S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Plus noir que les galaxies

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°1 à 50 » Défis n°31 à 40 » Défi n°31
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Matt Anasazi
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 763
Localisation: Agen

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 20:35 (2014)    Sujet du message: Plus noir que les galaxies Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Plus noir que les galaxies



Dans le silence des galaxies, le HECS Tantalus traçait sa route. Le tube de plusieurs kilomètres crachait des million d’électronvolts d’énergie par ses moteurs ioniques. Le vaisseau semblait un corps errant en quête d’une orbite à laquelle s’accrocher, un astre autour duquel graviter. Et dans l’attente de cette rencontre, il avançait, esseulé dans l’immensité glacée.

Malgré la démesure de ses mensurations, un équipage réduit suffisait à assurer sa maintenance ; tâche routinière dont le major Hiro Murakami s’acquittait à cet instant. Il commanda à son IA de le mettre en hololiaison avec les différents compartiments du vaisseau pour le rapport du « matin ».

« Major Hiro Murakami à tous les officiers de quart. Au rapport, lieutenant Obredo, état des protections du vaisseau ?
- Les batteries anti-astéroïdes sont opérationnelles, ainsi les barrières électromagnétiques. Procédure de changement de polarité toutes les 6 heures pour se débarrasser des poussières stellaires et des corps errants piégés dans la magnétosphère.
- Bien. Lieutenant Horowitz, conditions de vie dans les blocs de stase et dans les serres ?
- Optimales. Les écosystèmes sont stables et maitrisés en parfaite homéothermie. Les corps en stase sont parfaitement stabilisés par le fluide staquide et maintenus en animation suspendue. Travail d’entretien musculaire à intervalle régulier pour simuler la pesanteur et données mémorielles stockées dans le serveur de sauvegarde. Mon IA et moi vérifions quotidiennement qu’aucun bug n’atteigne les souvenirs de nos colons.
- Propulsion, ingénieur Shankar ?
-Poussée de croisière maintenue à 20 % des possibilités. Nos capteurs à ions assurent l’alimentation moteur de manière optimale.
- Centrale énergétique, capitaine o’Kelly ?
- Production d’énergie nominale. Réserve d’énergie disponible pour tous les systèmes vitaux du vaisseau.
- Merci, messieurs. Rendez-vous dans 24 heures sidérales pour un nouveau rapport. Major Hiro Murakami, terminé. »


Il coupa la liaison holographique et se tourna vers son IA personnel. « Miyo, sauvegarde toutes les données échangées et télécharge les graphiques pour le commandant Täuscher.
- Haï, niisan , je me connecte aux terminaux des différentes sections et je réapparais quand tu seras avec le commandant. »
La frimousse enfantine de l’IA s’effaça, laissant le lieutenant le regard fixé sur le vide sidéral. Il scruta un point invisible même pour le meilleur scan : la planète Freiya. La colonie où résidait la vraie Miyo. Sa sœur avait décidé d’être colon alors que Hiro avait ressenti très tôt la vocation militaire. Aussi, pour combler le manque conversait-il des heures durant avec son IA pour retrouver la présence de sa jeune sœur. Pour tuer la mécanique de la routine également.


**********

« Constantes nominales, commandant. Le processus de stase est parfaitement maintenu : le corps de votre fils se trouve en animation suspendue et son esprit circule dans le réseau de sauvegarde. Je connais votre inquiétude à son sujet. » L’IA arborant le visage d ‘une belle femme au charme slave et aux formes avantageuses tourna son regard argenté vers Ernst Täuscher.
« Merci, Ilia. Tu peux disposer. J’attends le major Murakami et son IA pour le rapport d’aujourd’hui.
- Bien, monsieur. » L’IA disparut.

Täuscher se pencha vers l’hologramme du dossier médical de Mickaël Täuscher, son fils. La petite silhouette en fausses couleurs tournait en silence. Un justaucorps noir le couvrait laissant à nu les mains, les pieds et la tête. La première impression d’ensemble qui émanait était la force. Une masse musculaire marquée autant par un torse large et puissant que par des cuisses développées contrastait avec la douceur du visage au repos et les traits réguliers et nets. Même endormi, on ressentait l’explosivité dans la moindre parcelle de son individu.

Le commandant scruta avec attention chaque détail de l’image. Il ne pouvait s’empêcher d’admirer l’allure athlétique, la paix de son visage, les traits purs et inaltérés de la jeunesse. Le corps parfait. Et que dire de sa fiancée, la microbiologiste Elena Ilyanovna Chernine ! Une femme pulpeuse, à la beauté éclatante et à l’intelligence vive. Ses cheveux blonds tombant en cascade sur ses yeux verts tirant vers le doré, sa silhouette tout en minceur… et en rondeurs suggestives ! Souvent, quand Ernst les voyait ensemble enlacer avant leur mise en stase, il sentait bouillir une injustice : leurs corps jeunes lui faisaient regretter ses vingt ans, depuis si longtemps révolus.

Il se désintéressa de l’hologramme de son fils. « ALI, activez mon dossier médical. » ALI, l’IA principal du vaisseau apparut. De haute taille, sa peau dorée brillait sur ses épaulettes d’officier et son air effronté témoignait d’une grande intelligence capable même de malice. Elle déclencha une animation 3D. La silhouette du commandant se mit à pivoter lentement autour de l’holoprojecteur.
« Ernst Robert Täuscher, 75 ans, conditions physiques convenables. Cependant opérations recommandées pour pallier certains troubles liés à l’âge. »

Un éclair et ALI se trouva vêtue d’une blouse et de lunettes semi-circulaires et se racla la gorge en affectant un accent Oxford. De l’humour d’IA, sans doute.
« Intervention de la cornée en attente pour corriger une presbytie installée. Début d’ostéoporose détectée en raison d’une longue carrière dans l’espace et en microgravité. Le port d’un exosquelette rendrait la microgravité plus confortable. Toutes ces interventions ne pourront être effectuées que lors de notre arrivée sur la prochaine planète de colonisation. » Tout au long de l’explication, ALI avait conservé un ton docte et rassurant. Mais dans le regard de Ernst Täuscher, seuls brillaient les nombreux points rouges représentant les insuffisances de son corps. Il soupira. « Merci, officier A.L.I. , vous pouvez disposer. » Un échange de saluts militaires et ALI déserta la plateforme de commandement.
Les deux hologrammes continuaient à tourner sans bruit. Le commandant avait gardé la mâchoire crispée de rage durant tout le discours d’ALI. Son regard noir lançait encore des éclairs de colère froide alors que la porte coulissa pour avancer l’entrée du major Murakami.


**********


« Commandant, à votre tour de passer en stase ! » Le visage poupin de Ralph Horowitz allait de la cuve de stase au visage du commandant Täuscher. Le lieutenant vit son supérieur se délester de son uniforme en Meshaspan conçu pour s’adapter à la morphologie de chaque individu. A mesure que l’officier le plus gradé du Tantalus ôtait ses vêtements, les différentes parties récupérées par le petit droïde de ménage retrouvaient une coupe et une couleur neutre. Ainsi, sa vareuse à l’épaulette frappée des deux étoiles redevint un simple haut de combinaison.

Une fois Ernst Täuscher en justaucorps, le jeune officier scientifique posa la main droite sur le moniteur de la cuve. Le balayage laser palmaire scanna en un millième de seconde, identifia Ralph Morgan Horowitz, l’officier responsable de la section « stase et serres ». Les quatre battants de la porte s’ouvrirent en élytres, révélant une empreinte de corps humain. Le commandant s’avança face à la cuve et posa la main gauche sur la zone palmaire.
« Commandant Ernst Robert Täuscher, énonça-t-il posément. » Et la silhouette changea pour que le corps de l’officier s’y coulât sans effort.

Pendant qu’Ernst Täuscher se glissait dans le moule de la cuve, le jeune homme remarqua que l’âge faisait payer insidieusement son dû à son supérieur. Ses mouvements lents qui accentuaient la fonte de sa masse musculaire malgré les exercices physiques quotidiens, sa tête blanchie et sa figure ravinée de rides profondes : la nanotechnologie prolongeait la vie et la rendait plus facile, pour autant l’homme perdait toujours dans sa lutte contre le temps. Un fois le commandant installé, la matière se referma en partie sur ses membres ; ainsi, même en cas de rupture de la cuve et de décélération violente, le corps ne quitterait pas son « sarcryophage », comme le surnommait Horowitz.

La porte se referma dans un chuintement léger. Aussitôt, un liquide transparent assez épais commença à emplir l’espace laissé libre entre la vitre et le corps de l’officier supérieur. « Détendez-vous, je connais votre expérience certaine de la stase mais on ne peut pas lutter contre la peur-réflexe de la noyade. Pensez à quelque chose d’agréable ! » Lorsque le liquide Staquide affleura des lèvres, Ernst Täuscher ferma les yeux et aspira le liquide à pleins poumons. Lentement, sa poitrine se souleva avec effort : il pouvait respirer ! Même après toutes ses années de service, le petit miracle du Staquide, le liquide miracle permettant de respirer et de plonger un corps en animation suspendue. Au bout de quelques secondes, le regard du commandant devint vitreux. Il perdait connaissance à mesure que les nanorobots se glissaient dans chaque parcelle de son individu, décodant son ADN et ses neurones. Il ne fallut que cinq minutes pour que son corps était parfaitement détendu et sa mémoire stockée dans le réseau de sauvegarde. Mais tout au long du processus, un sqourire cruel peina à s’effacer de ses lèvres.


**********

Tous les officiers de bord dont Mickaël Täuscher et sa fiancée Elena se tenaient devant la cuve du commandant Täuscher. Son corps en stase, détendu, contrastait avec la peine, l’hébétude et l’horreur qui flottaient dans tous les regards. Quant à son esprit, il errait dans les neurocircuits du Tantalus, introuvable. Sans qu’ALI, ni aucune autre IA ne puisse le localiser.
ALI se matérialisa, la mine grave : elle portait une longue robe noire et arborait le visage de Lady Elisabeth Crowe, la fondatrice de l’HEC. Apparence qu’elle ne revêtait que pour marquer l’extrême solennité d’un instant.

« Officiers supérieurs, je comprends votre affliction et croyez bien que je ne ménagerais pas mes efforts pour retrouver les données mémorielles du commandant Täuscher ainsi que l’explication à la catastrophe que nous vivons. Devant l’urgence de la situation et l’imminence de la planète Pélops, du système Plouto, je nomme le commandant en second Justine Lefranc commandant en lieu et place d’Ernst Täuscher. » Les mots à peine prononcés, les épaulettes de le femme se chargèrent de deux étoiles au lieu d’un, de même que pour l’insigne sur son sein gauche.
« J’assurerai l’intérim du commandant avec la même clairvoyance en attendant le retour du commandant. » Tous les officiers saluèrent la déclaration par un garde-à-vous aussi volontaire que possible en de telles circonstances. Dans le silence anéanti, les officiers répartirent à leurs tâches respectives.

La mine défaite, Mickaël Täuscher restait devant la cuve de son père. Il regardait le visage serein aux rides d’expression apaisées, les cheveux d’argent flottant dans les remous légers du Staquide.Il posa lentement la main gauche sur la vitre sans mot dire. Elena à ss yeux le regardait, les yeux rougis. Quand il se recula d’un pas, elle se blottit contre lui et enroula ses bras autour de lui. Plongeant son épaisse chevelure aux boucles blondes dans le visage de celui qu’elle aimait. Voulant chasser sa peine par son étreinte.
Elle ne put voir fleurir un sourire cruel sur les lèvres de Mickaël.

**********

(Fin de la première partie)

_________________
"Faire sortir les maux de l'âme, c'est la psychanalyse.
En faire sortir des mots, ici naît la littérature."
Mer 19 Fév - 20:35 (2014)
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Jeu 20 Fév - 00:45 (2014)    Sujet du message: Plus noir que les galaxies Répondre en citant

Ouhla... J'ai pas tout tout compris moi. Pourquoi le père et le fils arborent le même sourire cruel ? Le père a pris l'apparence du fils ? Par envie, c'est ça ?

Bref, sinon le style est impeccable, as usual, mais vu que le jargon technique m'a fait parfois décrocher (lire de la SF en rentrant du boulot, bad idea), j'crois que j'ai dû louper des passages dans l'histoire, du coup j'ai pas tout saisi :/

Mais cela dit, j'dis rien, mais j'crois que t'as oublié la contrainte
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Jeu 20 Fév - 00:45 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 837

MessagePosté le: Jeu 20 Fév - 02:37 (2014)    Sujet du message: Plus noir que les galaxies Répondre en citant

J'avais pas du tout pensé à ce que dit mo ! J'pensais simplement que son fils l'avait fait éliminer d'une façon ou d'une autre, mais l'explication qu'elle donne apporte de l'ampleur à la chute.

Alors l'écriture est solide, et l'univers bien planté. C'est un très bon texte. Effectivement, tu veux tellement bien déployer ton univers sf, que je me suis senti un peu oppressé par toutes ces informations "techniques" contenu dans un texte aussi court. Peut-être qu'en allégeant un peu tu aurais mieux servi l'histoire, reste que je t'ai lu avec plaisir, hein, n'en doute pas !


Ah et effectivement je fais pas gaffe à la contrainte mais pour le coup ça m'a sauté aux yeux, y a comme qui dirait un truc qui cloche. ^^
Jeu 20 Fév - 02:37 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Jeu 20 Fév - 10:55 (2014)    Sujet du message: Plus noir que les galaxies Répondre en citant

Le Péché Principal : l’Envie 
Autres péchés : / 
  
Ma première lecture fut vite arrêtée par les verbes interdits. J’ai donc chassé les maudits et j’ai repris ma lecture depuis le début avec plus de disponibilité. Il m’en a fallu pour un style très technique, très SF. Je n’ai pas l’habitude d’en lire. Mais j’ai plongé dans ton histoire. C’est du construit, c’est un style efficace que tu nous sers, comme souvent. J’avoue que j’ai pas mal accroché. Je me suis demandé à un moment si tu ne m’avais pas oublié, et la contrainte, et le thème. Le sourire cruel de fin fut la réponse à ma question. Non, tu ne l’avais pas oublié. Tu l’as subtilement échafaudée, des petits éléments ici et là. Ton Ernst est diabolique à souhait. Jusqu’à nuire à son propre fils. Il a satisfait cette Envie avec un sang froid épouvantable. Elena s’en rendra-t-elle compte ? J’imagine que oui, mais c’est un appel pour la deuxième partie   
  
Au niveau de la contrainte 
« Les batteries anti-astéroïdes sont opérationnelles » 
« Les écosystèmes sont stables et maitrisés en parfaite homéothermie. Les corps en stase sont parfaitement stabilisés par le fluide staquide et maintenus en animation suspendue » 
« Quand tu seras avec le commandant. » 
« Le processus de stase est parfaitement maintenu : » 
« La première impression d’ensemble qui émanait était la force. » 
  
Ma Phrase Préférée :  
« Elle ne put voir fleurir un sourire cruel sur les lèvres de Mickaël. » 
La dernière, pour la révélation. Que dis-je ? Pour la Force de sa révélation, de sa cruauté.
_________________
ATea.
Jeu 20 Fév - 10:55 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Ven 21 Fév - 15:42 (2014)    Sujet du message: Plus noir que les galaxies Répondre en citant

Bon alors moi j'ai compris comme Mo, pour le sourire cruel et tout... J'ai trouvé ça pas facile, de rentrer dans l'univers SF, tu as déjà écrit des textes plus accessibles aux gens comme moi XD 


Ça n'est pas une critique, je suis juste très mal placée, j'ai pas de passion particulière pour la SF, je ne lis que la SF des Plumis


Quoi qu'il en soit j'ai apprécié la façon dont tu as distillé l'Envie, c'est finement joué et la fin nous laisse sur notre faim (et c'est positif hein )
_________________
Rafistoleuse
Ven 21 Fév - 15:42 (2014)
Auteur Message
Matt Anasazi
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 763
Localisation: Agen

MessagePosté le: Ven 21 Fév - 22:53 (2014)    Sujet du message: Plus noir que les galaxies Répondre en citant

Merci, Mandine !
Désolé à tous pour la SF hermétique : vous avez peut-être servis de cobayes pour mon nouveau projet de nouvelles SF/ mythes grecs (je vous livrerais la deuxième partie avec la révélation du mythe sous-jacent ! Enfin Atea est déjà au courant et tous ceux qui ont parcourus le chat dans la journée aussi * sort honteux que son secret soit éventé !*)
_________________
"Faire sortir les maux de l'âme, c'est la psychanalyse.
En faire sortir des mots, ici naît la littérature."
Ven 21 Fév - 22:53 (2014)
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:08 (2016)    Sujet du message: Plus noir que les galaxies

Aujourd’hui à 08:08 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°31

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield