S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
#6 - Le complexe de la Joconde - Hector Vugo

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Nuits » Nuits 1 à 20 » 7 » Textes des Participants
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Dim 1 Juin - 00:15 (2014)    Sujet du message: #6 - Le complexe de la Joconde - Hector Vugo Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Le Complexe de la Joconde 
 
Et si on essayait d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple. Quelle idée ai-je d’envoyer ce sms. Surtout à elle. On ne se connait pas. Pas assez pour que je me risque à ce « on » collectif, ce « on » qui ressemble comme deux gouttes d’eau à « nous ».
J’utilise cette technique de drague philosophique depuis peu. Cindy est la première cobaye, l’unique je l’espère. J’ai eu le coup de foudre pour elle. On s’est rencontré dans ce café littéraire jeudi dernier : un établissement en bordure de Seine, non loin de pont Mirabeau.


Je devais ma présence dans ce bar à ma belle-sœur, qui, en désespoir de cause, m’avait inscrit pour une soirée rencontre d’un nouveau type. C’était un cadeau d’anniversaire. Elle en avait marre de voir une chaise vide en face de moi à chaque repas de famille.
Que ce soit nos oncles, nos frères, nos grands-parents, tous sont en couples. Tous font profession de foi la fameuse citation : « et si on essayait d’être heureux ne serait-ce que pour donner l’exemple ». Eux avaient dépassé le stade de l’essai et avaient signé un CDI avec le bonheur.
Quant à moi, après de multiples tentatives et échecs, je m’étais fait une raison. J’avais la politesse du désespoir, celle qui vous oblige à paraître satisfait de votre sort. Je simulais.
Je simulais encore le jour de mon anniversaire en découvrant la surprise. On m’offrait un bouquin avec un curieux marque page : une invitation dans un bar « l’Apolinéaire » pour un speed booking.
Moi qui ne suis pas littéraire pour un sou. Et puis en quoi consiste un speed booking ?
C’est très simple, vous vous asseyez en face d’une femme et vous avez 8 minutes pour lui donner envie de lire le livre que vous aimez.
En somme vous jouez les avocats pour un roman. Et vous espérez séduire votre interlocutrice grâce à votre éloquence.
Je n’ai jamais su aligner deux mots, surtout devant un être de sexe opposé. Je souffre du complexe de la Joconde. Je doute que Mona lira la prose que je lui propose. Même si un devin signale la probabilité d’une réussite.
La probabilité. Quel délicieux terme alliant la timide certitude et la possibilité de l’échec.
En regardant le marque page (l’invitation à l’apolinéaire) et le bouquin que je découvrais après avoir déchiqueté le papier cadeau, je fis la moue.
Quand on a que la moue
Comme unique posture
Faisant presque injure
A ceux qui sont debout

Quand on a que la moue
Comme unique parure
Pour masquer ses blessures
Et ne tendre que la joue

Je singeais Brel mezzo vocce en voyant ma belle-sœur sourire bêtement devant moi.
- je suis sure que tu n’as pas lu les promesses de l’aube
- non depuis 20 000 lieues sous les mers et ma dernière fiche de lecture, j’ai abandonné la littérature
- Mais là c’est différent, c’est Romain Gary, tu devrais aimer.
- Bof. C’est quoi ce marque page, ce speed booking
- une invitation, c’est dans trois semaines. Je t’y ai inscrit
- Bref je n’ai pas le choix.
- Exactement

Ma moue se transforma en un rictus poli, puisqu’il faut être heureux et donner l’exemple.

Trois semaines plus tard.
C’était un jeudi soir et il pleuvait. Un crachin romantique transformait les rues de Paris en champ de parapluies multicolores, des binômes étranges se tenant et traversant les ponts. J’avais l’air d’un imbécile avec mon imperméable beige et mon chapeau vert chasseur, presque hors sujet et trempé de la tête au pied.
Comme un ruisseau sur pattes
Je cours rejoindre la mer
Porter par le vent et les blattes
De mes amours austères

A défaut d’être un ruisseau j’avais l’impression d’être une flaque, un concentré de flotte prêt à s’écraser sur le sol dès le premier émoi venu. J’avais potassé mon livre, et l’avais fini dans la douleur. Quoique, j’avais accroché à cette histoire d’amour entre un fils et sa mère, cette autobiographie magnifique, cette promesse tenue par l’auteur en dépit des circonstances.
J’ouvrais la porte du bar. Changement de température, buée sur mes lunettes, en quasi cécité. Seule la voix du patron, un japonais maîtrisant mal le français, m’accueillit.
- Toi venir pour speed
- Oui
- Toi avoir réservé place
- Oui
- A quel nom
- Amor Gyrian. (c’est l’anagramme de Romain Gary, une idée de ma belle-sœur)

Le nippon m’installa à une table face à l’entrée, en plein courant d’air. Ça commençait bien.
Je sortis par acquis de conscience deux fiches bristols sur lesquelles j’avais inscris quelques notes. Je craignis que ma mémoire me fît défaut. Un peu old fashion le garçon surtout à l’époque de portable. J’avais besoin d’un contact physique avec du papier, l’effet du bouquin sans doute.
J’étais dans l’expectative.
Tout était possible. Soit je rencontrais une femme quelconque et je pouvais débiter sans problème mon discours, soit je rencontrais une déesse et je m’assécherais instantanément.
19h45, une silhouette rentra. Une femme d’apparence neutre, sans charme, sans répulsion, une sorte de salsifis en talons hauts avec un chemisier blanc à peine visible derrière son manteau prune. Elle s’approcha de ma table. Et alors que tout à ma déception je révisais intérieurement les arguments qui feraient « des promesses de l’aube » un passage obligé de ses lectures, elle s’installa sans faire de bruit.
J’avais la tête ailleurs et heureusement. Pris dans l’inconscience de mon futur exercice. J’allais la saluer, lui serrer la main. Elle l’évita et tendit sa joue en lieu et place.
Premier contact physique, première odeur : celle d’un parfum sucré sublimé par l’humidité.
Sa peau avait quelque chose de doux et d’intemporel. Je désirais y laisser ma bouche un peu plus longtemps. Mais la politesse voulut que ce bonheur-là s’écourtât. On ne s’attarde jamais sur l’épiderme des femmes en préambule. On en goute seulement la promesse d’un grand festin.
La promesse j’y revenais malgré moi. Et le titre du bouquin résonna en moi comme une prédiction que la suite des événements allait conduire à une douce certitude.
Après sa peau, il y eut sa voix et son prénom. La manière enfantine, qu’elle eut pour l’énoncer, éloigna toute pression. Elle s’appelait Cindy, ça sonnait dessin animée un peu comme Candy.
Nous commandâmes un café sans sucre, un point commun. J’eus pour reflexe de la regarder faussement dans les yeux, fixant ce point équidistant au sommet du nez entre ses deux paupières. Je me lançai dans les introductions d’usages du type : avez-vous passé une bonne journée ? Ou encore, êtes-vous coutumière des speeds booking ? Bref je meublais avant d’attaquer le vif du sujet.
Elle avait la gentillesse professorale des institutrices à qui on pouvait avouer ses faiblesses sans crainte d’être puni. J’en avais des faiblesses oh combien.
Et je les oubliais à son contact. Cindy me rassurait un peu comme une mère rassure son enfant.
Je revenais au sujet « des promesses de l’aube » et déclinait les thèmes du livre : le lien, le fil, l’ambition reportée sur sa progéniture, l’amour de la France, de sa culture, le désir d’échapper à sa condition par la transcendance et cette indestructible optimisme même dans les périodes les plus noires de sa vie. Qu’est qui explique que le petit Romain s’est promis d’atteindre les rêves que sa mère avait faits pour lui ? Une chose simple et naturelle aussi naturelle qu’un cordon ombilical qui relie une mère à son enfant. Ce cordon existe bien au-delà du jour où il est physiquement coupé. C’est ce que prouvent les promesses de l’aube.
Et je me surprenais à être intarissable sur mon affaire romanesque. J’avais aimé ce livre.
Ma plaidoirie plut à Cindy même si j’avais dépassé les 8 minutes. Nous en étions à 10, elle ne m’avait pas interrompu. Mieux, je voyais dans ses yeux, l’écho émotionnel de mes paroles. Lorsque vous parlez d’enfant à une femme, vous réveillez en elle, ce désir d’outre ventre, cette envie de mettre au monde.
Le temps assèche les terres
Qu’une larme pourtant viendra fertilisée

Je cessai de fixer ce point équidistant entre ses paupières pour voir enfin ces yeux. Et je ne trouvai plus mes mots, ma source tarie par l’émotion et la jeunesse de son regard.

Laisse-moi plonger dans ton regard
Et m’abreuver à son sourire
Sa fraiche eau donne à mes soirs
Les chaudes couleurs de l’avenir

L’avenir parlons-en. J’en doutais à cette heure bien que voyant les prémices d’une aube sans ma solitude. La preuve Cindy me laissa son numéro de portable avant même que je donnasse le mien.
Une nouvelle ère commençait
C’était il y a une semaine.
Depuis on s’est envoyé quelques messages restant à la surface des sentiments.
J’ai pris des risques avec ce texto : « Et si on essayait d’être heureux ne serait-ce que pour donner l’exemple ». Comment va le prendre Cindy ?
Trente secondes passent. Mon portable vibre. C’est sa réponse : « Avec toi je veux bien essayer.
L’aube d’un amour tient toujours sa promesse.
_________________
Rafistoleuse


Dernière édition par Rafistoleuse le Jeu 5 Juin - 16:52 (2014); édité 1 fois
Dim 1 Juin - 00:15 (2014)
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Dim 1 Juin - 10:06 (2014)    Sujet du message: #6 - Le complexe de la Joconde - Hector Vugo Répondre en citant

J'aime beaucoup.
Cette histoire ponctuee de poesie, de refrain detourne.
J'ai lu cette histoire le sourire range au coin de ma bouche. Une petite douceur parsemee de perles sucrees.
bravo
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Dim 1 Juin - 10:06 (2014)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Dim 1 Juin - 10:10 (2014)    Sujet du message: #6 - Le complexe de la Joconde - Hector Vugo Répondre en citant

Ce que je trouve dingue, c'est que quelque soit le défi, j'ai l'impression que tu l'abordes en sirotant ton cocktail avec une paille. L'air de rien tu nous ponds des petits chef-d’œuvres...

Je suis absolument fan de ton humour, de la façon dont tu joues avec les mots, ça fuse, ça s'arrête pas et c'est juste trop bon. Tu mêles de la poésie à ton histoire, et c'est cohérent, on est pas dépaysé. 


Et puis tu dépeins te personnages avec brio...


Pfiou, c'est même plus drôle à la fin, jamais tu galères toi hein ?  
_________________
Rafistoleuse
Dim 1 Juin - 10:10 (2014)
Auteur Message
Matt Anasazi
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 763
Localisation: Agen

MessagePosté le: Dim 1 Juin - 11:17 (2014)    Sujet du message: #6 - Le complexe de la Joconde - Hector Vugo Répondre en citant

Bon, que dire ? chef-d'oeuvre ? Sublime chef d'oeuvre ? Un texte magique, qui me ferait aimer Romain Gary (si ce n'était déjà !), qui me ferait rêver à une rencontre où deux esprits et deux coeurs fusionnent (si ce n'était déjà fait !) et qui me ferait me dire que la poésie, je n'y arrive pas (si ce n'était déjà fait !!!).

Tu nous balades tranquillement entre vers et prose, maîtrisant chacun des genres à la perfection (le pastiche de Brel, une merveille !) entre sincérité des sentiments et ironie ou autodérision. C'est léger en apparence mais extrêmement construit.

En un mot, je suis vert car tu as LE texte qu'on peut tous rêver d'écrire en 3 heures !


_________________
"Faire sortir les maux de l'âme, c'est la psychanalyse.
En faire sortir des mots, ici naît la littérature."
Dim 1 Juin - 11:17 (2014)
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 837

MessagePosté le: Dim 1 Juin - 11:54 (2014)    Sujet du message: #6 - Le complexe de la Joconde - Hector Vugo Répondre en citant

Je ne sais que dire de plus ^^

Ta facilité est déconcertante. Ton écriture est pleine d'aisance, de sensibilité de finesse et d'humour.
J'ai adoré.
Dim 1 Juin - 11:54 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Wilou
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Oct 2013
Messages: 719
Localisation: Fraserburgh, Ecosse

MessagePosté le: Dim 1 Juin - 15:14 (2014)    Sujet du message: #6 - Le complexe de la Joconde - Hector Vugo Répondre en citant

Bon, ben, les autres ont tout dit...


Et le salsifis sur talons haut... je retiens!
_________________
Hopla!
Dim 1 Juin - 15:14 (2014)
Auteur Message
Linelea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 19 Sep 2013
Messages: 938

MessagePosté le: Dim 1 Juin - 18:17 (2014)    Sujet du message: #6 - Le complexe de la Joconde - Hector Vugo Répondre en citant

J'ai beaucoup aimé le fond, l'histoire, l'amour naissant...
j'ai également beaucoup apprécié l'humour les images retranscrites. Par contre la forme m'a quelques fois déstabilisés.

Mais comme les autres j'adhère. Bravo.

 
Dim 1 Juin - 18:17 (2014)
Auteur Message
Le zèbre
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 574
Localisation: France

MessagePosté le: Dim 1 Juin - 22:57 (2014)    Sujet du message: Le Complexe de la Joconde Répondre en citant

C'est ce brave Léonard qui a du apprécier ! En un tour de main sa Joconde s'humanise. c'est très finement écrit, jouant de la contrainte avec l'aisance d'un champion du bilboquet. Bravo
_________________
Le zèbre

Les artistes, aimez-les vivants

https://stephanmarylezebre.wordpress.com/
Dim 1 Juin - 22:57 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Lun 2 Juin - 12:16 (2014)    Sujet du message: #6 - Le complexe de la Joconde - Hector Vugo Répondre en citant

Cette manière de finir tes paragraphes en vers, ça donne un charme fou à ton écriture ! J'ai vraiment adoré la manière dont tu as construit tout ça. Comme d'habitude, l'histoire est charmante et donne le sourire tout le long du texte.
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Lun 2 Juin - 12:16 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Odepluie
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 381

MessagePosté le: Mar 3 Juin - 08:29 (2014)    Sujet du message: #6 - Le complexe de la Joconde - Hector Vugo Répondre en citant

Un super texte à la Hector comme d'hab ! C'est clair qu'on n'a vraiment pas l'impression que les 3h t'handicapent une seconde pour écrire tes textes, c'est toujours épatant. Le lien au thème est un peu léger pour moi (je ne vois pas trop la notion d'exemple), mais l'utilisation des vers au milieu de ton texte est magique ! Puis j'adore ton titre !!
Mar 3 Juin - 08:29 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 3 Juin - 12:06 (2014)    Sujet du message: #6 - Le complexe de la Joconde - Hector Vugo Répondre en citant

Encore bravo j'ai vraiment adoré ton texte ! Tu était mon deuxième CDC
_________________
Rafistoleuse
Mar 3 Juin - 12:06 (2014)
Auteur Message
Fairyclo
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 500
Localisation: Reims

MessagePosté le: Mar 3 Juin - 18:24 (2014)    Sujet du message: #6 - Le complexe de la Joconde - Hector Vugo Répondre en citant

Tu m'as embarquée dans une belle promenade. J'ai beaucoup aimé ton personnage : ses doutes, ses maladresses.

Ca a l'air tellement simple sous ta plume. Tu passes d'un style... mode ? forme ? (non je ne décolère pas sur l'intitulé de la contrainte ^^) Bref, tu passes d'une contrainte à une autre avec fluidité, je n'ai pas eu à me concentrer et à relire quatre fois pour comprendre.

C'est romancé dans le fond et on te reconnait bien là. Bref, tu étais mon CDC...pour changer lol.
Mar 3 Juin - 18:24 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Mar 3 Juin - 18:37 (2014)    Sujet du message: #6 - Le complexe de la Joconde - Hector Vugo Répondre en citant

Un immense merci à vous toutes et vous tous. 
Mar 3 Juin - 18:37 (2014)
AIM MSN Skype
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:22 (2016)    Sujet du message: #6 - Le complexe de la Joconde - Hector Vugo

Aujourd’hui à 22:22 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Textes des Participants

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield