S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Orgueils

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°1 à 50 » Défis n°21 à 30 » Défi n°30
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Sam 8 Fév - 01:36 (2014)    Sujet du message: Orgueils Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Fin de la réunion. 
  
Mes adversaires se lèvent. Je les regarde. Un dernier sourire. Pas un petit sourire en coin, non. Un de ces sourires conquérants. Un de ceux qui sentent le travail bien fait. Ce sourire, ils me le balancent en pleine figure. Il est multiplié par trois, ce foutu sourire. Je recule ma chaise, pousse sur les accoudoirs et me lève. D’un pas déterminé, j’ouvre la porte. Rester sobre, rester calme, rester pro. Ne rien laisser paraître. Je relève la tête en guise de défi mais je sais qu’ils ont remporté une partie. Que dis-je ? Ils ont remporté le match. Même le portier d’un grand hôtel doit se sentir mieux que moi en ce moment. Le groom, il est payé pour tenir la porte et ramasser les valises. Moi, je leur tiens la porte, mais une fois refermée, ce sont mes propres morceaux que je vais devoir ramasser. Sans compter les dégâts que cela va causer au cabinet. On travaillait depuis si longtemps sur cette affaire. On s’est donné à fond et on s’est fait descendre, en un rien de temps… Qui plus est par des représentants insignifiants que l’on ne les reverra plus. Question de stratégie. Pas de réels interlocuteurs. Le chef de projet agit dans l’ombre. Il injecte du sang neuf à chaque rencontre. Pour augmenter leur agressivité probablement, l’effet de surprise aussi. Ils en deviennent insaisissables. Et des inconnus repartent triomphants vers d’autres horizons. Et je reste là, comme un con. 
  
Comme pour enfoncer le clou, ils me serrent la main. Un par un. Vu de l’extérieur, on pourrait croire à un semblant de politesse ou au moins, à des rapports cordiaux. Il n’en est rien, ils ne font qu’augmenter mon malaise et ça les fait jouir ces enfoirés. J’en suis sûr. Je sens mon cœur battre aux tempes. Je sens mon ventre se nouer. Je sens la tension. 
  
Une première main se tend. Avec ta chevalière enserrant tes doigts boudinés, tu n’y vas pas de main morte, tu me broies la main. Tu en joues et je le sais, Mec. Mais Eh ! Redescends sur Terre, j’te vois le dessus du crâne quoi ! Ton crâne dégarni d’ailleurs. Et ton ventre bedonnant que ta pauvre chemise à carreaux n’arrive même plus à contenir. Derrière tes lunettes, tes petits yeux de cochons me scrutent. Dire que les femmes doivent supporter sur elles ce regard sale. Tu es du genre pervers, j’en suis sûr. Tu es poisseux, tu es gras, tu es répugnant. Comment une femme peut-elle prendre du plaisir avec toi ? Comment peut-elle simplement te faire la bise ? Je suis sûr qu’elles doivent se laver le visage et les mains une bonne dizaine de fois après le bonjour matinal. Tu es vraiment poisseux, j’en reviens pas à quel point ! Et, bordel tu pues la transpiration. Ce n’sont pas les auréoles sous tes bras qui vont me faire mentir. C’est pas faute d’avoir été dans une pièce aérée. Eh mec, j’te foutrais bien un jet d’eau sur la gueule. Tu sourirais moins. Ca m’éviterait tes dents jaunies par le tabac. Tu le ravalerais bien vite, ton sourire. Tu affiches une fierté, mais c’est mal placé. Ton claque-merde, il n’a rien dit, tu n’y es pour rien dans votre victoire. Tu n’étais qu’une ombre. Personne ne se souviendra de toi. Je t'ai déjà oublié. 
  
La deuxième main se veut délicate. La belle brune saisit ma main du bout des doigts, comme si c’était un supplice de me toucher. Non, ce n’est pas de la délicatesse en fait, c’est méprisant. Et tes yeux, tu me regardes comme si j’étais ton porc de collègue. Avec du dégoût. C’est dommage, j’te trouvais bien foutue au début. J’t’ai détaillée un moment pendant la réunion. Ton tailleur si bien serré à la taille, si moulant qu’il fait ressortir tes seins, j’me suis imaginé l’arrachant. J’aurais bien voulu te saisir juste pour le plaisir. J’y ai vraiment pensé pendant la réunion. Mais là, j’aimerais juste te baiser, te faire comprendre qui est le maître, qui est l’homme. Ta main se retire déjà. On ne me repousse pas comme ça... J’ai toutes les femmes que je veux. J’voudrais bien t’croiser dans un bar. Sur un autre terrain de jeu, tu ne me prendrais pas du bout des doigts, non. Tu me prendrais à pleine bouche. Cette bouche pulpeuse qui m’adresse ce sourire hautain, j’te le ferais ravaler tiens. Tu passerais un sale quart d’heure. Tu me supplierais de recommencer. Tu te traînerais à genoux. Tu quémanderais encore parce que du plaisir, t’en aurais reçu plus que ce que t’as jamais eu. Tu saurais enfin ce que c’est et tu f’rais pas ta mijaurée… 
  
La troisième et dernière main vient couper le flot de mes pensées. Une poignée ferme, sincère. Une poignée d’homme. Si tu ne m’avais pas crucifié quelques minutes auparavant, j’crois bien que j’aurais aimé cette franchise. J’suis sûr qu’on aurait pu être bons potes. On aurait même pu être le co-pilote de l’autre en soirée. Je me demande si ta belle gueule a déjà eu raison de ta collègue. Tu me raconterais en détail, on s’prendrait une bonne bière puis on repérerait nos futures conquêtes. Tu aurais le rôle du chic type avec ta belle gueule d’ange. Tout le stéréotype. Les cheveux châtain clair, des yeux verts, une belle carrure. Face à toi, j’suis le beau ténébreux. On s’rait vraiment un duo de choc. C’est ton sourire carnassier qui m’y a fait pensé. Juste avant que tu ne me poses des questions assassines. Comment as-tu pu tomber sur nos failles aussi facilement ? J’avais l’impression d’être une souris entre les pattes d’un chat. Tu nous as baladé et puis quand t’en as eu marre de jouer, probablement parce que l’heure avançait sacrément vite, tu nous as planté tes griffes. J’suis pas trop du genre à m’faire lacérer tu vois. Sauf par une ou plusieurs femmes. J’sais pas si t’as un indic dans nos bureaux. C’est une affaire importante, j’pense pas que quelqu’un aurait mis son job en jeu. Ou alors t’es un de ces types avec une intuition phénoménale. A moins que ce soit ta collègue qui vous ait guidé… Et tu n’étais que le bourreau, l’exécutant. Non tu étais bien trop assuré pour n’être qu’un perroquet. Nos mains se figent. Un sourire en coin, il semble presque pudique si tu ne plantais pas tes yeux dans les miens en déclamant « Ce fut un plaisir. » Tu romps le contact. Un plaisir ? Mais pour qui tu te prends ?! ai-je envie d'hurler. 
  
Un corps s’est rapproché de moi à gauche. Katy. Elle a senti la pression ascendante en moi. Elle me connaît vraiment par cœur. Elle m’étonne toujours. Il lui adresse son plus beau sourire. Un vrai co-pilote, mon gars. Elle ne cille pas. Nous faisons bloc. Matt s’approche également. « Ce n’est qu’un début. » Une dernière estocade. L’expérience qui parle. Matt, 20 ans de boîte, et toujours la rage de vaincre. Toujours. Pourtant, si nous faisons front à cet instant précis, je sais qu’on va en prendre pour notre grade dans dix minutes. S’il est en colère, il se maîtrise sacrément bien. Faudrait que j’lui demande sa recette. 
  
A peine sont-ils sortis des bureaux que Matt se place devant nous. J’inspire. « Prenez un café, allez pisser et debrief’. Maintenant ! » S’exclame-t-il. Ses yeux nous foudroient sur place. Son visage devient rapidement rouge sous l’énervement. Faudrait pas qu’il nous claque maintenant avec ses problèmes de cœur. Cinquante quatre ans, c’est jeune. Il tourne les talons et part s’asseoir. J’expire. Je vais à la fontaine prendre un verre d’eau et le descend d’une traite. Katy me rejoint et murmure « Johnny chéri, ça va chauffer pour tes fesses… Laisse-moi deux minutes ! »  Elle tourne les talons et rejoint Matt à la table ronde. A travers la vitre, j’aperçois Katy me faire signe de la main de m’éloigner. 
  
Je me dirige vers les WC lorsque Steeve m’interpelle. 
« Eh John ! Y’a une femme qui voulait te voir. Je lui ai demandé de patienter dans ton bureau mais je crois que votre réunion était trop longue. Elle s’est impatientée. Elle a dû partir au bout de deux-trois minutes. 
- Y’a combien de temps ? 
- J’sais pas trop, cinq minutes avant la fin. 
- Elle était comment ? 
- J’sais pas trop non plus. Petite, ‘fin plus petite que moi quoi. Brune, un truc du genre. Et… 
- Merci Steeve, j’vais aller loin avec ça. Marmonnai-je. 
- Eh oh, zen l’ami. J’suis pas là pour mater, je bosse j’te signale. J’ai un bilan financier à rendre et j’suis débordé ! 
- Ouais, excuse. Sale moment à passer. Fin bon, si c’est important, elle reviendra ! » 
  
Je file aux WC. Devant le lavabo, je me lave les mains, les joins pour les remplir d’eau et m’asperge le visage. J’en mets la moitié sur ma veste. Je gueule. « Eh merde, c’est glacé! » Cette douche froide, ça réveillerait un mort ! C’est un appel. Faut que j’me reprenne. Je me suis trop laissé aller ces derniers temps. J’me suis laissé bouffer. Au boulot. A l’appart. En famille. Entre tout, j’sais plus trop où je vais. Même Cap’tain Louis dans son magasin de disque miteux sait pour quoi il se lève le matin, c’est dire. Faudrait p’tet que j’me reconvertisse. Vendeur de disques. J’pourrais apprendre les artistes et albums par cœur, les titres qu’il faut absolument connaître. Les incontournables et ceux qu’il faut fuir. J’sais pas si ça marche bien. J’crois bien qu’il existe toujours de vieux romantiques qu’aiment toucher vinyles, disques, et les vieilles cassettes aussi j’suis sûr. Ouep, faut qu’j’y réfléchisse. Au moins, Cap’tain Louis m’prendrait pas pour un minot, y’aurait pas de coup tordu et j’serais peut-être bon commercial de disques. J’reprendrais goût aux choses simples sans manipulation. C’est que j’deviendrais presque philosophe dis donc. Dans les WC… Je souris. Faut quand même que j’y retourne sinon Matt va être encore plus énervé. Un dernier coup d’eau sur le visage. Faudrait que j’change de look. Et que j’change de veste. 
  
J’passe devant mon bureau pour pendre ma veste au porte manteau. Un regard sur mon téléphone posé sur le meuble. Pas le moindre message. Faudra y remédier. Après une telle journée, j’vais quand même pas passer ma soirée tout seul ! 
« JOHN ! » Matt s’égosille de la Table Ronde. 
Un regard circulaire dans mon bureau. Une enveloppe sur mon bureau, j’la saisis et la glisse dans ma poche arrière de mon pantalon. J’souris. Eh eh une p’tite brune, ça pourrait bien être un signe du destin. 
  
J’entre dans la salle de réunion. Matt se tourne vers moi. La tension reste palpable. Katy, derrière lui, me fait signe de rester calme. « Tu as compromis toute l’affaire par tes conneries ! » dit-il avec aplomb. J’crois bien que j’vais pas pouvoir me retenir… 
« De quoi tu parles Matt ? 
- Tu n’as pas pris ce boulot au sérieux. Tu es arrivé trop sûr de toi. C’était un jeu d’enfant pour eux.  
- Matt, t’y vas un peu fort… 
- Oh Katy, arrête, je t’en prie. Il faut qu’il entende ce que j’ai à lui dire. Il peut comprendre. 
- Ok Matt, j’peux savoir pourquoi tu me mets tout sur le dos ? Interrompis-je 
- Tu étais chargé de la partie GAP. Tu aurais dû parer à toute éventualité. Tu l’as pris à la légère. Et ils nous ont eus. 
- Matt, il y a des choses qu’ils ne pouvaient pas savoir ! 
- Non John. Au lieu de sortir tous les soirs… 
- N’exagère pas ! M’exclamai-je 
- Laisse moi finir ! Au lieu de sortir tous les soirs de la semaine, tu ferais mieux de lever le pied. Quand tu traites de petits dossiers, passe encore. Quoique, ça ne ferait pas de mal, ni à ton foie, ni à tes couilles, de se reposer un peu.  
- Matt… susurra Katy. 
- Mais, lorsque tu es en charge d’un dossier d’une telle ampleur, tu devrais te consacrer à lui, corps et âme. Tu m’entends ? Corps et âme ! Tu ne devrais plus vivre que pour lui, manger que pour lui, dormir que pour lui. Et dans chacun de tes rêves, élaborer tes stratégies ! …» 
  
Matt se lança dans un monologue. Je ne vais pas pouvoir l’interrompre, mais je n’ai que faire de l’écouter. Je n’ai pas fait autant d’erreur qu’il le pense. Il se tourne vers la table et saisit des papiers qu’il lit à haute voix. Je l’entends au loin. Je préfère m’isoler près de la fenêtre. Mon regard se perd. Je discerne à peine les silhouettes, les mouvements… 
  
Jusqu’à ce que j’aperçoive mes trois adversaires dans la rue, près d’une voiture. Ils rient aux éclats. Parlent-ils encore de leur exploit ? Probablement. Belle Gueule a une position triomphante, il a un charisme fou. Il me subjugue. Il tourne brusquement la tête vers le haut des escaliers. Un bout de femme se dirige allègrement vers eux. Classe, vu de dos. Elle fait la bise au p’tit cochon et à la Belle Brune. Il la prend dans ses bras et la fait tournoyer puis la repose et l’embrasse passionnément. C’est donc ce type qui l’attire, les p’tites brunes. Petite mais bien proportionnée dis donc ! Je peux distinguer son visage. Jolie. J’crois la reconnaître, cette fille. Le coup d’une semaine, à tout casser. A y repenser, c’est toujours elle qui me contactait. J’allais pas dire non. Plutôt pas mal. Dommage qu’elle ne se mette pas en valeur, qu’elle sache pas s’habiller. Dommage qu’elle bégaie aussi. Mais j’lui demande pas d’parler. C’était un coup assuré pour moi. J’l’appellerais bien pour me détendre ce soir. Elle saurait quoi faire. Faut que j’retrouve son prénom… Marlène. Non trop long. Et c’était pas commun. Jaimie. Non, non plus… 
  
Un mouvement me force à me concentrer à nouveau. La fille tourne la tête entièrement. C’est bien elle. C’est Janet. Janet ! Je me précipite hors du bureau sous les regards médusés de Matt, toujours occupé à me parler apparemment. Je vais encore me prendre une avoinée. 
  
Sur le pas de la grande porte, je ne vois plus la voiture, ni le groupe d’ailleurs. Je suis ébloui. Je descends les marches deux par deux. J’crois croiser une bombe empêtrée avec sa valise, mais mes pensées sont ailleurs. Je ne comprends pas bien ce qu’il s’est passé sous mes yeux. Ce que je sais, c’est que je n’ai aucune envie de remonter au bureau pour le moment. J’ai besoin de prendre l’air. J’ai besoin d’être seul. Je me retrouve au frais, à l’abri de la ville, à l’abri des regards. Je suis perdu, j’ai peur de comprendre. Je préfère me dire que le monde est petit. Je préfère que les coïncidences existent. Je préfère me dire plein de choses. Je me dis trop de choses. Je deviens parano. 
L’eau s’écoule paisiblement sous mes yeux. Me laisser flotter, me laisser porter, me laisser aller. Je ne rêve que de ça. J’ai sérieusement besoin de repos. J’ai besoin de me détendre. L’enveloppe. Je l’avais oubliée celle-ci. Un petit air de nouveauté ne me ferait pas de mal. 
  
Aucun signe distinctif. Une enveloppe blanche, tout ce qu’il y a de plus simple. On dirait un carton. Une invitation coquine serait la bienvenue… Et pourtant je suis mal à l’aise, j’ai la tête ailleurs. Je lève les yeux. Un bateau-poubelle. J’n’aime pas trop ce genre de signe. Bon allez, je ne vais pas rester à tergiverser. Ouvrons-là. 
  
«  Echec et Mat, 
Ce fut un plaisir… » 
  
Bordel. 
C’est pas une coïncidence ! 
  
J’me suis fait avoir comme un bleu ! C’est pathétique. Flash. Le sourire de Belle Gueule, c’n’était pas un sourire pudique. C’était un sourire narquois. Flash. Janet me parlant de son inscription à un concours d’échec. Depuis le début, ils avaient établi la partition parfaite, digne des plus belles symphonies d’orchestre. 
  
 
Au diable, les règles! Ils vont voir à qui ils ont à faire… 

_________________
ATea.
Sam 8 Fév - 01:36 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Sam 8 Fév - 03:30 (2014)    Sujet du message: Orgueils Répondre en citant

Bon.

Atéa.

Il va falloir qu'on parle sérieusement là...

Je sais tout.




T'as fait une petite incursion dans mon cerveau pendant la nuit, c'est ça ? Ton personnage principal, John, c'est précisément le genre de perso que j'affectionne le plus : un sale petit con plein de faiblesses, mais avec son côté attachant. J'aime les personnages pleins de défauts comme lui, plein de vices comme lui, et un peu obsédé sur les bords, alors là !!! D'ailleurs il est pas en reste ! ça fait quand même à peine trois jours que j'ai lancé le défi, et j'ai l'impression que t'as construit un background de malade autour de tous les personnages, qui sont vraiment le point fort de l'histoire (et quel point fort, moi c'est ce que je préfère).

Ce que j'ai aimé, dans l'histoire en elle-même, c'est qu'arrivé à la fin, on regrette d'avoir zappé sur la chaîne si tard dans le film, parce qu'on veut voir tout ce qui s'est passé avant !! Je veux acheter le bouquin pour avoir le début !! Comment il s'est fait piéger, pourquoi ? Ca répond vraiment à ce que j'attendais ! J'ai même poussé un petit cri de frustration à la fin, tant je voulais en savoir plus.

Après, je sais pas comment tu as construit ton texte, si tu avais tout en tête ou si tu l'as étoffé au fil de l'écriture, mais y'a un ou deux trucs qui me paraissent un peu hors de propos (au sens strict du terme). Par exemple, quand il voit Janet pour la première fois et qu'il peine à la remettre, alors qu'elle semble au coeur de l'histoire. Bon, après c'est très probablement fait exprès, mais j'imagine que dans l'avant, celui qui n'est pas écrit, elle a eu une place un peu plus importante que celle qu'il semble lui donner à prime abord. Le détail m'a interpelée, mais c'est pas nuisible à la lecture et la compréhension du texte ^^

... J't'ai fait un p'tit pavé là je crois. Mais t'as ce don dans l'écriture qui pousse à l'analyse. Je serais vraiment curieuse de savoir comment tu travailles, parce que tes textes semblent toujours bien pensés, avec une évolution précise et des détails qui ne semblent pas placés là par hasard. Tu mérites un CDC à l'occas' !!

Oh, et d'ailleurs, j'ai bien aimé aussi le choix de la narration, qui nous plonge directement dans les pensées du mec, avec ses tics de langage et tout ça.
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Sam 8 Fév - 03:30 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Wilou
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Oct 2013
Messages: 719
Localisation: Fraserburgh, Ecosse

MessagePosté le: Sam 8 Fév - 07:30 (2014)    Sujet du message: Orgueils Répondre en citant

Ooouuuh c'est du bon! Les personnages, l'ambiance, la situation.... Très bien retranscrit, tout ça! J'ai envie de savoir ce qu'il se passe avant, quel est ce dossier en question, etc....

Le seul truc qui me chiffonne, c'est Janet... Le coup d'une semaine... Mais c'est toujours elle qui le contactait... Ils ont été amants occasionels sur le ling terme, ou quoi?
Mais c'est mineur...

Je vois pas pourquoi tu dis que ça fout des complexes de lire min texte avant de poster le tien, parce qu'il n'y a vraiment pas de quoi!
_________________
Hopla!
Sam 8 Fév - 07:30 (2014)
Auteur Message
Le zèbre
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 574
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 8 Fév - 21:37 (2014)    Sujet du message: Défi n°30 Répondre en citant

Une nouvelle à part entière ou le début d'un roman... Tu tiens là quelque chose de tangible qui ne demande qu'à être développé mais tu nous offres aussi un début, un milieu et une fin. C'est abouti, c'est bien à lire. Bravo pour la construction
_________________
Le zèbre

Les artistes, aimez-les vivants

https://stephanmarylezebre.wordpress.com/
Sam 8 Fév - 21:37 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Dim 9 Fév - 05:51 (2014)    Sujet du message: Orgueils Répondre en citant

Shocked


Merci pour ces commentaires. Je vais tenter de répondre sur la Construction de mon texte du mieux que je peux...


Lorsque Le Zèbre parle d'un début, d'un milieu et d'une fin dans la scène elle-même. J'ai justement essayé que cette scène soit construite de cette façon mais qu'elle s'embrique également dans mon petit scénario établi. En fait, cette scène est une révélation pour vous au même titre que John parce que vous avez zappé trop tard dans la soirée. Mais dans mon histoire, la révélation aurait plutôt joué sur la relation entre Janet et Belle Gueule. J'y reviendrais plus tard dans mon commentaire. 


Lorsque j'ai vu la vidéo, je n'ai pas vu un sourire heureux ou d'espoir dans l'expression de John. J'ai vu quelque chose de sombre. J'ai immédiatement pensé à une histoire louche. Et l'enveloppe était l'aboutissement, là où le personnage principal se rend compte qu'il n'était pas si doué que ça, n'était pas si invincible (d'où mon titre Orgueils parce qu'il s'agit du défaut qui se retrouvait chez beaucoup de mes personnages dans cette histoire). Et il s'en rend compte en lisant. J'ai lu sur ses lèvres. C'était court, c'était tranchant. En tout cas, je le voyais comme ça. Il me fallait donc un coup d'éclat. Et là, mon histoire s'est construite au fur et à mesure où je déconstruisais la vidéo. Et j'ai écrit sur la musique de la vidéo, Marines Don't Quit aussi (D'où la référence à la partition ^^) 


Par rapport à Janet, ci-dessous, je vais vous révéler ce que je lui avais réservé...



John, 27-28 ans, arrogant, séduisant, charmeur, et célibataire. Vit dans un appartement qu'il laisse un peu à l'abandon. Préférant faire la fête et profiter de la vie. Même s'il se bagarre souvent dans ses soirées suite à une consommation alcoolisée non contrôlée. Il n'a pas vraiment d'ami, plutôt des potes de soirées. Son voisin est le seul qui arrive à reconnaître ses émotions, ses passages à vide grâce à la musique qu'il choisit. C'est notre bon vieux Cap'tain Louis. Sa boutique est juste au pied de l'immeuble. Un vieux magasin poussiéreux, avec plein de cd et vinyle, de références inconnues, de styles différents. Bref, un véritable réceptacle à humanité... John montrera quelques fois ses failles dans ce coin-là. 


Si John veut s'isoler et ne trouve pas de sens à sa vie, c'est qu'il est perdu. Il se sent abandonné mais en même temps, sait qu'il abandonne lui-même sa petite soeur, Gilda, hébergée chez ses parents. Si lui passe pour un insensible, c'est un miroir à Gilda, que je pensais autiste. (Justement un autre trouble de la relation dans la famille.) Ses parents sont démunis. John aussi. Et se réfugie dans ses activités nocturnes et sexuelles. Il a pris ce boulot de structuration dans le bâtiment, peut-être pour que sa vie possède une structure à un moment donné... Il s'y implique à fond. Il s'y oublie aussi. 


John, Katy, Steeve et Matt travaillent dans un bureau d'études en bâtiment. Ils ont tissé des relations depuis le temps qu'ils travaillent ensemble. Katy serait plus ou moins intéressée par John même s'il l'excède, d'où ses tentatives de le protéger plus d'une fois. Matt est plus le mentor de John. Derrière son air bourru que je lui donne dans la scène, se cache un grand coeur. Malade. N'a pas vraiment de vie familiale heureuse. Son boulot, c'est sa vie. John ne veut pas devenir comme lui. Il veut profiter (je me répète). Steeve, est un collègue sympa. Je ne l'ai pas trop réfléchi par contre.


Ils doivent présenter lors d'un concours, un projet pour un bâtiment public de la plus haute importance (mais je n'avais pas défini quel genre encore) Leur bureau d'études est reconnu pour les compétences. Leur dossier doit donc être bien ficelé. Ils se retrouvent face à une équipe d'évaluation (P'tit Cochon, Belle Brune, Belle Gueule) dépêchée par le client qui veut faire construire le bâtiment pour s'assurer du sérieux et du potentiel, et du respect des conditions. 
Ce que le bureau d'études semble avoir. Chacun a travaillé sérieusement mais ils se sont rendu compte de problèmes de financement qui risquerait de provoquer un scandale, et de la faisabilité aléatoire de certaines parties du bâtiment. Ils en sont à la première phase du rendu donc ne sont pas encore dans le concret, mais cela n'annonce rien de bon. Ils rendent néanmoins un bon dossier.


Mais même s'ils ont les qualités requises pour y répondre, ils ignorent que des dessous de tables ont été versés à l'équipe d'évaluation pour qu'un autre bureau d'études moins regardant soit choisi et ne fasse pas sortir ces scandales. C'est pour cette raison qu'ils n'apparaissent qu'une fois. (Parce que le monde est cruel et qu'on n'a pas droit à deux entretiens pour se rattraper ^^) Et pour la même raison que Belle Gueule n'a pas de nom au générique (mis à part Janet's Boyfriend)


Maintenant que vous connaissez une partie de l'histoire en imaginant des réunions où l'on comprend que quelque chose de louche se joue, que des personnes sont engagées pour faire capoter le projet du bureau d'études, je peux entrer dans la phase Janet. 


John n'est pas très attentif aux personnes qu'il rencontre en soirée comme vous l'aurez compris. Janet lui tourne autour. Lorsqu'il pense à une semaine de relations, c'est en fait plus long que ça. Elle était beaucoup plus présente à l'écran dans ma tête. Sauf que certaines soirées étant plus arrosées que d'autre, il ne se souviendra pas de tout. Il pense la reconnaître d'abord de profil. (Il ne la voyait pas vraiment sous cet angle en fait ^^) C'est lorsqu'elle est de face, qu'il la reconnaît vraiment. Et c'est là qu'il se rend compte que lors de soirées après du travail acharné, il a pu lâcher des phrases du style "Ce dossier est mal foutu". "Y'a des problèmes". Janet le fait parler subtilement. On la croit amoureuse, on la croit passionnée. Et que c'est pour cette raison qu'elle le rappelle, parce qu'elle préfère être une histoire sexuelle plutôt que rien du tout, parce qu'elle se dit (pense-t-on) qu'à force d'être là lorsqu'il ne va pas bien, de se montrer sous son meilleur jour, de rallumer la flamme, il la verra autrement. Et donc il peut aussi enchaîner plusieurs histoires d'un soir en même temps (et donc ne pas forcément fixer les personnes dans sa tête), elle reste "fidèle à son espoir". Et donc la dernière scène nous révèle que Janet était surtout liée à Belle Gueule. Et que tout ce qu'elle a pu faire n'était que manipuler un pauvre mec imbu de sa personne, qui pensait se servir d'elle. Je voulais même introduire des phrases dans laquelle Janet parle de sa passion pour les jeux d'échecs, au moins la première fois qu'il la rencontre et essaie de montrer un intérêt pour elle. On y aurait pas accordé d'importance, sauf à la lecture du mot "Echec et Mat". En fait, il aurait fallu regarder le film une deuxième fois pour comprendre certaines allusions.


Ah et puis le Sniper/Bodyguard du générique, c'est lors d'une réunion officielle, avec un représentant du gouvernement. Et y'aurait eu ce bodyguard qui aurait bousculé John, le prenant pour un p'tit con qui veut s'introduire sans avoir de laissez-passer. Après explication, il le laisse entrer. Oui même lui, a sa place dans mon histoire. 
 


Enfin voilà, c'était une idée comme ça... Après, il y avait forcément des choses à travailler, des choses à déplacer. Je n'ai pas fait le scénario, acte par acte, mais c'est ce que la vidéo a glissé dans ma tête... 


Octobell, j'espère avoir répondu à ta question sur la construction de mon texte... ? 
Et à vos interrogations quant au rôle de Janet.


En tout cas, encore un merci pour vos commentaires... 
_________________
ATea.
Dim 9 Fév - 05:51 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 836

MessagePosté le: Dim 9 Fév - 14:05 (2014)    Sujet du message: Orgueils Répondre en citant

Ton personnage devait plaire à Mo; ça n'a pas manqué! ^^
J'aime beaucoup le point de vue subjectif que tu emploies pour nous faire découvrir les personnages, et installer une ambiance tendue et palpable. Ils ont de l'épaisseur, tes persos. Et puis du coup, le ton est incisif. 
Un texte bien mené, bien écrit et à caractère.
Par contre, effectivement, vu la place qu'a pu occuper Janet dans la vie de John, je suis surpris qu'il lui faille se creuser la tête à ce point, pour la "remettre". 
Dim 9 Fév - 14:05 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Dim 9 Fév - 14:08 (2014)    Sujet du message: Orgueils Répondre en citant

Tres tres bon.
Une histoire bien menee, j'aime bien quand il serre les mains et comment il les decrotique. Il y a aussi la facon don't tout nous emmene vers la fin, ou l'on comrend en meme temps que lui ben qu'il s'est fait avoir et en beaute.
Vraiment tres bien joue.
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Dim 9 Fév - 14:08 (2014)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Dim 9 Fév - 21:16 (2014)    Sujet du message: Orgueils Répondre en citant

J'ai lu ton texte bien avant de poster le mien, et là je me suis dit que c'était même pas la peine que je poste tellement j'étais bluffée. Je saurais pas faire de commentaire à la hauteur de ton texte mais pfiou, c'est juste un ÉNORME boulot ! 


Gros coup de coeur, voilà tout 
_________________
Rafistoleuse
Dim 9 Fév - 21:16 (2014)
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Lun 10 Fév - 06:31 (2014)    Sujet du message: Orgueils Répondre en citant

Rafi et Christine, merci pour vos deux commentaires. Rafi, merci aussi pour ton coup de coeur, et de ne pas nous avoir privé de ton écriture pour autant ! C'est ça qui aurait été dommage ! 


Je garde le meilleur pour la fin. Yannick. Qui est-ce qui ne lit pas les textes des gens parce qu'il ne comprend pas la première partie? Qui est ce qui n'a pas lu le commentaire juste au dessus du sien?  Et donc qui est ce qui va se faire punir une fois de plus ? Je te charrie bien sûr. C'est juste que si tu veux une explication sur Janet, je l'ai mis en spoiler. Bon et surtout un gros gros merci pour ton commentaire. 
_________________
ATea.
Lun 10 Fév - 06:31 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 836

MessagePosté le: Lun 10 Fév - 12:30 (2014)    Sujet du message: Orgueils Répondre en citant

aïe! On avait dit plus les pierres
Lun 10 Fév - 12:30 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Lun 10 Fév - 12:36 (2014)    Sujet du message: Orgueils Répondre en citant

Je te laisse choisir alors! Enfin, presque... 
 Twisted Evil 
_________________
ATea.
Lun 10 Fév - 12:36 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 836

MessagePosté le: Lun 10 Fév - 12:38 (2014)    Sujet du message: Orgueils Répondre en citant

des plumes par exemple, entrer plumis c'est bien
Lun 10 Fév - 12:38 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Lun 10 Fév - 12:50 (2014)    Sujet du message: Orgueils Répondre en citant

Va pour les plumes... 
Je pourrais demander à ce qu'elles soient encore accrochées à un Griffon. Ou autre chose qui se jetteraient sur toi mais, je ne suis pas si terrible
_________________
ATea.
Lun 10 Fév - 12:50 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Mer 12 Fév - 14:42 (2014)    Sujet du message: Orgueils Répondre en citant

 Bravo Atea, une victoire amplement méritée.

J'ai passé un très bon moment de lecture et surtout apprécié ton sens narratif, ton art de l'observation.
C'est du cousu main que dis je de la haute couture.

Chapeau !
Mer 12 Fév - 14:42 (2014)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:09 (2016)    Sujet du message: Orgueils

Aujourd’hui à 01:09 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°30

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield