S’enregistrer FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
Ménage à trois.

 
  Jetez l'encre ! Index du Forum » » Historique des Défis » Défis n°51 à 100 » Défis n°51 à 60 » Défi n°56
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Lun 29 Sep - 23:44 (2014)    Sujet du message: Ménage à trois. Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Un craquement. Des pas. Un poids se laisse tomber non loin de moi. Plus rien. Soudain, ça bouge fort. Je suis projeté contre une paroi, me rattrapant à tout ce que je peux. Un bout de papier rigide, une corde, rien ne me retient. Oh mon Dieu! C'est un tremblement de … Plus rien. Tout est redevenu normal… Ma parole, quel réveil! J'ai mal à la tête. Je tente un mouvement, mes articulations sont rouillées. Jeanne, JEANNE! Ca bouge! Elle m'a entendu, ma douce.  

 
Un rayon de lumière. Waow. La lumière est éclatante. Enfin, pour mon oeil droit. Mon oeil gauche semble avoir un problème. Il penche et regarde ailleurs. Mais enfin, Jeanne dans quel pétrin m'as tu mis? J'y vois un peu plus clair maintenant. Un peu plus net, je ne sais pas ce qu'il faut dire. Aaatchoum! Toute cette poussière. Jeanne! Je suis où? Tu es où? A quoi rime cette farce?! C'est pas drôle! 

 
JEANNE! Un visage. Vous n'êtes pas Jeanne. Où est Jeanne?! Je veux voir Jeanne. Ma douce, ma protégée. Cesse de jouer, viens me chercher… S'il te plait, j'ai peur. Excusez-moi, pouvez-vous appeler Jeanne ?  

 
Le visage me scrute. Une petite fille. Peut-être une copine de Jeanne. Triste la copine. Des perles d'eau ont séché sur ses joues potelées. Sa peau blanche a rougi sur son nez. Je reconnais là, les stigmates de la tristesse. Et personne pour sécher tes larmes, pour atténuer ton chagrin. Ton doudou est bien un incapable de t'abandonner ainsi. Je ne laisserais jamais ma Jeanne. Jamais. C'est plutôt elle qui me laisse. Mais je ne suis pas jaloux, je sais qu'elle revient toujours vers moi. Elle ne m'abandonne pas, elle grandit en Société, voyez-vous? Elle joue à la grande. Mais dans son coeur, je suis là. Face à la nuit, je reste là, fier, à veiller sur elle. Je chasse ses mauvais rêves et les araignées. En été, je déploie des trésors d'ingénierie pour envoyer les moustiques vers les toiles d'araignées. Et ensuite, je chasse l'araignée. C'est harassant, mais je ferais tout pour ma princesse. Tout. 

 
Le visage me scrute toujours pendant que je divague. Faut dire que ma Jeanne, elle m'inspire. Elle me donne des ailes. Dans le coeur en tout cas. Et là, des ailes, j'aimerais bien en avoir pour m'envoler de ce trou. D'ailleurs, je suis où. Au contact rugueux, à la vue des objets m'entourer, je suis dans un… dans un… dans un CARTON! Jeanne, c'est vraiment pas drôle ta blague. Aaaatchoum! Maudite poussière. Sous ma patte, une photo retournée vieillie, jaunie… Je n'arrive pas bien à voir ce qu'il est écrit. Il faudrait que je la retourne. Je la coince, j'attrape un coin, je… Eeeeeh! Petite Fille, lâche-moi! Lâche-moi j'te dis! … Non, non, non, ne me lâche plus maintenant, c'est beaucoup trop haut. Oh la la, j'ai le tournis. Oh ça y est, mon vertige. Concentre-toi, concentre-toi! Un point, vite! Un point fixe! Tiens, la photo. <Jeanne. Vacances à …> Je n'arrive pas à lire la suite. Petite fille a enlevé le carton. Elle le repousse et le laisse là, dans un coin du grenier. Je ne reconnais pas cet endroit. Peut-être sa maison? Comment suis-je arrivé là? Ca suffit, j'en ai marre. J'ai besoin de Jeanne. JEANNE, où es-tu mon ange? Je ferme les yeux. Je me ferme aussi. 

 
Je sens une larme couler sur mon coeur. Je sens une chaleur. Je sens qu'elle me serre dans ses bras. Elle me console. Mon coeur tressaillit. Petite Fille est tendre. Petite Fille a le coeur qui bat sereinement, profondément. Petite fille me serre fort contre elle. De ses deux bras. Toujours plus costauds que ceux de ma Jeanne. A moins que ce soit son câlin qui soit plus fort que celui de Jeanne. Non, non Papou. Chasse cette idée immédiatement. L'herbe est toujours plus verte ailleurs. Jeanne, tu la connais depuis quoi? 10 ans maintenant! Tu ne vas pas lui faire d'infidélités à la première occasion. Remarque, elle te laisse bien…  

 
Je manque de tendresse ces derniers temps. Faut dire que la maman de Jeanne n'aime pas trop quand je suis dans les parages. Elle me traite comme une mauvaise fréquentation, elle me met à l'écart, me regarde d'un mauvais oeil. Elle pousse Jeanne loin de moi. Et Jeanne? Jeanne, tu fais quoi toi? Tu l'écoutes, tu oublies tous nos jolis moments, toutes nos confidences. Enfin surtout les tiennes. Tu oublies toutes ces heures à jouer sous la couverture quand tu étais censée dormir. Tu oublies toutes ces escapades dans le jardin où on revenait plein de terre et d'herbes folles mais heureux. Tu me délaisses. Alors, ne viens pas te plaindre si tu me trouves dans les bras d'une autre!  

 
Soupir 

 
Est-ce le mien? Est-ce le sien? Je ne sais pas dire. Un écho. Un soupir à l'unisson. Serions-nous deux coeurs brisés? Deux âmes esseulées? Petite Fille, tu me sembles porter un fardeau sur tes épaules. Pour réponse, tu me regardes. Tes yeux verts d'eau brillent d'un éclat. J'en suis bouche bée. Quoique je n'ai jamais su si j'avais une bouche ou un museau. Museau béant, ça se dit? Tu me regardes interloquée. Est-ce que tu entends mes pensées? Si tu les entends, je m'excuse pour tout ce flot. Je m'excuse si j'ai eu de mauvaises pensées, tu n'es pas potelée. Enfin si, mais c'est mignon. Petite Fille réponds-moi. Jeanne me parlait souvent. Je n'entends pas le son de ta voix depuis que je te connais. Je vais un peu vite en besogne. Je ne voudrais pas que tu penses, enfin, je ne voudrais pas que tu croies. Je sais plus où j'en suis. Tu ne voudrais pas aller goûter. Un câlin d'abord? D'accord. Avec plaisir. Grand plaisir. Qu'est ce que tu es douce… La peau de ton cou est un appel à la caresse et aux bisous. Tu dois en être couverte. Serais-tu aussi triste? Qu'est ce qui te rend triste, ma belle enfant? Non, non, ne parle pas. Laisse ton corps s'exprimer. Ta respiration s'amplifier. Ton coeur ralentir. Voilà… Je sens un petit apaisement.  

 
MARIANNE!  

 
Outch! Tes bras se sont crispés. Tu me serres fort, ça fait mal. Petite Fille, Petite Fille. Calme toi, calme toi. J'ai mon oreille coincée. S'il te plaît, calme toi. C'est vrai qu'elle est stridente cette voix. Désagréable. Ton coeur s'emballe, tu respires vite, trop vite. Ton apaisement s'est envolé. Bravo la Voix! Bravo. Tout mon réconfort brisé en quelques secondes. Je peste. Mais Petite Fille, Marianne ne me lâche pas. Non, elle s'agite. Sa tête virevolte dans tous les sens. Ses cheveux en bataille volent de droite à gauche. Elle cherche une cachette. Là-bas, regarde.  

 
Des pas montent ce qu'on prendrait pour un escalier. Ils se rapprochent. Elle court vers un coin de la pièce, du grenier. Un grenier avec ses vieux tapis, ses vieilles lattes en bois qui craquent et signalent chaque mouvement de corps. Traître. Ses vieilles fenêtres qui laissent passer quelques rayons. Elle court.  

 
Marianne, c'est trop long quand on crie, j'te trouverais un surnom. Papou, reprends toi, c'est pas le moment de tergiverser! D'où il me vient ce mot! Roh bon sang. Je panique. Je panique. Le flot de mes pensées s'accélère. Stop. Concentre toi, concentre toi. Les pas se rapprochent. Petite Fille s'est précipitée dans un coin… Marie, non. Anne, non plus. Maria, Manne. Ehhh Man! Ca fait rasta, ça sonne bien. Man, tu m'caches dans ton dos? Tu as honte de moi? Elle ne bouge plus. Pas un mot. Elle se tient immobile devant un vieux fauteuil. Un vieux, on dirait un trône. Quoique j'entendais souvent Maman de Jeanne lui dire d'aller au trône. C'est ça, le trône? Il n'a rien d'exceptionnel, pourtant qu'est ce que tu as pu nous séparer. Je ricane. Je susurre.  

 
"Vieux tas d'bois. Tout poussiéreux, en plus
- Comme toi, vieux doudou! qu'il me répond. 
- Eh! Je n'te permets pas.  
- Garde tes belles paroles pour toi. Ca n'te sauv'ra pas. C'est la fin. 
- Parle pour toi. 
- Tu finiras dans un autre carton. La Jeanne, elle t'a laissé tomber. Ta P'tite fille, elle f'ra pareil. 
- De quoi tu parles? 
- La Vérité, y'a rien d'mieux!

 
Face à face, je ne saisis pas bien ce qu'il me dit, le machin.  
Je n'ai pas le temps de réfléchir plus. 

 
"Marianne, qu'est ce que tu fais ici? 
- …  
- Arrête tes bouderies maintenant! Je t'ai déjà dit de ne pas monter. Tu n'en fais qu'à ta tête. Tu m'as foutu un de ces bazar! C'est toi qui range peut-être?" 

 

 
J'aime pas bien comme elle lui parle à ma Ptite Fille. Mais c'est vrai qu'elle pourrait tomber dans l'escalier, et se faire mal, et… 

 

 
"Marianne. Qu'est ce que tu caches dans ton dos? Qu'est ce que tu as trouvé encore? Je te préviens, tu laisses ça ici." 

 

 
Je sens les pas se rapprocher. Ils sont plus lourds que ceux de ma Douce. Ceux de sa maman peut-être. Petite Fille me serre fort, elle ne veut pas me laisser, je le sens. Je ne veux pas la laisser non plus. Tant pis pour Jeanne. Je lui expliquerais. Je serais fort. Les pas se sont arrêtés. Je vois l'ombre qui s'accroupit. On s'envole brusquement. Elle prend Petite Fille dans les bras. Je suis encore bien caché dans le dos. Ses cheveux me chatouillent le bout du museau.   

 

 
La voix se fait plus douce. 

 
"Tu me montres?"  

 
Petite fille hésite. Je ferme les yeux. Faites qu'elle ne m'abandonne pas. Je ferais tout ce que vous voulez. Je prendrais soin d'elle comme de la prunelle de mes yeux. Enfin, celui qui est valide. J'irais voir un couturier ophtalmo pour l'autre. Je veillerais sur elle comme j'ai veillé sur Jeanne. Je… je… 

 
"PAPOU!" 

 
C'est moi, c'est mon nom. J'ouvre les yeux. Un visage. On se connait? 

 
"PAPOU! Papa m'avait dit qu'il t'avait perdu!" 

 
Jeanne? Ma Jeanne? 

 
"Quel filou, il t'avait caché à maman!" 

 
Jeanne, ma Douce, ma Tendre! Excuse-moi, excuse-moi pour toutes ces mauvaises pensées envers toi. 

 
Je vois des larmes emplir ses yeux, mais son sourire me fait penser qu'elle est heureuse de me voir. J'ai du mal à la reconnaître. Ses yeux sont les mêmes, le même vert d'eau que Petite fille, mais son visage, son visage est si grand maintenant. Elle a grandi. Elle a grandi sans moi. J'ai dû passer du temps dans ce carton… Et si Petite Fille ne m'avait pas trouvé … Je n'ose imaginer. Petite Fille qui me sert bien fort dans ses bras maintenant. Elle a peur de me perdre. Je ne veux pas la perdre non plus. Depuis le temps, Jeanne a dû trouver d'autres doudous pour veiller sur elle la nuit. 

 
"Ma puce, Papou, c'était le doudou de Maman quand elle était bébé. C'est le meilleur des doudous." 

 
Petite Fille me serre fort dans ses bras. Je suis entouré par les deux femmes de ma vie. Je m'envole, j'exulte. Vieux tas d'bois avait tort. Ce n'est pas la fin. Ce n'est pas … 

 
"Si tu veux, il peut descendre avec nous pour le goûter…" 

 
Le goûter? Le goûter! Chouette! Toutes ces émotions, ça creuse dis donc! 

 

 

_________________
ATea.
Lun 29 Sep - 23:44 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Rafistoleuse
Coup de Coeur ...
Coup de Coeur ...

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 4 563

MessagePosté le: Mar 30 Sep - 04:41 (2014)    Sujet du message: Ménage à trois. Répondre en citant

Rho la la la je l'aime ton histoire, elle est superbe ... On passe par toutes les émotions en même temps que Papou.
Il devient un véritable être vivant avec des sensations, des sentiments... c'est magique !

Papou est un vrai preux chevalier, un défenseur, et puis il est drôle. L'homme parfait ?

Et puis cette fin

Rha...Merci, je commence bien ma journée moi !


C'est vrai que c'est drôle les similitudes dans l'idée de fond... Et puis Clotilde et Marianne ont le même âge ^^
_________________
Rafistoleuse
Mar 30 Sep - 04:41 (2014)
Auteur Message
Pita 2707
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 10 Sep 2014
Messages: 11

MessagePosté le: Mar 30 Sep - 09:43 (2014)    Sujet du message: Ménage à trois. Répondre en citant

C'est splendide... j'ai fabuleusement imprégné le personnage du doudou... il m'a entrainé dans les tourbillons émotionnels de sa vie. J'ai adoré être ce doudou, ça donne envie d'aller acheter un doudou, lol ! 
Mar 30 Sep - 09:43 (2014)
Auteur Message
christine
Super Coup de Coeur
Super Coup de Coeur

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 988
Localisation: cholet

MessagePosté le: Mar 30 Sep - 10:59 (2014)    Sujet du message: Ménage à trois. Répondre en citant

Quel texte magnifique.Les émotions débordent de tes mots et se répercutent dans nos yeux.
Il y a de la douceur, de l'amour,  une douce révolte. 
Et cette fin je l'adore,  c’est exactement ce qu’il fallait à ce texte pour le rendre incroyable.
C’est le doudou qui parle pas de problème donc.
Bravo je ne sais pas quoi dire d'autre sauf merci pour ce très beau moment de lecture .
_________________
Un sourire ca fait toujours plaisir
Mar 30 Sep - 10:59 (2014)
Auteur Message
hector vugo
Super Master CDC *
Super Master CDC *

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 819
Localisation: vigneux sur seine

MessagePosté le: Mar 30 Sep - 18:54 (2014)    Sujet du message: Ménage à trois. Répondre en citant

C'est doux et mystérieux comme  l'enfance avec un je ne sais quoi de rêverie.


Merci pour le voyage Axelle
Mar 30 Sep - 18:54 (2014)
AIM MSN Skype
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Mar 30 Sep - 19:02 (2014)    Sujet du message: Ménage à trois. Répondre en citant

Je suis très touchée par vos commentaires. J'en perds mes mots. Je suis toujours aussi ravie de vous offrir du plaisir à lire.

Merci à vous.
_________________
ATea.
Mar 30 Sep - 19:02 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Octobell
Coup de coeur
Coup de coeur

Inscrit le: 11 Sep 2013
Messages: 1 670

MessagePosté le: Mer 1 Oct - 01:35 (2014)    Sujet du message: Ménage à trois. Répondre en citant

Oooh mais oui c'est trop touchant ! J'avais un peu peur du drame, mais non, finalement c'est plein de tendresse. Bravo, et merci pour l'agréable moment de lecture !
_________________
Octobell

Tous les propos exprimés dans les bonus de ce DVD n'engagent que l'intervenant
et ne sont en aucun cas le reflet de l'opinion de JE! Corp.
Mer 1 Oct - 01:35 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
ATea
Plumivores
Plumivores

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 945

MessagePosté le: Mer 1 Oct - 08:14 (2014)    Sujet du message: Ménage à trois. Répondre en citant

Ecrit au réveil, je pense que j'avais encore plein de tendresse, et de douceur de la couverture...  Et quand j'ai lu les textes après avoir envoyé, j'ai été marqué par le nombre de textes dramatiques justement. ^^


Contente d'avoir pu t'offrir ça alors
_________________
ATea.
Mer 1 Oct - 08:14 (2014)
Visiter le site web du posteur Skype
Auteur Message
Yannick Darbellay
Giga Coup de Coeur...
Giga Coup de Coeur...

Inscrit le: 18 Sep 2013
Messages: 2 835

MessagePosté le: Ven 3 Oct - 11:56 (2014)    Sujet du message: Ménage à trois. Répondre en citant

En narrant les tribulations d'une peluche tu nous offres un texte plein de charme et de douceur. Une vraie bouffée de bonne humeur. 
Bravo !
Ven 3 Oct - 11:56 (2014)
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:58 (2016)    Sujet du message: Ménage à trois.

Aujourd’hui à 03:58 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   Jetez l'encre ! Index du Forum » Défi n°56

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield