S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
les serments d'enfance

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°1 à 50 » Défis n°21 à 30 » Défi n°29
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Dim 2 Fév - 20:41 (2014)    Sujet du message: les serments d'enfance Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Hello les plumis !


Je vous livre ma nouvelle version puzzle.


Bonne lecture à vous









LES SERMENTS D’ENFANCE    


     


Les autres jouaient aux billes. Les deux petites se tenaient à l’écart. Elles préféraient discuter, refaire le monde à leur manière. Elles imaginaient leur vie d’adulte plus tard. L’une serait couturière, l’autre médecin. Chacune aurait beaucoup d’enfants, un appartement et des maris. On ne peut pas être attachée à la même personne toute la vie, alors autant avoir plusieurs amoureux. Elles avaient 8 ans à peine.    


Fallait-il en rire ou en pleurer ? Elles décidaient d’en rire à pleines dents, fortes d’un succès d’estime auprès des garçons. Elles se savaient observées. Les petits hommes en culottes courtes les regardaient entre deux jets de billes.    


L’un d’entre eux avait une frimousse craquante : une bouille de fripouille.    


Le deux petites se firent un serment. Quand on sera plus grande, ce garçon-là, on se l’échangera.    


Il faut toujours se méfier des serments d’enfance.    


     


_________________________________________________    


     


     


Les mardis de février sont souvent pluvieux. Le ciel oscille entre le gris et le blanc neigeux quand il ne s’amuse pas à mélanger les deux teintes.    


Un crachin venu du Nord nous pousse tous à l’introspection chorégraphique. Les gens se calfeutrent dans leur mentaux, baissent la tête. Ils claudiquent sur le trottoir.    


Je fais comme eux, à ceci près que mes enjambées sont grandes. Car mon périple sera court.    


J’habite à deux pas de ma destination. L’expression colle bien à la situation. La porte de mon immeuble touche le salon de thé.    


J’y passe régulièrement.  C’est un rite.  A l’instar des veufs qui déposent des chrysanthèmes sur les tombes de novembre.    


Comme eux, je m’endimanche, comme eux je me vautre dans la nostalgie.    


Mais attention, je ne me  montre jamais en état de gadin    


Sourire et se tenir droit en toute circonstance.    


A 40 ans je peux encore faire cet effort-là.    


     


Ultra bright way of life je pousse la porte du salon. J’y suis connu, j’y ai mes habitudes. On m’installe à la table du milieu, celle qui colle la vitre.    


Je commande un chocolat chaud et un donut. J’ai le blues quand je mange un donut, surtout ici.    


     


______________________    


     


Maman m’en cuisinait le mercredi. Quand je la voyais le matin préparer la recette, je salivais d’avance. L’odeur de la cannelle et du sucre vanillé ne calmait pas mon impatience. Elle la décuplait.     


Je me souviens des mains de ma mère, de son art du geste, battant, mélangeant avec cette mécanique sensuelle de l’effort.    


Je me souviens de mon ventre qui gargouillait à l’instant où elle achevait la confection de la pâte. Elle ouvrait la porte du réfrigérateur et y posait, délicatement, le saladier à l’intérieur. Deux heures obligatoirement au frais.  Avec les donuts  j’appris la notion du temps.    


En attendant ma mère et moi faisions le tour du lac qu’il fût gelé ou pas. Les flots calmes du printemps ou la glace de l’hiver n’avaient pas beaucoup d’importance, seul comptait la joie de voir le bonheur des autres sans en être jaloux.    


Et le bonheur était là présent par petites touches : ici un couple se tenant la main, là un vieillard faisant son footing, là encore une femme enceinte assise sur un banc.    


Je n’y comprenais pas grand-chose, mais je ne nourrissais de ces cartes postales. Un jour elles me serviraient.    


De retour à la maison, Il restait 30 minutes avant l’ouverture du frigo, assez pour vérifier l’état de mon gratte-ciel en légos.    


Mon immeuble était plutôt un gratte orteil, une sorte de hlm couché tant j’avais peur qu’il s’écroulât. L’architecture et moi, on s’est toujours mal entendu.    


Puis vint la délivrance.  La phase finale de la recette commençait.     


De la sculpture de la pâte avec un bol,  de sa plongée dans la friture,  du bruit chantant de sa cuisson, je m’en moquais, seul comptait  sa sortie. Mon donut était dégoulinant d’huile. J’avais les yeux du gourmand sur lui, ce regard de désir scrutant chaque seconde ou l’anneau pâtissier achevait de sécher sur le sopalin.    


L’heure de la consommation pouvait sonner.    


Même si je me brûlais la langue, je me jetais avec délice sur lui. Un verre de lait adoucissait le feu dans ma bouche.    


Le donut du mercredi c’était le pied encore plus avec un épisode des Simpson à la télé.    


Un vrai truc de garçon.    


     


_____________________________    


     


Le donut c’est ma madeleine, un vaisseau qui voyage dans le temps.     


Le serveur arrive avec la tasse de chocolat chaud et mon anneau favori. Je tourne le dos à la clientèle du salon de thé.     


Je préfère regarder la vitre, la rue, les gens sortent de la gare en courant. Depuis que tu es partie, je ne cours plus. A quoi bon essayer de te rattraper. Tu ne réponds même plus à mon dernier texto : si tu reviens, j’oublie tout.    


Oublier quelle gageure ! Comment oublier que tu m’as laissé pour ton prof de gym ? On n' oublie rien, on classe dans un coin de sa tête c’est tout, un coin que l’on met en quarantaine.    


Et toi je ne peux pas te mettre en quarantaine, c’est au-dessus de mes forces    


Si je pouvais je me remettrais à jouer aux billes. Ça m’éviterait de broyer du noir.    


     


____________________________    


     


Je ne m’accorde pas ce luxe-là. Les coups de cafard c’est un luxe, les vrais sentant. Ceux qui vous clouent au lit comme une maladie contagieuse. Mais dans notre monde c’est interdit. Il faut toujours paraître en souhaitant qu’aucun quidam ne vous fouille en profondeur.    


Pas de risque à ce sujet. Personne ne fouille personne. On reste en surface ça évite les malaises.    


Pas de spéléo de l’âme humaine à l’horizon.    


Même les amis c’est dire. Les miens s’inquiètent un peu de mon état quand même. « Tu devrais sortir ça te ferait du bien, ta voisine organise une soirée…»    


Et me voilà frappant à sa porte….    


Un appartement haussmannien, des bobos autour de moi, le dernier tube des Daft Punk dans les oreilles : « get lucky ».    


Etre chanceux, tu parles.  Je suis l’archétype du chanceux par excellence. C’est vrai. Analysons la situation froidement. Ma copine m’a largué. J’ai son portrait sur ma table de nuit que je dépoussière en espérant qu’elle revienne, je fréquente tous les après-midis le salon du thé ou je l'ai demandée en mariage, je me nourris exclusivement de soupes chinoises et de donuts et j’écoute en boucle « when I fall in love » de nat king cole en chialant comme une madeleine.    


Bref c’est le bonheur !!!    


 Tiens la voisine en question. Voit-elle sur mon visage une trace de  joie ? Oui à en croire l’empressement avec lequel elle m’aborde.    


-         Salut moi C’est Aurélie, Oré pour les intimes ?    


-         Enchanté moi c’est Julien    


On part sur des bases solides. Haut les cœurs ! Puisque je n’ai qu’elle sous la main, allons-y.    


Les conversations improbables sont parfois les meilleures. Qui dire de la nôtre ? Qu’elle entre allégrement dans cette catégorie.    


Nous ne nous connaissons pas mais habitons le même immeuble. Elle fréquente le même salon de thé que moi, mais à des heures différentes.    


Je lui parle de la table du milieu. Elle me coupe que c’est sa préférée, qu’elle s’y installe et qu’elle finit en douce la moitié du donut qu’a laissée la cliente ou le client d’avant.    


-         C’est un client    


-         Comment peux-tu en être aussi sur ?    


-         C’est moi, je ne finis jamais le donut que je commande.    


-         C’est dingue ça !    


     


Oui c’est dingue, elle peut le crier. D’ailleurs le DJ a baissé le son et tout le monde l’a entendue. Oré s’en moque.    


Elle ressemble à mon ex, tout aussi spontanée qu’elle.    


Je vais de surprise en surprise. La partenaire par défaut devient une camarade bien agréable. On s’amuse follement. L’effet du punch qu’elle avale pourtant avec parcimonie. Je la suis dans sa consommation tranquille.    


J’aime son tempo et m’y adapte avec plaisir. Nous sommes loin de mon ex et sa folie de vivre à cent à l’heure.    


Oré m’avoue ne pas être accroc aux portables.    


-         Je l’utilise seulement lorsque j’en ai besoin. Tu sais les textos je ne sais pas faire    


-         Ah bon    


-         Je t’assure. J’ai les doigts trop gros    


-         Tu plaisantes, tu n’as pas vu les miens.    


-         C’est vrai. Comment tu te débrouilles avec des boudins pareils ?    


-         Je m’adapte. Je fais peu de textos    


-         Le dernier que t’as envoyé disait quoi ?    


-         Non je ne peux pas te le confier c’est trop perso    


-         Allez, ne sois pas timide    


-         Non je ne peux pas, c’est un..    


-         Bon je vais te parler du dernier que j’ai reçu, un truc de fou, une erreur de numéro. Un type m’a écrit : si tu reviens j’oublie tout. Qu’est-ce que tu as ? T’es blanc comme un linge.    


-         Le fou en question c’est moi    


Je n’en reviens pas. Quel imbécile. J’ai mal noté le nouveau numéro de mon ex. Petites causes grands effets.    


Et puis quelle importance. La fin de mon couple était proche.     


_______________________    


En ce temps-là, je ne l’appelais pas mon ex. c’était encore mon amour. Elle arriva la mine fermée à l’appartement. J’avais peur d’avoir commis l’irréparable. Ça sentait le « the end », le « it’s over ».     


Nous n’avions plus beaucoup de contacts à cette époque. On se croisait la nuit,  on se frôlait le matin dans la salle de bain. On se disait à peine bonjour. Elle dans son boulot, moi dans le mien, prisonnier d’un emploi du temps ou l’intime devenait l’intrus, le grain de sable grippant la réussite de l’autre.    


Pour être tout à fait franc, ma réussite professionnelle je m’en foutais un peu. Bien que je proférasse le contraire. Quand le job va, tout va. C’est l’arbre qui cache la forêt.    


Et pourtant, il ne fallait pas être grand clerc pour savoir qu’on approchait du terme de notre histoire. Nous nous faisions plus l’amour depuis longtemps, la tendresse avait disparu entre nous. Et quand je me hasardais à caresser sa joue, mon ex esquivait ma main.    


Il y avait anguille sous roche. Tu devrais fouiller dans son portable me conseilla un ami.     


Fouiller vous vous rendez compte. Je m’y refusais.    


Jusqu’au jour où elle oublia son smartphone sur la table basse. Une panne de réveil un matin, un départ précipité pour le bureau et patatra. J’avais la chose en face de moi. Je n’avais plus qu’à y regarder pour savoir.    


Devais-je remercier Mac pour la facilité avec laquelle je pus m’introduire dans son i phone, lire les derniers textos de mon ex et y découvrir la preuve.    


Elle entretenait une liaison avec un prof de gym : Pierre.    


Restait à  mettre fin à notre relation. Une femme peut le faire, pas un homme. Je me sentais bien incapable de soutenir le regard de ma compagne et la congédier.    


Surtout ce regard qu’elle me lança à peine arrivée.    


Elle en fut prise de furie quand elle découvrit son portable sur la table basse.    


-         Tu aurais pu me prévenir que je l'avais oublié    


-         Comment ? En t’appelant ?    


-         T’as vraiment réponse à tout.    


-         Mais ma chérie….    


-         Il n’y a pas de chérie qui tienne. Tu aurais pu apporter mon portable au bureau. Cela aurait évité    


-         Quoi ! Evité quoi.    


Cinq secondes de silence, le gène s’installa    


-         Puis elle reprit : cela m’aurait évité de résilier mon numéro et de changer d’opérateur.     


Elle me balança un bout de papier sur lequel était noté son nouveau 06.    


-         Avec ça tu me pourras me joindre maintenant    


     


Ce fut notre dernière conversation. Le lendemain, ma compagne devint mon ex. J’étais mis à pied par un mot sur le frigo, un post it jaune.    


La claque sentimentale en résumé    


______________________________________    


     


Il ne faut jamais couper la parole à une femme quand elle monologue. Oré est en apnée verbale, un réflexe de survie après mon aveu sur le texto : si tu reviens j’oublie tout. Je ne peux pas l’interrompre. D’ailleurs elle parle encore. De quoi au juste ? De chat, de chien, d’hommes. Non, de moi.    


-         Tu vis seul en ce moment ?    


-         Oui depuis peu.    


Dois-je  rebondir sur mes déboires conjugaux ?. Inutile de casser l’ambiance. Le dj vient de balancer Pharel Williams et son « happy ». Tu serais hors sujet mon vieux.    


Je n’ai rien dit. J’ai juste subi un baiser sur la bouche.    


-         Pardonne moi mais j'en meurs d’envie depuis tout à l’heure    


 


The beginin of love, who knows.    


     


______________________________________    


Ils sont tous partis entre 3 heures et 4 heures du matin. Quelle santé. Je crois que sans l’intervention d’Oré, ils seraient restés jusqu’au petit déjeuner.    


Le silence, nous deux, ce désir l’un de l’autre, cette combinaison étrange que mène une femme dans les bras d’un homme. Jamais je ne cesserai de m’émerveiller devant ce phénomène, de m’interroger aussi sur son origine.    


Je réfléchis trop, je ne profite pas assez. J’ai peur de ces minutes ou l’on se surplombe, on sort de soi, on se regarde. Et on a la trouille.    


-         T’es plus avec moi là    


-         Hein quoi    


-         Je disais : Julien t’es plus avec moi    


-         J’étais dans la lune    


-         Tu penses à ton ex ?    


-         Non, j’allais penser à toi,     


-         Ne pense plus, aime moi c’est tout    


Elle a de ces phrases coup de poing. Qu’est-ce que voulez répondre à ça ? Rien, juste agir, accéder à la demande. Puisqu’elle voulait être aimée. Allons-y gaiment.    


L’amour est un accord de souffles, de corps et d’odeurs ni plus, ni moins.    


Et Oré correspond sans doute à ma recherche du moment. En douceur, sans passion apparente mais dans une jouissance assumée.    


Notre petit matin s’approche de midi, nous n’avons pas honte. On en sourit tendrement.    


Face au lit, le portrait d’un bellâtre nous fixe. C’est une photo noir et blanc mise sous cadre.    


-         Bien gaulé le type.     


-         Oui , c’est un prof de gym. C’est mon ex    


-         Je pourrais faire des complexes    


-         Non la perfection m’emmerde au bout d’un moment. Bon t’as faim ?    


-         Oui    


-         Des donuts ça te branche ?    


-         Oh que oui    


-         Ne bouge pas, j’enfile un pull, je saute dans un jean et des boots et je vais te chercher ça.    


 


Aussi dit, aussitôt fait. La porte de l’appartement claque. Je suis seul.    


Seul, à poil, face à ce beau mec en photo. Vous savez quoi je hais les profs de gym.    


Oré a oublié son portable sur la table de nuit.  Décidément c’est une manie féminine, faut croire.    


Si j’y jetais un coup d’œil ? Juste pour savoir comment s’appelle ce prof de gym.     


Je n’ en ai pas eu le temps. Un autre prénom m’a secoué l’estomac, j’ai failli vomir sur la descente de lit. Dans la liste des contacts trône à la première place le prénom de mon  ex : Annie.    


_________________________________________    


     


Il y a plus de trente ans deux petites filles  papotèrent entre elles dans une cour de récréation. Elles se firent le serment de s’échanger un garçon qui jouait aux billes.     


Ce garçon c’était moi. Je pensais qu’Annie et Aurélie s’étaient perdues de vue.    


On ne se méfie jamais assez des serments d’enfance.    


Dernière édition par hector vugo le Lun 3 Fév - 10:09 (2014); édité 3 fois
Dim 2 Fév - 20:41 (2014)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Alinoë
Méga CDC...
Méga CDC...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 1 787
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 00:06 (2014)    Sujet du message: les serments d'enfance Répondre en citant

Aaaah! Hector, superbe texte!

De l'intro à la conclusion, tout se tiens, y compris ton lecteur en haleine. (bouarf) J'adore Julien et sa passion pour les donut! ses madeleine à lui! :-p C'est poétique tout! d'ailleurs, j'ai beaucoup aimé tes dialogues, spécialement ceux entre Oré et Julien. Un plaisir de te lire! Chapeau l'artiste! Bravo à toi!


et c'est qu'il y a du niveau chez les plumi! Oo Rafi, good Luck pour faire ton choix! XD
_________________
THE TRUTH IS OUT THERE


https://alinoebraun.wordpress.com/


https://www.youtube.com/watch?v=OttPq7ceH9E&feature=youtu.be&eml=2015September21%2F2733333%2F6010044&etsubid=30262197
Lun 3 Fév - 00:06 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 09:59 (2014)    Sujet du message: les serments d'enfance Répondre en citant

AAAh mais j'adore.
C'est un texte tout en poesie, il y a de le douceur, meme quand il se fait larguer. Il n'y a pas de colere, quelques regrets, un peu de melancolie.
L'histoire de ces deux petites filles qui ont tenu la promesse qu'elles se sont fait petites c'est bien trouve.
Tout nous embarque avec cet homme qui subit ce qui lui arrive avec une etrange apathie.
En tout cas bravo
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Lun 3 Fév - 09:59 (2014)
Auteur Message
Odepluie
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 381

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 12:39 (2014)    Sujet du message: les serments d'enfance Répondre en citant

Comme toujours, pas décue par ton histoire Hector, ce texte est super chouette !
J'aime beaucoup cette erreur de numéro qui n'en est pas vraiment une, tu as pris le thème dans le 1er sens qu'on lui donne et en même temps, c'est original ! Chapeau !! ^^
Lun 3 Fév - 12:39 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 12:52 (2014)    Sujet du message: les serments d'enfance Répondre en citant

Merci Ali, Christine et Ode pour vos commentaires
Lun 3 Fév - 12:52 (2014)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 13:06 (2014)    Sujet du message: les serments d'enfance Répondre en citant

Pfiou quelle histoire quand même ^^!

Bon d'abord j'ai aimé que la fin soit annoncée depuis le début, c'est une belle prise de risque je trouve... Parce que même en sachant le dénouement, on ne perd pas du tout le suspense et l'intérêt à ton texte, au contraire ! On se pose des questions, on imagine comment les liens vont se tisser... J'aime beaucoup ça...

Et puis le personnage de Julien, il est très attachant ( comme Ali, j'adore l'idée du donut comme madeleine, comme véhicule de ses souvenirs). On a de la peine pour lui, dès le départ, parce qu'il subit encore l'infidélité de son ex, ça le touche profondément. Et quand il sort enfin de ce cocon de regrets et de nostalgie c'est pour retomber à nouveau dans un guetta-pan. Les grandes joies de la vie quoi ^^!


Juste une chose, j'ai trouvé l'enchaînement des coïncidences un petit peu "gros" ... Que l'amie de son ex soit la voisine, que ce soit elle à qui il a envoyé le texto, qu'elle ait consciemment manigancer ce plan. Je trouve ça un petit peu énorme... Ou alors, dans ce cas, j'aurai bien aimé savoir le pourquoi, simplement un serment d'enfance ?

Bon je chipote hein, mais c'est vachement bien écrit, ton écriture est posée, pleine de poésie, et vraiment très agréable à lire !
_________________
Rafistoleuse
Lun 3 Fév - 13:06 (2014)
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 14:06 (2014)    Sujet du message: merci Répondre en citant

Merci Raf' pour tes commentaires et tes observations.

Il est vrai que la série de coïncidences est  invraisamblable. Je doute que dans la vraie vie on rencontre des cas pareils, le lien entre les deux personnages féminins est sous entendu tout au long de l'histoire. J'avoue que cela peut être nébuleux pour le lecteur.
Lun 3 Fév - 14:06 (2014)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Alinoë
Méga CDC...
Méga CDC...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 1 787
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 16:02 (2014)    Sujet du message: les serments d'enfance Répondre en citant

oh si! on peut totalement tomber sur ce genre de coïncidence exagérées qui te font te demander si le Destin (ou autre chose) n'existe pas pour de bon, tellement c'est juste incroyable! XD Personnellement, je trouve que ce sont toutes ces coïncidences qui donnent de la magie à cette histoire.
_________________
THE TRUTH IS OUT THERE


https://alinoebraun.wordpress.com/


https://www.youtube.com/watch?v=OttPq7ceH9E&feature=youtu.be&eml=2015September21%2F2733333%2F6010044&etsubid=30262197
Lun 3 Fév - 16:02 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 16:06 (2014)    Sujet du message: les serments d'enfance Répondre en citant

Tu vois Hector, c'est juste moi qui n'est pas réceptive aux coïncidences, mais j'ai beaucoup aimé ton texte, je ne veux pas que tu en doutes

En plus, je suis fâchée avec le destin, j'ai un truc à régler avec lui

Le pire c'est qu'en fait quand on y pense, le monde est tellement petit que tout est possible !
_________________
Rafistoleuse
Lun 3 Fév - 16:06 (2014)
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 17:19 (2014)    Sujet du message: les serments d'enfance Répondre en citant

Moi j'ai bien aimé ce texte. Comme d'habitude, ça se lit d'une traite, et les persos sont vraiment bien construits. Julien est attachant !

Moi y'a juste un truc qui m'a choqué dans l'histoire...

... Sérieux... Y'a des gens qui finissent réellement les restes de ceux qui sont passés avant dans les salons de thé ??
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Lun 3 Fév - 17:19 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Alinoë
Méga CDC...
Méga CDC...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 1 787
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 17:21 (2014)    Sujet du message: les serments d'enfance Répondre en citant

oui... mon beau-père... il bouffe tout ce qu'il trouve!
_________________
THE TRUTH IS OUT THERE


https://alinoebraun.wordpress.com/


https://www.youtube.com/watch?v=OttPq7ceH9E&feature=youtu.be&eml=2015September21%2F2733333%2F6010044&etsubid=30262197
Lun 3 Fév - 17:21 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 23:12 (2014)    Sujet du message: les serments d'enfance Répondre en citant

Il n'y a aucun soucis Raf, ta remarque était hyper constructive.

Octobell, merci d'avoir souligner cette entorse au savoir vivre. J'ai grossi le trait en imaginant des gens finissant les restes dans les salons de thé. Je n'en connais pas perso.


Un grand merci également pour tes compliments.


Quant au beau père d'Ali, je salue uniquement sa gourmandise 
Lun 3 Fév - 23:12 (2014)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Elfie Imy
Invité




MessagePosté le: Mar 4 Fév - 19:39 (2014)    Sujet du message: les serments d'enfance Répondre en citant

Perso y a rien qui m'a choqué, y a tellement de fluidité dans l'ensemble, le style est tellement putain, le style, il est comme une respiration pour moi, y a de la mélancolie dans tes mots, mais pas de mièvrerie, un coeur qui bat, des yeux qui observent, du vivant un peu en retrait de la vie même parce que c'est déjà tracé c'est déjà écrit (sans vouloir faire ma philosophe à deux balles hein?! ^^)
C'est ça qui m'a touchée le plus je crois : l'improbable dans le probable (et inversement). Trop pas clair mon commentaire mais j'm'en fous en fait, en résumé, j'ai aimé! 
Mar 4 Fév - 19:39 (2014)
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Mar 4 Fév - 19:57 (2014)    Sujet du message: Merci Répondre en citant

Merci Elfie. C'est super touchant
Mar 4 Fév - 19:57 (2014)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:29 (2016)    Sujet du message: les serments d'enfance

Aujourd’hui à 14:29 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°29

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield