S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
La partition d'une vie

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°1 à 50 » Défis n°21 à 30 » Défi n°29
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Ven 31 Jan - 16:50 (2014)    Sujet du message: La partition d'une vie Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
- ça y est j’ai enfin les nouveaux numéros.
- c’est pas trop tôt, ils commencent vraiment à s’impatienter.
- je peux aller plus vite que la musique.
- je le sais bien, tu le sais, mais eux …
- oui, oui.
- allez donne moi ça que l‘on commence.
- att….. Mais qu’est que tu peux être maladroit quand même, regarde ça tout est mélangé maintenant. Tu sais combien de temps ça va prendre pour tout vérifier.
- mais non regarde, c’est à peine mélangé. Ils feront pas la différence.
- mais non, on peut pas faire ça.
- regarde les, si on fait pas quelque chose maintenant, ils vont nous bouffer tout cru.
- j’sais pas, c’est pas réglo, il risque d‘y avoir des conséquences non?.
- tu veux te taper toute la paperasse…plus…eux…là?
- non pas vraiment.
- tiens! et fais comme si de rien était.

- avancez s’il vous plait. Votre numéro est le 3908614, vous devez vous diriger vers la porte de gauche. Oui celle-là, allez-y entrez.
- suivant. Votre numéro est le 9003742 pour vous c’est la porte de droite.
- suivant.

*****


Quand il entre dans une salle, les têtes se retournent et le fixent longuement. Il n’aime pas tout ses yeux qui le découpent comme un carpaccio. C’est vrai qu’il a une allure imposante, Anthony. Il est très grand et massif. Ses cheveux noirs et hirsutes, sortent tout droit d’une bataille capillaire sans fin. Ses yeux reflètent une colère secrète et jamais assouvie. Quand il se déplace, ses pas frappent le sol avec lourdeur et force. Sa figure carrée a les traits coupés au couteau. La fine cicatrice qui lui coupe les lèvres, lui donne un air de malfrat. Ses deux larges mains, agrafées à ses bras de bucherons, pendent maladroitement quand il marche.
Il n’est pas habillé à la dernière mode, toujours jeans et t-shirt, à toute heure et par tout les temps. Ses t-shirts monochromes, trop larges pour lui, jamais repassés, déchirés n’arrangent pas les choses.
Il n’a pas d’ami, enfin pas de vrais amis. Il sait très bien que ceux qui reste dans son giron sont juste là pour obtenir sa protection. Par ce qu’il faut pas trop l’embêter Antony, une claque de sa part et votre tête elle fait un 360 bien huilé.
Toujours assis en fond de classe, il ne dit pas grand-chose. Il écoute surtout.
Ses grosses paluches posées sur ses cuisses, il essaie d’être attentif, il essaie vraiment mais, c’est franchement très dur quand vous sentez qu’il y a quelque chose qui cloche au fond de vous.

*****


Négligemment allongé sur un banc, un livre à la main Nathan scrute du coin de l’œil les passants. Il se perd parfois dans des détails qu’il imagine être le seul à avoir vu et invente des histoires improbables d’infidélité ou de secrets honteux. Il écoute, avidement, les bribes de conversations qu’il attrape au vol.
Comme un chat, il s’étire de tout son long, faisant craquer ses articulations, dégourdissant ses muscles mis au repos. Ses doigts fins relèvent sa mèche de cheveux blonds, qui lui chatouille les sourcils. Ses yeux bleus rieurs, un brin mesquins, éclairent son visage d’apollon. Il a la silhouette d’un joueur de tennis ou d’un coureur de fond, tout en longueur, en muscles finement taillés. Quand il marche on dirait qu’il frôle le sol avec la légèreté et l’élégance d’un dandy d’une autre époque. Habillé avec soin, coordonnant les couleurs et les nuances. Un pantalon de lin beige, un petit polo bleu ciel, une veste comme le pantalon, taillés sur mesure, pas un faux plis, pas une faute de gout. Quand il bondit de son banc, il attire des regards d’admiration et d’envie. Quand il croise une jeune fille ou qu’il accorde un sourire il sait l’effet qu’il produit. Il aime ça, être le centre d’attention, être celui qui distribue des frissons. Derrière son sourire plein de charme, son cœur bat une autre chanson, court sur un autre rythme. Pour l’instant il l’a toujours ignoré, pensant qu’avec le temps cela s’atténuerait. Mais chaque jour il sent que quelque chose cloche au fond de lui.

*****


Adossé à un arbre, Anthony déguste son sandwich au beurre de cacahuètes, il aime ce moment de quiétude. Tout les midis il s’assoit sous le même arbre, sous la même fenêtre, là, où s’échappe des bribes de musique. Ce midi le violon chante une mélodie lancinante. Il ressent toute la tristesse des notes et la virtuosité de l‘interprète. Il laisse tout son être s’imprégner de cette beauté. Il ne comprend pas très bien pourquoi son cœur et son âme vibrent ainsi.
C’est en trainant les pieds qu’il rentre chez lui chaque soir, il retarde autant qu’il le peut, le moment de franchir le seuil de la bicoque dans laquelle il vit. Il est encore sur la route et il entend déjà les cris qui émanent de ce trou. Son père est encore ivre, sa mère…ben pas mieux. Deux arsouilles s’engueulant, se tapant dessus, faisant voler la vaisselle jusqu’à ce qu’ils s’écroulent tout les deux dans leur vomi. Il reste derrière la voiture à attendre qu’ils s’effondrent. Le dernier cri a été poussé depuis plus d‘une demie heure, il entre enfin, il est presque 3 heures du matin. Il y a quelque temps encore ils les aurait déplacés et allongés correctement, maintenant ils les enjambent simplement. Avant de monter dans sa chambre il cherche les traces d’un repas, il attrape un morceau de pain un morceau de fromage, lance vers eux un regard plein de regret et de tristesse. Par la fenêtre il regarde les étoiles qui scintillent paisiblement, des cigales grésillent non loin, le vent dans les arbres murmures. Il ferme les yeux et écoute. Tout ça n’a pas de sens, il voit des lignes, des ronds blancs et noirs, qui défilent, enflent et se multiplient. Quand il ouvre les yeux à nouveau il réalise qu’il s’est endormi tout habillé. Dans sa main il tient une feuille avec des gribouillis dessus, il la met dans le tiroir avec les autres.

*****


Sa queue de cheval balance de droite à gauche au rythme de sa démarche. Sa robe rouge a pois blancs, s’accorde parfaitement avec le nœud dans ses cheveux. Son visage est fin, sa bouche délicate, ses yeux de chat, sont verts avec des touches d’or dedans, ses joues ont rosi sous l’effet de cette marche forcée, Ely se dépêche. Elle tient sur son cœur, son bien le plus précieux, son violon. Ely veut devenir une virtuose. Elle travaille chaque jour très dur, pendant des heures pour s’améliorer. Elle a même pris un petit boulot pour pouvoir se payer des cours particuliers avec un maitre. C’est là où elle court en ce moment, elle ne veut pas être en retard, elle sait combien il déteste ça. Son cœur bondit dans sa poitrine à chaque fois qu’elle franchit le portail de l’imposante propriété, la demeure qui trône au bout de l’allée est digne du château de la belle au bois dormant. Le majordome lui ouvre la porte, le menton faussement et hautement guindé , droit comme un i. Dans le coin de l’œil elle aperçoit le fils de la maison, un petit prétentieux bien trop sûr de lui. A chaque fois il l’a salue un sourire en coin et avec un regard vicieux. Elle ne l’aime pas.
Elle s’arrête net avant de frapper à la porte du maitre. Elle ajuste sa tenue, souffle un bon coup pour calmer ses nerfs. Elle frappe deux coups, pas plus, une main sur la poignée elle attend qu’on l’invite à entrer.

*****


Cette petite gazelle, qui, toutes les semaines, vient prendre des cours auprès du maitre, son père, amuse énormément Nathan. Elle est effarouchée et ne lui adresse qu’un bref coup d’œil à chacune de ses visites. Ah! la musique, des heures et des heures de violon à vous en soulever le cœur. Des grincements, des couinements rien de plus, pour lui, qui sont extirpés de cordes martyrisées, frottées, pincées, frappées. Aux oreilles de Nathan il n’y a que de l’agonie, un bruit strident qui l’irrite. Il est la honte de sa famille, pas une fibre musicale coule en lui. Rien. Lui s’est d’une tout autre musique qu’il veut jouer, celle qui le fait vibrer, qui fait jouir toutes les parcelles de son corps. Lui, le petit bourgeois si bien élevé, ayant tout à sa disposition, pouvant tout s’acheter, à des rêves bien particulier. Il n’a jamais osé faire le premier pas pour assouvir sa pulsion. Mais il sent que cela ne va pas tarder, l’urgence est là, brulant ses doigts, serrant son cœur. Bientôt.

*****


Que va-t-il faire? Ce matin il est sorti tellement vite de la maison, pour fuir tout ces cris, qu‘il n‘a pas réfléchi à ce qu‘il allait faire ensuite. Dans son sac il a fourré quelques affaires qu’il a attrape vite fait. Il ne les supporte plus. Leur colère commence à déteindre sur lui, il ne veut pas ça. Perdu dans ses pensées il s’aperçoit bien trop tard du choc. Lui a, à peine vacillé, mais la pauvre jeune fille s’est retrouvée à terre. Pendant quelques secondes il est resté là, comme un imbécile, à la regarder, les bras ballants ne sachant pas trop quoi faire. Finalement il a tendu une de ses grosse paluche pour l’aider à se relever. Elle lui a dit merci en le regardant dans les yeux, sans une seule trace de peur ou de méfiance. Elle tient un étui à violon dans sa main qu’elle a instinctivement protégé du choc. Dans la confusion le sac d’Anthony est tombé, lui aussi, déversant son contenu sur le sol. Avec un joli sourire elle a commence à ramasser les feuilles chiffonnées. Il ne se rappelle même pas les avoir prises. Elle va le prendre pour un fou, c’est sûr, quand elle va découvrir ce qu’il a gribouillé dessus. Une peur panique lui serre le cœur, il ne sait pas trop pourquoi, il a juste attrapé son sac et s’est enfuit, la laissant sur le trottoir un peu surprise avec dans les mains tout un tas de feuilles.

*****

Cela fait deux heures qu’elle lit et relit encore les feuilles que le jeune homme a fait tomber. Elle n’en revient pas, c’est maladroit, avec des ratures, il y a des incompréhensions aussi, mais il y a au milieu de tout ça, de la musique, une belle, fragile, sensible musique. Elle attrape son violon et commence à jouer.

*****


Adossé sous son arbre il se demande encore pourquoi il a agit comme ça. Décidément cette journée ne lui plait pas. Il est là furieux, à broyer des idées sombres, quand il l’entend, la musique, sa musique, celle de ses rêves, celle qui flotte dans son esprit. Elle est là concrète, dansant dans l’air, jouant ses couleurs et sa sensibilité. Mais comment est-ce possible?

*****


Au début, il a fait ça par jeu, pour passer le temps. Mais il s’est vite aperçu du plaisir qui commençait à inonder son esprit. Son sang était littéralement entrain de bouillir. Il pouvait sentir son parfum se mêler au vent. Il l’a vu chuter, faire fuir cette grande brute pataude, par, il ne sait quel tour de passepasse. Il a continué à la suivre à l’intérieur de l’école. Il ne s’était jamais autant amusé. Puis elle s’est dirigé vers une autre salle à l’écart des autres. Il est resté à attendre, un bruit, un murmure, un signe, mais pendant des heures il n’y avait que du silence qui émanait de cette pièce. Puis elle a commencé jouer de son maudit violon. Une musique pleine de sentiments, de douleur. Les notes qu’elle produisait, s’empalaient directement dans son cœur. Cette musique n’avait rien de beau pour lui, rien d’harmonieux, pour Nathan cette musique, c’était de la douleur, de la douleur pure qu’il devait stopper. Il est entré dans la salle, elle ne l’a pas entendu venir, lui et son pas léger. Il lui a arraché son précieux violon des mains et l’a réduit en miette, ensuite c’est elle qu’il a réduit en tas méconnaissable de chair humaine. Mais quel bonheur c’était pour lui, le bruit des os qui se fracturent, du sang qui se repend, des cris qui s’étouffent dans un sanglot. Mais surtout il y a ce dernier souffle de vie, cette note parfaite qu’accompagne le silence, son graal. Ce après quoi il courait depuis si longtemps. Il jouissait pleinement de ce moment quand le souffle bruyant d’un taureau retentit dans l’encadrement de la porte. Anthony ne comprenait pas vraiment ce qu’il voyait, le sang, le violon brise, ce jeune homme au sourire démoniaque. Il n’a pas réfléchi et il s’est avancé, il a reconnu la jeune fille de ce matin. Il s’est rappelé sa gentillesse, ses feuilles qu’il avait laissé. Il comprend maintenant, c’est elle qui jouait sa musique. Il restait là sur ces deux jambes, incertain et ses yeux ont croisé ceux de Nathan.
Ensuite, tout est entouré de brouillard et de colère.
Quand la police est arrivée, il y avait deux corps, celle d’une jeune femme battue à mort et celui d’un jeune homme, la nuque brisée. Il y avait aussi un autre jeune homme prostré dans un coin, dans un état catatonique.

*****

Vous croyez peut être à la mal chance, au karma peut être.
Vous pensez que c’est une histoire morbide, mais, ordinaire. Pourtant cela n’aurait jamais dû arriver. En fait l’explication est bien plus simple. Ils ont reçu un mauvais numéro avant de renaitre sur terre, une simple erreur me direz vous.
Une petite erreur qui a eut de grandes conséquences.
Chacun d’eux, avaient une destinée, un chemin à suivre, des aptitudes pour forger leur vie.
Nathan devait composer une musique qui aurait dû émouvoir le monde entier et apporter de la paix dans le cœur des hommes tourmentés.
Ely, elle devait être une grande virtuose. C’est elle qui aurait dû jouer cette musique au quatre coins du monde.
Anthony, il devait rester malgré tout auprès de sa famille. Un soir il aurait empêché son père de prendre la voiture, ivre et ainsi éviter un accident qui aurait couté la vie à une famille entière.
Quand les morceaux d’une vie ne sont pas correctement emboités, ça finit souvent par se briser.
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir


Dernière édition par christine le Dim 2 Fév - 11:31 (2014); édité 1 fois
Ven 31 Jan - 16:50 (2014)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Ven 31 Jan - 17:20 (2014)    Sujet du message: La partition d'une vie Répondre en citant

Raaah mais je m'attendais pas du tout à cette fin, c'est vraiment bien joué Christine.

D'abord, le dialogue nous intrigue, on se demande qui parle, quelles seront les conséquences de leur arrangement avec les numéros...
Puis on découvre les personnages, et là j'ai complètement oublié mon thème, et le cafouillage des numéros au départ. Tes personnages ont de la consistance, on apprend à les connaître si bien qu'on pourrait les lire dans un roman ! Les descriptions que tu fais sont quasi cinématographiques, on les imagine très bien... Et puis j'aime ce côté introspectif des personnages, on en apprend beaucoup sur eux...

J'aime aussi le rôle directeur de la musique à travers tous les personnages. Les relations qu'ils entretiennent chacun avec elle.

Et la façon dont tu as abordé la contrainte est très intéressante, comment tu as imbriqués les destins les uns dans les autres. Avec des points de vue différents, on a toutes les facettes à la fois.

Pourtant quand la fin est arrivée, je suis restée plusieurs secondes la bouche ouverte en me disant "Naan... c'est pas vrai^^!"

Et la dernière phrase qui tombe comme un couperet.

J'aime beaucoup.

Ca m'a fait penser, quand on est enfant et qu'on fait un puzzle, y a des pièces qu'on pose à un endroit, ça correspond pas exactement mais ça rentre alors on se dit que c'est bon mais forcément à un moment ça risque de coincer...
_________________
Rafistoleuse
Ven 31 Jan - 17:20 (2014)
Auteur Message
Elfie Imy
Invité




MessagePosté le: Ven 31 Jan - 23:06 (2014)    Sujet du message: La partition d'une vie Répondre en citant

J'ai aimé ton texte Christine, et le commentaire de Rafi est tellement complet que je sais pas trop quoi ajouter maintenant!
peut-être ce qui m'a un peu gênée c'est la partie "erreur de numéro" que tu as explicitée pas mal, alors que de la suggérer sur l'histoire du karma était peut-être suffisant...en même temps Rafi avait demandé du lourd cette semaine !! 
Ven 31 Jan - 23:06 (2014)
Auteur Message
Fairyclo
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 500
Localisation: Reims

MessagePosté le: Sam 1 Fév - 20:23 (2014)    Sujet du message: La partition d'une vie Répondre en citant

Rho je trouve ce texte super chouette !

J'attache énormément d'importance aux personnages dans les histoires et là, je dois dire que je suis bien servie. Les descriptions sont efficaces, j'avais le film qui défilait dans ma tête et le suspense est très bien géré. Je suis particulièrement fan des histoires de destins croisés et ça se prête super bien à la contrainte.

Je regrette seulement la fin. Pas sur le fond (au contraire, j'adore l'idée) mais sur la forme. On sort de l'histoire, ça fait un peu "explication de texte". J'aurais préféré que tu restes dans la dynamique de ta première partie avec un second dialogue où se serait glissé la révélation.

Je critique mais franchement, vu le thème et la contrainte, tu t'en tires super bien et je suis pas du tout certaine de pouvoir faire pareil (si je fais.... haha) Encore Bravo.
Sam 1 Fév - 20:23 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Dim 2 Fév - 05:44 (2014)    Sujet du message: La partition d'une vie Répondre en citant

Fairyclo a écrit:
(si je fais.... haha) .


Tu croyais peut-être pas, mais je t'ai vue Clo XD

Bon moi je croise quand même les doigts pour que tu sois follement inspirée d'ici là
_________________
Rafistoleuse
Dim 2 Fév - 05:44 (2014)
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Dim 2 Fév - 08:19 (2014)    Sujet du message: La partition d'une vie Répondre en citant

merci a vous 3

Pour la fin oui je sais c'est pas tres clair sauf pour moi.
L'idee d'une reprise de dialogue comme au debut cela aurait ete plus explicite peut etre.
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Dim 2 Fév - 08:19 (2014)
Auteur Message
Alinoë
Méga CDC...
Méga CDC...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 1 787
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Dim 2 Fév - 23:19 (2014)    Sujet du message: La partition d'une vie Répondre en citant

Christine.... Pouah! Quel texte!!! ^^ j'en suis encore toute chamboulée! Pouah! On ne s'y attend vraiment pas!

Perso, la fin ne m'a pas déranger. Ceci dit, la remarque de Clo est trèèès pertinante: un dialogue comme au début pourrait parfaitement clore ton texte en restant bien dans ton idée de départ. Où alors changer le dialogue d'intro en un truc plus proche de ta fin. Je sais pas si c'est très claire...

Enfin, bref.

Chapeau! C'est du grand art! ^^ Un superbe puzzle, une écriture poétique et vraiment agréable! Bravo à toi!!
_________________
THE TRUTH IS OUT THERE


https://alinoebraun.wordpress.com/


https://www.youtube.com/watch?v=OttPq7ceH9E&feature=youtu.be&eml=2015September21%2F2733333%2F6010044&etsubid=30262197
Dim 2 Fév - 23:19 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Odepluie
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 381

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 12:39 (2014)    Sujet du message: La partition d'une vie Répondre en citant

Je suis d'accord avec les autres sur la partie explicative. Il n'empêche qu'une explication était nécessaire, parce que j'avoue qu'arrivée à la fin, j'avais oublié le tout début xD (c'est un compliment lol). En tout cas, tu nous embarques dans ton histoire. Bravo.

PS : on n'échappe pas à la petite partie sanglante habituelle qui nous rappelle que c'est bel et bien un texte à toi
Lun 3 Fév - 12:39 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 15:23 (2014)    Sujet du message: La partition d'une vie Répondre en citant

Oui, moi aussi j'suis d'accord avec Clo concernant la forme du dernier paragraphe.

Mais sinon, pouaaah... J'en ai eu des frissons tout le long !! Tout en étant proprement intriguée par le lien entre la 1e partie et les autres. Effectivement, les portraits sont parfaitement taillés, ce qui rend leur histoire tellement touchante ! En plus, la théorie du "chacun est là pour une raison particulière", je la partage complètement, et j'ai même écrit un micro (vraiment micro) texte là-dessus dans le cadre d'une nouvelle.

Bref, j'applaudis ! Merci pour ce texte, Christine !
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Lun 3 Fév - 15:23 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 16:40 (2014)    Sujet du message: La partition d'une vie Répondre en citant

merci encore une fois

j'ai edite le texte sur wlw en changeant la fin, je ne sais pas si c'est mieux si vous voulez aller le voir c'est la http://welovewords.com/documents/la-partition-dune-vie
ainsi pour pourrez me dire si vous preferez cette fin.
merci encore
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Lun 3 Fév - 16:40 (2014)
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 835

MessagePosté le: Mer 5 Fév - 21:04 (2014)    Sujet du message: La partition d'une vie Répondre en citant

L'écriture est vivante, les personnages attachants (2 sur 3, en tout cas) enfin l'histoire est profonde, et carrément bien construite. Ton puzzle n'est pas rébarbatif du tout. Un super boulot en somme. Un plaisir de lecture, j'ai trouvé...
Mer 5 Fév - 21:04 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:15 (2016)    Sujet du message: La partition d'une vie

Aujourd’hui à 12:15 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°29

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield