S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
ZONE 51

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°1 à 50 » Défis n°41 à 50 » Défi n°43
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Odepluie
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 381

MessagePosté le: Jeu 29 Mai - 12:28 (2014)    Sujet du message: ZONE 51 Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
.

















CHRISTINA SOOMEKH


Avatar : Rachel Weisz
Nom : Soomekh née Bellington
Prénom : Christina
Age : 39 ans
Profession : ingénieur à la NGA (National Geospatial-Intelligence Agency)

Bio :

Le jour s’était à peine levé, mais la chaleur étouffante du Nevada occupait déjà les bâtiments dans lesquels ils avaient depuis plusieurs mois élu domicile. Christina regarda son reflet dans un miroir sali, posé au dessus du lavabo. Malgré le soleil qui inondait la région, et rechargeait les batteries de la base, son visage était pâle et ses traits tirés. Vêtue d’un pantalon treillis beige et d’un débardeur marron, les cheveux à peine ordonnés, elle était loin de la femme coquette qu’elle avait un jour été. Kaveh ne l’aurait pas reconnue…

Elle frotta les mains sur ses joues, tentant d’y apporter un peu de couleur.

- Maman ? On va chercher l’eau avec Sasha.

Christina se retourna pour faire face à Jacob, qui venait de pénétrer dans la chambre. Du haut de ses 14 ans, il était presque aussi grand qu’elle. Il la regardait avec sérieux. Elle ne put que reconnaitre dans les traits de son garçon ceux de son père, et cette douleur qui lui arrachait chaque jour un peu plus le cœur réapparut. Kaveh et Leila ne les avaient pas rejoints comme convenu le Premier Jour. Aucun espoir n’était permis, elle le savait. La pandémie avait frappé en masse et peu de gens s’en étaient relevés. Et il ne lui restait qu’à vivre avec la culpabilité de ne pas avoir été auprès d’eux.

Elle ignorait qu’en dépit du contrat qu’elle avait signé, le gouvernement américain n’avait jamais eu l’intention de protéger un professeur iranien, et une fillette à la santé fragile. Fussent-ils son époux et sa petite fille…

Elle acquiesça, regarda une seconde autour d’elle, la petite chambre qu’elle occupait avec son fils, puis ajouta.

- Je vous accompagne !

L’adolescent soupira un bref instant, mais ne discuta pas. Il fila prévenir sa copine, et ils sortirent tous les trois du hangar qui leur faisait office de résidence. Autour d’eux se dressait une cinquantaine de bâtiments similaires. La plupart était aujourd’hui abandonnée. Huit mois plus tôt, près d’un millier de personnes travaillaient au cœur de cette base. Aujourd’hui, ils étaient exactement soixante-dix-sept.

Poussant une palette contenant plusieurs grosses bonbonnes, ils se dirigèrent en direction du puits, situé à l’écart des bâtiments, à proximité des reliefs. Le sol était sec et craquelé, et le désert s’étendait à perte de vue. Sasha, la fille cadette du président, parlait, enjouée avec Jacob. Christina aimait ces instants d’insouciance, qui rendaient les évènements de ces derniers mois plus lointains.

Il leur fallut plusieurs minutes pour atteindre le puits. Ce dernier s’enfonçait profondément dans la terre, défiant des siècles de sécheresse. Sacha releva ses manches, laissant apparaitre sa peau brune, et commença à décharger les bonbonnes qu’ils rempliraient d’eau. Christina offrit un sourire à son fils, passa ses cheveux derrière ses oreilles et se mit à la tâche avec eux.

Ils rechargeaient tant bien que mal l’avant-dernier bidon sur la palette quand ils aperçurent au loin la silhouette de Davis qui couraient vers eux.

- Christina ! S’exclama-t-il, rouge et essoufflé. Il fallait dire qu’en surpoids évident, il n’avait pas été embauché pour ses aptitudes physiques. On a une intrusion !! La femme fronça les sourcils.
- Où ? Demanda-t-elle en s’écartant un peu des enfants, et en utilisant sa main droite en visière pour contrer le soleil.
- Ici !! Dans la zone ! Répondit le bonhomme, au bord de l’apoplexie. Christina se retourna vers Jacob et Sasha.
- Vous réussirez à rentrer tout seul ? Les questionna-t-elle. Le chargement était beaucoup plus lourd maintenant qu’il ne l’était à l’aller. Jacob retint de trop dévoiler sa joie et haussa simplement les épaules.
- Evidemment !

Christina les abandonna donc, et suivit Davis au pas de course. Ils pénétrèrent ensemble dans un nouvel hangar. A l’intérieur, après le passage de plusieurs portes blindées de sécurité, ils empruntèrent un escalier en métal qui s’enfonçait dans le sol. Il débouchait sur une grande salle remplit d’une dizaine de moniteurs sur lesquels s’affichaient des cartes, des séries de chiffres et de codes. Qui aurait pu croire en pénétrant ici que la technologie était devenue un souvenir partout ailleurs ?

Dans ce pays en ruine, ce bastion était l’un des derniers qui avait gardé une autonomie énergétique et un ordre établi, et ce n’était certainement pas un hasard.

Comme le stipulait la Directive 51, ils travaillaient tous, sans relâche, pour préserver la Civilisation. Pour contrer le chaos qui avait remplacé la mort au dehors. Et si cette salle avait en effet été témoin des instants les plus capitaux depuis ce jour noir de l’histoire, comme lorsqu’ils avaient rétabli l’électricité dans plusieurs villes ciblées, ils n’oubliaient pas les premières semaines de cauchemar auxquelles ils avaient assisté, impuissants.

Ce matin, seul Robert Hall, le responsable du site était présent. Il était clairement inquiet.

- Ah Christina ! Les alarmes ont détectées une entrée non-déclarée près de la balise 432. Je veux savoir combien ils sont. Konrad et ses gars sont en chemin ! Le talkie-walkie longue portée grésilla au même instant. La voix rauque du fameux Konrad se fit entendre.
- On décolle. Dites-nous à quoi on peut s’attendre !

L’homme, robuste et athlétique, était un militaire, comme la plupart des agents de terrain, qu’ils soient basés ici ou un peu partout dans le pays. Les autres travaillaient tous pour les renseignements, la CIA principalement.

Christina s’installa avec empressement devant l’un des écrans. Elle entra divers codes puis se mit à pianoter sur son ordinateur, prenant la main en un clin d’œil sur les satellites qui couvraient la zone qu’elle recherchait. C’était son travail. Elle avait intégré la NGA, à Springfield, près de Washington, directement à la fin de ses études au MIT. Elle ne s’était jamais imaginé agent secret, et pourtant, si elle n’avait jamais mis un pied sur le terrain, elle avait sillonné toutes les zones sensibles du globe au cours de sa carrière, à travers les images que lui renvoyaient les satellites espions de l’armée américaine. Du moins, jusqu’à ce qu’elle prenne part à ce projet, quelques années plus tôt. Depuis, c’était le sol de son pays qu’elle scrutait. Pour définir les lieux les plus stratégiques où implanter des colonies, si un jour une catastrophe sanitaire venait à se produire…

Elle stabilisa l’image satellite sur les environs de la balise 432, à environ 12 kilomètres d’où ils se trouvaient. Au dessus des ses épaules, Davis et Robert fronçaient les sourcils, essayant d’y détecter quelque chose. La femme pointa un point du doigt.

- Ici. Elle zooma, sur la zone et ajouta : un individu, seul. Robert fit un signe de tête entendu, et approcha le talkie de sa bouche.
- Vous avez entendu ça ? Un individu seul. Coordonnées 37° 16’ 05’’ N 115° 47’ 58’’ O. Il lisait les données affichées sur l’écran.
- Entendu, répondit la voix transformée de Konrad.

Christina fit tourner sa chaise de trois-quarts pour faire face à son chef.

- Qu’est-ce qu’un type tout seul viendrait faire ici ?
- Il s’est peut-être perdu ? Tenta Davis. Robert balaya cette option d’un geste de la main.
- Au milieu du désert ? Impossible. On a affaire à quelqu’un qui sait exactement où il va…

La femme reporta son attention vers l’image que lui renvoyait le satellite. La silhouette floue avançait lentement sur le sol asséché du lac Groom.

Ils restèrent silencieux de longues minutes, avant d’apercevoir sur l’image satellite un sillon de poussières, soulevée par la jeep qui se dirigeait sur l’intrus. Le talkie grésilla de nouveau.

- On l’a en vue… C’est un homme, la quarantaine. Il a l’air au bout du rouleau.
- Méfiez-vous, précisa Robert. Et ramenez le, hangar 18. On doit l’interroger de sa présence ici.
- Entendu, répondit encore une fois Konrad.

En arrière plan, ils avaient perçu les freins de la jeep qui s’arrêtait devant l’homme, et la voix éloignée de ce dernier couverte par le bruit des pieds des marines qui sautent au sol. Christina sentit son cœur faire un bond dans sa poitrine.

- Qu’est-ce qu’il a dit ? Demanda-t-elle du bout des lèvres.
- Quoi ? Robert, beaucoup moins attentif, ne comprenait pas de quoi il était question.
- Il a dit quelque chose ! Qu’est-ce qu’il a dit ? Répéta-t-elle d’une voix anormalement aigue. Son chef fronça les sourcils, surpris pas la réaction de Christina, d’ordinaire si posée. Il reprit le talkie.
- Hum, Konrad, qu’est-ce qu’il a dit ?

Konrad ralluma la communication. Il y eu un court instant de silence, seul le moteur de la jeep se faisait entendre. L’agent prit la parole, conscient de ce que cela signifiait :

- Il s’appelle Soomekh. Kaveh Soomekh.
Jeu 29 Mai - 12:28 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Fairyclo
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 500
Localisation: Reims

MessagePosté le: Jeu 29 Mai - 15:07 (2014)    Sujet du message: ZONE 51 Répondre en citant

Respect du thème :
La pandémie, la Directive 51, c’est subtile, simplement évoqué mais on sait qu’on y est. Un peu comme dans Deap Impact, j’aime beaucoup l’idée qu’il y ait une liste de personnes à protéger et que les liens familiaux n’entrent pas forcément en compte (le cas pour ton personnage). Et la mythique Zone 51… ici siège de la « renaissance ». On lui a donné toutes les utilisations possibles et inimaginables et tu y ajoutes la tienne. Bien joué.

Respect de la contrainte :
You did it ! Post-Apocalypse de A à Z. On est directement dans le vif du sujet, dans l’Après. Quelques rappels évidemment, nécessaires pour comprendre ton personnage, son histoire et son rôle dans la scène que tu décris mais l’essentiel de ton texte est post-apo et c’était ce que j’attendais. Je voulais voir des survivants dans leur nouveau quotidien et tu l’as fait avec Christina.

Cohérence du personnage :
Aucun souci de compréhension. Tu as l’art d’écrire simplement. Tu justifies sans problème la présence de ton personnage dans cet univers, de part son métier, le contrat qu’elle a signé. On sent une femme courageuse mais rongée par la culpabilité. Elle a su garder la tête froide, elle était « préparée » à toutes les éventualités et malheureusement, elle a du faire face à la pire d’entre elles. (psychologie de comptoir hein ^^). Bref, personnage cohérent (et j’aime Rachel Weisz )

Originalité de l’approche :
La bio sous forme de scène. Ce n’est pas évident d’écrire une scène pour présenter un personnage, mais c’est – à mon avis et ça n’engage que moi – le moyen idéal pour le mettre en contexte (grâce à la narration) et faire émerger son caractère (via les dialogues et ses réactions).
J’ai adoré le décalage « visuel » entre la vidéo qui montre l’avant (bleue, grise, froide, bruyant) et ce que tu as imaginé de l’après (chaud, beige, désertique, silencieux). On voit la cassure, le changement, ce qu’a causé cette pandémie en l’espace de 8 mois.
Puis le petit clin d’œil à Sacha Obama, c’est le petit détail qui raccroche à la réalité, le petit truc qui me fait dire « putain oui, c’est possible ! ».

Je te reconnais bien aussi dans la simplicité de la scène et ton côté pragmatique. Le quotidien « chercher l’eau », tout simple mais criant de sens et de symbolique. Malgré la technologie sauvegardée, c’est quand même le premier maillon de la pyramide de Maslow qui passe avant tout le reste.

Puis la fin, le retour du mari qui soulève tout un tas de pourquoi, comment, quand ? Des Cliffanghers comme je les aime ^^

The phrase :
« Qui aurait pu croire en pénétrant ici que la technologie était devenue un souvenir partout ailleurs ? »

Serais-je tentée de jouer ce personnage sur un forum RPG ? :
Comme avec Mo’, je serais plus tentée de jouer Kaveh. A la réflexion je pense que c’est surtout parce que je veux jouer avec vous et vos personnages haha


PS : est-ce que tu avais déjà ton idée de scène post-apo en tête au départ ? Ou alors ce sont mes commentaires sur les autres textes qui t'ont influencés ?

Je dis pas ça pour avantager qui que ce soit parce que j'ai décidé que ça n'entrerait pas dans mon choix final - par souci d'équité - mais par curiosité en fait
Jeu 29 Mai - 15:07 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Odepluie
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 381

MessagePosté le: Jeu 29 Mai - 16:19 (2014)    Sujet du message: ZONE 51 Répondre en citant

=) oui j'ai commencé à ecrire mon défi lundi pour tout te dire ^^ la scène a connu quelques variantes, mais sur le fomd, tout était là en debut de semaine
Jeu 29 Mai - 16:19 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Alice Neixen
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 23 Mai 2014
Messages: 18
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu 29 Mai - 22:55 (2014)    Sujet du message: ZONE 51 Répondre en citant

Bravo à toi Odepluie!! Ton texte est super, c'est vraiment mérité et puis il colle parfaitement au thème, je te tire mon chapeau Smile Tu es la seule à avoir respecter toutes les contraintes et tu nous mets parfaitement dedans des le début ! 
Jeu 29 Mai - 22:55 (2014)
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Ven 30 Mai - 07:59 (2014)    Sujet du message: ZONE 51 Répondre en citant

C'était un réel plaisir de plonger dans l'univers que tu nous as créé.


Les décors, l'histoire, le réalisme de ton personnage, ses sentiments... La chute. 
J'ai totalement adhéré à ton histoire ! 




Et parmi tout ça, une phrase m'a profondément marqué. 
Christina offrit un sourire à son fils.


J'ai vu toute la souffrance de Christina de voir les traits de son mari, la douleur qui doit la traverser chaque fois qu'elle le regarde, et le fait que tu dises qu'elle offre un sourire, je trouve que ça renforce sa tristesse. Elle fait un effort monstre. Oui bon, t'as compris. 


Félicitations ! 
 

_________________
ATea.
Ven 30 Mai - 07:59 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 836

MessagePosté le: Ven 30 Mai - 14:03 (2014)    Sujet du message: ZONE 51 Répondre en citant

Tu installes un univers très visuel, aidée d'une écriture précise et soignée, pour nous embarquer dans un récit qui ne s'essouffle pas.
Bravo !
Ven 30 Mai - 14:03 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Sam 7 Juin - 01:31 (2014)    Sujet du message: ZONE 51 Répondre en citant

J'appréciais déjà cette façon que tu as d'écrire des bios à partir de petites scènes, et là, ça se confirme. L'art de distiller tous les éléments nécessaires à la compréhension du perso sans faire une bio chronologique point par point... Mais après, c'est quand même un des textes qui ressemble le moins à une bio, en tous les cas Mais j'voudrais pas jeter le pavé dans la mare, surtout une semaine après ^^
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Sam 7 Juin - 01:31 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:49 (2016)    Sujet du message: ZONE 51

Aujourd’hui à 10:49 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°43

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield