S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Le regard de Janet

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°1 à 50 » Défis n°21 à 30 » Défi n°30
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 836

MessagePosté le: Lun 10 Fév - 15:15 (2014)    Sujet du message: Le regard de Janet Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Réception mondaine, ambassade d’Algérie, Paris.
Le gratin s'y presse. Du beau linge.
John en vrac, bousillé par le rhum. John écluse à sa table.
-John…
Captain Louis hésite. Captain Louis porte un képi sur la tête, et toutes les guerres sur le paletot, l’Irak, l’Afrique, l’amour, le fric.
-Joue, John…
Imprévisible John.
Tu te lèves. Faut bien, ouais. Dans la vie, vient toujours un moment ou l’on doit se bouger le cul. Immobile un instant, tu laisses le décor reprendre sa place. Puis tu te rends d’un pas mal assuré au piano. Tu causes au pianiste. Le mec te cède sa place avec empressement, il te serre la pince, les yeux brillants. Parce que c’est toi, parce que t’es John, un virtuose. Le mec John qui jazz, qui blues entre deux cuites parisiennes ; tellement balaise que la légende s’est collée à tes basques. Elle te guette, mon pote t’as beau jouer la cabosse, et baiser des goulots, va-t-en jouer la cambriole tant que tu veux, elle t’attend au détour, la cruelle, la terrible gloire. T'es un génie, John.
Tu plaques sur le clavier un accord dingue, qui se trisse jusqu'aux oreilles de Janet. Janet rayon de lune, nuit d’été, battement des vagues et douceur d’un premier baiser. Depuis qu’elle t’a quitté tu joues rien que pour elle, parce qu’elle prend trop de place, dans ta caboche. Six ans sans ailes. Des femmes, de la baise, mais plus d'amour. Au creux de ton blues, y a son nom qui roule, qui roule puis expire. Tu joues pour elle, rien que pour elle, et la minette se fige. Six ans d’absence et soudain, alors que tu te penches en plein dans ton piano, par un regard perdu, soudain, tu la vois. Aussitôt tu perds le fil de ta portée, ô John, tes doigts tressautent et s’emballent. Elle est là, en chair et en os. T’en crois pas tes mirettes, est-ce que t’hallucines, c’est Janet, c’est elle, au milieu de la foule ondulante et guindée.
Perdue dans le rire trop vaste de son homme, un italien, trop riche trop beau, Janet soupire, puis elle se fige. Ô Janet ton cœur flanche. T’as reconnu le spleen de ton amoureux de jeunesse. T’as reconnu ses notes, les décrochements magiques, de ce fauve frénétique. Blanche, croche croche. Y a comme de la douleur en supplément, dans son blues. Y a du tragique dans ses silences. Ça te colle des sanglots dans la gorge, et tu vires au pâle, écrasée par la gouaille de ton rital, qui te bouffe l’espace vital. Tu t’éloignes en douce, tu veux voir le piano. Tu veux le pianiste. Tu veux sa gueule dans la tienne pour y croire. L’un de tes gardes du corps te suit. T’as jamais rien oublié. Tu te souviens du môme lumière, de ses sourires d’intrigant esquissés au coin des phrases. T’en souviens-tu des nuits blanches peuplées de picole et de sexe ? En leurs coeurs, le grand John, le beau, le fêlé te racontait toutes ses putains d’aspirations insensées, une ribambelle de «je serai » et toi tu pensais « nous serons ». Et le mec John laissait se consumer ses clopes entre ses doigts, tant il dissertait, et ses putains de doigts virtuoses cramaient et cramaient tels des brasiers virevoltant , et il gesticulait, l’enfant sauvage, il jetait des sorts, nu comme un ange, et composait des vers qu’il t’offrait ainsi que des bijoux sertis de mots d’amour. Le cheveu en bataille, suant et braillant, il causait d’Amérique, de Hong Kong de Jazz, de Jazz. Et puis il attrapait un livre et lisait Harrison, et citait Kerouac, debout sur le lit, nu, nu. Et toi Janet, tellement femme, tu t’en foutais de ses routes et de ses méandres, tu l’écoutais à peine. Toi tu le regardais balancer sa passion et son rire étonnant aux quatre coins de la pièce. John. Joue John. Gueule de voyou. Après l’amour, il allait au piano. Y avait peu de meubles dans son studio. Un piano, un lit étroit, une table basse, des bouquins, parterre, partout, empilés sur des caisses et des bougies et de l’ombre, et des secrets dans l’ombre, et des caresses dans ses notes. Et John jouait pour toi.
John, joue son blues pour Janet. Janet se tord le cou pour tenter d’apercevoir celui qu’elle n’a pas vu depuis six ans, cinq mois, huit jours.
La salle est comble. Les convives bruissent et se gaussent. Le réceptionniste précède l’ambassadeur puis d’un geste gracieux l’offre à la salle qui s'extasie.
Captain Louis rejoint John et lui pose une main sur l'épaule. John s’interrompt.
-On y est, John. Katy est en place ; le Duke s'est posté dans le hall ; Matt est garé derrière l'ambassade ; le prestidigitateur t’attend en haut. John, à toi de jouer.
Paternel, Captain Louis lui serre la pince.
-Bonne chance... Souffle-t-il.
John. T'as la déprime en plein la tronche. Tu t'apprêtes à monter, John, tu inspires profondément, tu inspires, tu expires, puis tu te retournes. Elle est là, devant toi. Janet. Elle s'est glissée comme une souris jusqu'à toi. Elle entrouvre la bouche. Elle ne sait plus parler, toi non plus. Son regard, tu piges tout dans son regard et tu te sens léger. Ses pensées, de toi à elle, les sentiments qui causent intense. Plus que jamais. Elle entrouvre la bouche, mais l'ambassadeur se pointe et t'envoie ses louanges en pleine face. Le ton affecté, il s'ébaubit. Ses joues ballottent il t'accapare. Janet, t'en vas pas.
Captain Louis, d'un bref tapotement de l'index sur son poignet t'indique qu'il est temps de passer à l'action. Un clin d'oeil, puis il vient à ta rescousse, interrompant l'ambassadeur, lui plantant sa collection de médailles sous le nez. Sourire jovial, flatteries. Il le prends par le bras et l'entraîne vers le buffet.
File John.
Janet a disparu, mais elle a tatouée son regard au fer rouge, dans ton crâne. Tu t'en souviendras. Captain Louis occupe l'ambassadeur, Katy, dans sa robe au décolleté vertigineux distrait les agents de l'escouade arabe. Il est temps de passer à l'action. À toi de jouer, John. Tu t'esquives.
En haut, dans le cabinet de l'ambassadeur, le prestidigitateur s'agite en t'attendant.
-Enfin, bon dieu!
Nerveux, il t'indique le coffre, un ancien modèle à combinaison mécanique.
-Ils ont des snipers sur le toits, mec, on va tous crever...
-Donne moi le stéthoscope.
-Des snipers mec!
-Ta gueule!
Points de contact, faux crans, clic, clic. Tu crochètes le coffre, John. Foutu voyou.


*


Paris. Quelque part le long de la Seine.
Tu longes les quais dans la lumière franche de l'été indien. Tu empruntes un escalier puis tu t'accoudes à la balustrade, face au fleuve. Tu penses à Captain Louis, au Duke, à Matt, Katy, et le prestidigitateur. Tu penses à eux tous et tu te dis, John, tu te dis qu'ils te garderont une place au chaud, au royaume des macchabées, il ne peut en être autrement. Un jour tu les rejoindras et vous trinquerez, vous lèverez vos verres au plus grand foirage de l'histoire de la cambriole.
L'enveloppe, John, dans ta poche, tu devines l'enveloppe. Ouvre là.
Sur un feuillet, il est écrit "Tu l'as bien mérité". Tu reconnais l'écriture impérieuse de Captain Louis. Joint au feuillet, tu découvres un billet d'avion pour New York. Un cadeau paternel. L'Amérique, John.
Mais alors te revient en mémoire, brûlant, le regard de Janet...
Lun 10 Fév - 15:15 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Lun 10 Fév - 16:00 (2014)    Sujet du message: Le regard de Janet Répondre en citant

Waow, t'as mis le paquet

Bon d'abord, direct j'ai vu que t'avais bien lu le générique et tu as su t'en servir à merveilles... Tu mêles musique jazz, nostalgie, poésie écorchée et puis de l'action, la tension, pour finir sur une note plus douce. On est transporté dans l'histoire, dans la tête de John, c'est vrai qu'il est assez imprévisible dans son genre

Bravo !
_________________
Rafistoleuse
Lun 10 Fév - 16:00 (2014)
Auteur Message
Elfie Imy
Invité




MessagePosté le: Lun 10 Fév - 19:36 (2014)    Sujet du message: Le regard de Janet Répondre en citant

Autant le type dans la vidéo j'le trouvais craquant et tout avec sa belle gueule et son bout de sparadrap, autant j'lis ton texte et il vole à des milliards d'années lumière au delà-de ça putain...j'trouve que ton texte il brille, que t'es quasi dans la provocation à réussir ce truc là de l'alliance entre poésie, désuétude, familiarité et modernité...et tu nous le bazardes l'air de rien, juste en passant du genre "ouais j'ai pondu l'avant scène du pont et de l'enveloppe" mais putain j'ai envie de te dire, à la lecture de ton jet, moi la vidéo j'l'avais complètement zappée, et quand j'm'en suis souvenue et ben j'l'ai trouvée mortellement fade en comparaison avec ce que t'avais proposé...moi quand tu proposes un style qui me prend au tripes, putain j'adhère complètement.
Bravo et merci!
Lun 10 Fév - 19:36 (2014)
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 836

MessagePosté le: Lun 10 Fév - 20:32 (2014)    Sujet du message: Le regard de Janet Répondre en citant

Merci Raf, merci l'Elfe
Lun 10 Fév - 20:32 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Le zèbre
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 574
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 10 Fév - 22:51 (2014)    Sujet du message: Défi n°30 Répondre en citant

Superbe ! le plaisir que j'ai eu à te lire. J'ai dévoré les mots, le style John, tu as du style et le tutoiement est dans le style. Ca va vite, ça va bien et je ne sais pas mais tu dois être dans la liste des qualifiés. Chapeau, c'est vachement bien. Merci
_________________
Le zèbre

Les artistes, aimez-les vivants

https://stephanmarylezebre.wordpress.com/
Lun 10 Fév - 22:51 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Mar 11 Fév - 02:52 (2014)    Sujet du message: Le regard de Janet Répondre en citant

Ton texte fait l'effet d'une bombe. 


Un compte à rebours, régulier dans l'idée mais qui fait monter la tension pour celui qui a le regard rivé sur l'écran.
Un mécanisme précis, bien huilé qu'il faut manipuler avec précision pour en saisir chaque mot, chaque subtilité.
Une fascination quelque peu bizarre pour ce qu'il est en train de se passer. On ne sait pas trop ce qu'il va advenir de nous. 
Et le Boum final. 


Certes, on n'explose pas. C'est plus fort que ça. Ca se passe à l'intérieur. 
C'est un autre Boom. Celui qui nous laisse hébété, qui nous laisse pantois, qui nous laisse admiratif.
Ces retrouvailles, ce regard, Tous ces détails, Toute cette mise en scène, en somme 


Ton Histoire est magistrale. 


Yannick, tu nous offres un texte à lire. Et à relire sans survoler.  Embarassed
_________________
ATea.
Mar 11 Fév - 02:52 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Mar 11 Fév - 08:44 (2014)    Sujet du message: Le regard de Janet Répondre en citant

tres belle histoire, je l'ai lu avec un pincement au Coeur pour John et son amour perdu, meme si c'est un voyou un voleur, sa peine d'amour le rend sympathiquement triste.
tres belle balade sur tes mots poetiques.
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Mar 11 Fév - 08:44 (2014)
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 836

MessagePosté le: Mar 11 Fév - 16:06 (2014)    Sujet du message: Le regard de Janet Répondre en citant

Oula merci pour tous vos compliments
Mar 11 Fév - 16:06 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Mer 12 Fév - 14:27 (2014)    Sujet du message: Le regard de Janet Répondre en citant

 Yan, c'est du plaisir pur ce texte ! Quel swing, quel sens du tempo ! C'est mélancolique comme un blues, mais ça scate à mort. Wapdoowap !

Une ballade dans un Paris comme dans un bon Woody Allen.

Bravo et merci !
Mer 12 Fév - 14:27 (2014)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 836

MessagePosté le: Mer 12 Fév - 14:49 (2014)    Sujet du message: Le regard de Janet Répondre en citant

Merci Hector!
Mer 12 Fév - 14:49 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:46 (2016)    Sujet du message: Le regard de Janet

Aujourd’hui à 12:46 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°30

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield