S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
X 5.23 : Ruban rouge - X-files (hors concours)

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°1 à 50 » Défis n°31 à 40 » Défi n°34
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Matt Anasazi
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 763
Localisation: Agen

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 14:16 (2014)    Sujet du message: X 5.23 : Ruban rouge - X-files (hors concours) Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Pour le plaisir, je poste mon épisode d'X-files.

Je pense que tout le monde connait les aventures des agents du FBI les plus énigmatiques que sont Fox "Spooky" Mulder, l'illuminé (para)psychologue, et Dana Scully, la scientifique à tout crin.

J'ai situé mon histoire dans la cinquième saison, parce qu'elle est la plus courte (20 épisodes au lieu de 24 pour préparer le film Fight the future) et aussi car les personnages ont vécu des événements perturbants et ont frôlé la mort.

J'ai mis quelques références aux épisodes de la série mais c'est plus par curiosité (et geekitude !) que par nécessité de lecture.




Les faisceaux des deux lampes torche crevaient la nuit à mesure que deux ombres parmi les ombres s’avançaient. Leurs longs manteaux dissimulaient leurs silhouettes. Un homme de haute taille balayait du regard le couloir de son regard inexpressif. A sa gauche une jeune femme rousse plus petite s’approchait de la porte du directeur de l’orphelinat Saint Mary Sorrow Healer.

« Mulder, tu te rends compte que nous allons encore entrer illégalement dans un bâtiment gouvernemental ?
- Promis, la prochaine fois, je demande les clés.
- Arrête : la dernière fois, on a failli y rester.
- C’est vrai : moi abattu et toi sur un lit d’hôpital. Rappelle-moi de te sauver la vie plus souvent . »

Scully se contenta de hocher la tête tandis qu’elle réussit à ouvrir la porte avec un tac léger. Les deux agents se faufilèrent dans l’entrebâillement de la porte et la refermèrent.
Ils reconnurent à la lumière de leur Maglite le bureau massif d’érable, les armoires au style surchargé et sur le mur, des cartes d’état-major, d’autres datant de la guerre de Sécession à vue d’œil et différents diplômes dont se vantaient silencieusement M. Harold Cornby, directeur de l’institution. Malgré les lampes torche régnait dans la pièce une atmosphère pesante et tenace, à l’image des ombres dansant sur les lourds rideaux bordeaux.


Mulder braqua sa lampe vers le mur derrière le bureau. Son regard fut attiré par un document ancien. Il passa en revue dans un silence de chat les différentes cartes du XIXème et XXème, tracées à la main pour les plus anciennes. Pendant qu’il les scrutait avec attention, Scully ouvrit sans bruit les tiroirs du bureau à la recherche des dossiers qu’elle avait vu le directeur glisser subrepticement à leur arrivée. Elle ouvrit les chemises contenant les fiches du personnel, les passa en revue, la lampe dans la main gauche.

« Mulder, regarde ça, murmura-t-elle en se tournant vers son coéquipier. Le cuisinier Mark Heller a de nombreuses remarques figurant sur son dossier : agissements brutaux envers les enfants, brimades et remontrances verbales injustifiables. Il les a rudoyés plusieurs fois en présence de ses collègues pour des broutilles : il les presse pour se coucher et les frappe s’ils résistent, n’hésite pas à les punir s’ils gaspillent le sel et exigent qu’ils portent un foulard rouge. » Scully s’approcha de Mulder, levant un regard durci. « Comportement violent, volonté de maîtrise sur des être plus faibles : un profil de prédateur sexuel.
- Non, répliqua Mulder, l’air absent. Ca ne colle pas : les prédateurs sexuels sont plus dans la séduction, le rapprochement par une assimilation à la figure paternelle. Ils ne se risqueraient pas à employer la violence pour obtenir la proximité puis le silence de leur victime.
- Alors tu trouves plus plausible ta théorie du fantôme…
- Je préfère dire Poltergeist, « esprit frappeur » en allemand.
- Danke schonn, j’ai fait allemand au lycée." [Voir X4.04 « Les hurleurs »]

Mulder délaissa enfin les cartes pour se tourner vers le visage narquois de Scully.
« Il me manquait un élément pour prouver ce que j’avance et je viens de le trouver sur ces cartes : ne vois-tu pas un point commun entre toutes ces cartes ? »
Scully avança son visage à quelques centimètres des feuillets jaunis, le côté gauche de son visage baigné dans la lumière de sa lampe torche. Elle fit passer le faisceau sur chaque carte.
« Oui, je vois une large zone laissée en blanc sur toutes les cartes, même le cadastre de 1955.
- Exact. Je me suis renseigné sur le plan cadastral de la ville cet après-midi. L’orphelinat a été construit sur cette zone non répertoriée.
- Mulder, ça ne prouve rien ! soupira la jeune femme. Ce peut être une zone agricole ou un marais…
- Ou un cimetière. J’ai remarqué que les cimetières ne sont répertoriés que dans les documents modernes. Par crainte superstitieuse, les cartographes ne les mentionnaient jamais et ne légendaient jamais un cimetière sur une carte. »

Scully arbora une moue dubitative. « Même si tu as raison pour l’emplacement de l’orphelinat, Mulder, pas besoin d’aller chercher du côté des esprits pour expliquer ce qui arrive à ces enfants. Hématomes, ecchymoses, scotophobie et claustrophobie sont des symptômes physiques autant psychologiques de maltraitance.
- Ou de la présence d’un poltergeist ?
- Rappelle-moi, tu as un diplôme en psychologie, c’est ça ? »
Mulder ne releva pas la pique de Scully.

« Imagine qu’un esprit frappeur s’en prenne à ses enfants, les isole progressivement des autres, puis les frappe, il est simple de comprendre les différents symptômes.
- Tu préfères spéculer sur la présence d’un esprit plutôt que sur celle d’un homme dont le comportement violent a été pointé de manière régulière.
- Mark Heller est brutal avec les enfants mais remarque que ses brimades les écartent de la nuit : il les presse d’aller se coucher, de ne pas perdre du sel qui est une protection magique et le rouge doit revêtir pour lui une valeur de talisman face à un danger invisible. »
Dana Katherine Scully fixa son coéquipier : malgré tout le respect et l’attachement qu’elle ressentait pour Mulder, elle ne put s’empêcher de rouler des yeux à l’énoncé de cette théorie qui défiait toute logique et tout simple bon sens.

Un bruit dans le couloir les fit sursauter. Les reflets d’une lampe torche dansaient sous la porte fermée, jouant les feux follets dans l’obscurité.
Les deux agents se glissèrent sans bruit vers la porte fermée. Scully dégaina son arme, se mit en joue tandis que Mulder approchait sa main de la poignée. En une seconde, l’agent ouvrit la porte à toute volée.
« FBI, ne bougez plus, hurla Scully, les deux mains cramponnés sur son Sig Sauer 222. »
Les deux agents se détendirent quand ils virent la mine terrifiée d’un gardien de nuit.
« V… vous êtes les agents… du FBI. Pardon, j’ai vu la lumière et j’ai entendu du bruit… alors je…
- Toutes mes excuses, monsieur, dit Scully en rengainant son arme. »

Mulder s’approcha de l’homme en uniforme. Sous sa casquette dépassaient de longs cheveux blond cendré. Mais il remarqua surtout les gouttes de sueur qui perlaient en abondance de son front et son regard fuyant.
« Vous êtes gardien de nuit ici ?
- Oui, monsieur. Gary Conway. Je travaille ici depuis trois mois.
- Veuillez m’excuser encore M. Conway. Nous avons-nous aussi entendu du bruit et nous avons réagi par la force de l’habitude.
- C’est pas grave, madame. »

Le gardien tenta un pâle sourire de façade. Mulder le scrutait avec attention depuis plusieurs secondes.
« Dites-moi, M. Conway, qu’est-ce qui vous terrifie ? » Scully fronça les sourcils et chercha à accrocher le regard de son coéquipier.
« M… mais rien. C’est… en vous voyant que…
- Vous étiez derrière cette porte depuis quelques instants. Vous n’avez appelé personne en renfort , vous n’avez pas cherché en savoir plus.
- Mulder…
- Il y a quelque chose ici, n’est-ce pas ? reprit Mulder. Quelque chose enfoui ! »
Scully s’avança. « Mulder, nous devons reprendre notre enquête.
- Quelque chose qui se réveille la nuit et qui vous glace rien que d’y penser.
- MULDER ! »

Le cri de Scully n’avait pas fait bouger son collègue. Mulder, le visage à quelques centimètres de celui de Conway attendait une réponse.
« C’est vrai, il se passe quelque chose… dans les sous-sol. »
Scully jeta un regard surpris à son collègue : elle avait sous-estimé ses talents de psychologue.
« M. Conway, c’est vous qui nous avez envoyé cette lettre anonyme ?
- Oui.
- Pour ne pas vous montrer déloyal envers votre collègue, le cuisinier Mark Heller? Vous avez préféré nous contacter anonymement.
- Mark, non ! … Ce … n’est pas ça !!! » Une longue traînée de sueur parcourut toute la joue droite de Gary Conway. Ses lèvres tremblotaient sans qu’il y puisse quoi que ce soit.

« Les bruits, les coups sourds, les cris, quand ont-ils commencé ? »
Le gardien eut un sursaut : comment cet agent du FBI avait-il deviné ? Son visage était ravagé par la peur alors même qu’il brûlait de parler.
« Je ne sais quand tout a commencé mais un soir, je faisais ma ronde à la cuisine quand j’ai entendu des voix chuchoter et des cris étouffés. »
Les deux agents du FBI se regardèrent. Scully haussa les sourcils comme pour dire « Je le savais ! ».
« J’ai voulu descendre dans les réserves mais quand j’ai ouvert la porte, j’ai ressenti comme une présence… qui ne voulait pas de moi en bas.
- N’ayez pas peur, M. Conway, réagit Scully. Quoi que vous disiez contre une personne de l’orphelinat, nous vous protégerons.
- Vous ne pouvez pas… » Son regard s’agrandit de terreur en repensant à la scène. « Quelque chose m’a projeté en arrière… Il faisait sombre… mais je suis sûr qu’il n’y avait personne ! »

Cette fois, Mulder se pencha vers sa collègue, un large sourire en coin.Panier magistral, deux points !
« Quel est le point d’accès au sous-sol ?
- La cuisine ; Mark stocke toutes les réserves et les cuisiniers ont besoin d’aller en réserve à leur guise.
- Vous pouvez nous y mener ? »
La pénombre ne put empêchez les deux agents de voir les lèvres de Conway devenir blanches comme de la craie.


Tandis que les trois ombres descendaient l’escalier, Mulder glissa à Scully.
« L’esprit frappe à notre porte, on dirait.
- Le témoignage de Conway prouve juste que Heller a un complice et que son emprise sur les enfants est extrêmement forte.
- Pourquoi nies-tu les preuves, Scully ? » Le regard de Scully se leva vers le visage perpétuellement songeur de son coéquipier. « Mulder, pour me convaincre, il me faudra davantage que des preuves aussi minces.
- Que dirais-tu si je t’amenais des preuves fantomatiques, alors ? »

Arrivés au réfectoire, Conway s’arrêta, sa mine parcheminée, sans pouvoir plus faire un geste. Son regard tournait en tous sens, ses lèvres tremblaient : tout en lui trahissait une terreur insondable. Il pointa les cuisines : « Il y a quelqu’un… près de la porte du sous-sol ! »
A mesure que les deux agents contournaient les gazinières, des sons indistincts leur parvenaient : une voix qui murmurait une mélopée dans une langue indistincte qui leur échappait. Ils sortirent tous deux leurs armes de leur holster de ceinture et s’adossèrent chacun à un pilier.

« FBI, les mains en l’air, M. Heller. »
Ce qu’ils virent fut si incongru qu’ils restèrent un instant sans pouvoir en croire leurs yeux : un homme vêtu d’un pagne de cuir se tenait agenouillé face à la porte entrouverte du sous-sol. Il répandait du gros sel en demi-cercle devant l’ouverture quand la sommation l’avait figé sur place.
Scully fut la première à se jeter sur lui pour le menotter.
« M. Heller, vous êtes soupçonné de maltraitance sur mineurs et je ferai personnellement l’examen de chaque enfant pour connaitre l’étendue de vos méfaits.
- Arrêtez, vous vous trompez : je voulais les protéger.
- Et votre protection imaginaire s’accompagnait de services en retour ? »

L’accusation à peine voilée de la jeune femme mit son prisonnier au sol hors de lui. Il soutint le regard dur des Scully.
« Je n’ai jamais fait de mal à un enfant ! Protégez-les plutôt de l’achéri.
- De quoi ? répéta Mulder qui semblait reprendre pied dans la réalité.
- L’achéri. C’est un fantôme Chippewa, une tribu indienne des grands lacs. Un enfant mort qui se nourrit de la souffrance et de la peur qu’il inflige à d’autres enfants. Il se mêle à eux la nuit et les incite à se livrer à des jeux inquiétants. »

Scully serra sans ménagement les menottes.
« C’est avec des contes noirs comme ceux-là que vous passiez pour le cavaliers blanc auprès des orphelins ? Et les mauvais traitements, les brimades pour aller au lit, les rubans rouges ?
- Aïe…pour les protéger, les empêcher d’aller rejoindre… »
Un long cri d’enfant déchira l’air silencieux. La note aiguë et cristalline vibra et les fit frissonner. Surtout Scully, encore fragile depuis la douloureuse séparation avec la petite Emily [Voir X 5.06 et X 5.07 « Emily » où Scully voit mourir sa « fille-clone » hybride sans pouvoir la soigner].

« Vite, aidez-les.
- Comment ? demanda Mulder.
- Les rubans rouges empêchent l’achéri de vous approcher et de vous faire du mal. Et les perles… »
Un nouveau hurlement les interrompit suivi de cris de protestation.
Mulder dévala les escaliers, l’arme au poing. Il arriva dans un vaste entrepôt où étaient stockés dans des étagères de métal boîtes de conserve, aliments frais et denrées en tous genres. Les cris reprirent avec plus de violence et les chuchotements devinrent audibles nettement. Il n’était plus très loin !
« Nooooooon !
- S’il-te-plait, laisse-la, souffla timidement une petite voix flûtée.
- Vous connaissez la règle, reprit une enfant à l’intonation sèche et autoritaire.»

L’agent finit par découvrir dans un recoin dissimulée entre des caisses de conserves un cercle formé par des enfants. Au centre, une petite forme recroquevillée sur elle-même gesticulait et suppliait en couinant de mettre fin à son calvaire. Mulder resta médusé par leurs mines terreuses et leurs airs terrorisés. Le cercle se leva et se tourna comme une seul homme pour lui faire face : la même expression de peur blafarde sur leurs visages. Sauf une fillette à la peau cadavéreuse, au regard noir… à l’air squelettique.

Avant que Mulder ait pu esquisser le moindre geste, la fillette tendit la main vers lui. Il s’attendait à ressentir la même douleur que la forme au centre du cercle, voire pire. Rien. Il baissa les yeux sur son écharpe des Chicago Bulls rouge vif et sourit. De rage, la sinistre forme poussa un hurlement strident et fit un moulinet du bras. Mulder se retrouva projeté à travers la salle et percuta de plein fouet une étagère de boîte de conserves.

« Mulder, ça va ? »
De longues secondes. Pas de réponse.
N’y tenant plus, Scully attacha Heller par une seconde paire de menottes à une cuisinière six feux et descendit pas à pas l’escalier. Entre la peur pour la vie de son collègue et les hurlements qui lui vrillaient les oreilles, la jeune femme tremblait de tous ses membres.
La scène qu’elle aperçut à la lumière chancelante de sa lampe torche la glaça : un amas informe de boîtes de conserve à l’entrée de la réserve… d’où dépassait une jambe.

« Mulder ! » Un murmure inarticulée lui répondit ; Scully n’eut qu’une seconde de soulagement. Une mélopée sourde s’échappait de lèvres d’enfants qui restaient invisibles. Elle vit se lever une à une des têtes aux quatre coins de la salle. Elle vit se refermer inexorablement sur elle un cercle dont les barreaux étaient des mines parcheminées de petits êtres.

Un cri s’éleva comme un cri de guerre. Aussitôt, une douleur indescriptible lui déchira les entrailles. Soudaine. Implacable. Scully se tordit, s’agenouilla pour finir par s’écrouler, vidée. Elle avait eu une crise d’appendicite, elle avait connu la douleur à plusieurs reprises, mais rien ne pouvait se comparer à ça. Son corps se liquéfiait de douleur, ses jambes écrasées étaient prises de soubresauts. Elle se retrouva au sol en position fœtale, petite poupée de chiffon déchiquetée entre les mains sadiques d’enfants brutaux.

« MULDER, A L’AIDE ! »
L’appel fit fléchir quelques regards : Scully leva des yeux sans force et croisa des regards d’enfants terrifiés, à la mine hagarde, à la blancheur de craie. Les petits êtres se ratatinaient sur eux-mêmes, conscients qu’ils soumettaient un individu à une douleur sans borne. Une fillette se détacha du cercle : ses longs cheveux noirs de corbeau tombaient en cascades désordonnées sur ses épaules. Son visage inspirait autant la pitié que la crainte : sa peau grise et terne tranchait avec son regard brillant de froideur et de haine.
Elle poussa un nouveau cri auquel Scully répondit par un hurlement de douleur. Le cercle continuait à se rapprocher d’elle ; dans quelques secondes, il la toucherait…

« SCULLY, TON CHAPELET… »
Dans les mirages de la douleur, Scully avait entendu son coéquipier. Des soubresauts agitaient tout son corps de plus en plus violemment. Nul doute du sort qui l’attendait quand le cercle serait refermé sur elle.
Sa main droite se glissa péniblement dans son col. Son bras résista à une nouvelle secousse de douleur et arracha le premier bouton de son chemisier. La fillette se pétrifia : apparurent une chaînette en or où était accrochée une petite croix en or… et une seconde chaîne en perle blanche, un rosaire. Un cadeau du prêtre de la paroisse de sa mère.

La fillette exhala un cri où dépit et haine se mêlaient et disparut. Scully se releva péniblement, le corps tremblant, les membres encore raidis par la douleur. Une fois à genoux, elle se signa et embrassa sa croix. « Béni sois-tu, Seigneur!
- Et bénis soient les Chicago Bulls! » Un Mulder à demi-émergé des boîtes de conserve ne put s'empêcher de plaisanter.
Un cri bref suivi d'un bruit de chute les ramena à la réalité. Mark Heller ! Malgré l'épuisement nerveux et la peur qui les étreignaient, les deux agents se ruèrent dans l'escalier et débouchèrent dans la cuisine.

Le corps de Heller gisait assis par terre, les yeux vitreux. Un foulard rouge à deux pas de lui et la ligne de sel brisée lors de l'assaut contre Scully. La jeune femme s'agenouilla et prit son pouls.
« Il est mort. Crise cardiaque, on dirait.
- Sans défense contre l'achéri. Et elle l'a fait payer! »
Scully leva les yeux vers son coéquipier, cherchant des réponses sans en recevoir.



Rapport des agents Dana Scully et Fox Mulder, enquête numéro 55.265

Les événements de la nuit du 24 septembre demeurent confus tant pour l’agent Scully que pour moi.

Les enfants interrogés par différents psychologues et pédopsychiatres maintiennent qu’une jeune fille nommée Cheyanne avait intégré l’orphelinat il y a peu de temps mais qu’elle n’apparaissait que la nuit, pour échapper à un adulte qui lui voulait du mal. Ils l’ont pris sous leur protection et ont progressivement joué de plus en plus souvent avec elle. La nuit, ils allaient dans la réserve pour s’amuser ensemble à des « jeux de la peur » ou des « jeux de grands » selon leurs mots. Malgré un examen minutieux des listes, nous n’avons pas trouvé trace d’une Cheyanne ou même d’un prénom approchant, même en remontant dans les archives.

La mort de Mark Heller est également inexplicable car son état de santé venait d’être contrôlé et ce grand sportif, qui participait tous les ans au marathon de New York, s’astreignait à un entraînement sportif quotidien et avait une hygiène de vie attesté par tous ses collègues et ses proches.

De surcroit, les différents témoins de l’affaire ne risquent de pouvoir être réunis de nouveau. L’orphelinat Saint Mary sera fermé dans peu de temps. Outre cette affaire, les services sociaux ont de nombreuses fois pointé sa vétusté. Tous ses pensionnaires seront dispersés dans d’autres orphelinats ou adoptés le plus rapidement possible. Le directeur a obtenu un reclassement dans un autre établissement dans l’Ohio et Gary Conway a quitté la société d’intérim pour laquelle il travaillait pour se reconvertir dans le transport poids lourd.

Affaire encore inexpliquée.




Michael restait les yeux au plafond, se lançant le défi de rester le plus longtemps possible les yeux levés sans bouger. Amy lui avait dit « Dare ? » et il n’avait pas pu reculer. Depuis dix minutes qu’il fixait le crépi blanc, il sentait pointé les crampes un peu partout et le chatouillis permanent de son plâtre commençait à vraiment l'agacer. Il finit par baisser les yeux. Amy et Fred lui sourirent.
« T’as t’nu 10:32, mon gars, lui lança Fred, qui tenait le chrono d’une main, sa perfusion de l'autre.
- Bravo, ça mérite un bisou !, renchérit Amy qui s’exécuta avec bonne grâce. » Malgré sa pâleur et ses yeux fatigués, elle plaisait à Michael. C’était aussi la seule fille en pédiatrie.

Une ombre se glissa dans la chambre. Une jeune fille au teint livide.
« T’es nouvelle dans l’hôpital ?, demanda Amy. »
D’un signe de tête ébouriffant ses cheveux noirs, elle acquiesça.
« Les trois mousquetaires de la pédiatrie vont s’occuper de toi !, crièrent-ils en chœur. »
Les yeux baissés de la fillette brillèrent d’un éclat malveillant.


Executive producers

Chris Carter (and Matt Anasazi)



_________________
"Faire sortir les maux de l'âme, c'est la psychanalyse.
En faire sortir des mots, ici naît la littérature."


Dernière édition par Matt Anasazi le Dim 30 Mar - 23:22 (2014); édité 8 fois
Mer 19 Mar - 14:16 (2014)
Auteur Message
Octobell
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 17:49 (2014)    Sujet du message: X 5.23 : Ruban rouge - X-files (hors concours) Répondre en citant

Ouhouuuuh c'est un très bon scénario ça !! Bon, j'me référerai pas à la série parce que j'y connais rien du tout (j'en ai vu des épisodes - traumatisants - quand j'étais gamine, mais ça remonte trop loin pour que je me souvienne), mais de manière totalement indépendante, j'ai complètement plongé dans la nouvelle. Forcément, j'ai adoré toute l'ambiance surnaturelle et un brin flippante. C'est un genre que tu maîtrises bien !

Juste pas mal de maladresses dans l'écriture, je sais pas si tu avais eu le temps de te relire.
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Mer 19 Mar - 17:49 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Odepluie
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 384

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 18:35 (2014)    Sujet du message: X 5.23 : Ruban rouge - X-files (hors concours) Répondre en citant

Ah purée, oui j'adore ce petit scénario aussi ! La série me faisait flipper aussi à l'époque (et j'ai revu la 1ère saison y a quelques années, et c'est toujours le cas lol) mais ton texte aussi m'a mise mal à l'aise lol Puis on retrouve bien les personnalités de Mulder (l) et Scully. Bref c'est prenant, angoissant, avec cette touche de fantastique. Du X-Files quoi ! Bien joué, bravo à toi !!
Mer 19 Mar - 18:35 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Linelea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 19 Sep 2013
Messages: 941

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 23:27 (2014)    Sujet du message: X 5.23 : Ruban rouge - X-files (hors concours) Répondre en citant

Bon à l'époque de la série j'étais pas trop série alors j'ai jamais regardé, malgré la réputation de série ultra culte j'ai jamais commencé...
Et j'avoue que ce soir c'est avec un peu de regret ^^

J'ai bien aimé ton scénario, ça m'a fait découvrir une autre série (encore ^^), après les quelques maladresses je vais trop dire, moi aussi j'en fais, surtout quand je suis prise par le temps.

Sinon toi, en tant que fan, tu en penses quoi du film ?
Mer 19 Mar - 23:27 (2014)
Auteur Message
Matt Anasazi
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 763
Localisation: Agen

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 23:35 (2014)    Sujet du message: X 5.23 : Ruban rouge - X-files (hors concours) Répondre en citant

Le premier Fight the future, je l'ai regardé en tant que fan inconditionnel qui connaissait déjà la plupart des plans avant même de la voir et le second I want to believe... je ne l'ai toujours pas vu. Je pense avoir eu peur de ressusciter le mythe 10 ans après et d'être déçu. Je suis resté sur la poésie du dernier épisode où le dernier mot est "espoir", mot qui n'avait jamais été prononcé.
_________________
"Faire sortir les maux de l'âme, c'est la psychanalyse.
En faire sortir des mots, ici naît la littérature."
Mer 19 Mar - 23:35 (2014)
Auteur Message
Linelea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 19 Sep 2013
Messages: 941

MessagePosté le: Jeu 20 Mar - 00:25 (2014)    Sujet du message: X 5.23 : Ruban rouge - X-files (hors concours) Répondre en citant

Merci.

J'en conclue que le premier est pas trop mal si en tant que fan tu imaginais justement les plans...
Peut-être que je vais le regarder pour me faire une idée de cette série culte.
Jeu 20 Mar - 00:25 (2014)
Auteur Message
Alinoë
Plumivore...
Plumivore...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 1 822
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Jeu 27 Mar - 18:49 (2014)    Sujet du message: X 5.23 : Ruban rouge - X-files (hors concours) Répondre en citant

AAAA Ca y est, j'ai enfin trouver le temps de te lire! XD


Trop fort ton épisode!! ^^ En tant que fan inconditionnelle (ouais sauf pour la dernière saison que j'ai toujours pas réussi à mater jusqu'au bout) j'ai vraiiiiment kiffé!

J'adore trop cette relation Scully/Mulder (superbement retranscrite, d'ailleurs) avec elle qui reste toujours méga sceptique jusqu'à la fin de l'épisode (et même après en fait. lol)

L'ambiance; tu l'as trop bien! On voit que t'es fan! (d'ailleurs; top les références aux épisodes précédents).

Et ton scénario quoi! Juste digne d'un épisode! :-p

Franchement, ils auraient dût t'engager pour scénariser la dernière saison! Bouarf!

Rhooo oui aussi, j'adoooore ton Mulder! (Mulder en fait XD) Tu l'as vraiment bien choppé!


Vala vala. T'as compris, j'ai kiffé! lol bon après désolée pour la formulation un peu euh vague. XD j'ai plus toutes mes connexion neuronales. XD

Bravo à toi! Dommage que tu n'ai pas eu le temps de le poster!
_________________
THE TRUTH IS OUT THERE


https://alinoebraun.wordpress.com/


https://www.youtube.com/watch?v=OttPq7ceH9E&feature=youtu.be&eml=2015September21%2F2733333%2F6010044&etsubid=30262197
Jeu 27 Mar - 18:49 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:06 (2017)    Sujet du message: X 5.23 : Ruban rouge - X-files (hors concours)

Aujourd’hui à 15:06 (2017)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°34

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield