S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
L'homme.

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défi n°111 à 115 » Défi n°114
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
moyen chog
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 243

MessagePosté le: Dim 26 Juin - 22:28 (2016)    Sujet du message: L'homme. Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
L'homme heureux ferma la fenêtre de sa chambre. Double Ventaux. Double vitrage. Les bruits de la ville s’arrêtèrent nets. Comme un avion qui passe.
Il prit sa Sansonnite Beau Marché Grenelle, la fit rouler sur le parquet 19 éme jusqu'au vestibule. Il l’empoigna et la posa sur un banc en bois rare d'Afrique, prévu à cet effet, chiné au carré des antiquaires à St Ouen.
L'homme détendu se retourna et vit son image dans le miroir ancien, biseauté, où le tain disparaissait en divers endroits, laissant le champ libre au noir. Ce miroir, il le devait à sa grand mère. Belle et grande femme, pleine de bon sens. Il se regarda, s'admira, s'aima. L'homme satisfait s’était récemment laissé pousser un bouc poivre et sel, bien taillé, le tout couronné par une fine moustache. Ajouter à cela, une paire de lunettes, verres legerements fumés, monture en écaille, et l'homme ressemblait à un banquier d'affaires. La grand mère aurait dit qu'il portait beau.
D'un pas assuré, il entra dans le salon et se dirigea vers la bibliothèque Habitat Wagram. Le taxi arriverait dans quarante cinq minutes. Toujours le même. Le chauffeur connaissait ses habitudes. L'homme savait qu'il ne manquerait pas de venir chercher la valise. Il aimait sa gentillesse un peu surannée, des années d'avant.
L'homme rassuré ouvrit une porte de l’énorme meuble qui trônait sur tout un mur, et choisit un 33 tours parmi les centaines que renfermait le mastodonte. Souvent le même. Toujours le même. D'un geste alerte, il sortit la galette  de sa pochette, l'essuya à l'aide d'un chiffon doux dans un geste circulaire répété. L'homme posa le disque sur sa haine HiFi Hitachi FNAC Montparnasse.
Il aimait entendre les crachotements, les chuintements du diamant qui frotte le vynil.
Et subitement la chanson commençait. Sa chanson.
AVEC SON VIEUX PARDESSUS RÂPÉ
IL S'EN ALLAIT L'HIVER L’ÉTÉ
MON VIEUX.
L'homme rajeunit chantait en cœur avec Daniel Guichard, il osa même quelques pas de danses et s'affala soudainement dans son canapé en cuir blanc, Roche Bobois St Germain.
L'homme souriant savait exactement sur quelles paroles son vieux disques usé, rayé reprendrait inlassablement MON VIEUX. Alors, l'homme apaisé, laisserait Daniel, il ne l'appelai plus Daniel Guichard mais Daniel, répété sa litanie jusqu'au moment ou il pousserait délicatement, de son pouce, le diamant qui reprendrait sa course contre les notes et les paroles.
Daniel était la raison pour laquelle l'homme partait en vacance. Il s’était inscrit pour une croisière en méditerranée spéciale année 1970. Spectacles. Rencontres avec les artistes. Pendant cinq jours. Bien sûr, il n'y avait pas que Daniel, mais l'homme n'y allait que pour Daniel.
Le bruit du bras automatique signala la fin du disque, et tira l'homme pensif de sa torpeur. Au même moment le carillon de la porte d'entrée s'agita.
L'homme impatient se leva, réajusta son costume Armani Galeries Lafayette rive gauche. Et ouvrit la porte.


Quelques photographes firent crépiter leurs flashs et trois cameramans tournaient des images. 
Violemment,l' homme tourmenté referma la porte. L'interphone sonna l'homme tremblant décrocha.
- Bonjour monsieur, excusez moi de vous avoir fait peur, mais je suis le commandant de bord du NEOMER, vous devez embarquer ce soir à Marseille pour une croisière spéciale année 1970. Votre nom a été tiré au sort parmi les 1500 passagers. Et vous avez gagné " le Voyage VIP " Une limousine vous attend en bas de chez vous pour aller à l’aéroport, ensuite nous décollerons dans notre jet privé pour le transfert vers Marseille. Mais, ce n'est pas tout, Monsieur. J'ai à mes cotés Daniel Guichard qui voyagera avec vous.-
L'homme ragaillardi rouvrit la porte. Toujours les photographes. Toujours les journalistes. L'homme vit à sa droite le commandant de bord et à coté de lui Daniel Guichard. Daniel !
Daniel qui lui tend la main.
Daniel qui félicite l'homme abasourdi.
Daniel qui l'entoure de ses bras.
Daniel qui lui porte sa valise.
Daniel qui l'invite à sortir dans la rue.
Daniel qui lui ouvre la porte de la limousine avec chauffeur.
Daniel qui s'installe avec lui.
Daniel qui ouvre une bouteille de champagne.
Et l'homme heureux et Daniel discutèrent. Et riérent jusqu’à l’aéroport de Jouy en Josas.
Et l'homme heureux et Daniel discutèrent. Et riérent jusqu’à l’aéroport de Marseille Marignanne.


Et l'homme invité et Daniel descendirent les quelques marches qui les séparèrent du tarmac. Toujours les journalistes des chaines infos 24/24. L'attaché de presse de la compagnie maritime avait bien fait son boulot.
Daniel Guichard souriait. L'homme tendu, lui ne souriait plus.
Car il voyait derrière la haie de journalistes, les gendarmes. Et il savait qu'ils étaient là pour lui. L'homme intelligent avait compris que quelque part, malgré le bouc taillé, la fine moustache et les lunettes fumées, un gendarme l'avait reconnu en regardant las chaines d’infos.
L'homme morbide n'avait pas pu tué sa dernière victime. Elle avait vu son visage et son portrait robot avait été distribué dans tous les commissariats et dans toutes les gendarmeries.
Les trois premiers, tous des hommes, il les avait dessoudé au couteau. Arme blanche. Sans remords. La justice. Sa justice.
Toutes ses victimes avaient un point commun. Elles avaient proférées des paroles désobligeantes sur Daniel Guichard. Une à la télé, deux à la radio et la dernière sur le net. Il les avait recherchées, puis retrouvées et tuées.


Alors, l'homme menotté, en bas de la passerelle, à coté d'un Daniel Guichard médusé, savait qu'il dirait tout lors de son premier interrogatoire:
"Jamais, il ne faut jamais dire du mal de Daniel."
Et l'homme traqué se retourna vers Daniel et lui dit en direct sur les chaines infos:
-" Dommage que là où je vais, vous ne puissiez m'accompagner, mon vieux."
Dim 26 Juin - 22:28 (2016)
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Mar 28 Juin - 17:50 (2016)    Sujet du message: L'homme. Répondre en citant

Bon tu m'as pris par les sentiments la, un tueur.
J'aime comment on est invite dans sa vie, on le voit comme un homme ordinaire, avec ses habitudes, pret a partir en vacances. Mais derriere cette facade d'homme ordinaire se cache et tueur.
Merci beaucoup pour ton texte
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Mar 28 Juin - 17:50 (2016)
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 835

MessagePosté le: Jeu 30 Juin - 14:47 (2016)    Sujet du message: L'homme. Répondre en citant

Un récit bien troussé, et une chanson dans la tête en prime. Merci ^^
Jeu 30 Juin - 14:47 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:14 (2016)    Sujet du message: L'homme.

Aujourd’hui à 12:14 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°114

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield