S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
|Drabbles 2013|
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Drabbles » Archives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Dim 27 Oct - 09:19 (2013)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
SEL (Hector Vugo)

ATea

De l’hypertension, vous dîtes?
Régime sans sel et traitement à vie, s’imposent. L’hypertension artérielle est sournoise. L’impression que tout va bien puis un jour le cœur fatigué, lâche. C’est trop tard.
Quoi d’autre?
Cholestérol. Vos analyses sont franches. Réduire les aliments gras et un traitement pour y remédier.
Il me reste quoi dans l’histoire?
La santé bien sûr. Préserver votre organisme.
Permettez?
Oui bien entendu, je suis là pour vous.
Je continuerais à manger gras, à mettre du sel dans mes aliments ainsi que dans ma vie. Si mon organisme doit être préservé, ce ne sera pas de vivre pleinement.

Christine |gagnante|

Etoile aux cristaux de dentelle
Esprit d’une émotion de flanelle
Le gout d’un regret posé sur ta joue
Paillette du souvenir de notre amour fou
Peau d’un chagrin blanc
Qui se transforme en océan
Rappel d’une vie sous la coupure
L’écume se dépose comme une morsure
Sur le bout de ta langue
L’éclat du sang qui tangue
Une histoire écrite avec de l’eau
Sur la page nacrée de ta peau
Petit morceau d’âme
Le crépitement d’une flamme
Qui s’éteint dans la poussière d’un nuage
Dans le rire perdu des enfants sages
Juste une pincée de sel
Sur une larme d’aile.
 
 

_________________
Rafistoleuse
Dim 27 Oct - 09:19 (2013)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Dim 27 Oct - 09:30 (2013)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

BLANC (Christine)
 

Elfie Imy |gagnante|

Y a sur ton visage et jusque déposée sur tes lèvres cette couleur de poudre. 
Partout où j’me retourne y a des cendres et des tas de ruines. 
On vit qu’une fois et quand ça cesse, si c’est sous la lune pleine y a un côté poème. 
Et même si le monde s’en fout et continuera de tourner toujours, sans toi, je sais que le décor deviendra mat. 
Et silencieux. 
Comme le blanc. 
Et c’est terrifiant. 
Ta mère pleure en gémissant à tes côtés, mais toujours sur ton visage et jusque déposée sur tes lèvres cette couleur de poudre. 
Néant.


La Plume Du Chakal

Je pense à toi et à nous quand on était gamins sur les bancs de l’école qui nous emmerdait déjà même si on bitait pas vraiment pourquoi. On crachait nos brokes de gavroche avec le bandana autour du cou pour faire comme Renaud et on s’demandait c’est quand qu’on va où ? Moi j’suis au rade à vider des mousses et en bavant quelques mots obscènes par d’ssus ma gratte, mais toi, toi t’es passé où ? Toi t’es devenu blanc à force de suivre cette putain de ligne poudreuse du bout de l’aspirateur, on t’avait dit d’te méfier de la blanche mais t’as rien voulu entendre, ‘pis t’es passé à la brune, parce que c’est moins cher, que ça t’paraissait plus bandant. Et maintenant t’es juste blanc. Et moi j’suis rouge. Et si j’trouve ton putain de dealer, je l’enverrais t’rejoindre à trop d’pieds sous terre.
_________________
Rafistoleuse
Dim 27 Oct - 09:30 (2013)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Dim 27 Oct - 09:43 (2013)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

HASARD (Elfie Imy)
 

Odepluie |gagnante|

David était un scientifique, il ne croyait pas au hasard.
Dans la boite de nuit, assis en compagnie de deux potes, il regardait en catimini Charlotte se déhancher sur la piste. Elle était réapparue dans sa classe quelques semaines plus tôt, et il n'arrivait plus à la chasser de son esprit. Belle et rebelle, elle tournoyait, les yeux clos.
- Tu vas pas nous virer zinzin à cause de cette gamine David, déconne pas !
N’était-ce pas déjà trop tard ? Il la vit s’arrêter et sortir prendre l’air. Il se leva :
- Je vais me fumer une cigarette…
_________________
Rafistoleuse
Dim 27 Oct - 09:43 (2013)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Dim 27 Oct - 09:46 (2013)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

PARDON (Odepluie)
  


La Plume Du Chakal


Un joint qui se consume au fond d’une bouteille vide, un vieux rock usé qui s’éternise dans le mange-disque et toi qui reste là à r’garder jamais ailleurs qu’autre part, surtout vers là-haut, comme si le ciel allait t’chier les réponses que t’aimes à t’questionner pendant des plombes. Moi j’reste le cul entre deux tabourets, position inconfortable mais j’m’en pleins pas, affable mais en rade, largué, et si j’dis rien, c’est que j’bite rien, explication probable. T’es juste là, perchée sur ton balcon, dominant nous autres sans prétention, sans jugement, sans vraiment d’intérêt même. J’cogite mais rien n’s’explique. Pardon, toi.


Christine

Mais qu’est-ce que tu crois? Tu arrives, un sourire baveux accroché au coin de ta bouche. Les yeux pisseux, d’un chien faussement battu, réclamant une caresse derrière l’oreille. Tu me lâches un, je t’aime de pauvre, comme un crachat sec qui te retombe sur le menton, avec mollesse et apathie. Remballes ton attirail d’être martyrisé, parce que c’est toi qui m’a fait du mal. Tu es la, a genou quémandant un pardon, l’absolution pour ton énième péché. Mais la vraiment, c’était la fois de trop, je n’ai plus de pardons a t’offrir, je les ai épuisés, tout comme ma patience.


Yannick Darbellay
|gagnant|

Les os broyés.
Je voudrais.
Je voudrais les voir dégueuler leurs dents, et leur dedans. En nage. Je voudrais leurs casser la gueule, leurs éclater le visage, à coup de latte, à coup rage. Rouge. Leurs forger, de mes poings, des virages insensés, de mes mains, dans la face, pour que s'efface l'image insoutenable de leurs méfaits. Vous savez, pour le mal qu'ils ont fait. Les écouter craquer sous mes pieds, je voudrais. Je voudrais qu'elle s'apaise quand je les atomise. Qu'elle leurs dise quand ils demandent pardon, qu'elle leurs dise non. Je voudrais qu'ils supplient, pour qu'elle puisse refuser.
_________________
Rafistoleuse
Dim 27 Oct - 09:46 (2013)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 28 Jan - 19:32 (2014)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

URBAIN (Yannick Darbellay) 

La Plume Du Chakal


La vieille du Temple dansait sur les cendres bleues tapissant le parvis, éclairée par un clair de lune en forme de réverbère. Les flashs urbains percutent les iris dissidents, aveuglent les foules, inondent en ricoché les pavés humides, les trottoirs trop noirs, de gens, d’instincts, reptiles, incertains, qui s’égarent sans voir la vieille du Temple qui danse sur leurs cendres, qui s’enlace, qui n’se lasse, qui s’efface et permet aux tristes passagers le choix de n’pas accoster, d’se laisser brûler, sans qu’rien n’se passe. Les fous sont libres dans leurs errances. La vieille du Temple danse sur ses cendres.



Octobell


La foule forme une masse unique compacte et grouillante. Joe, dérapant sur les pavés, prend juste le temps de l’hésitation pour reprendre son souffle et la fendre, bousculant sans vergogne les gens qui protestent à son passage. Il se retourne régulièrement pour surveiller l’avancée de son assaillant. C’était une mauvaise idée. Il marque son chemin aussi sûrement que s’il était en train de traîner un cadavre dans la poudreuse. Au-dessus de lui, les buildings semblent pencher dans sa direction, à droite, à gauche, cacophonie, lumières épileptiques, ça klaxonne, ça étouffe, ça pollue. L’entrée du parc ressemble à un panneau EXIT.



Christine |gagnante|


Des building en trompe-l’œil s’accrochent aux nuages névrosés, ils exposent l’ambition des hommes qui veulent être l’égal de Dieu. Des forets de béton s’imposent au bord des sentiers de bitume. Les merdes fleurissent sur les trottoirs illuminées par des néons crevards. L’urbanisme dans toute sa splendeur décadente. La pollution en perfusion, drogue new age. L’urbain scintille de modernisme, il gratte le cul des anges sur sa pelouse en barbelé et ses fenêtres a barreaux. Nécrose d’une ville cancéreuse, les tours poussent comme des champignons mortels, cachant le soleil aux fleurs qui font de la résistance dans les craquelures du macadam.
_________________
Rafistoleuse
Mar 28 Jan - 19:32 (2014)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 28 Jan - 19:35 (2014)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

PARESSEUX (Christine) 
 
Wilou
Oh là ! Pas trop vite, hein. Il n'est que quatorze heures du MATIN ! Alors, ça va aller. Un pied hors de la couverture. Un deuxième. Je sens l'air frais sur mes genoux. C'est que ça me réveillerait, en plus de ça. J'étire le bras droit. Puis le bras gauche. Je sens un craquement dans mes vertèbres. Je baille. Un pied au sol. Le deuxième. Je regarde mon réveil. Un œil après l'autre, hein. Faut pas pousser. Quatorze heures dix. Et puis... je me lève. Je regarde par la fenêtre. Volets fermés. La vie est dure, le dimanche MATIN.


Bis |gagnant|

Je suis las et paresseux, je suis froid et amoureux. Je ne sais pas ce qu’est la vie à deux, je sais plutôt ce qu’est une nuit en sueur. J’ai peur de sa réaction, peur de ma passion, de son échec. Je sens tout au fond de moi comme un sentiment de défaite. Je sais déjà ce qu’elle va dire, ce qu’elle va faire. Je sais déjà que je vais mourir dans l’enfer de son refus de dire « moi aussi ». Et mon je t’aime est occis sans être sorti. Car je suis las et paresseux, froid et amoureux.


Octobell

Lui il s’en fout de tout ça, tout ce qu’il veut, c’est dormir. On le traite de paresseux, de fainéant. On lui donne même des surnoms débiles sur sa proportion à s’endormir n’importe où, n’importe quand. Narco. Il s’en fout parce qu’il a son secret. Il dort car il peut rêver. Dans ses rêves, le monde est parfait, tel qu’il a envie de l’imaginer. Les gens qui se moquent ne rêvent pas, ils ne dorment pas. Ils vivent trop vite, pour ne rien rater. Ne rien rater d’un monde réel aseptisé. Lui il a réalisé ses rêves puisqu’il vit dedans.
_________________
Rafistoleuse


Dernière édition par Rafistoleuse le Mar 28 Jan - 20:35 (2014); édité 1 fois
Mar 28 Jan - 19:35 (2014)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 28 Jan - 19:36 (2014)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

NIVEAL (Bis)
 

La Plume du Chakal

Des escaliers en parpaing mènent vers un parapet de pierres peintes sur lequel tapines les riches matrones de la Rome mourante. Cachées derrière des masques satinés sur lesquels tombent une neige molle, les descendantes des Sabines ont délaissé leurs métiers à tisser et viennent sur les toits des maisons offrir leurs cons aux badauds moins fortunés. Alors que les paters s’enfilent quelques culs de jouvence, elles ne cherchent aucune reconnaissance, mais un peu d’attention pour les fleurs qu’elles tentent de faire croitre sous le poids de la neige moite. Nivéales au visage effacé, elles se drapent dans l’éloquence de leur nudité.



Wilou

J'ouvre les yeux pour la première fois. Le vent gonfle mes poumons et je crie. C'est si froid, si violent. Je me sens moite, pourtant. Les mains sur moi tentent de me réchauffer. Mon environnement primaire est blanc et rouge. Je ne vois pas la différence entre le matin et le soir, tout est brillant et effrayant. Puis on me serre contre une poitrine imposante. Je ne sais pas où je suis, je sais seulement que c'est dehors, que c'est bruyant, et que je veux retourner à l'intérieur. Comme un perce-neige, je tremble. Mais le ciel est mon seul toit.



Christine |gagnante|

Le froid ne mord plus l’enfant, étendu en étoile sur le sol sauvage. Il reste immobile alors qu’une neige de suie, lourde et collante, s’étend vers l’horizon. Des corbeaux repus, trônent sur les restes de leur festin. Des fleurs de chair ont éclos sur des rivières rouges. Son cœur est fatigué de battre, son corps brisé refuse de bouger. Voila l’enfant soldat qui est couronné roi., des pétales d’hellébores ornent ses cheveux de sang. Il attend en silence son dernier souffle. Une larme s’écrase au sol emportant sa souffrance. Alors que son âme se fane, une rose de noël éclos.
_________________
Rafistoleuse
Mar 28 Jan - 19:36 (2014)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 28 Jan - 19:39 (2014)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

FESTIN (Christine)
 

Wilou |gagnante|

Ils se reposent, les bras écartés, allongés sur leurs chaises longues. Les verres de vins sont encore à moitié pleins, mais de nombreuses moitiés ont déjà disparu. La fumée des candélabres se disperse au vent. Puis, il y en a un qui chante. Il raconte son histoire, son mythe, tel Aristophane, et les autres écoutent. Quand il a fini, on applaudit. Un autre se lève et vide son verre. Les victuailles étalées sur les tables ne se sont pas toutes évanouies. Un couple s'embrasse, ivre de sensualité et de liquide doré. Les vêtements tombent. Le banquet n'est pas encore fini.


Elfie Imy

C’est celui des bêtes sauvages.
Ça pue la misère et la faim qui déchire les tripes de ses griffes acérées. Y a la neige qu’est tombée sur la terre gelée, le vent qui siffle aux oreilles, les yeux jaunes des bêtes qui se glacent sans pitié. Le hurlement de la meute, loin dans le sombre, dévale la montagne, et comme l’enfer s’approche à pas affamés. Pas de chandelle, pas de dentelle, pas de vaisselle. Même les ogres et les farfadets sont cachés. Ne restent que ces petits êtres de chair, sans arme, paumés, recroquevillés.
Le festin.
Celui des bêtes sauvages.


Octobell

Ca a le parfum du souffre et la couleur du cuivre. Le vice, c’est moche et ça pue. Mais c’est mon pain quotidien. Et je suis affamé. Je me nourris de ces perversions qui transpirent de ces hommes qui évoluent sur le pavé, là-dessus moi. La tromperie, la trahison, le mensonge, la triche, tant de petits maux quotidiens que chacun se transmet comme un virus. Nourrissez-moi ! Je suis chaque jour plus fort de vos travers et vos faiblesses, et le grand barbu, tout là-haut, pleure de vous voir corrompu à moi. De votre humanité, je m’en fais un festin.
_________________
Rafistoleuse
Mar 28 Jan - 19:39 (2014)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 28 Jan - 19:41 (2014)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

CALEMBREDAINES (Wilou) 
 
Rafistoleuse |gagnante|


J’aime bien piquer les livres de maman. Je choisis une page, et le premier mot pas compris, je lui demande. Et à chaque fois, c’est le même refrain. Je ne suis pas un dictionnaire, qu’elle me dit. 
« Selon toi, ça veut dire quoi, « calembredaines » ?
Je pense à papa. Il dit souvent, après avoir manger, que sa bedaine est pleine. Une calembredaine, c’est peut-être un truc vachement bon et consistant, un truc qui cale en bedaine, mais y a un « r » dont je ne saurais pas quoi faire. Maman rigole, ça doit pas être ça.
_________________
Rafistoleuse
Mar 28 Jan - 19:41 (2014)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 28 Jan - 19:42 (2014)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

PANTOUFLE (Rafistoleuse)
 

Octobell |gagnante|


Elle a couru toute la journée dans ses talons hauts. Boulot, shopping, marmots. C’est le lot de la femme d’aujourd’hui : active, hyperactive, et sexy en même temps. Pour être belle, il faut souffrir, n’est-ce pas ? Elle a emmené les gosses chez sa mère pour la soirée, et claque la porte de chez elle, où elle s’y appuie une seconde en soupirant. Puis elle vire les talons, le chemisier, le pantalon, enfile un grand tee-shirt de son mari, prépare le pot d’Hagen-Daz, le DVD, enfile ses grosses pantoufles de petite fille et s’enfonce dans le canapé. Le pied !
_________________
Rafistoleuse
Mar 28 Jan - 19:42 (2014)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 28 Jan - 19:45 (2014)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

ALTER EGO (Octobell)
 

Hector Vugo |gagnant|


Sans faire de l’ombre à la génétique
Prenons un autre chemin
Une route presque à l’oblique
De nos curieux destins
Un itinéraire bis emprunté au hasard
A l’orée d’une envie de bizarre
Où nous pourrions sans crainte
Croiser ce double pas sot
Ce jumeau improbable
Cet alter ego
Qui dans la glace nous enverrait l’image
De notre bouille améliorée
D’un rictus à l’usage
Charmant et encore
Si la lumière du plafonnier
Daignerait marcher
Car une ombre ressemble
A s’y méprendre au quidam inconnu
Au couillon de service croisé dans la rue
A celui qui regarde le miroir et c’est moi



Yannick Darbellay


"Truffe au vent...


... Et puis c'est tout. C'est le début de mon texte. En fait l'idée c'est de parler d'un chien qui serait mon alter ego. Je voudrais aborder le sujet sous un angle marrant, du genre on fait les mêmes conneries, lui et moi, et tout... On se ressemble, un peu comme dans les 101 dalmatiens, au début, là... Ouais mais voilà, je vois pas comment tourner le truc.
Ou alors j'en fais quelque chose d'émouvant. Hein ? ça c'est une option qui n'est pas mauvaise. Sauf que j'aime pas les chiens.


... Médor c'est mon alter ego."



Wilou


Comme dirait l'autre altermondialiste, là, à la télé ou à la radio, je ne sais plus vraiment, le capitalisme, c'est pour les cochons. Et un jour le système s'effondrera, parce qu'il le faut bien. Il faut reconstruire, tout refaire. Révolutionner. C'est son mot, ça. L'ego-logique de base, celui qui se fait mousser sur un petit écran en RVB. La révolution, qu'il dit, ça commence par le bas, faut apprendre aux enfants à lever la tête, à dire non, et quand ils seront grands, ils changeront le monde. Ouais faut tout changer. Mais tout le monde s'accroche à son status quo.



Elfie Imy


On a fait alter, on a fait ego.
Un jour à la mer, le petit matin sous l’eau.
Doigts entrecroisés, et fouillis dans nos cerveaux on a suivi, dignement éméchés, le sentier.
Nos pieds étaient rougis, et piqués de sel.
On avait du sable entre les orteils.
Une âme que tu disais sœur et toi, frère de sang, frère de peau.
C’était bien, c’était juste avant ta fin.
Après t’as volé doucement, loin, si loin, tel un cerf-volant.
Maintenant, le soir tombe, je trébuche de solitude au souvenir de nos rêves qu’on a soulevé si haut, ensemble, mon alter ego.
_________________
Rafistoleuse
Mar 28 Jan - 19:45 (2014)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 28 Jan - 19:46 (2014)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

RAVIOLI (Hector Vugo) 
 
Wilou
Entre la salade niçoise et la galette aux champignons, elle m'a regardé, puis elle a dit « en fait, franchement, toi et moi, c'est un peu comme Space Mountain » et j'ai vraiment pas su comment interpréter ça. Je me suis dit, quand même, deux minutes, quoi. Je me suis passé la main sur la nuque, un peu gêné, sans savoir quoi lui répondre. Elle me regarde gentiment. J'ai connu des ruptures originales, mais celle là, on me l'avait jamais faite ! Puis le serveur arrive. Je regarde la carte. Je crois bien que je vais plutôt prendre les raviolis...


Rafistoleuse |gagnante|

J’ai découpé un rouleau de peau, je l’ai pétrie et retravaillée un peu. J’ai découpé le foie et la ratte en brunoise. Ajouté quelques grammes de côtes râpées. La sueur qui imprégnait encore son épiderme servirait d’assaisonnement. J’ai étalé la peau afin d’obtenir deux rectangles identiques. J’ai déposé ma farce en petit tas bien propres au milieu. Puis j’ai badigeonné de sang pour bien souder les peaux, afin que ça ne filtre pas. J’ai recommencé plusieurs fois avant de les faire bouillir dans son urine.

« Les enfants, à table ! Le lundi c’est ? »

« Raviolis ! »
_________________
Rafistoleuse


Dernière édition par Rafistoleuse le Mar 28 Jan - 19:49 (2014); édité 1 fois
Mar 28 Jan - 19:46 (2014)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 28 Jan - 19:48 (2014)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

CASE (Rafistoleuse) 

Elfie Imy |gagnante|


Au souvenir de toi, je colorie les petites cases. 
C’est un truc de mots croisés, c’est le pépé qui en fait, moi je sais pas. 
Moi, je suis sans les mots, depuis qu’on a cautérisé mon cœur au fer rougi. 
Sans les mots, ni même leur définition. 
A vide.
Comme un bout de cailloux dans un vieux soulier. Pareil.
J’ai les feutres par contre, ceux à paillettes, ceux de la petite poupée. 
Elle me les a prêtés.
Alors je prends les mots croisés niveau 3 du pépé et avec les pointes de couleur, je remplis les cases.
Mosaïques.
Pour oublier.




Yannick Darbellay


Je souris tout le temps aux gens. À l'intérieur de moi y a des arcs-en-ciel. Ça me donne le sourire. Mais quand ils sont méchants, je pleure. 
« Pleurer c'est pour les enfants » dit papa. « T'es grand, putain ». Moi je suis Grand-Putain. Et j'ai la voix grave, comme celle de papa. Et trop de force. Maman dit que j'ai trop de force. Je pourrais corriger les vilains comme papa me corrige, mais j'ai des arcs-en-ciel dans la tête. 
J'aimerais me défendre. Mais il me manque une case. Je crois bien que c'est celle-ci : la méchanceté.
_________________
Rafistoleuse
Mar 28 Jan - 19:48 (2014)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 28 Jan - 19:56 (2014)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

SOLO (Elfie Imy) 

Wilou


Son rêve, c'était d'être un héros de Star Wars. Tout petit déjà, il s'entraînait en cachette, dans le secret de sa chambre et de ses couvertures, à faire bouger des objets. Le stylo, sa montre. Rien de rien. Alors il en avait conclu qu'il n'avait pas la Force avec lui. C'était comme ça. Il ne serait jamais un Jedi. Il prit sur lui, bien entendu. L'adolescence passa par là, et les filles accaparèrent son esprit bien plus que Maître Yoda. Et puis, dans les films, c'est Han Solo, qui chope la nana ! Alors la Force, hein, c'était surestimé !




Rafistoleuse |gagnante|


Il arrive avec sa guitare, gratte quelques cordes. Il a toute mon attention, le brouhaha continu m’agace. Sa voix me bouscule. M’intrigue. Me capture. Il me tue. Me réveille. Il m’a toute. Le monde autour s’est arrêté de respirer, ou n’est-ce que moi ? Les secondes tremblement-de-terre se succèdent en apothéose. Je ne suis plus capable de penser. Sa voix remplit tout l’espace. Ses cordes hachurent le temps. Indissociables, elles sont un. Il pourrait chanter n’importe quoi, le sens des mots ne compte pas. Sa voix me raconte, à elle seule. Une de ses rencontres, une claque dans la gueule.




La Plume du Chakal


Quelques rayons de lune passent par la lucarne de ma turne
Une bouteille vide roule près d’un cendar’ qui s’enfume
Le parquet grince, le bois me pince, le reste m’éreinte
Pensées restreintes en astreinte d’un cave à l’âme dépeinte
Par quelques brokes qui s’écrasent sur les pages blanches
D’un carnet jaunit par les errances éthyliques du dimanche
Soli-solo dans une bagnole en fer qui roule sans essence
Le jeune trop vieux pour voler cherche en vain un sens
Quelque chose à faire pour occuper sa vie sans enfance
Un machin sans importance pour lui mais tant pour d’autres
Son pater en apôtre lui suggère de gagner ses épeautres
_________________
Rafistoleuse
Mar 28 Jan - 19:56 (2014)
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 28 Jan - 19:58 (2014)    Sujet du message: |Drabbles 2013| Répondre en citant

POLAROÏD (Rafistoleuse) 

La Plume du Chakal


Le vieux frère Soleil s’ramène quand la lune titubante à moitié pleine
Se retire en chapardant les clés de la cave où trainent encore quelques bouteilles
La tête entre les pattes, il s’arrête trois nuits sous un arbre et songe à sa néréide
La matte en solo sur un polaroïd, s’demande si elle a rejoint ses quarante-neufs frangines
Un vieux mec en costard crade s’radine sous l’arbre et daigne à partager ce soir
De son chapeau élimé tout noir, il fait jaillir deux pétards et une vieille guitare 
Un blues barré se décroche des cordes qui s’tordent, 
enchante le chacal




Elfie Imy


Ça faisait cliché comment on souriait publiquement sur ce banc pourri. 
Y avait la peinture qui s’écaille de tortue, c’était juste après la sortie. 
On était crevé des tours du stade avec de la sueur froide entre nos vertèbres. 
On avait fait les beaux avec nos maillots, toi tes muscles de costaud, moi mes guibolles brindilles et ma langue qui dégueulait de mots. 
On buvait dans nos gourdes, et on se vannait pour savoir de nous deux c’était lequel le champion de trop. 
Maman avait débarqué sans prévenir et d’un geste, dans son truc à flash instantané. 
Clap !
Souvenir.




Christine


Tu as si souvent versé des larmes sur mon sourire.


J’ai reçu de toi tellement des baisers, fous, éperdus, sans fin. Mais aujourd’hui tu ne viens plus me caresser, me regretter, m’aimer comme un désir fantôme.


Je commence à m’effacer, à perdre mes couleurs, mon sourire se fane et ma lumière s’éteint.


Je peux encore entendre ton cœur battre, vivre et rire. Dans mon cercueil de cuir je respire l’odeur du passé. Tes regrets se sont envolés et mon souvenir avec eux. Je ne suis plus qu’un vieux polaroid jauni en fin de vie, que tu ne regarderas plus jamais.




Yannick Darbellay


J'ai tourné une page de l'album photo. Un peu de poussière d'autrefois qui s'envole. Ça me chatouille dans le ventre, là où sont planquées les émotions. Maman, t'as le sourire sans les rides, dans ta robe blanche à côté de papa qu'est beau comme un Turque. Ça me fait un truc. Derrière vous deux y a le monde en noir et blanc, avec plein de couleurs dedans. Ça me fait un truc dans le bide, jusqu'aux yeux. Comme si le gros temps se levait. Alors j'ai soulevé le film plastique. Et j'ai piqué l'image polaroid avec vous deux fringants dessus. 




Wilou |gagnante|


Je vois ton sourire, ton air malicieux, ce regard un peu gris, deux perles rares. Ces mèches blondes un peu folles qui retombent comme elles veulent. Ce visage doux, un brin anxieux. Et j'entends ton rire, je pense à cette partie de cache-cache. A ta manière de dire Grenouille. Cela fait un moment, n'est-ce pas ? 




Je vois ce sourire, gravé dans le marbre. Ce qu'il en reste, une stèle. Et quand ta stèle aura ton âge, je penserai à l'adolescent que tu aurais pu devenir. En attendant...




Et puis ça reste là, dans un tiroir, précieusement. Ce cliché intemporel.
_________________
Rafistoleuse
Mar 28 Jan - 19:58 (2014)
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:10 (2016)    Sujet du message: |Drabbles 2013|

Aujourd’hui à 14:10 (2016)
Poster un nouveau sujet  Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.   Jetez l'encre ! Index du Forum » Archives

Page 2 sur 3
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3  >

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield