
- J’ai pas de fille, et pas de thunes à te donner. Dégage. 
- Léa ça te dit quelque chose ? » 
Léa, ma première meuf. Que j’avais largué après avoir dépucelé. 
« T’as quel âge morveuse ? 
- 18 ans. » 
On était en quelle année là, 2016 ? 2016 - 1998 ça faisait…  
Je refermai soudain la porte. 
  
Putain de merde. 

_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Dim 19 Juin - 11:22 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
El.
Mega Coup de Coeur
Mega Coup de Coeur

Inscrit le: 05 Oct 2014
Messages: 429

MessagePosté le: Dim 19 Juin - 16:15 (2016)    Sujet du message: Alea jacta est Répondre en citant

ah ouais sympa j'ai bien aimé la ballade dans le temps et cette putain de malédiction qui ne les lâche pas, bien trouvé! 
_________________
El.

http://aubordeldesrev.eklablog.com/
Dim 19 Juin - 16:15 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Dim 19 Juin - 18:35 (2016)    Sujet du message: Alea jacta est Répondre en citant

ah oui j'aime beaucoup ton texte, l'ironie de la fin est geniale.
La ballade dans les differentes epoques est vraiment bien trouve, bravo.
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Dim 19 Juin - 18:35 (2016)
Auteur Message
moyen chog
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 243

MessagePosté le: Mar 21 Juin - 06:51 (2016)    Sujet du message: Alea jacta est Répondre en citant

Sacré cheminement au fil du temps, dans une famille de doux-dingues. Le thème est là. J'ai bien aimé le début du texte riche en vocabulaire.
Mar 21 Juin - 06:51 (2016)
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 835

MessagePosté le: Mar 21 Juin - 12:25 (2016)    Sujet du message: Alea jacta est Répondre en citant

Tu as bien mené ton idée jusqu'à cette fin drôle et maligne. Le travail du style à chaque époque pimente l'ensemble. Bien joué !
Mar 21 Juin - 12:25 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 829
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Mer 22 Juin - 11:34 (2016)    Sujet du message: Alea jacta est Répondre en citant

Merci pour vos com'! Mon défi perso était de bien différencier les différentes époques dans mon écriture. Si c'est réussi tant mieux.
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Mer 22 Juin - 11:34 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:56 (2016)    Sujet du message: Alea jacta est

Aujourd’hui à 23:56 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°113

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield