S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Le prophète

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°1 à 50 » Défis n°31 à 40 » Défi n°37
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Ven 11 Avr - 01:50 (2014)    Sujet du message: Le prophète Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Octobre 1789.

Ses petites mains potelées appuyées sur la vitre, Charles observait la débandade avec des yeux ronds. Il ne comprenait pas tout ce qui se passait depuis quelques temps, mais il sentait très bien la panique dans la maison royale se propager jusqu’à lui. Ce n’était pas agréable. Ca faisait comme des petites aiguilles qui lui picotaient la peau, et tout au fond de sa cage thoracique, une sensation lourde et oppressante.
Aujourd’hui, c’était pire que tout. Le peuple se tassait aux barrières du château. Des femmes, surtout. Epaisses et girondes, des mères, pour la plupart. Des sauvageonnes. Leur colère transperçait les murs et les vitres, pour aller se loger droit dans le cœur de Charles. Il était terrifié.
« Agathe ? Où est-elle, cette idiote ! Agathe, où vous cachez-vous ? Ag… Agathe, occupez-vous du petit, voyons ! Qu’il ne regarde pas cet ignoble spectacle ! Et préparez-vous au départ ! »
La voix de sa gouvernante, Louise-Elisabeth, lui parvenait à peine. Des bras le soulevèrent du sol, et il accueillit avec soulagement l’empoignade toute maternelle de sa berceuse. Quand bien même ne respirait-elle pas l’intelligence et le bon sens, elle était gentille, et elle sentait bon. Et Charles, à quatre ans, ne comprenait guère que ces aspects-là. Il détourna le regard de la cour pour se réfugier dans le creux du cou de la jeune femme, ratant alors l’apparition de cet homme jeune et robuste qui fendait la foule avec assurance.


***


Il savait qu’il ne devait pas se rater. Face à lui, il y avait cette paire d’yeux qui l’observait avec une attention toute scrupuleuse. Elle attendait tout de lui, y compris qu’il lui sauve la vie. Alors, avec une concentration extrême, il posa sur sa peau le deuxième pansement, qui, ainsi, formait une croix parfaite avec le premier. Muse, satisfait, leva les yeux sur sa patiente. Laura, huit ans et demie, sortie miraculée d’un accident de voiture. Sa mère ne pouvait pas en dire de même, et son pronostic vital était encore engagé à l’heure qu’il était. Ce que Laura ignorait, en dépit de la tristesse qui se devinait derrière son sourire poupin.
« Tu vois, c’était pas grand-chose ! » Affirma l’infirmier d’un ton chaleureux, et la petite fille hocha vigoureusement la tête. « T’es une grande ! Va raconter ça à papa, comment t’étais super forte ! Il t’attend de l’autre côté du rideau. »
La petite fille sauta à bas de la civière et disparu derrière le rideau blanc, laissant Muse seul dans son petit box en plein cœur des urgences du St Mary’s Hospital. Son sourire s’effaça au profit d’une mine vaguement contrariée, et il décrocha le bipper qui vibrait sur sa ceinture depuis trois bonnes minutes déjà. Ce n’était pas un des numéros de l’hôpital, et ses sourcils se froncèrent, sous une vague inquiétude, cette fois. Puis il leva la tête au plafond, comme s’il pouvait voir d’ici ce qui était en train de se produire trois étages plus haut. Une vague de stress le saisit tout entier, mais il remballa néanmoins ses affaires, et monta là où il savait qu’on l’attendait.
Ils étaient six. Six alignés devant la fenêtre de cette chambre d’hôpital où reposait un homme plongé dans le coma depuis plusieurs mois déjà. Muse s’ajouta silencieusement à la ligne, et prit la même position, le regard dirigé vers le comateux. Orson, à côté de lui, esquissa un mince sourire.
Orson était le responsable de toute l’opération. Muse lui-même n’en avait pas compris tous les tenants et les aboutissants, mais le vagabond était son ami, et il lui avait dit que la communauté toute entière des Specimen était en jeu. Alors il l’avait suivi aveuglément. Comme October et Amaury, sa sœur et son frère, comme Noah, son meilleur ami, et comme Oreste et Laelie, qui achevaient la ligne. Ensemble, tous les sept, ils devaient sauver cette magie dissimulée du reste de l’humanité. Et pour se faire, ils devaient d’abord réveiller cet homme, la clé de leur mission. Lui, en tout cas. Muse Bell, simple infirmier aux yeux de tout un chacun, mais Specimen hors du commun dans leur communauté. Il avait la vie au bout de ses doigts d’or. A partir de plantes, de décoctions, de potions, et d’un poil de cette magie Specimen, il arrivait à tout. Il n’avait encore jamais ressuscité de mort jusqu’ici. En tout cas, s’il réussissait à réveiller un cadavre en sursis – on n’attendait plus rien de ce malade – il considèrerait cet acte comme l’œuvre de sa vie.
« Tu as tout ce qu’il faut ? » Demanda Orson sans bouger un membre dans sa direction. En revanche, à l’autre bout du rang, Laelie se pencha pour mieux l’observer, et Muse se sentit envahi par une chaleur agréable. Il eut un sourire franc et tapota la sacoche qu’il avait pris le temps de récupérer dans son casier.
« J’ai toujours tout ce qu’il faut… » Répondit-il avec confiance, bien qu’au fond de lui, il se sentait absolument mortifié. Ce fut Noah qui lui ouvrit la porte, et il lui envoya une tape amicale dans le dos lorsque Muse la franchit pour aller se planter au chevet du comateux. Il le détailla avec intérêt. Il connaissait déjà cette silhouette par cœur. Il en avait passé du temps avec lui pour recueillir ce qui était nécessaire à l’élaboration de sa potion. Mais pour lui, il n’était qu’une poupée. Une poupée qui prendrait bientôt vie s’il avait réussi sa propre mission.
Il dévia vers le goutte-à-goutte qui délivrait des nutriments, puis étala son matériel sur le lit. Il s’empara d’une petite fiole, d’une aiguille qu’il remplit avec le contenu de la fiole, puis la planta dans le tuyau. Il retint sa respiration, et presque put-il entendre les autres faire de même derrière lui. Tout allait se jouer maintenant.
Cinq secondes.
Dix secondes.
Trente secondes.
Comme un plongeur éclatant la surface d’un lac, l’homme se redressa d’un coup sur son lit en prenant une grande inspiration. Déboussolé par ce soudain trop-plein d’oxygène, il retomba en arrière, et partit d’une violente quinte de toux. Muse se précipita vers lui pour le forcer à se rallonger. Cela faisait plusieurs mois qu’il était dans le coma, et quand bien même cette sortie était un pur miracle de la magie, il ne fallait pas trop en faire. Mais l’homme l’agrippa par le poignet avec force. Muse leva la tête sur lui. Ses yeux bleus étaient déjà en train de le contempler avec férocité.
« Qu’est-ce qui m’arrive ? » Demanda l’ex-comateux avec une voix bien trop claire pour quelqu’un qui n’avait pas parlé pendant plusieurs mois.
« Ira O’Neal ? Vous revenez d’entre les morts. Bienvenue sur Terre ! » Répondit Muse dans un large sourire.

***


Juillet 1793

Le regard que le petit garçon de huit ans leva sur son nouveau geôlier était à mille lieues du regard que tout petit garçon de huit ans pouvait avoir. Simon n’avait jamais eu d’enfant, mais il en avait vu beaucoup, et même dans les réunions de la Commune, où la limite d’âge n’était pas une priorité. Des petits garçons au regard vif et farouche. Pas comme celui-là, trop lucide, trop mâture, un regard qui avait vu trop de choses. Un regard qui avait vu le départ de son père, puis de sa mère. Puis un regard qui attendait quelque chose.
Simon savait ce que le jeune Louis XVII attendait. Il était ici pour la même chose. Il avait reçu la même étrange visite, quatre ans plus tôt, et quand bien même s’étonnait-il que l’enfant puisse encore s’en souvenir, lui se rappelait cette rencontre chaque jour de sa vie. Dans sa poche, il caressa le précieux bracelet d’argent destiné au Dauphin. Il se tourna vers les gardiens et les congédia d’un simple hochement de tête. Puis lentement, il s’accroupit, pour faire face au garçon férocement accroché à la barre du lit de sa mère, dont le corps fraîchement exécuté n’était même pas encore tout à fait refroidi.
« Hep ! A c’qu’on t’a dit, j’vais êt’ ton nouveau gardien. J’m’appelle Simon. Antoine Simon. Toi c’est Charles ? »
Le garçon hocha lentement la tête. Maigre, pâle, il n’avait pas vu la lumière du jour depuis des années.
« Pose-toi su’ l’lit. J’vais t’raconter une histoire. E’r’monte à très très loin c’t’histoire. T’étais pas né. J’étais pas né non plus. Même l’grand-père d’ton grand-père était pas né. Eh, j’crois bien qu’le p’tit Jésus lui-même l’était pas né. Mais y’a un truc qu’existait déjà, ah ça oui ! T’crois en la magie, bonhomme ? »
Encore une fois, Charles hocha la tête, cette fois captivé. Simon eut un instant d’hésitation. Il regarda derrière lui d’un air coupable, histoire de s’assurer qu’aucun garde, ni aucun autre membre de la Commune que lui ne se trouvait dans les parages. Il ne donnait pas cher de sa vie si qui que ce soit savait ce qu’il tramait. La seule qui savait, et qui l’aiderait dans son entreprise, d’ailleurs, était Marie-Jeanne, sa propre femme. Elle était comme lui… Comme eux, du moins. Il reporta son attention sur le petit garçon, et avec précaution, sortit le bracelet de sa poche.
« Donne ta main, bonhomme ! »
Charles tendit son bras trop blanc et trop maigre, et Simon sentit une pointe de tristesse dans le fond de son cœur. Il accrocha le bracelet à son poignet, persuadé qu’il serait bien trop grand pour lui. Mais le bijou s’accorda si parfaitement à la morphologie de son porteur qu’il semblait avoir été forgé à même sa peau. Simon s’accorda un sourire victorieux. Oui, Louis-Charles de France était bel et bien comme lui. Il était bel et bien un Specimen.


***


« Orson ? »
« Installe-toi, Ira. Comment tu te portes ? »
« Comme un charme. Je ne me suis même jamais aussi bien porté de toute ma vie. C’est le truc de Muse ou… ? »
« Ca ou les irradiations de la Pierre Specimen que tu as détruite, je ne sais pas. »
« Ouais, en parlant de cette Pierre… Je pensais que ça mettrait complètement fin à notre magie. Pourqu… pourquoi est-ce que tu rigoles ? »
« Ira… Tu penses vraiment qu’une magie aussi solide que la nôtre ne repose que sur un petit morceau de caillou ? »
« Tu préfères la version qui raconte qu’un type qui se fait appeler le Prophète va colporter nos préceptes partout dans le monde et partout dans l’Histoire ? »
« Précisément… Ira, on t’a déjà dit que tu ressemblais en tout point aux descriptions faites de ce fameux Prophète du conte pour enfants ? »
« Un brun aux yeux bleus avec une cicatrice sur la tempe… Je suis presque sûr de ne pas être le seul sur Terre à correspondre à cette description. »
« Et pourtant… »
« Ok, sois un peu plus clair, parce que tu commences à me faire doucement flipper, Hobo. »
« Est-ce que tu as une idée de ce qu’est cet ouvrage ? »
« Euh… La bible des Specimen, à tout hasard ? »
« J’appellerais ça plutôt un manifeste pour ma part. Il est vieux, hein ? »
« Il a l’air, oui. Tu as osé tourner les pages ? »
« Oui… Et tu sais qui a écrit cet ouvrage ? »
« Hmm… Non… »
« Moi. »
« Ah ! Je t’imaginais pas si vieux, Chef ! »
« Oui, moi aussi je suis tombé des nues quand je l’ai eu entre les mains pour la première fois. Et ce que j’y ai lu m’a étonné encore plus. Ira, ce Prophète des contes qu’on te racontait quand tu étais enfant, c’est toi. Et ta mission, c’est de voyager à travers l’Histoire pour inculquer les préceptes des Specimen à ceux qui ont eu de l’influence dans notre communauté. »
« … Ok, je sais pas ce que tu fumes, chef, mais c’est de la bonne ! »
« Je te le jure, Ira ! »
« Et comment je ferais ça, hein ? Je claque des doigts et je me retrouve à boire une pinte en compagnie des chevaliers de la table ronde ? »
« C’est presque ça. Il y a cette… Machine… Conçue par un homme appelé Ernst Cromwell. Ça te dit quelque chose, n’est-ce pas ? »
« Ce vieux loufoque aurait réellement créé une machine à remonter le temps ? Ecoute, Hobo… Je l’ai bien connu, Cromwell, et il était complètement zinzin. »
« On a déjà utilisé cette machine. »
« Quoi ? »
« Nous ! Moi, Muse, Laelie… tout le monde. A partir de cette faille spacio-temporelle dont le point central est cet ouvrage, on a créé la magie Specimen. On a voyagé dans le temps grâce à cette machine, et on a disposé les Pierres Specimen partout dans le monde, aussi loin qu’il était possible d’aller dans le passé. »
« Vous êtes allés dans le passé. »
« Oui. Et maintenant on a besoin de toi. »
« Pourquoi ? Pourquoi vous continuez pas tout seuls ? »
« Le… voyage n’est pas sans risque. Ce n’est pas humainement possible, et seule la magie nous permet ce genre de miracle. Et la magie a ses limites aussi. Et un seul voyage nous a tous diminués physiquement, alors plus… »
« Alors pourquoi moi ? »
« En détruisant l’une des pierres, tu as absorbé une partie de la magie Specimen à sa source. Ce n’est plus du sang qui coule dans tes veines, c’est de la magie à l’état pur. Tu seras immunisé contre les aléas du voyage dans le temps. Il n’y a que toi qui puisses faire ça. »
« Et qu’est-ce qui te garantit que ça marchera ? »
« Parce que c’est écrit là. »
Orson posa sa main gauche sur le vieil ouvrage.

***


Janvier 1794

Charles était recroquevillé sur lui-même, pratiquement incapable de bouger. Ce n’était pas tant la taille de sa nouvelle geôle – qui ne lui permettait même pas de se tenir debout – que la peur panique de se retrouver enfermé vivant dans cette espèce de tombeau. Il ne pourrait pas y survivre. Il ne pourrait pas tenir. Il avait déjà l’impression que les murs se refermaient sur lui, il avait l’impression d’étouffer. Il mourrait pour ainsi dire enterré vivant. Cela faisait plusieurs heures qu’il se tenait ainsi, incapable de bouger, incapable de penser. Pourtant, il savait que ça allait arriver. L’Etranger, celui qui se faisait appeler le Prophète, lui avait dit. Tout s’était passé précisément comme il l’avait raconté. Et tout devait continuer comme il l’avait raconté. Lui, Louis-Charles de France, Louis XVII, était l’avenir des Specimen. Le Prophète lui avait dit : « tu t’enfuiras de ta prison, et tu mettras en place le tout premier gouvernement Specimen, dans le secret le plus total. Tes gardiens, paniqués par ta disparition, enfermeront un autre garçon à ta place, et tu porteras le poids de ce sacrifice toute ta vie, mais tu sauras que c’est pour la meilleure des causes : la nôtre. »
Il n’avait que neuf ans. Et il avait passé pratiquement toute sa vie en prison. Il ignorait tout du monde, depuis la caresse du soleil sur sa peau jusqu’à la sensation de la terre sous ses pieds. Comment pourrait-il avoir une carrure suffisante pour allier toute une communauté ? Le Prophète s’était forcément trompé ! Il n’avait pas les épaules, il n’était pas assez fort.
Il contempla le bracelet offert par Simon quelques mois plus tôt. Malgré la noirceur totale qui l’entourait, le bijou luisait d’une faible lueur, comme si le reflet de la lune s’était posé dessus. Cette infime lumière avait la couleur de l’espoir. Du bout des doigts, Charles caressa le métal froid du bracelet. Maladroitement, il changea de position pour se mettre à genoux, et joignit ses mains l’une contre l’autre. Puis il les ouvrit en coupe, à l’intérieur de laquelle une autre lumière, plus vive, plus chaleureuse, faisait progressivement son apparition, réchauffant son visage et le colorant de nuances orangées. En fait, il ne serait pas tout seul. La magie l’accompagnerait. Finalement, il était prêt.


***


« Prêt ? » Questionna Muse avec un sourire chaleureux, tandis qu’Ira se laissait lourdement tomber sur le fauteuil en cuir de la cabine. L’infirmier ne s’attarda pas à attendre sa réponse, trop occupé qu’il était à programmer la machine pour le voyage imminent d’Ira. Sur le papier, cela faisait deux mois qu’il avait commencé ses périples. En réalité, il avait l’impression d’avoir vécu des dizaines de vies. Les radiations de magie qu’il avait subies épargnaient à son corps les effets secondaires du temps… Y compris celui de vieillir. Il lorgna vers le calendrier affiché au mur. Il avait l’impression que le présent s’était figé. Lui était perdu dans les méandres labyrinthiques du temps, avec cette sensation d’être prisonnier à jamais de ce dédale. Chaque voyage l’entraînait un peu plus loin dans cette confusion. Sur le papier, cela faisait deux mois, en réalité, le poids du temps commençait à peser trop lourd sur ses épaules.
« Bien, tu en as pour 165 heures, soit à peu près sept jours. »
Ira hocha la tête. Il accrocha précautionneusement la double ceinture qui se croisait sur son torse. Ce geste avait quelque chose de rituel. Départ imminent pour une nouvelle vie.
« Sympa le look Révolution, au fait ! » Envoya Muse, et n’eut que le temps de s’octroyer un sourire amusé, avant que l’infirmier n’appuie sur le bouton.
Une éternité de secousses plus tard – ou était-ce une seconde ? – Ira atterrit brutalement dans un espace bien trop clos pour réussir à se rattraper sans faire de dégâts. Il comprit avant même que l’objet ait touché le sol qu’il venait d’atterrir dans un placard. Dans un épouvantable bruit fracassant, celui-ci s’écrasa lourdement par terre. A l’intérieur, Ira crut mourir, étouffé par les tissus et les odeurs qui l’imprégnaient tout entier. Fort heureusement, les meubles de l’époque étaient plus solides que ses étagères Ikéa, sinon il pouvait dire adieu à son voyage de retour. Mais en contrepartie, il dut déployer toute ses forces pour réussir à soulever le meuble et s’en extraire. Il prit le temps de s’étonner de n’entendre personne débouler dans la pièce, et maintint ses oreilles à l’affût pendant plusieurs secondes. L’habitation dans laquelle il venait d’atterrir était vide. La rue dans laquelle il venait d’atterrir était vide. Tous ceux qui avaient été capables de se déplacer étaient partis ci fomenter une future Déclaration des Droits de l’Homme, là réclamer du pain à Versailles. D’ailleurs, c’est là-bas qu’Ira devait aller à son tour. Et pour ne pas se perdre, il n’aurait qu’à suivre les femmes.

_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Ven 11 Avr - 01:50 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Ven 11 Avr - 04:15 (2014)    Sujet du message: Le prophète Répondre en citant

Ouuuh ben pareil que toi pour mon texte, je m'attendais pas à voir Ira et Muse ici

Bon te connaissant, je pense qu'il doit y avoir plein de références cinématographiques ou littéraires de fiction, dont je ne parlerai pas Mr. Green Moi j'ai lu ton texte, sans tout ça dans ma tête, et ça vaut ce que ça vaut mais j'ai trouvé ça hyper fort !

D'abord parce que c'était osé, de mêler de la science-fiction à l'histoire, et pourtant quand on y pense c'est pas si étrange mais il faut savoir le faire. Comme d'habitude, les scénarios qui germent dans ta tête, sont bien ficelés, on est jamais paumé (je me rappelle pas l'avoir été en te lisant^^), et c'est juste un boulot énorme ! Tu nous as fait suivre deux histoires qui s'entrelacent habilement ! Moi j'ai juste envie de te remercier ^^ tu as fait sauver ce petit d'une vie trop courte et cruelle.

Ce que j'aime dans ton histoire, c'est que tu mêles la fiction et l'histoire, sans nous déstabiliser (et pourtant moi la SF tu sais), Y a de l'émotion, déjà rien que le début je le sentais mal pour le gamin, c'était tendu ^^ Et puis les Specimens, ça ajoute un côté léger, même drôle et du coup très actuel aussi, y a pleins de contrastes en fait dans ton texte, pleins de choses intéressantes !


Et puis voilà, c'est juste passionnant quoi ! Bravo !!
_________________
Rafistoleuse
Ven 11 Avr - 04:15 (2014)
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Ven 11 Avr - 10:42 (2014)    Sujet du message: Le prophète Répondre en citant

Alors déjà pour le fait de dire "on est jamais paumé", je te remercie, parce que c'est vraiment la principale crainte que j'avais pour ce texte. Les Specimen, c'est un projet d'écriture que j'ai depuis deeeees années, et qui avance très lentement, parce que c'est assez titanesque comme truc O_o. Donc j'ai tout élagué pour amener le concept dans sa plus grande simplicité pour ce texte. Ravie que ça ait marché !

Et pour le reste, merci aussi j'voulais à la fois écrire sur le mystère Louis XVII, et à la fois écrire sur les Specimen... le lien s'est fait facilement dans ma tête lol xD
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Ven 11 Avr - 10:42 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Ven 11 Avr - 16:19 (2014)    Sujet du message: Le prophète Répondre en citant

Pouah mais toi un jour, tu trouves un éditeur, c'est bon t'as dix bouquins en cours
C'est très axé sur l'Histoire, de base, les Spécimens, un peu forcément j'imagine... En tout cas oui y a de quoi explorer et faire plein de choses avec cette base là !

J'ai trouvé ça bien amené, tu sais tenir le mystère la longueur, c'est pas simple...

Et je le redis ... J'ai vraiment aimé, comme tu l'as sauvé, je pressentais tellement le drame dans toute sa splendeur (tu sais, façon "Sunshine") que du coup c'était un vrai soulagement à la fin Mr. Green
_________________
Rafistoleuse
Ven 11 Avr - 16:19 (2014)
Auteur Message
Odepluie
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 381

MessagePosté le: Ven 11 Avr - 23:00 (2014)    Sujet du message: Le prophète Répondre en citant

Ah ça moi non plus je ne m'attendais pas au débarquement d'Ira et Muse ^^ Je n'ai suivi l'aventure des specimens que de loin (même si je connais bien ses protagonistes) et l'idée de croiser tout ça avec un des grands mystères de l'Histoire (oui oui moi j'y crois) est audacieuse et super futée !! Donc un gros plus sur l'intrigue de ton histoire, qui se tient (enfin si on croit aux specimens lol). Après en fait, mon seul regret, c'est que j'ai teeeellement aimé les scènes avec Charles, que j'en aurais voulu beaucoup plus, et que j'ai presque regretté d'avoir tant d'interventions "actuelles". Un commentaire bien inutile tu me dirais (à juste titre xD) puisque sans ça t'aurait pas pu glisser ton intrigue lol

Bref j'ai adoré te voir te frotter au mystère Louis XVII ! Bravo !
Ven 11 Avr - 23:00 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 836

MessagePosté le: Sam 12 Avr - 14:31 (2014)    Sujet du message: Le prophète Répondre en citant

Ton texte est imposant et ton imagination fertile (tu es définitivement impressionnante) ^^

Je suis bien rentré dans ton histoire, puis j'ai été un peu déstabilisé par l'apparition du fantastique. Mais l'histoire se tient, elle ne nous perd pas et l'écriture, très visuelle exprime bien tout ce qui doit se bousculer sous ton crâne ^^
Alors oui, on sent que cet univers des Specimens a une vie plus largement déployée sur d'autres pages, et que tu as dû resserrer tout cela pour à la fois, nous faire accéder à ce monde fantastique puis mener ton récit sans nous laisser de côté.
C'est réussi, même si on les sent un peu à l'étroit dans ce format-là, tes specimens
Sam 12 Avr - 14:31 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Sam 12 Avr - 17:21 (2014)    Sujet du message: Le prophète Répondre en citant

Merci à vous deux :p

Aude : J'aurais pu n'écrire que sur lui (mais il aurait fallu trouver une putain d'explication quand même à la fin), mais pouah... malgré le peu de choses qui se passent dans chacun de ses passages, j'ai passé trop trop de temps à faire des recherches (plus qu'à écrire)... donc j'aurais pas tenu sur la longueur lol. Mais j'suis contente que ça t'ait plu, c'était un travail payant ^^

Yannick : Oui, j'étais consciente des risques que je prenais (et qui risquait de rendre le texte complètement hermétique à la lecture), mais ça fait partie du challenge. J'suis ravie que le résultat ne soit pas complètement obscur. Merci à toi ^^
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Sam 12 Avr - 17:21 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Linelea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 19 Sep 2013
Messages: 938

MessagePosté le: Dim 13 Avr - 00:37 (2014)    Sujet du message: Le prophète Répondre en citant

OUh les specimens !!

Rah c'est avec plaisir que j'ai relu quelque chose dans cet univers ! Je m'y attendais pas du tout quand puis en voyant Muse... je fonds ^^... et Ira et les autre et Laelie ! Bon bref je suis fan.

Et puis se parallèle avec Charles ! Ses passages sont vraiment puissant et pareil j'ai adoré. La façon d'y inclure un monde totalement atypique. Bravo.
Dim 13 Avr - 00:37 (2014)
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:05 (2016)    Sujet du message: Le prophète

Aujourd’hui à 01:05 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°37

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield