S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Sang
Aller à la page: 1, 2  >
 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°1 à 50 » Défis n°41 à 50 » Défi n°42
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 837

MessagePosté le: Lun 19 Mai - 13:50 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
17 heures 14 minutes.
Sourire froid. Du tranchant de la main droite il rassemble les miettes épars en un tas unique puis les ramène vers sa paume gauche, avant de les jeter dans la poubelle, sous l'évier. Il se saisit de l'éponge. En un mouvement de va-et-vient précis et régulier, Il fait glisser celle-ci sur le plateau de marbre de la table. Puis se lave les mains. Respiration. Puis se les relave. Respiration. Sourire. Il se déplace jusqu'au salon, et se poste devant la glace. Il ausculte son visage, sourit, se passe une main dans les cheveux. Il s'inspecte, sourit encore. La centrale vapeur est branchée. Il empoigne le fer. Respiration. Avec un soin infini, il repasse une chemise bleu ciel. Il passe, repasse. Un instant il se redresse, élève sa main libre à hauteur de visage, la garde immobile, et la scrute, guettant la moindre oscillation. Une seconde, deux secondes, trois, quatre, cinq. Aucun muscle ne tressaille, aucun nerf ne frémit. Satisfait, il achève de défroisser sa chemise. Puis se passe une main dans les cheveux et déchiffre l'horloge.
17 heures 32.
Crispation. Sourire. Respiration. Il se dirige vers la cuisine. Puis se lave les mains. Puis renouvelle l'opération, ensuite de quoi il se les sèche minutieusement. Du bout de l'index il puise une noisette de crème nivea dans une boîte métallique bleu Klein et s'en hydrate les mains. Crispation. Sourire. Il retourne au salon pour repasser une fois encore sa chemise. Enfin, il la revêt, la boutonne, avec habileté, hormis le dernier bouton qu'il laisse ouvert pour se donner une allure décontractée. Il ôte son jeans, enfile un pantalon bleu marine ainsi qu'une veste assortie. Du revers de la main, il s'époussette l'épaule. Crispation. Une seconde, deux secondes.
17 heures 48.
Il ouvre la porte d'entrée, la ferme presque immédiatement, puis l'ouvre puis sort sur le palier et fait jouer la clé dans la serrure. Après quoi, il rouvre la porte, et la referme à clé. Cliquetis. Respiration. Il presse le bouton de l'ascenseur. Léger tressaillement du muscle adducteur du pouce droit. Il frissonne. Respiration. Sourire. Respiration. Il serre le poing puis successivement le décrispe, et le resserre. La porte automatique de l'ascenseur s'écarte pour le laisser entrer. La lumière jaune vibre de façon désagréable. Il observe son reflet dans le miroir que son nez frôle. Il compte les ridules, détaille sa coiffure, sa dentition. Sourire. Froncement de sourcils, il inspire, expire, inspire. Puis il fixe la lampe.
Lorsqu'il débouche dans la rue, il est 17 heures 55.
Éprouver les muscles. Adapter le pas à la respiration. Expirer, inspirer, droite, gauche. Provoquée par l'effort, la chaleur irradie des talons vers les mollets, traversant les quadriceps, jusqu'aux hanches, et le dos. Un picotement impromptu lui agace les aisselles. Il ne peut refouler une grimace de dégoût. Frisson. Un tic nerveux lui déforme la bouche. Aussitôt il s'arrête pour que s'interrompt l'accès sudoral. Fermer les yeux. 46 secondes plus tard, il se remet en marche.
À 18 heures 12 minutes, il pénètre à l'intérieur du Café de Faune et prend place au fond de la salle, sur une banquette capitonnée. Il attend. Ça n'est pas dans ses habitudes. Respiration. Attendre. Respirer. Sa main glisse prestement dans sa chevelure peignée. Léger tremblement. Se contenir. Bouffée de rage. Respirer, inspirer, expirer. Il retire sa veste et prend soin de la plier précautionneusement dans le sens de la longueur, puis la replie, la déplie et la replie jusqu'à qu'il trouve enfin l'arrangement parfait. Après cela, il sort de sa poche un flacon de solution hydro-alcoolique pour s'en asperger les mains.
Quand Vanessa arrive, il est en train de siroter un verre de badoit. Essoufflée, la jeune femme esquisse une moue gracieuse en cherchant ses mots. Il braque ses yeux acier sur elle. Visage, seins, fesses. Méthodiquement, il la dévisage, la détaille du regard effleurant les joues rosies par l'émotion, les premières rides, le hâle discret procuré par un fond de teint qui masque sans doute quelques imperfections, les cheveux retenus en chignon, l’œil clair, un grain de beauté sombre à la naissance du cou, le décolleté avantageux, la robe bleu printanière dissimulant quelques kilos en trop, puis le léger frémissement de la lèvre inférieure. Il perçoit son trouble que confirment quelques battements de cils successifs, et distingue son parfum : Flower. Il se concentre et aspire de grande goulées d'air pour qu'enfin lui parviennent, exhalées des secrets de ce corps de femme, les enivrantes effluves de femelle. Sourire.
Il pose son verre, s'en saisit, puis le repose, le fait tourner d'un quart de tour et se lève. Sourire. Respiration. Crispation des zygomatiques. Il effectue un geste diligent du bras droit en direction d'une chaise qu'il écarte de la table pour la lui offrir. Respirer. Il ne parvient pas à contenir un spasme du visage qu'elle ne voit pas. Il l'invite à prendre place à ses côtés. Elle parle vite. Il décèle une nuance fragile dans sa voix, un manque d'assurance. À son tour il égrène les mots, les phrases qu'il est nécessaire de dire pour séduire. Pour la séduire. Adapter sa voix à la sienne. Moduler les graves. Inspirer, expirer. Complimenter et rassurer. Autour d'eux des couples mangent, boivent, et rient. Alors il rit. Elle se penche vers lui. Contraction du visage. Il estime la taille de sa poitrine, 95 C, et se représente son vagin. Il se figure ses cuisses écartées, les poils pubiens clairs, l'orifice humide, les lèvres rouges, la chair plissée. La regarder dans les yeux. Elle sourit. Inspirer, expirer. Il retrousse légèrement sa manche gauche, et jette un coup d’œil à sa montre chromée. Il s'excuse et se lève, repousse sa chaise, la déplace, afin que son dossier se retrouve parfaitement parallèle à la table puis se rend au toilette. Devant un miroir, il se sourit, se passe une main dans les cheveux, s'examine les dents, la peau des joues, le contour des yeux. Ceci étant fait, il s'humecte les mains de solution hydro-alcoolique, puis se les frotte méticuleusement jusqu'à ce que le liquide soit absorbé par les pores de la peau. D'une vive pression sur le bas-ventre, il éprouve la sensibilité de son sexe. Rictus nerveux. Deux spasmes lui déforment le visage. Respirer, expirer, une seconde, deux secondes, trois, quatre. Il retourne dans la salle.
Revenu à leur table, il tâche de distraire sa compagne jusqu'à ce qu'un serveur s'approche, les bras encombrés de plats. Échange d'amabilités. Du vin leur est servi, qu'on lui a fait goûter auparavant. Respiration. Sourire. Il empoigne son couteau, dont il apprécie le contact froid. Ses doigts se crispent autour du manche, puis se relâchent. Il frissonne tandis qu'elle lui souhaite bon appétit. Cependant, il lui sourit avant de se saisir de sa fourchette, et d'enfourner une première bouchée de viande. Il la mâche avec application, se concentrant sur le mouvement puissant de sa mâchoire inférieure. Il malaxe entre ses dents les morceaux de nourriture tendre. Ce faisant, il coule un regard furtif vers la poitrine de sa voisine, la base des seins où la chair rosée se révèle si fine. De la main droite, il esquisse un mouvement vers son verre, et frôle sans le vouloir les doigts graciles et tâchés de son, de la jeune femme. Elle baisse les yeux, troublée. On devine par transparence, le réseau de veines bleutées qui parcourt sa main. Il soulève son verre, puis le repose, puis le porte à ses lèvres et boit. Elle se met à manger. Il la regarde mastiquer, évaluant la force de ses muscles maxillaires, il observe les multiples contractions de sa mâchoire fine, et visualise les molaires broyant la chair animale.
À 20 heures 11 minutes, le couple quitte le café de Faune. Les jeunes gens marchent côte à côte, dans les rues éclairées de loin en loin par des lampadaires graciles. Leurs bras s'effleurent. Un sourire vague flotte sur le visage de Vanessa. Lui ne parle plus accaparé par ses pensées. Les émanations corporelles entêtantes qu'il perçoit, provenant de sa voisine, le perturbent. Contrôler le rythme de son pas, éviter les sudations. Des images s'imposent à son esprit. La croupe large de sa compagne, sa mâchoire en action, sa peau pâle, les aliments broyés, la chair tendre, son vagin humide, les cris. Il aimerait la prendre en levrette.
Il sent la sueur perler à son front. Il fait halte. Elle se rapproche de lui. Inspirer. Expirer. Contenir les tics qui le submergent. Fermer les yeux. Faire le vide. Il sent son haleine capiteuse, et sa chaleur de femme à quelques centimètre de lui. Sa chair, les poils, le couteau. Elle ferme les yeux. Crispation de la mâchoire. L'embrasser. Il l'embrasse.
20 heures 27.
Elle lui propose de monter chez elle. Il acquiesce. Il sourit, se passe une main dans les cheveux. Elle se retourne pour composer le code de sécurité. Il observe sa croupe. Se retient d'y toucher. Il la suit jusqu'à l'ascenseur. Il inspire, il expire, éprouvant de plus en plus de difficulté à masquer les spasmes qui le débordent. Leurs épaules se touchent. Il ouvre la bouche en grand pour décrisper sa mâchoire. Il la referme, la rouvre. Vanessa semble surprise. Sourire. Il sourit. Crispation. Elle ouvre la porte de son appartement. La femelle transpire. Elle referme la porte de son appartement.
20 heures 34.
Seins, fesses, viande, veines, muscles.
Respirer. Crispation.
Odeurs, poils, vagin, couteau.
Spasmes. Cris.
Sueur, viande, chair, sperme.

Sang. Il a tâché sa chemise.
Lun 19 Mai - 13:50 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Lun 19 Mai - 14:50 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

Je suis bluffee.
J'adore le rythme, la nevrose de ton personage. Les tics qu'il essait de controller, tout les details qu'il note mentalement.
de l'effort surhumain qu'il fait pour ne rien montrer.
Et ta fin, on peut imaginer le pire surtout a cause du titre.
Bref j'adore
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Lun 19 Mai - 14:50 (2014)
Auteur Message
silvergroover
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 20 Sep 2013
Messages: 57

MessagePosté le: Lun 19 Mai - 17:01 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

Du lourd, vraiment. Une nouvelle des plus réussie. je te tire mon chapeau, ( enfin, ma casquette)
Lun 19 Mai - 17:01 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Linelea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 19 Sep 2013
Messages: 938

MessagePosté le: Lun 19 Mai - 17:36 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

Bon...

Voilà un texte que je ne sais pas comment commenter...

Comparé aux personnes ci-dessus, le rythme m'a énormément dérangée, ces saccades, cette alternance de phrase longue et courte, la répétition de ses sortes de rituel. etc... J'étais haletante en le lisant, je manquais d'air.

Cependant je suis totalement consciente que c'est fait exprès et assumé de ta part ^^ alors peut-être que ton texte m'a simplement touchée comme il le fallait ;-)

Pour ce qui est du fond et de l'histoire, je la trouve cruelle à souhait je pense que la mélodie peut largement faire ressentir ça.

Pour ce qui est de la contrainte encore une fois je ne sais pas si l'attirance/l'agression sexuelle, peut-être considérée comme de l'amour... l'amour d'un déranger, l'amour d'un fou, l'amour violent...


Je suis néanmoins très heureuse  d'avoir lu ton texte qui m'a tout de même retourné les tripes !


Dernière édition par Linelea le Lun 19 Mai - 23:00 (2014); édité 1 fois
Lun 19 Mai - 17:36 (2014)
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 837

MessagePosté le: Lun 19 Mai - 19:27 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

Merci !
Ba mon idée c'était de créer une scène d'amour sans amour, en quelque sorte ^^
Pour ça j'ai installé le cadre d'un rendez-vous sentimental, mais les sentiments sont remplacés par des pulsions. Le type est hermétique aux sentiments. Un psychopathe, quoi. La seule attirance qu'il puisse ressentir est sexuelle. Et oui j'ai adapté mon écriture à ça
Lun 19 Mai - 19:27 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Elfie Imy
Invité




MessagePosté le: Mar 20 Mai - 10:48 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

Ouais pas simple de commenter en effet...
J'aime pas ce genre-là, le genre sans sentiment et psychopathe, j'te retrouve pas dans ce texte, j'me dis merde où est la poésie de d'habitude, ou est ce mix de vocable désuet/moderne que j'adore chez l'oiso, ou est l'âme quoi??
J'lis ton jet est ça me met mal, mal, mal, mal à l'aise, cette mécanique là, cette folie mentale, froide, calculatrice, ça m'horrifie totalement...c'est trop loin de mon univers, de ce que je recherche et du tien de d'habitude donc me v'là paumée Shocked

J'pense que t'as parfaitement réussi ton défi parce que tout y est, c'est totalement cohérent et construit, ça se tient habilement, on entend le son derrière, et y a pas d'amour là-dedans pour moi c'est clair.
J'aime trop pas (mais ça tu l'supposais déjà ) sauf que, c'est un excellent boulot y a pas à picorer là-dessus je dois l'admettre alors, bravo !!
Mar 20 Mai - 10:48 (2014)
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 837

MessagePosté le: Mar 20 Mai - 12:30 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

Merci,

Nan mais tu me dirais qu'on me retrouve parfaitement dans un texte causant d'un psychopathe, je commencerais à flipper.

Pour le vocabulaire tu me l'as déjà dit, mais j'me rends pas compte que j'utilise des mots désuets. ^^ Par contre d'habitude j'suis plus dans un registre familier et poétique ça c'est sûr.
Ici j'ai essayé d'être précis et détaillé pour accentuer le sentiment de froideur. Et si ça met le lecteur mal à l'aise, alors j'ai réussi l'exercice Mr. Green
Mar 20 Mai - 12:30 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Elfie Imy
Invité




MessagePosté le: Mar 20 Mai - 14:47 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

voui parfaitement réussi
Mar 20 Mai - 14:47 (2014)
Auteur Message
markolantern
Invité




MessagePosté le: Mar 20 Mai - 17:36 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

Moi qui suit plutôt texte très court, je me suis laissé aller à la lecture de ton texte. Saccadé, toqué, névrosé. J'ai assez bien aimé dans l'ensemble même si cet univers est loin du mien. Mais la pauvre femme, qu'a-t-elle subit ? ^^ Shocked
Mar 20 Mai - 17:36 (2014)
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Mar 20 Mai - 23:56 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

Ouahou…

Que dire ?

Je me demande combien de temps tu as passé sur ce texte. Les descriptions si minitieuses, chirurgicales, correspondent si bien à ton personnage psychotique (oui là on a dépassé le stade de la névrose hein) que tout le long de la lecture, j’avais l’impression d’être une caméra embarquée directement implantée dans ses pupilles. Je voyais le grain de sa peau, la blancheur de son émail. Je sentais l’odeur de sa chemise, celle de son produit aseptisant. J’avais presque l’impression d’être dans sa tête, et ça, c’est profondément dérangeant.
Du coup, je me demande aussi comment tu t’es senti en écrivant ce texte. C’est impossible de ne pas être mal à l’aise, même quand on l’a écrit. Je me trompe ?
En tout cas c’est hallucinant de qualité ! A un détail près… Quitte à être précis tout du long, autant l’être aussi à la fin… à moins qu’il entre dans une phase presque d’oubli, où il n’a plus vraiment conscience de ce qui se passe (ce qui est notre cas, à nous lecteur).
En ce qui concerne la contrainte… Vous êtes chiants à vouloir « contourner » le truc. Pourquoi ne pas vous borner à aller simplement vers une direction tout autre ? Moi je voulais pas d’amour, et vous êtes 50 à faire genre « je biaise le sujet », alors que j’aurais préféré vous voir parler d’une balade en kayak sur les chutes du niagara !
Je devrais te mettre hors course aussi, parce que je sais que tu as écrit ça pour contourner le thème.
Le seul souci c’est que j’ai pas ressenti une seule once d’amour.
Donc t’es dans les clous.
Tu fais chier
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Mar 20 Mai - 23:56 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 837

MessagePosté le: Mer 21 Mai - 00:32 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

Merci, c'est flatteur !
J'y ai passé pas mal de temps, mais enfin je pourrais pas te préciser combien de temps exactement.
Et oui, j'étais pas particulièrement à l'aise, surtout dans la seconde partie, quand il jauge la fille de façon animal, en prédateur.
Tout à la fin, d'une part, il perd toute maîtrise de lui-même, d'où la succession de mots sans phrases élaborées, et d'autre part, j'ai pas eu le courage de détailler un genre de viol, ou de boucherie. Enfin bref...
Du coup je me suis contenté de suggérer, quoi.
Mer 21 Mai - 00:32 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mer 21 Mai - 20:42 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

Wow. Comme Line, j'ai lu ton texte, à la fin, je crois que je respirais plus tellement j'étais tourneboulée... Cette froideur, ce rythme, tes phrases, tout ça est minutieusement agencé, et c'est juste incroyablement efficace. J'ai pas peur de dire que j'aime ton texte, ça ne veut pas dire que j'aime le personnage hein
 Mais juste j'aime lire des textes qui me bousculent.. Dont je sors pas indemne  Mr. Green


Franchement c'est hyper hyper bien écrit, et pareil j'ai pas vu d'amour, pas du tout. Et les rapports charnels relèvent de la boucherie/charcuterie




Bravo ! Sérieux quoi.
_________________
Rafistoleuse
Mer 21 Mai - 20:42 (2014)
Auteur Message
Fairyclo
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 500
Localisation: Reims

MessagePosté le: Sam 24 Mai - 15:25 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

Vache ! C'est fort !

C'est vrai que c'est filou et je comprends Octo. La contrainte aurait été "parler d'amour sans amour" ok, mais là, c'était l'occasion d'aller complètement ailleurs. Bref j'vais pas revenir dessus.

Néanmoins, je le trouve énorme ce texte. Je respirais plus mais c'était tout aussi jouissif. Et je suis bien contente que tu ne sois pas tombé dans le piège de la boucherie à la fin, parce que ça aurait enlevé toute la subtilité et le travail sur les mots et le rythme que tu as fait en amont.

On ne te reconnait pas ? Et ben tant mieux j'ai envie de dire, c'est tout l'intérêt des défis. Je découvre une nouvelle facette dans ton écriture et dans laquelle je trouve que tu excelles particulièrement. Je ne sais pas si je serais psychologiquement capable de lire tout un roman sur le style, avec ce point de vue particulier mais ici, sous cette forme, je trouve ça parfait. Et la musique sied à merveille ^^

Bref, bien joué !
Sam 24 Mai - 15:25 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Dim 25 Mai - 02:54 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

Tout un roman ? Si c'est possible !

T'as déjà lu Le Parfum de Patrick Suskind ? ... Génial, magistral, chef-d'oeuvresque, un des livres qui m'a le plus marqué dans ma vie (bon, je sens que si tu l'as lu, tu l'as détesté mdr ^^), et il est totalement dans la même veine ^^

.. Oui Nick, après Kerouac, je te compare à Suskind.
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Dim 25 Mai - 02:54 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Fairyclo
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 500
Localisation: Reims

MessagePosté le: Dim 25 Mai - 08:22 (2014)    Sujet du message: Sang Répondre en citant

Non je n'ai pas lu... je me laisserai tenter à l'occasion mais les psychopathes meurtriers ne sont pas franchement les personnages de fiction que je préfère :/ 
Dim 25 Mai - 08:22 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:07 (2016)    Sujet du message: Sang

Aujourd’hui à 08:07 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°42

Page 1 sur 2
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield