S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Streets of Philadelphia [Hors concours]

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°1 à 50 » Défis n°41 à 50 » Défi n°48
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Sam 12 Juil - 17:58 (2014)    Sujet du message: Streets of Philadelphia [Hors concours] Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Ouais j'autokiffe mon sujet, alors j'ai eu envie de participer aussi. Je précise quand même que ce texte n'a aucune valeur, encore moins celle du "c'est comme ça qu'il faut faire". N'ayant pas la pression de répondre à la consigne, je m'en fous des conséquences ^^ (autres que celles de l'avis de l'auteur concerné ^^)


Donc, inspiré d'un texte de Yannick, Sujet X-Ray.


________________



Un grand bruit de métal froissé. Une sorte de clong mais en plus désagréable. L’homme s’appuie sur les containers qu’il vient de percuter violemment pour se redresser.

« Putain mais ça va pas ? » Maugrée-t-il de sa voix avinée. Gabe se tient droit face à lui. Ses yeux sont cernés, et ce qui reste de son costume est en lambeaux, mais il se tient droit. Et le sujet X-Ray lui-même ne peut nier la dignité qui émane de lui, à tel point que l’étonnement le pousse à se calmer. Lui est habillé d’un vieux manteau brunâtre – jadis kaki – et d’un bonnet qui ne le quitte pratiquement jamais. Une fine bruine les accompagne, eux et la nuit.

« Qu’est-ce’ tu veux ? »
« Vous vous souvenez de moi ? »
« J’devrais ? »

Un hurlement d’agonie retentit au loin, et les interrompt dans leur introduction. Ils se tournent d’un même mouvement vers la source du bruit, quand bien même n’est-elle pas visible. Une nouvelle victime des marcheurs, probablement. Paix à son âme.

« Je vous ai sauvé la vie. »
« Pff ! Jamais eu b’soin qu’on m’sauve la vie ! J’me souviendrais si c’était le cas, non ? »

Le regard de Gabe se lève lentement sur le sujet X-Ray, Donald Brand Junior de son vrai nom. Les containers émettent un léger grincement, alors que le docker s’appuie un peu plus dessus, dans un vague mouvement de recul. Gabe sait que son teint doit être cadavérique et son regard meurtrier. Il sait qu’il doit faire peur à voir. Mais Don en a vu d’autres, il ne va pas se laisser impressionner par son apparence.

« Il y a environ six mois. Octobre 2013, juste avant que les événements arrivent. Vous vouliez vous jeter d’un pont, et je vous en ai empêché. »

Don ricane.

« T’appelles ça me sauver la vie ? R’garde dans quoi on traîne, maintenant ? On est des cadavres en sursis au milieu de cadavres authentiques qu’ont oublié de reposer en paix. T’aurais mieux fait de t'abstenir, ce jour-là ! »

Gabe reste silencieux un moment. Comme une musique de fond, les râles des marcheurs leur parviennent sourdement. Vague menace qui ne fait trembler aucun des deux hommes. Cela fait plusieurs mois qu’ils endurent cette situation au quotidien, et ils n’ont plus peur. On s’habitue à tout. Sur les docks, ils se savent pour l’instant tranquilles. C’est un véritable labyrinthe, et tant qu’un marcheur ne leur tombe pas dessus par hasard, ils n’encourent pas beaucoup de risque.

« Vous savez que la maladie évolue différemment selon les personnes ? » Annonce Gabe après plusieurs secondes. Don lui adresse un regard dubitatif. « Certains sont morts au bout de quelques heures. La plupart, d’ailleurs. D’autres se sont transformés en ces… monstres sanguinaires. Et vous savez comment on évolue suite à une morsure ? »
« On devient comme eux… »
« Encore une fois, c’est différent selon les personnes. J’ai été mordu avant-hier… » Dévoile Gabe en soulevant la manche déchirée de son costume. La morsure est si nette qu’on aurait pu retrouver le coupable en un tour de logiciel s’il y avait encore eu de gens pour s’en servir… et pour s’en soucier. « J’ai de la chance… »
« T’as plutôt une sale gueule… »
« J’ai vu des gens se faire mordre et se transformer en quelques heures. Ca fait deux jours et je ressens à peine l’envie de m’enfiler un tartare sans assaisonnement. Ca fait des mois que je vous cherche, et comme par hasard, c’est au moment où j’en ai réellement besoin que je vous trouve. »
« Comment ça, besoin ? »
« Vous vous souvenez des tests qu’on vous a fait subir il y a deux ans ? »
« Possible… » Elague Don.
« On vous avait inoculé un virus. A vous ainsi qu’à 25 autres cobayes. Tous sont morts. Tous les cobayes sont morts, à l’exception d’un seul : le sujet X-Ray. C’est quand vous avez arrêté de vous rendre au labo et que vous avez disparu de la circulation qu’on m’a assigné votre dossier, et que je vous ai en quelque sorte… Rencontré. Je suis – j’étais – un agent dormant. Vous savez ce que c’est, X-Ray ? »
« J’t’en prie, appelle-moi Don… » Marmonne celui-ci, dans un trait d’ironie nettement visible sous la couche de fatigue et d’alcool.
« Avant que vous ne disparaissiez, je travaillais chez un concessionnaire automobile. J’ai répondu à une annonce, comme vous. J’avais fait l’Irak en 2003, et ils recherchaient des anciens militaires comme moi. J’ai participé à une batterie d’exercices, j’ai ingurgité des tonnes et des tonnes d’informations. J’étais en train d’être préparé, à l’instar de centaines de types comme moi, à une opération qu’ils appelaient « la directive 51 ». Je ne savais pas en quoi cela consistait exactement, mais ils m’enseignaient un code d’action précis, à exécuter au moment où ils me l’annonceraient. J’avais également une liste de noms. Je devais connaître cette liste par cœur. Tous les ans, ils m’envoyaient une mise à jour, mais cela ne changeait guère. Et en attendant qu’on m’appelle pour la fameuse directive 51, je continuais mon boulot au garage. Le 5 mars 2012, l’agent dormant que j’étais a été réveillé. J’étais chargé de vous retrouver. Mais ce n’est pas à ce moment-là que j’ai su toute la vérité. Ce n’était que bien plus tard, quand le Dark Winter a commencé. J’ai découvert que ceux qui m’avaient embauché pour sauver une humanité soi-disant en péril étaient les mêmes que ceux qui ont anéanti cette même humanité. Mais je n’avais pas perdu des yeux ma mission : vous retrouver. J’ai eu devant moi des rapports de vos examens. Vous étiez le seul à n’avoir jamais eu aucun symptôme ! Vous n’avez jamais été malade de votre vie, malgré tous les sévices que vous avez pu subir. Vous êtes l’antidote, X… Don. Et maintenant, c’est à votre tour de me sauver ! »

Don regarde Gabe comme s’il était complètement cinglé. Pourtant, avec tout ce qu’ils ont pu vivre depuis quelques mois, tout est possible. Il se redresse, pour se remettre à la hauteur de l’agent et le dédaigner du regard, grimace à l’appui.

« Elle est bien belle ton histoire, mec, mais t’oublies un détail : qu’est-ce qui te fait dire que j’ai envie de te sauver ? » Il lève un bras devant lui pour interrompre Gabe, qui s’apprête à lui répondre. « Me dis pas que t’as fait la même chose. Je t’ai rien demandé. »

Gabe a un sourire. L’étincelle qui brille dans ses yeux n’est plus franchement humaine.

« J’allais pas dire ça. Je peux faire quelque chose pour vous en échange… »
« Ca m’étonnerait… »
« Je sais qui vous cherchez. Et je sais comment la trouver. »

Don se fige. D’un coup, il semble réellement intéressé.

« Qu… »
« Ca fait des mois que je vous suis à la trace, je vous dis ! Ne vous imaginez pas que vous avez encore un quelconque secret pour moi ! Elle s’appelle Selly Prescott, et elle est encore en vie. »
« Comment tu… ? »
« Je communique avec plusieurs autres agents, qui font ce pour quoi on les avait préparés. Don… Aidez-moi, et je vous aiderai ! »
« Et comment tu veux que je t’aide, abruti ? T’as vu un spécialiste, dans les parages ? »
« Les agents, Don, les agents… »

Le docker grogne, vaincu. Ils s’affrontent du regard encore quelques secondes, puis finalement, ce sont des raclements sur le sol qui les décident. D’un même mouvement, ils s’éloignent de la rangée de containers pour quitter les docks. Mais face à eux, ce n’est pas un, mais des dizaines de marcheurs qui se tiennent agglutinés comme des shopping-addicts juste avant l’ouverture des soldes.

« Vous avez ce qu’il faut ? » Questionne Gabe en dégainant son révolver. Don ne répond pas, alors il lui jette un regard en biais. Le docker tient entre ses mains une vieille planche de bois qu’il vient de ramasser. « Vous êtes s… »

Don ne lui laisse pas le temps de terminer sa phrase. Dans un hurlement bestial, il se jette sur la bande de zombies, et frappe comme un forcené. Derrière lui, Gabe est bouche bée. Ce type a beau avoir la constitution la plus solide du monde, il est complètement ravagé. L’agent secoue la tête pour se réveiller, et explose les têtes des macchabés que Don n’a pas encore achevés. Ils quittent les docks en courant. Don entraîne Gabe dans sa planque, un immeuble probablement déjà délabré avant les événements. Ca sent la viande moisie, mais d’un autre genre que celle qui se traîne à l’extérieur.

« Ok, c’est quoi le plan ? » Interroge Don.
« Demain, on va à Pottstown. Il y a un groupe de survivants, là-bas, et parmi eux, comme par hasard, un des chercheurs de Wasteland Initiative, l’organisation à l’origine de tout ça. Il s’appelle Jeoffrey Prescott. C’est… »
« … Le père de Selly… »
« Exactement. »

Alors que Don ranime le feu dans le baril, son regard se fait songeur. Comme connecté à son cerveau, Gabe devine ce à quoi il pense. Il revoit ces tests passés deux ans plus tôt. Il avait déjà été cobaye des dizaines de fois, avant ça. Son corps pour la science, moyennant rémunération. Jamais il n’y avait eu de conséquences, et il ne s’était jamais posé de questions jusqu’à présent. Gabe voit la couche d’indifférence et d’agressivité s’effriter. Don semble presque hésiter lorsqu’il lève les yeux sur lui. C’est presque imperceptiblement qu’il hoche la tête.

« Ok… ok, on y va. »

Pour fêter sa victoire sur l’homme sauvage, Gabe crache un caillot de sang. Il prie pour que demain, il ne soit pas trop tard.

_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Sam 12 Juil - 17:58 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Fairyclo
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 500
Localisation: Reims

MessagePosté le: Dim 13 Juil - 00:29 (2014)    Sujet du message: Streets of Philadelphia [Hors concours] Répondre en citant

Et ben j'vais même pas me mettre la pression de savoir si ça répond ou non à la consigne, parce que j'ai adoré. J'avais déjà sur-kiffé le texte d'origine mais là, avec le face à face entre les deux, c'est de l'inside, caméra sur l'épaule, j'adore cette sensation de "petite souris".

Après, j'ai juste eu un souci au tout départ pour savoir ce qu'il se passait... ce qu'ils faisaient sur les docks tous les deux alors qu'a priori, ils ne se "connaissaient" pas avant. Du moins, c'est leurs retrouvailles à cet instant. M'enfin c'est un détail parce qu'avec la suite on est vite plongé dans le vif du sujet et on ne lâche plus.

On retrouve bien le côté rustre de Don, le côté un peu paumé de Gabe et puis petit à petit l'équilibre se fait entre les deux personnages... Don s'adoucit, Gabe se durcit ; j'aime beaucoup cette évolution.

Pottstown, Wasteland Initiative tout ça tout ça , c'est du private joke hein, mais ça colle tellement bien à cette histoire que ça donne une dimension encore plus profonde à cette directive 51.

Bref, ce remake, c'est de l'adaptation ciné, autant j'étais dans la lecture sur le texte de Yannick autant avec toi, j'ai les images et les sensations.

Alors bien joué
Dim 13 Juil - 00:29 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 835

MessagePosté le: Mer 16 Juil - 00:37 (2014)    Sujet du message: Streets of Philadelphia [Hors concours] Répondre en citant

Chouette !! Merci mo


Le contexte, les persos, je les ai dans ma tête, du coup j'ai plongé directement dans l'histoire, à tel point que j'ai été surpris de voir arriver la fin. Tu t'es attaquée au face à face et tu le gères vraiment bien, parce que tu à totalement cerné les perso. J'ai retrouvé avec plaisir Gabe que tu étoffes, Don fidèle à lui même, un vrai "personnage à la mo", et j'ai eu l'impression d'être devant un épisode de série tv, c'est rythmé, l'écriture est fluide, et on en redemande ! Vivement le prochain épisode
Mer 16 Juil - 00:37 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:24 (2016)    Sujet du message: Streets of Philadelphia [Hors concours]

Aujourd’hui à 02:24 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°48

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield