S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Chacun sa route...

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°1 à 50 » Défis n°31 à 40 » Défi n°38
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Jeu 17 Avr - 12:44 (2014)    Sujet du message: Chacun sa route... Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
La boucle est bouclée. 
 
 
Je suis né seul.  
 
 
 
 
 
Je suis bien sorti de quelque part me direz-vous, d'une personne, d'une mère. Mais non, pas d'une mère. D'une femme qui ne sera jamais qu'un X pour moi. Ma mère, c'était ce Ventre qui m'a nourri, m'a chéri et protégé du monde. Le reste autour, c'est ce que j'appelle une femme-objet, pas une mère. Un robot, sans âme, sans coeur. Je ne me considère pas abandonné mais orphelin. Elle m'a laissé seul dans la vie. Elle m'a projeté dans un monde vil, gris. Seul. Sans armes. Sans l'ombre d'un regard pour moi. Elle n'a pas pris la main que je lui tendais. Cette main qui devait être si mignonne, si petite, si boudinée lorsqu'on vient de naître. C'est toujours ce que l'on entend. La mienne ne devait pas être si mignonne. Personne ne l'a saisi. On m'a posé comme un vulgaire paquet, qu'on n'a même pas affranchi. On ne lui a même pas offert une destination de rêves. Non, ce n'était pas la peine de perdre son temps. Son précieux temps. Alors je préfère me dire qu'elle est morte. C'est plus facile. Lui, j'y pense même pas. Pas que j'lui pardonne, mais j'veux dire il m'a pas senti bouger dans son ventre, il ne m'a pas senti vivre. Il ne sait peut-être même pas que j'existe. Mais c'est leur histoire.  
 
 
 
 
 
Alors j'ai grandi seul. 
 
 
 
 
 
J'étais entouré bien sûr, par d'autres âmes brisées. On a traîné les uns à côté des autres. Pas vraiment ensemble vous voyez. Non, c'est vraiment ça, à côté. On a déconné ensemble par contre. Parce que ça, pour faire des conneries, nous étions liés. Les voitures qu'on rayait, les voitures qu'on fracassait, les vitres qu'on brisait, c'était toujours ensemble. Dans ma tête, je leur infligeais ce que je subissais. Moi aussi, j'étais rayé, fracassé, brisé. Et j'avais envie de le crier. On m'aurait pris pour un fou. On m'aurait demandé de ne pas déranger. Vous trouvez ça un peu bête peut-être. Le juge aussi, il m'a dit ça. Que j'aurais pu parler avant, aux adultes qui m'entouraient, qui étaient là pour moi. Ces adultes qui m'avaient abandonné, il fallait leur faire confiance. Non, vraiment, c'était pas crédible de me dire ça à moi. Alors j'ai continué avec les potes. Et les voitures, je me suis mis à les voler, à conduire à toute vitesse pour laisser mes problèmes derrière. J'ne voyais plus bien le paysage quand je conduisais, mais quelle importance ? Les autres en face n'avaient qu'à se garer, se mettre sur le bas-côté s'il n'était pas capable de me faire face. La fin du voyage se terminait bien souvent dans un grand feu de joie. Combien j'ai pu en cramer de ces bagnoles de gens bien heureux, bien rangés. Ils ont dû trimer pour l'avoir leur putain de voiture. Ils ont dû me maudire. Mais c'est leur histoire. 
 
 
 
 
 
Alors j'suis allé en taule, seul. 
 
 
 
 
 
Bin ouais, parce que les potes, ils m'ont lâché. Ils ont voulu sauver leur peau, leur petite vie tranquille en foyer. Alors j'ai trinqué pour eux. C'était tellement plus facile. J'étais le conducteur fou, j'étais le pyromane. J'étais celui qui les forçais aussi à ce que j'ai appris. Le juge m'a refait la morale. Il m'a dit les mêmes idioties que la première fois. J'ai pas plus écouté faut dire. J'attendais qu'une chose, sortir de cette pièce. Ce que j'ai pas entendu, c'est que je me rendais en taule. Quand j'suis arrivé, je l'ai trouvé aussi grise que mon espoir, aussi décrépie que mon âme. Mais derrière ces murs, je l'ai connue, Elle. L'éducatrice qui s'occupait de moi. Elle était lumineuse, souriante et bienveillante. Elle était douce quand elle parlait. Elle a voulu croire en moi. Elle y a cru, j'en suis sûr. Elle me parlait d'avenir, de projet. J'ai fait tout ce qu'il fallait faire, les papiers, les tableaux, les séances de psy et tout… Tout ce qu'elle pouvait me demander, je le faisais pour qu'elle vienne me voir, pour qu'on fasse ce projet ensemble. Ouais, c'était bien la première fois que je n'étais pas seul dans ma tête. La première et dernière fois. J'me suis acharné à vouloir la faire sortir. J'ai évité les autres au maximum. J'voulais pas retomber dans d'autres bêtises. J'voulais qu'elle me prenne en exemple. J'voulais voir son sourire alors je restais seul dans ma cellule, je sortais pas. La solitude, c'était ce que je cultivais de mieux depuis que j'étais né, et c'était ce qui était en train de me sauver, ça faisait un sacré pied-de-nez à ce sale destin. Il faisait moins son malin. J'étais calme et tout s'passait bien. Puis mes potes de l'extérieur sont rentrés. Faut pas croire, ils allaient pas se calmer comme ça. Ils m'ont cherché au début. Ils ont voulu me faire plonger. Ils se défonçaient aux cachets, dégradaient tout. Moi, j'ai tenu bon pour garder Son sourire au creux de moi. Ils ont ramassé d'autres sanctions. Mais c'est leur histoire. 
 
 
 
 
 
J'ai été libéré, seul. 
 
 
 
 
 
Du jour au lendemain, je me suis retrouvé propulsé dans un foyer, un autre. Et ma Belle éducatrice a passé le relais. Elle a transmis mon dossier. Elle m'a regardé et m'a dit qu'il fallait que je fasse les choses pour moi, qu'il fallait vivre. Vivre. Je ne sais pas ce que c'est. On m'a jamais dit comment faire. Je n'ai jamais su vivre. Le seul espoir que j'avais, c'était Elle. C'est là que j'ai compris. J'avais fait tout ça pour Elle. Uniquement pour Elle. Mais je n'étais qu'un dossier. Je n'ai fait que perdre mon temps. Ma vie n'a été qu'une perte de temps depuis le début. Ce Ventre n'aurait pas dû accoucher de moi… Il se serait épargné des douleurs, il aurait évité des problèmes à toutes mes victimes. Mais je vais réparer tout ça. Si la vie n'a pas su prendre possession de moi, la Mort le saura probablement. Elle se sentira à l'aise avec toute ma noirceur. Elle ne me trahira pas, elle. Elle ne m'abandonnera pas, elle. Pour la première fois, j'ai quelqu'un à rejoindre. Cette voiture sera mon dernier carrosse. Le pied sur l'accélérateur, personne ne peut m'arrêter. Un seul choc. Je partirais dans un fracas. Une explosion qui fera partir en mille morceaux mon corps et tous ses occupants. Personne ne m'attendra ce soir de toute façon. Personne ne me cherchera demain. Personne ne s'inquiètera. Et si quelqu'un s'inquiète, ce sera son histoire. 
 
 
 
 
 
A la croisée des chemins, j'ai oublié les priorités.  
 
 
Au carrefour de ma vie, j'ai foncé droit dans un mur. 
 
 
 
 
 
Je meurs seul. 
 
 
La boucle est bouclée. 
 
 

_________________
ATea.


Dernière édition par ATea le Jeu 23 Oct - 00:55 (2014); édité 1 fois
Jeu 17 Avr - 12:44 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Elfie Imy
Invité




MessagePosté le: Jeu 17 Avr - 19:51 (2014)    Sujet du message: Chacun sa route... Répondre en citant

Bon c'est sans doute de la déformation professionnelle mais c'est vrai que j'ai un faible pour les héros ordinaires, paumés, à qui la vie a fait peu de cadeaux...ce que j'ai beaucoup aimé dans ton texte c'est comme tu rythmes la lecture avec cette structure compacte, et entre les paragraphes le rappel simple et tranché de la solitude. Comme une maladie...incurable et mortelle au final.
Jeu 17 Avr - 19:51 (2014)
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Ven 18 Avr - 16:17 (2014)    Sujet du message: Chacun sa route... Répondre en citant

Ton texte est tout simplement magnifique.
Tout ce que tu as mis dedans la solitude du type qu'il traine ca depuis sa naissance, le fatalisme qui lui colle a la peau. He bien tout ca, tu l'as ecrit remarqueblement bien, sans pesanteur, avec verite.
bref j'ai adore.
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Ven 18 Avr - 16:17 (2014)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Ven 18 Avr - 19:38 (2014)    Sujet du message: Chacun sa route... Répondre en citant

Ton texte, waow, il est terrible. C’est d’un tragique, qui ne peut pas laisser indifférent. Déjà la première phrase donne le ton. Et puis ta mise en page aussi, elle met en valeur le rythme de ton texte. La solitude qui se répète comme un cycle et qui revêt des habits différents au cours de sa vie.
Comme toujours, tes personnages ont une vraie épaisseur. Un vécu, des rêves, des espoirs, une quête. Et le fardeau de son mal-être qui s’alourdit toujours plus. L’émotion augmente crescendo jusqu’à la fin, implacable. J’ai beaucoup aimé ce cri, cette fureur de vivre qui se heurte à la fatalité de sa vie. Cette résignation, ce désespoir du personnage, ça m’a beaucoup touché.


Tu as des phrases coups de poings, comme ce passage là  « Elle m'a regardé et m'a dit qu'il fallait que je fasse les choses pour moi, qu'il fallait vivre. Vivre. Je ne sais pas ce que c'est. On m'a jamais dit comment faire. » C’est juste superbe.


Tes mots sont poignants et à la fin de ma lecture, ben on ressent comme un sentiment d’impuissance. C’est terrible, mais beau, vraiment.


Et je trouve que ta phrase pour le début et la fin est extrêmement bien choisie, c’est vraiment le fil rouge de ton histoire.
Merci beaucoup, Atea.
_________________
Rafistoleuse
Ven 18 Avr - 19:38 (2014)
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Ven 25 Avr - 00:48 (2014)    Sujet du message: Chacun sa route... Répondre en citant

J'arrive 10 ans après la bataille, mais même 10 ans après la bataille, ton texte il est magistral ! Y'a certains passages que j'ai particulièrement aimé, comme cette phrase "On m'a posé comme un vulgaire paquet, qu'on n'a même pas affranchi." ; ou tout le paragraphe avec le champ lexical de la voiture, où on fait presque l'amalgame entre les voitures volées et la conduite de sa vie.

A un moment, j'ai eu peur, quand la fille est arrivée. J'me disais que vu la puissance du texte, fallait pas que ça finisse en un truc cucul où l'amour sauve tout... Et non, tu as été fidèle à ton personnage jusqu'au bout, et vraiment, vraiment, il n'y aurait pas pu avoir de meilleure fin (littérairement parlant, bien sûr !) Tu as assumé le personnage jusqu'au bout, et pour ça, je t'applaudis des deux mains. Vraiment, ton texte est excellent !! Bravo !
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Ven 25 Avr - 00:48 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Ven 25 Avr - 12:36 (2014)    Sujet du message: Chacun sa route... Répondre en citant

Eeeeh. 


Mais c'est que j'ai eu un gros bug dans la matrice. Je n'avais pas vu les commentaires.
Et là, j'ai vu dans les "Nouveaux messages depuis que je me suis connectée" (ou un truc du genre) qu'il y avait mon texte.


Eeeet.


Merci sincèrement pour vos commentaires.
Merci à chacune d'entre vous. 
Mon Gars, il avait cette solitude pesante, enveloppante mais j'aime savoir que vous ne l'avez pas ressenti trop lourdement dans la lecture. 
Mon Gars, il n'a pas eu de mal à quitter la vie mais il a eu du mal à me quitter. J'l'aimais bien. J'y vois beaucoup de personnes dans ce Gars-là. Et j'comprends bien ce que tu peux ressentir Elfie... 
Mon Gars, il avait la rage de vivre. Rafi, je suis ravie que tu aies entendu et ressenti ce cri, cette fureur de vivre. Parce qu'il l'avait réellement, autant qu'il en a eu pour cesser de vivre. Terrifiant comme l'on peut basculer. La vie ne tient qu'à un fil des fois. Un regard, un sourire et l'on perçoit des papillons. Un détournement, un dos qui s'éloigne et l'on sent des poignards.
Mon Gars, il cadrait pas avec les histoires cucul   et comme tu dis Octo, il n'y avait pas meilleure fin pour lui... Il ne pouvait pas être sauvé par l'Amour. Parce qu'Amour, il n'y avait pas. Ce n'était qu'une illusion, un mirage pour que la chute soit plus rude encore... Sa seule compagne dans la vie, c'était la Solitude. Je ne voulais rien de plus, rien de moins pour lui. 


Merci pour vos commentaires.
J'suis touchée qu'il vous ait plu comme ça.
_________________
ATea.
Ven 25 Avr - 12:36 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:28 (2016)    Sujet du message: Chacun sa route...

Aujourd’hui à 14:28 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°38

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield