S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
ovni

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défi n°118
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
moyen chog
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 243

MessagePosté le: Ven 28 Oct - 00:49 (2016)    Sujet du message: ovni Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
J'ai vu arriver le pire Et je savais qu'il y aurait du grabuge. Le truc énorme, éblouissant, brillant a décapité la bagnole. Et par la même ses occupants. Sauf moi. Juste eu le temps de m'allonger sur le sol entre les sieges avants et la banquette arrière. Le choc m'a propulsé en l'air. Et je suis retombé violemment sur la route. Sur le goudron. Sur les gravillons. Et ça m'a râpé la gueule. Alors, depuis, j'ai plus la même tronche. Et, en plus, j'ai une oreille qu'entend plus rien. Et ça sert a quoi une oreille qu'entend plus rien? Juste un truc en trop.

Et après un séjour à l'hôpital où un chirurgien zélé a essayé de me remettre le nez au milieu de la figure, comme on remet un facteur sur le vélo, je me suis retrouvé chez les flics. Les mal habillés. Les forcément moins cons que toi. Et faut toujours qu'ils essayent de comprendre l'incomprehensible.
- Et qui qu' y avait dans la bagnole?
- Et pourquoi qu'on vous a retrouvé a 10 mètres de l'auto?
- Et qui qu'a coupé la voiture tellement net que c'est suspect?
- Et qui qu'a tranché la gorge de vos parents?
- Et pourquoi vous avez changé de tête?
Putain, les cons! Ils m'ont pas cru.
Pas cru, qu'il y avait comme une soucoupe volante qu'a décapité la GS.
Pas cru, qu'il y avait comme une soucoupe volante qu'a tranché la gorge aux vieux.
Pas cru, que je suis le seul survivant. La gueule grêlée.
Comme pour changer d'identité. Qu'ils m'ont répondus.

Alors, en vrac, les idées noires, je me suis retrouvé au milieu des fous. Des pas bien. Des différents.
Et j'ai répété mon histoire au chef des blouses blanches. Celui là qui marche devant. Et je me suis retrouvé au pavillon B. Parce qu'il m'a pas cru.
Y'a cinq pavillons. Le A, le B, le C, le D, le E. Plus tu montes dans l'alphabet, moins t'as de chance de sortir de l'H.P.
Le pavillon A, c'est pour les mieux, les qui s'en sortent. Les moins fous. Ou les mecs qui viennent de temps en temps. Juste appuyer sur pause.
Le B, c'est les arrivants. Faut apprendre à les connaître. A les jauger. A savoir où on va les mettre. C/D/E? Alors, ils font des reunions, avec le chef des blouses blanche, et y causent. De toi. De ta folie. De ta capacité à t'intégrer. Qui disent. Moi, je voulais juste retrouver mon visage d'avant. et comme personne ne m'écoutais, de temps en temps, je m'arrachais la gueule avec mes mains, mes doigts, mes ongles. Apres, ils m'entouraient les doigts avec du coton et du scotch.
Et des pilules.
Et tout seul dans la chambre.
Et attaché au lit.
Et ce n'est pas bien de faire çà, vous comprenez, vous nous donnez beaucoup de travail.
Et je t'emmerde, chef des blouses blanches, que je lui répondais. t'es juste une p'tite bite qu'a jamais vu de soucoupe.

Alors, évidemment, ils ont doublé la dose de pilules. Doublé le coton.
Et je suis passé au D. Comme démence.
Et que les mecs du A, c'était que du menu fretin. Car ici c'est des durs a cuire. La crème de la crème. Ici ça s'engueule, ça se castagne. des cris, des plaintes, le jour et la nuit. La folie est partout présente. Même dans la moquette. Pas de poignée aux portes, rien aux murs, fenêtres barricadées, même pour aller chier, t'as un larbin.
Et les nuits succédèrent aux jours. Hideuses, les nuits. Là où les râles prennent leurs sens. Là où l'atmosphere se raréfie, se densifie. Là où le mot folie s'écrit en lettres majuscules. Et les fous ne dorment jamais. Et moi je pleure. Sur mon sort. Sur ma vie d'avant. Et je pense. Au present. A mon avenir sombre. Et je me dis que la mort serai plus gai.
Et les jours succèdent aux nuits. Et j'erre dans le pavillon. Abattu. Battu. Sur médicamenté. J'erre au milieu d'une faune qui me ressemble. Dans une grande salle commune, la journée s'étire, lentement, juste coupée en deux par les repas. Vites avalés, insipides. Une télé, protégée par un cadre en fer, éructe. De temps à autre, une bagarre éclate. Pour rien. Nous n'avons plus rien. Alors, les blouses blanches arrivent et emmènent les protagonistes, que nous ne reverront pas avant longtemps.
Moi, j'attend le moment, l'instant. J'avais en permanence les mains dans le coton. Il fallait que je trouve autre chose pour retrouvé ma gueule. Celle d'avant.
Et il a fallut que j'attende plusieurs mois. La fin de l'hiver. Car dès que les beaux jours arrivent, nous pouvons sortir dans le jardin. Pas longtemps, juste quelques minutes, par petits groupes et toujours sous surveillance. alors, dès ma premiere sortie, je me suis précipité contre le bâtiment D, et j'ai râpé ma gueule contre le crépi. Du coté de l'oreille morte. Et dans un mouvement de va et vient, violent, j'ai tout arraché.
Après être passé par l'hôpital, retour dans le bureau du chef des blouses blanches. Et j'ai répété mon histoire. Et j'ai expliqué que mon oreille ne me servait plus a rien. Et que je voulais retrouver ma gueule d'avant. Mais, c'est pas bien monsieur, et vous nous laissez pas le choix: triple doses de pilules. Mains bandées. Cagoule sur la tête. Et pavillon E. Comme enfer.

D'abord, ce qui m'a frappé, c'est le silence. Tout le contraire du D. Pas de plaintes. Pas de râles. Normal, ici, les gueulards, on les baillonne. Pas de télé. Pas de salle commune. Toujours en chambre capitonnée. Attaché au lit. Tu sonnes si t'as besoin. Mais comme ils ne viennent jamais, tu te chie dans le pyjama. Tu pue. Tu T'habitue. Et quand ils rentrent dans ta chambre, tu leur crache à la gueule. Et ils te laissent dans ta merde. Dans ta décheance. Dans ta folie.
Alors, j'ai capitulé. Je ne voulais plus être fou. Je voulais sortir du E. Remonter vers le A. J'ai fait et j'ai dit ce qu'ils voulaient que je fasse et que je dise. J'ai sonné bien avant d'avoir envie de chier. J'ai pris toute les pilules. J'ai arrêter de gueuler, de crier. De cracher. J'ai dit que plus jamais je m'arracherais la gueule.
Alors, de jours en jours, de semaines en semaines, la cagoule a disparue et l'epaisseur du coton a diminué. Le chef des blouses blanches me rendait des visites. De plus en plus souvent. Avec un large sourire. Il était pérsuadé que je guérissais grace a ses méthodes. Sombre con. Je veux juste revivre. Revoir le soleil. Sentir le vent. Sombre con, je veux juste te faire souffrir. Alors, de mois en mois, je suis devenu la coqueluche de l'H.P. Le cas extrème qui guérit. Du E, je suis passé au D, puis au C. Moins de pilules, plus de temps dans le jardin. Sans blouses blanches. Encore quelques mois, et j'aurais une autorisation de sortie en ville. C'était mon seul but, et j'avais du mal a contenir mon impatience.


Alors, quand un matin, le chef des blouses blanches m'a convoqué dans son bureau, j'ai su que c'était le jour J. Il m'a dit: racontez moi votre histoire. Moi: j'ai eu un accident de voiture avec mes parents, quand les pompiers sont arrivés, ils ont découpés la voiture avec des grandes pinces pour nous sortir de l'habitacle. Malheureusement, mes parents sont morts pendant l'accident, et moi, j'étais très choqué.

Brave garçon. Blouse blanche presque en larmes.
Il me donna une tenue civile. Mes papiers et mon portefeuille, avec un peu d'argent. Il me tendit un plan de la ville et le numéro de téléphone de l'H.P. Il me répéta milles fois qu'il me faisait confiance et que j'avais droit à deux heures. Pas plus. Et qu'a mon retour il fallait que je revienne le voir dans son bureau.

Alors, je suis sorti de  l'hôpital. Hagard. Sonné. Mais heureux. Et j'ai marché. Jusqu'à trouvé un magasin. Là, j'ai acheté un couteau. Tranchant. A ma main . Et je suis retourné à lhopital. Je suis rentré voir le chef des blouses blanches, j'ai fait le tour du bureau. J'ai sorti mon couteau. Et je lui est tranché la gorge. Bien net. Comme le ferait une soucoupe volante. et de mes deux mains libérées, j'ai pris la peau à la base du cou et je l'ai arrachée jusqu'au front.
Juste pour changer de gueule.
Ven 28 Oct - 00:49 (2016)
Auteur Message
valet2trefle
Super coup de coeur...
Super coup de coeur...

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 829
Localisation: Paris, Orléans, Tokyo...

MessagePosté le: Ven 28 Oct - 14:25 (2016)    Sujet du message: ovni Répondre en citant

Géant comme texte!
Tu as bien joué avec le rythme je trouve. Et puis ce qui est intéressant c'est qu'on peut imaginer que soit il est fou, soit il a vraiment été attaqué par des extraterrestres. Ça donne deux possibilités de lecture
_________________
I've never been wise

https://bibliothequedesophie.wordpress.com/
Ven 28 Oct - 14:25 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
moyen chog
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 243

MessagePosté le: Ven 28 Oct - 15:25 (2016)    Sujet du message: ovni Répondre en citant

milles merci, Valet
Ven 28 Oct - 15:25 (2016)
Auteur Message
Alinoë
Méga CDC...
Méga CDC...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 1 787
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Ven 28 Oct - 22:16 (2016)    Sujet du message: ovni Répondre en citant

Shocked

Rhaaa! Ouiii! Enorme! Tu m'as collé des frissons!

J'ai vraiment vraiment vraiment surkiffé!

Ton personnage est juste énooorme! Je l'ai suivit à fond dans sa folie parce que, aussi taré qu'il soit, on s'y attache, on en vient à l'apprécier, on le comprend et puis la chute, mon dieu!

Bref, GG à toi!
et Merci pour cette superbe participation!

pouah! Trop bon!
_________________
THE TRUTH IS OUT THERE


https://alinoebraun.wordpress.com/


https://www.youtube.com/watch?v=OttPq7ceH9E&feature=youtu.be&eml=2015September21%2F2733333%2F6010044&etsubid=30262197
Ven 28 Oct - 22:16 (2016)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
moyen chog
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 243

MessagePosté le: Sam 29 Oct - 00:43 (2016)    Sujet du message: ovni Répondre en citant

Milles merci, Ali.
Sam 29 Oct - 00:43 (2016)
Auteur Message
La Plume du Chakal
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 25 Sep 2013
Messages: 405
Localisation: Arkham Asylum

MessagePosté le: Jeu 3 Nov - 18:34 (2016)    Sujet du message: ovni Répondre en citant

Putain , c'beaucoup trop canon , ton Cassandre , là , l'est fabuleux  Shocked

En plus , j'dis Cassandre , mais au finalz , impossible de vraiment savoir , t'gère trop l'suspens, le "on sait pas trop .. . Tu crois, que ? Nan , mais p'tet bien en fiat . . ." ; et 'pis chacun son idée finalement .

Et ton rythme, hallucinant !


_________________
http://laplumeduchakal.wordpress.com/

"Un blog qu'il est bien pour le lire"

https://www.facebook.com/laplumeduchakal
Jeu 3 Nov - 18:34 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 835

MessagePosté le: Ven 4 Nov - 19:45 (2016)    Sujet du message: ovni Répondre en citant

J'aime ton écriture émouvante et habitée qui sert si bien ton histoire, parce qu'elle donne corps instantanément à ton personnage. Et j'aime beaucoup ton histoire qui oscille entre injustice et folie et au final c'est un vrai plaisir de lecture
Ven 4 Nov - 19:45 (2016)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:59 (2016)    Sujet du message: ovni

Aujourd’hui à 03:59 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°118

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield